En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'autre Joseph

        10/18
        EAN : 9782264069559
        Code sériel : 5172
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        L'autre Joseph

        Date de parution : 02/02/2017
        Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l’enfance de « l’autre Joseph » : fils du préfet de Gori, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s'il partage avec le petit Djougachvili des... Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l’enfance de « l’autre Joseph » : fils du préfet de Gori, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s'il partage avec le petit Djougachvili des rêves d’héroïsme et de grandeur, son camarade – exalté, batailleur et arrogant – l'agace. D'autant qu'on ne cesse de souligner leur ressemblance physique, frappante en effet. Des rumeurs ne circulent-elles pas sur une liaison entre le préfet Davrichewy et la mère de Sosso ? Comme autant de ponctuations rythmant les tumultueuses aventures des deux jeunes gens, des chapitres plus personnels interrogent le destin familial : qu'en aurait-il été des Davrichewy si, depuis sa tendre enfance, Joseph n'avait pas été obligé de prendre en compte son encombrant camarade – et supposé demi-frère ?
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264069559
        Code sériel : 5172
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • adtraviata Posté le 11 Octobre 2017
          Comme le fait pressentir la quatrième de couverture, l’histoire de l’arrière-grand-père de Kéthévane Davrichewy est troublante et troublée : l’écrivain retrace les années d’enfance de Joseph en Géorgie, dans la petite ville de Gori dont son père est préfet.(Davrichchvili est son patronyme géorgien) Joseph fréquente celui qui deviendra Staline, dit Sosso dans son enfance : ils jouent ans les rues de la ville, la mère de Sosso travaille pour les parents de Joseph mais on sent surtout que la relation entre les deux garçons est marquée par la violence et la roublardise de Sosso et le malaise, la fascination – répulsion qu’éprouve Joseph à son égard. Ce n’est que bien plus tard qu’il comprendra (et nous avec lui) que Sosso est sans doute son demi-frère. Forcément, ce malaise que laisse planer l’auteur éclaire l’enfance de Staline d’un jour particulier. Kéthévane Davrichewy explique ensuite les sources et les difficultés à accéder à la véritable histoire de son aïeul : elle va donc imaginer des détails et ce que ressentait Joseph à travers son histoire personnelle, mêlée à la grande Histoire. Elle passe alors à la jeunesse de Joseph et de Sosso, marquée par les troubles grandissants dans le Caucase, le désir d’indépendance... Comme le fait pressentir la quatrième de couverture, l’histoire de l’arrière-grand-père de Kéthévane Davrichewy est troublante et troublée : l’écrivain retrace les années d’enfance de Joseph en Géorgie, dans la petite ville de Gori dont son père est préfet.(Davrichchvili est son patronyme géorgien) Joseph fréquente celui qui deviendra Staline, dit Sosso dans son enfance : ils jouent ans les rues de la ville, la mère de Sosso travaille pour les parents de Joseph mais on sent surtout que la relation entre les deux garçons est marquée par la violence et la roublardise de Sosso et le malaise, la fascination – répulsion qu’éprouve Joseph à son égard. Ce n’est que bien plus tard qu’il comprendra (et nous avec lui) que Sosso est sans doute son demi-frère. Forcément, ce malaise que laisse planer l’auteur éclaire l’enfance de Staline d’un jour particulier. Kéthévane Davrichewy explique ensuite les sources et les difficultés à accéder à la véritable histoire de son aïeul : elle va donc imaginer des détails et ce que ressentait Joseph à travers son histoire personnelle, mêlée à la grande Histoire. Elle passe alors à la jeunesse de Joseph et de Sosso, marquée par les troubles grandissants dans le Caucase, le désir d’indépendance de la Géorgie face à l’empire russe, nourri, attisé par les revendications socialistes, soit démocrates (ceux que l’on appelle les mencheviks), soit volontiers terroristes. Joseph et Sosso sont pris, engagés dans le tourbillon des révoltes, le second encourageant clairement la violence en tirant toujours son épingle du jeu, le premier préférant l’action mais ne sachant trop comment se situer idéologiquement. Exilé à Paris, Joseph fréquentera un temps Léon Trotsky. A travers les soubresauts de l’Histoire (et sa narration au présent implique forcément le lecteur dans les « aventures » des deux Joseph), l’arrière-petite-fille trace le portrait d’un homme privé de tendresse parentale, souvent livré à lui-même, un homme qui se lance constamment dans l’action, dans l’initiative, sans doute pour combler ce vide initial qui l’a empêché de nouer des relations stables à l’âge adulte. Un homme qui, même s’il résistera aux sirènes du Kremlin, gardera ses mystères, en témoigne ce titre (incroyable !) de ses mémoires parues en 1979 : Ah ce qu’on rigolait bien avec mon copain Staline.
          Lire la suite
          En lire moins
        • chateaudundurummel Posté le 6 Août 2017
          Très beau roman où la petite histoire se télescope avec l'Histoire. Belle immersion dans la Géorgie à l'époque tumultueuse de la montée des idées révolutionnaires en Russie et au Caucase. Enquête touchante de l'auteur sur son grand-père, ami d'enfance de Staline à Gori, puis à Tiflis (Tbilissi aujourd'hui), qui a vécu dans l'exil en abandonnant sa famille. Belle évocation du Caucase au XIX° et début XX°.
