Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076137
Code sériel : 5541
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

L'Assassinat d'Orson Welles

Date de parution : 18/02/2021
Orson Welles, entre fiction et réalité d’après-Guerre
Festival de Cannes, 1949. Dans sa suite du Carlton, Orson Welles est visé par un tireur. La balle l’a frôlé avant de briser un miroir. Mais qui peut en vouloir au réalisateur de Citizen Kane ? Pour assurer sa sécurité et démasquer le coupable, Welles engage Jérôme Dracéna, un détective... Festival de Cannes, 1949. Dans sa suite du Carlton, Orson Welles est visé par un tireur. La balle l’a frôlé avant de briser un miroir. Mais qui peut en vouloir au réalisateur de Citizen Kane ? Pour assurer sa sécurité et démasquer le coupable, Welles engage Jérôme Dracéna, un détective privé cinéphile, aussi à l’aise sur un ring de boxe que devant une caméra.
Entre les quartiers chics de Paris et la Croisette, le détective se retrouve plongé dans les coulisses du septième art et dans le monde des faux-semblants et de l’illusion : la vérité se cache là où on l’attend le moins…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076137
Code sériel : 5541
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • vonnette Posté le 18 Mai 2021
    Vous êtes amateurs de vieux films américains et français des années 1950 ? Vous êtes nostalgiques des Pierre Brasseur, Daniel Gélin… des monstres sacrés comme Orson Welles et Rita Hayworth ? Vous rêvez du Festival de Cannes et de son tapis rouge ? Alors lisez ce livre à la gloire du cinéma et de ses chimères. Suivez le détective privé Jérôme Dracéna dans les pas d’Orson Welles. L’enquête policière, plutôt mince, n’est ici prétexte qu’à découvrir les coulisses du septième art. Une fois le livre refermé, une terrible envie vous démange de redécouvrir les films d’Orson Welles comme son excellent Citizen Kane entre autres.
  • JehanneDD Posté le 12 Avril 2021
    Merci à Masse Critique et aux éditions 10-18 pour l’envoi de ce livre ! Je ne sais pas trop comment lancer la critique ... Je suis assez mitigée à vrai dire. J’ai été attirée par la figure d’Orson Welles, que je ne connais pas aussi bien que je le souhaite, et souhaitais en apprendre plus sur ce personnage. Ne le connaissant pas bien, donc, je ne savais pas s’il avait ou non été assassiné. Je me suis donc lancée dans l’aventure pour en savoir plus sur ce fait [masquer] – comme je pense beaucoup d’autres lecteurs ! Je ne m’attendais bien sûr pas au coup de théâtre de la fin.... assez bien mené, même si du coup le lecteur reste sur sa faim je trouve... Ce procédé est en effet souvent utilisé pour renverser totalement une intrigue qu’on ne sait pas conclure autrement : l’observateur se retrouve l’observé, et alors qu’il se croyait à la périphérie de l’action, il en est le coeur [/masquer]. Sinon, le style est agréable à lire, le cinéma français et ses stars en fond sont dépaysants et prouvent une belle recherche de la part de l’auteur, Jean-Pierre de Lucovich. Toutefois, on part sur l’impression que c’est Orson... Merci à Masse Critique et aux éditions 10-18 pour l’envoi de ce livre ! Je ne sais pas trop comment lancer la critique ... Je suis assez mitigée à vrai dire. J’ai été attirée par la figure d’Orson Welles, que je ne connais pas aussi bien que je le souhaite, et souhaitais en apprendre plus sur ce personnage. Ne le connaissant pas bien, donc, je ne savais pas s’il avait ou non été assassiné. Je me suis donc lancée dans l’aventure pour en savoir plus sur ce fait [masquer] – comme je pense beaucoup d’autres lecteurs ! Je ne m’attendais bien sûr pas au coup de théâtre de la fin.... assez bien mené, même si du coup le lecteur reste sur sa faim je trouve... Ce procédé est en effet souvent utilisé pour renverser totalement une intrigue qu’on ne sait pas conclure autrement : l’observateur se retrouve l’observé, et alors qu’il se croyait à la périphérie de l’action, il en est le coeur [/masquer]. Sinon, le style est agréable à lire, le cinéma français et ses stars en fond sont dépaysants et prouvent une belle recherche de la part de l’auteur, Jean-Pierre de Lucovich. Toutefois, on part sur l’impression que c’est Orson Welles qui est le héros... alors que l’intrigue a pour personnage central Jérôme Dracéna, et s’écarte parfois de longues pages d’Orson Welles. Cela m’a rendue assez perplexe, et j’ai souvent décroché, car l’histoire perdait un peu de son attrait pour moi. C’est vraiment plus un polar qu’un ouvrage sur le cinéma, même si les acteurs