Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266148719
Code sériel : 12418
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Le Bizarre incident du chien pendant la nuit

Odile DEMANGE (Traducteur)
Date de parution : 15/09/2005

Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine ? Christopher Boone, « quinze ans, trois mois et deux jours », décide de mener l’enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s’est...

Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine ? Christopher Boone, « quinze ans, trois mois et deux jours », décide de mener l’enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s’est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu’on le touche, et trouve les autres êtres humains… déconcertants.
Quand son père lui demande d’arrêter ses investigations, Christopher refuse d’obéir. Au risque de bouleverser le délicat équilibre de l’univers qu’il s’est construit…

« Drôle et insolite. » Guillaume Chérel – Le Point

« Mark Haddon signe un joli et attachant roman sur la différence. » Tifenn Duchatelle – ELLE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266148719
Code sériel : 12418
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Drôle et insolite. » Guillaume Chérel – Le Point

« Mark Haddon signe un joli et attachant roman sur la différence. » Tifenn Duchatelle – ELLE

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JulienDjeuks Posté le 4 Septembre 2020
    Préfacé par la professeure en psychopathologie et en psychanalyse Sophie de Mijolla-Mellor, ce livre peut se lire tout d'abord comme une sensibilisation à l’autisme. Le personnage-narrateur est autiste, on suit donc son courant de pensée particulier, ses obsessions, émotions et réactions surprenantes. Et comme c’est cette parole seule qui fait avancer le récit, le lecteur est amené à partager cette autre logique et ses enchaînements pour suivre, ce qui le sensibilise à ce comportement particulier. Les réactions souvent désemparées des parents et des autres personnages devant Christopher, inscrites dans une logique comportementale habituelle, deviennent des injustices pour Christopher et pour sa logique désormais partagée par le lecteur. Mais c'est en tant que roman policier que le personnage autiste et sa voix personnelle prennent un relief intéressant, confèrent une certaine poétique (faite d'un assemblage surprenant d'énigmes mathématiques, de dessins ou schémas, et d'informations non nécessaires, inattendues mais instructives). Si la trame n’est finalement pas très développée dans le sens de l'enquête et laisse vite place à une intrigue familiale, le regard particulier de Christopher, sa quête de détails, son raisonnement froid, comment il investit l’enquête de ses propres obsessions, ses peurs inattendues, tout cela enrichit profondément l’enquête, rapprochant ainsi Christopher de son héros... Préfacé par la professeure en psychopathologie et en psychanalyse Sophie de Mijolla-Mellor, ce livre peut se lire tout d'abord comme une sensibilisation à l’autisme. Le personnage-narrateur est autiste, on suit donc son courant de pensée particulier, ses obsessions, émotions et réactions surprenantes. Et comme c’est cette parole seule qui fait avancer le récit, le lecteur est amené à partager cette autre logique et ses enchaînements pour suivre, ce qui le sensibilise à ce comportement particulier. Les réactions souvent désemparées des parents et des autres personnages devant Christopher, inscrites dans une logique comportementale habituelle, deviennent des injustices pour Christopher et pour sa logique désormais partagée par le lecteur. Mais c'est en tant que roman policier que le personnage autiste et sa voix personnelle prennent un relief intéressant, confèrent une certaine poétique (faite d'un assemblage surprenant d'énigmes mathématiques, de dessins ou schémas, et d'informations non nécessaires, inattendues mais instructives). Si la trame n’est finalement pas très développée dans le sens de l'enquête et laisse vite place à une intrigue familiale, le regard particulier de Christopher, sa quête de détails, son raisonnement froid, comment il investit l’enquête de ses propres obsessions, ses peurs inattendues, tout cela enrichit profondément l’enquête, rapprochant ainsi Christopher de son héros Sherlock Holmes, tant par son excentricité que par sa tournure d’esprit particulière propre à l’enquête. Il est intéressant de constater que le roman, initialement destiné à un public adulte, en raison sans doute du développement quasi documentaire de la personnalité d’un autiste, mais également des colères brutales du personnage (qui en vient à frapper son père et un policier), est un grand succès de la littérature jeunesse. Certes, l’intrigue familiale, accomplissement de soi à travers la quête des secrets de famille, est un thème de littérature de jeunesse. Mais on peut se demander si la réussite, si l’on écarte l’originalité de l’idée, ne vient pas justement du fait que l’auteur ne prend pas son lecteur pour un enfant incapable de comprendre, à qui l’on doit mâcher le travail, qu’on doit protéger et instruire moralement. Il ne se met pas à la hauteur d’enfant, mais donne une parole entière à l’autiste et laisse le lecteur à son interprétation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • arnaudq Posté le 8 Août 2020
    Drôlissime et pourtant réaliste tranche de vie dans la tête d'un ado atteint d'autisme léger (type Asperger ?). De sa difficulté à gérer les flux quasi infinis d'information résultant de toute situation nouvelle, comment s'isoler de ce flux par des grognements, on comprend vraiment bien comment un autiste est câblé différemment. La difficulté pour les parents d’éduquer un tel enfant est évoqué indirectement mais avec beaucoup de sensibilité.
  • Clairdelune7 Posté le 8 Juillet 2020
    j’ai beaucoup apprécié l’histoire de ce livre où nous sommes plongés dans la vision d’un enfant atteint du syndrome d’asperger. Nous pouvons nous mettre plus facilement dans leur tête et voir ce qu’il se passe. Et puis, le scénario est très bien trouvé. C’est un livre plutôt inhabituel mais dans le bon sens, ça change de toutes les histoires plates qu’on voit et revoit !
  • melajeh Posté le 23 Juin 2020
    Un chouette roman, très original dont le narrateur est un jeune autiste de 15 ans. On se retrouve assez vite dans la peau de ce jeune homme hors norme et on réalise les difficultés quotidiennes rencontrées par lui et par son entourage. Ce n'est pas le premier livre dans lequel le point de vue sans filtre et la sincérité naïve d'un personnage atteint du syndrome d'asperger que je lis. En général ca apporte une touche de fraîcheur et d'humour subtil ( les autodafeurs, le théorème du homard...) Ici c'est plutôt le cœur serré que j'ai suivi les aventures de Christopher.
  • Yuko Posté le 22 Juin 2020
    A mi-chemin entre l’enquête policière, l’énigme et un récit de l’intime rédigé à la première personne du singulier, Le bizarre incident du chien pendant la nuit interpelle le lecteur sur la thématique de l’autisme, ses points forts et les différences de ceux qui en sont atteints. Une oeuvre multiple et complète mais qui peine à convaincre à cause d’une narration qui, si elle s’explique, n’en garde pas moins le lecteur à distance. Un roman qui a le mérite d’aborder, dans la littérature jeunesse, le particularisme de l’autisme mais sans nous permettre de nous attacher vraiment au personnage principal.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.