        • weatherwax Posté le 3 Juillet 2017
          Eh bien finalement je ne l'ai pas fini ! Pourtant j'aime bien l'auteur, et la collection. Peut-être trop historique et pas assez roman ? Trop de choses à lire en attente ? pas dans l'humeur ? Je crois que c'est dommage, je le retenterai une autre fois !
        • Taki1992 Posté le 17 Mai 2017
          Formidable aventure qui donnera envie à tous lecteurs de s'intéresser plus largement aux lignes de forces révolutionnaires qui ont traversé la Russie entre le XIX et le XXème siècle. Deux amis rivaux qui verront leurs idéaux profondément se dissocier. Deux amis qui traverseront une vie extrêmement mouvementé. Est-ce encore possible, aujourd'hui, de s'émanciper de notre condition comme l'ont fait nos deux Joseph ? Ce livre est en tout cas une bouffée d'oxygène dans notre monde qui, paradoxalement, n'a jamais été aussi vaste mais qui ne nous a jamais paru aussi étroit. Bon appétit !
        • MAPATOU Posté le 11 Avril 2017
          Kéthévane DAVRICHEWY naît en France au milieu des années 60 dans une famille géorgienne. Ses grands-parents la berceront d’histoires de famille et notamment de celle de son arrière grand-père. « L’autre Joseph », c’est lui : Joseph DAVRICHACHVILI né en 1882 à GORI, GEORGIE, quatre ans après la naissance de Joseph DJOUGACHVILI, plus connu sous le nom de Staline. Or, les rumeurs disent que les deux garçons seraient demi-frères, le père de l’autre Joseph étant soupçonné d’avoir engrossé la mère de Staline . Il est vrai que sur les photos les ressemblances sont plus que troublantes. Toutefois, rien ne sera jamais dit clairement GORI est une petite ville et les deux garçons fréquentent la même école, se battent régulièrement car il y a une forme d’animosité entre eux deux. A l’adolescence, le futur Staline part au séminaire tandis que l’autre Joseph entame des études dans un lycée à TIFLIS. Il n’y a qu’une chose sur laquelle les deux jeunes hommes se rejoignent : la liberté et l’indépendance de la Géorgie alors sous le joug de la Russie. Ils vont d’ailleurs, chacun de leur côté, entrer dans des groupuscules révolutionnaires. Ce qui vaudra au futur Staline d’être envoyé en Sibérie (d’où il s’échappera) et à... Kéthévane DAVRICHEWY naît en France au milieu des années 60 dans une famille géorgienne. Ses grands-parents la berceront d’histoires de famille et notamment de celle de son arrière grand-père. « L’autre Joseph », c’est lui : Joseph DAVRICHACHVILI né en 1882 à GORI, GEORGIE, quatre ans après la naissance de Joseph DJOUGACHVILI, plus connu sous le nom de Staline. Or, les rumeurs disent que les deux garçons seraient demi-frères, le père de l’autre Joseph étant soupçonné d’avoir engrossé la mère de Staline . Il est vrai que sur les photos les ressemblances sont plus que troublantes. Toutefois, rien ne sera jamais dit clairement GORI est une petite ville et les deux garçons fréquentent la même école, se battent régulièrement car il y a une forme d’animosité entre eux deux. A l’adolescence, le futur Staline part au séminaire tandis que l’autre Joseph entame des études dans un lycée à TIFLIS. Il n’y a qu’une chose sur laquelle les deux jeunes hommes se rejoignent : la liberté et l’indépendance de la Géorgie alors sous le joug de la Russie. Ils vont d’ailleurs, chacun de leur côté, entrer dans des groupuscules révolutionnaires. Ce qui vaudra au futur Staline d’être envoyé en Sibérie (d’où il s’échappera) et à l’autre Joseph d’être envoyé par son père à Paris en 1901 afin d’éviter la prison. Dans notre capitale, il ne fréquentera que de jeunes russes exaltés et révolutionnaires ne rêvant que d’une chose : rentrer en Russie et faire la révolution. De nombreuses pages du roman sont consacrées à la lutte de ces jeunes hommes et à la propagande révolutionnaire. Je dois avouer que ce passage m’a un peu ennuyée, non pas parce que c’est inintéressant mais parce que j’avais envie d’une histoire de famille. A la décharge de l’auteure, son arrière grand-père ne semble avoir vécu que pour ses idéaux et la lutte, abandonnant derrière lui femmes et enfants. Il y a d’ailleurs à la fin du livre un passage où elle raconte la rencontre fortuite de son oncle paternel avec l’autre Joseph. Celui-ci est âgé, sourd et vient consulter un audio-prothésiste. Le fait que ce dernier soit son petit-fils, qu’il ne l’a jamais vu, le laisse indifférent. Certains disent que cette attitude envers sa famille est motivée par sa crainte du KGB, Staline ayant fait assassiner tous ceux qui l’ont côtoyé pendant sa jeunesse et sa montée vers le pouvoir. Comme je suis « restée sur ma faim » côté histoires familiales, je vais aller lire les romans précédents de Kéthévane DAVRICHEWY.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com