Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266293990
Code sériel : J1535
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm

Le Bizarre incident du chien pendant la nuit

Odile DEMANGE (Traducteur)
Date de parution : 07/03/2019
Christopher, 15 ans, est atteint d'une forme d'autisme. Quand il découvre que le chien de la voisine est mort assassiné ; il veut comprendre...  Venez découvrir ce roman grandiose dans cette édition collector à tirage limité !

« Une oeuvre profonde, qui défie la différence, et parvient à la dépasser. »
Télérama

 
• Il a 15 ans et s’appelle Christopher Boone.
• Il excelle en mathématiques et adore
Sherlock Holmes.
• Il aime les diagrammes, les listes, la vérité.
• Il ne supporte pas qu’on le touche.
• Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée ; 3 voitures rouges : d’une...
• Il a 15 ans et s’appelle Christopher Boone.
• Il excelle en mathématiques et adore
Sherlock Holmes.
• Il aime les diagrammes, les listes, la vérité.
• Il ne supporte pas qu’on le touche.
• Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée ; 3 voitures rouges : d’une Assez Bonne Journée ; 5 voitures rouges : d’une Super Bonne Journée.
• Il est autiste et porte en lui une part de génie.
Quand, un jour, Christopher apprend que Wellington, le caniche de sa voisine, a été assassiné, il  décide de mener l’enquête. Une enquête qui va lui permettre d’arracher au passé l’énigme de sa propre histoire. Et de nous la raconter...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266293990
Code sériel : J1535
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sophie_ Posté le 11 Novembre 2020
    Ce roman est un voyage dans le cerveau de Christopher, 15 ans, à qui certaines clés de fonctionnement du monde reste imperméable mais qui est loin de manquer de logique. Cette immertion dans l'autisme Asperger est vraiment intéressante et d'une lecture agréable et facile.
  • audreylectures Posté le 25 Septembre 2020
    Une vraie surprise que ce roman insolite et touchant. Christopher, le jeune narrateur de cette histoire extraordinaire, est atteint d'une maladie mentale. En école spécialisée, il apprend à se comporter correctement avec autrui, à contrôler ses émotions et son anxiété, à mieux comprendre le monde dans lequel il évolue. Il vit avec son père, qui se retrouve très souvent démuni face aux peurs irrationnelles de son fils. Un jour, Christopher fait une découverte qui va bouleverser son quotidien et le plonger dans un trouble profond. Mark Haddon offre au lecteur une immersion dans la tête d'un enfant différent et le résultat est aussi drôle que déchirant. Les diverses dessins qui ponctuent le livre renforcent le caractère authentique de l'intrigue, donnant l'impression que le roman a bel et bien été écrit par un enfant. Le schéma narratif est pertinent, passant de l'innocence à la gravité de façon abrupte et surprenante, pour finir sur une note optimiste. J'ai beaucoup aimé ce court roman plein de finesse et d'humour qui aborde avec bienveillance et sans misérabilisme le handicap mental et ses conséquences, positives et négatives, pour la personne concernée et son entourage.
  • lecturesdisa Posté le 16 Septembre 2020
    Christopher a 15 ans, il excelle en maths, adore Sherlock Holmes (comme moi!), ne supporte pas qu’on le touche et aime les listes! Quand le caniche de sa voisine est assassiné, il décide de mener l’enquête. Au travers de cette enquête, il nous raconte son histoire. Christopher est autiste. . . . Ce roman est au programme de la spécialité en langue anglaise en classe de première, c’est l’occasion de revenir sur ce trouble du développement par le biais de la littérature. Un livre nécessaire pour comprendre une différence et faire évoluer les mentalités. . . . Ici le questionnement décalé que porte Christopher sur sa vie et sur son environnement suscitent l’émotion. Comment mener une enquête quand on ne supporte pas d’être touché et qu’on ne jure que par les maths? Derrière tous ces plans, ces structures et cette logique, l’émotion passe. Le livre est original et nous permet de nous mettre dans la peau de quelqu’un qui voit la vie différemment. Ce livre c’est aussi le moyen de mieux aborder le thème de l’autisme avec mes élèves ou encore de mieux aborder les élèves « Asperger » en entrant dans un autre univers. . . . Ce petit bijou de tolérance vous touchera en plein coeur.