sont omniprésents : on se perd un peu dans les magouilles diverses, les récits de crimes passés... (ou alors c’est juste parce que je n’ai pas l’habitude de cette littérature). Voilà... je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter : malgré un livre qui se tient, par son intrigue, par son style, j’ai eu du mal à vraiment apprécier, ayant eu l’impression d’être un peu trompée par les promesses du titre. Sans avoir trouvé cela franchement inintéressant, je n’ai pas non plus été captivée : la découverte du personnage d’Orson est intéressante, mais elle est un peu perdue dans « tout le reste ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lune Posté le 5 Avril 2021
    1949 Cannes - Le Festival Un nom : Orson Welles Un détective ex-policier : Jérôme Dracéna. Un coup de révolver ratant l’acteur et l’histoire commence. Plongée dans le monde du cinéma de l’époque avec des films devenus des classiques dont « Le Troisième homme » qui participe à la session de Cannes. On y croise des noms d’acteurs et actrices qui ont frayé la chronique de l’époque : Rita Hayworth l’ex d’Orson Welles, Pierre Brasseur et Marcel Dalio, Daniel Gélin, etc… De Cannes à Paris et de Paris à Cannes, on met nos pas dans ceux d’un monde où le champagne coule à flot, où les échanges se font caustiques, humoristiques, un peu « cancan ». Des journalistes américaines vipérines sont évoquées, des amours sans lendemain défilent, tout un monde à l’apparence légère, souvent dans la pure rivalité. Orson Welles, magnifique de puissance, obsédé par son « Othello », mène le jeu du début à la fin du livre qui pourrait surprendre certains lecteurs. L’enquête policière est maigre et surtout prétexte à évoquer l’époque, le cinéma, les acteurs, des lieux parisiens et les escaliers cannois. Superficiel comme le monde présenté, ce livre distrait, se lit aisément et se referme sans regret. Au lecteur qui ne connaît pas ces noms de faire quelques recherches qui lui donneront les clés... 1949 Cannes - Le Festival Un nom : Orson Welles Un détective ex-policier : Jérôme Dracéna. Un coup de révolver ratant l’acteur et l’histoire commence. Plongée dans le monde du cinéma de l’époque avec des films devenus des classiques dont « Le Troisième homme » qui participe à la session de Cannes. On y croise des noms d’acteurs et actrices qui ont frayé la chronique de l’époque : Rita Hayworth l’ex d’Orson Welles, Pierre Brasseur et Marcel Dalio, Daniel Gélin, etc… De Cannes à Paris et de Paris à Cannes, on met nos pas dans ceux d’un monde où le champagne coule à flot, où les échanges se font caustiques, humoristiques, un peu « cancan ». Des journalistes américaines vipérines sont évoquées, des amours sans lendemain défilent, tout un monde à l’apparence légère, souvent dans la pure rivalité. Orson Welles, magnifique de puissance, obsédé par son « Othello », mène le jeu du début à la fin du livre qui pourrait surprendre certains lecteurs. L’enquête policière est maigre et surtout prétexte à évoquer l’époque, le cinéma, les acteurs, des lieux parisiens et les escaliers cannois. Superficiel comme le monde présenté, ce livre distrait, se lit aisément et se referme sans regret. Au lecteur qui ne connaît pas ces noms de faire quelques recherches qui lui donneront les clés d’un monde, de gens et d’une époque aujourd’hui disparus et enrichira sa culture cinématographique. Merci à Babelio et aux Éditions 10/18 « Grands détectives » pour cet envoi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ludik54 Posté le 4 Avril 2021
    Merci aux éditions 10/18 et à Babelio pour ce livre reçu lors de la Masse Critique Mauvais Genre. L'histoire se passe à la fin des années 40, début 50, on y suit un ancien flic devenu détective privé, passionné de cinéma, qui va se retrouver à servir d'homme de confiance au fameux Orson Welles. Nous allons donc voir Paris, et ensuite Cannes. Je pense qu'une bonne culture cinématographique de l'après-guerre (et pendant) est nécessaire pour apprécier pleinement le titre, mais celui-ci est court et se lit très facilement. L'intrigue est lion d'être prise de tête, c'est vraiment un petit polar de détente.
  • tristantristan Posté le 2 Avril 2021
    Roman agréable à lire à la plage ou dans les transports. Il nous plonge dans l'univers du cinéma français et américain de l'après guerre (années 50). De ci, de là, l'auteur émaille sa traversée du cinéma des années cinquante de potins mondains ou non (Bernard Blier aime les bons restaurants, etc...)
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…