Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266313650
Code sériel : 18081
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Le Baiser et la Morsure
Date de parution : 07/01/2021
Éditeurs :
Pocket

Le Baiser et la Morsure

Date de parution : 07/01/2021
Dans cette série d’entretiens avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation, contrariée par son destin miliaire. Arraché aux siens et privé de son enfance,... Dans cette série d’entretiens avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation, contrariée par son destin miliaire. Arraché aux siens et privé de son enfance, le petit pensionnaire de l’École des cadets se réfugie dans l’amitié de ses camarades d’infortune et trouve la force d’accomplir... Dans cette série d’entretiens avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation, contrariée par son destin miliaire. Arraché aux siens et privé de son enfance, le petit pensionnaire de l’École des cadets se réfugie dans l’amitié de ses camarades d’infortune et trouve la force d’accomplir son rêve d’écriture. Ni les années de combat dans le terrorisme, ni les comités de censure algériens ne l’empêcheront d’aller à la rencontre de millions de lecteurs dans le monde. Un destin hors norme, raconté sans détour, porté par le souffle de ses ancêtres poètes et l’amour d’une femme d’exception, une femme qui a donné son nom à l’auteur qu’elle aime et qui s’exprime ici pour la première fois.

« Un bouleversant portrait. » Muriel Fauriat - Le Pèlerin
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266313650
Code sériel : 18081
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un bouleversant portrait. »
Muriel Fauriat / Le Pèlerin
« Le portrait d'un auteur unique. »
Biblioteca
« Une leçon de tolérance. »
La Croix