  • JulienDjeuks Posté le 4 Septembre 2020
    Préfacé par la professeure en psychopathologie et en psychanalyse Sophie de Mijolla-Mellor, ce livre peut se lire tout d'abord comme une sensibilisation à l’autisme. Le personnage-narrateur est autiste, on suit donc son courant de pensée particulier, ses obsessions, émotions et réactions surprenantes. Et comme c’est cette parole seule qui fait avancer le récit, le lecteur est amené à partager cette autre logique et ses enchaînements pour suivre, ce qui le sensibilise à ce comportement particulier. Les réactions souvent désemparées des parents et des autres personnages devant Christopher, inscrites dans une logique comportementale habituelle, deviennent des injustices pour Christopher et pour sa logique désormais partagée par le lecteur. Mais c'est en tant que roman policier que le personnage autiste et sa voix personnelle prennent un relief intéressant, confèrent une certaine poétique (faite d'un assemblage surprenant d'énigmes mathématiques, de dessins ou schémas, et d'informations non nécessaires, inattendues mais instructives). Si la trame n’est finalement pas très développée dans le sens de l'enquête et laisse vite place à une intrigue familiale, le regard particulier de Christopher, sa quête de détails, son raisonnement froid, comment il investit l’enquête de ses propres obsessions, ses peurs inattendues, tout cela enrichit profondément l’enquête, rapprochant ainsi Christopher de son héros... Préfacé par la professeure en psychopathologie et en psychanalyse Sophie de Mijolla-Mellor, ce livre peut se lire tout d'abord comme une sensibilisation à l’autisme. Le personnage-narrateur est autiste, on suit donc son courant de pensée particulier, ses obsessions, émotions et réactions surprenantes. Et comme c’est cette parole seule qui fait avancer le récit, le lecteur est amené à partager cette autre logique et ses enchaînements pour suivre, ce qui le sensibilise à ce comportement particulier. Les réactions souvent désemparées des parents et des autres personnages devant Christopher, inscrites dans une logique comportementale habituelle, deviennent des injustices pour Christopher et pour sa logique désormais partagée par le lecteur. Mais c'est en tant que roman policier que le personnage autiste et sa voix personnelle prennent un relief intéressant, confèrent une certaine poétique (faite d'un assemblage surprenant d'énigmes mathématiques, de dessins ou schémas, et d'informations non nécessaires, inattendues mais instructives). Si la trame n’est finalement pas très développée dans le sens de l'enquête et laisse vite place à une intrigue familiale, le regard particulier de Christopher, sa quête de détails, son raisonnement froid, comment il investit l’enquête de ses propres obsessions, ses peurs inattendues, tout cela enrichit profondément l’enquête, rapprochant ainsi Christopher de son héros Sherlock Holmes, tant par son excentricité que par sa tournure d’esprit particulière propre à l’enquête. Il est intéressant de constater que le roman, initialement destiné à un public adulte, en raison sans doute du développement quasi documentaire de la personnalité d’un autiste, mais également des colères brutales du personnage (qui en vient à frapper son père et un policier), est un grand succès de la littérature jeunesse. Certes, l’intrigue familiale, accomplissement de soi à travers la quête des secrets de famille, est un thème de littérature de jeunesse. Mais on peut se demander si la réussite, si l’on écarte l’originalité de l’idée, ne vient pas justement du fait que l’auteur ne prend pas son lecteur pour un enfant incapable de comprendre, à qui l’on doit mâcher le travail, qu’on doit protéger et instruire moralement. Il ne se met pas à la hauteur d’enfant, mais donne une parole entière à l’autiste et laisse le lecteur à son interprétation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • arnaudq Posté le 8 Août 2020
    Drôlissime et pourtant réaliste tranche de vie dans la tête d'un ado atteint d'autisme léger (type Asperger ?). De sa difficulté à gérer les flux quasi infinis d'information résultant de toute situation nouvelle, comment s'isoler de ce flux par des grognements, on comprend vraiment bien comment un autiste est câblé différemment. La difficulté pour les parents d’éduquer un tel enfant est évoqué indirectement mais avec beaucoup de sensibilité.
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.