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jadeau Posté le 19 Janvier 2022
    Ce livre est une suite d'entretiens avec Catherine Lalanne, journaliste au Pèlerin. Si Mohammed Moulessehoul a le profil d'un romancier ordinaire, il a aussi celui d'un être exceptionnel qui a su construire sa vie avec ses rêves. Sa mère y contribuait déjà chaque soir en l'endormant avec une histoire. Mais dès l'âge de neuf ans, sa vie a été parcourue de morsures, quand son père l'a mis sans prévenir en caserne militaire, à l'école des cadets. Et là, dès qu'il ouvrait un livre, les « remparts de son pénitencier » s'ouvraient. Sa jeunesse était ballotée entre humiliation des supérieurs et les liens forts avec ses amis, les jeunes soldats. Il a subi les épreuves sans jamais baisser la tête. (Il quittera l'armée algérienne le premier jour de ses droits à la retraite). Comme sa mère, l'oncle Ahmed le poète l'a influencé. Et la belle Amal Yamina Khadra a su l'aimer en jonglant entre patience et respect, malgré un mariage arrangé et sur demande du jeune homme souffrant trop de solitude à l'armée. L'amour inusable et l'encouragement permanent d'Amal l'ont poussé à publier sous le pseudo des deux prénoms féminins. Avant d' écrire, il tient compte de son avis à chaque... Ce livre est une suite d'entretiens avec Catherine Lalanne, journaliste au Pèlerin. Si Mohammed Moulessehoul a le profil d'un romancier ordinaire, il a aussi celui d'un être exceptionnel qui a su construire sa vie avec ses rêves. Sa mère y contribuait déjà chaque soir en l'endormant avec une histoire. Mais dès l'âge de neuf ans, sa vie a été parcourue de morsures, quand son père l'a mis sans prévenir en caserne militaire, à l'école des cadets. Et là, dès qu'il ouvrait un livre, les « remparts de son pénitencier » s'ouvraient. Sa jeunesse était ballotée entre humiliation des supérieurs et les liens forts avec ses amis, les jeunes soldats. Il a subi les épreuves sans jamais baisser la tête. (Il quittera l'armée algérienne le premier jour de ses droits à la retraite). Comme sa mère, l'oncle Ahmed le poète l'a influencé. Et la belle Amal Yamina Khadra a su l'aimer en jonglant entre patience et respect, malgré un mariage arrangé et sur demande du jeune homme souffrant trop de solitude à l'armée. L'amour inusable et l'encouragement permanent d'Amal l'ont poussé à publier sous le pseudo des deux prénoms féminins. Avant d' écrire, il tient compte de son avis à chaque décision. S'il a perdu la foi en étant témoin d'un attentat sur un lieu de sépulture en 1994, il a gagné « l'espérance » en s'inspirant d'un philosophe chrétien qui affirme : « croire n'est pas savoir, et le malheur commence quand on confond les deux » . L'auteur a une grande sensibilité (la lettre a sa maman disparue déborde d'amour) et une soif de justice qui en font un combattant permanent. Alors il s'exprime dans la presse dès qu'il le juge nécessaire. Par exemple, en 2015 il a écrit : « mon pays, premier laboratoire du terrorisme intégriste, n'a pas fléchi. L'Afrique ne fléchira pas, l'Irak, le Yemen et la Syrie finiront par conjurer leurs démons ; le monde saura réinventer le rêve là où l'obscurantisme l'avait sacrifié. » Et tant mieux si ses romans fleurissent dans le monde entier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • xalatan Posté le 4 Janvier 2022
    L'auteur algérien Yasmina Khadra se livre à travers cette série d'entretien. Je ne connaissais de cet auteur que ses livres. Je ne connaissais rien de son nom de plume (en fait, les deux prénoms de sa femme!) ni de sa carrière militaire commencée de force chez les cadets à l'âge de 10 ans. Cet arrachement à sa mère à l'âge de 10 ans pour être placé de force chez les cadets, alors qu'il avait déjà l"âme et la sensibilité d'un poète, est resté la grande blessure de sa vie. Par petites touches, nous apprenons ainsi beaucoup de choses de sa vie, de sa (non)-carrière militaire, du secret de son écriture au sein de l'armée, de la polémique à sa venue en France, de son admiration pour Camus, de son amour pour sa femme. Il aborde également le sujet des femmes et celui de la religion. Le livre est illustré de plusieurs photos. J'ai regretté cependant quelques redites inutiles.
  • ArmelleD Posté le 2 Octobre 2021
    Je ne peux que conseiller aux lecteurs de Yasmina Khadra de lire cet entretien de Mohammed Moulessehoul mené par Catherine Lalanne, algérienne également de naissance. Il nous relate son enfance, l'engagement dans l'armée, la lutte contre les extrémistes, ses relations paternelles et maternelles, l'amour de son couple..tous les ingrédients pour lire encore plus intensemment chacun de ses ouvrages. J'aime profondément cet homme pour sa grandeur, sa délicatesse et sa sagesse : il incarne à merveille cette belle Nature Humaine. Je retiens ces quelques lignes d'un optimisme certain : "Alors, j'avance, contre vents et marées, j'avance, parce qu'il ne faut pas céder au désespoir, parce qu'il faut savoir faire d'une épreuve une raison de la surmonter."
  • Defne Posté le 28 Avril 2021
    Un pur moment de plaisir cette lecture ! Étant une adepte des ouvrages de Yasmina Khadra, j’ai toujours voulu le connaître de plus près, chose que ce livre m’a joliment permis de faire. Cet entretien avec Catherine Lalanne a mis l’accent sur l’endurance de cet homme qui n’a rien voulu d’autre que de manier les mots et porter sa voix au fin fond du monde à travers ses phrases et ses paragraphes. Depuis son âge, il a choisi sa vocation qu’il a précieusement su préserver malgré les obstacles qui n’ont pas cessé de sourdre.. Mohammed Moulessehoul évoque également l’amour et le respect qu’il éprouve envers Amal, son épouse de plus de trente ans, cette femme forte et courageuse qui n’a pas hésité à lui accorder ses deux prénoms pour qu’il puisse faire de son rêve une réalité. Il consacre aussi quelques chapitres à ses parents, cette mère dévouée qu’il a dû quitter très tôt en intégrant l’école des cadets et ce père au passé inspirant qu’il chérit malgré tout. J’invite tous les lecteurs de Yasmina Khadra à lire cet entretien que je qualifie d’essentiel et que je relirai certainement très bientôt.
  • dido600 Posté le 16 Mars 2021
    En perspective ,Yasmina Khadra se « livre » avec tant de franchise, sincérité et aisance. Sur ses origines nomades-un enfant du Sahara et des palmiers ainsi que Des axiomes dévoilant une philosophie comme seconde nature. un style mordant .Un livre d’entretiens intime et intimiste ! Une bise et non une brise, qui ne se casse pas les dents, bien que cette morsure soit un baiser de Judas . Bons baisers d’Algérie .
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.