Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266255295
Code sériel : 16177
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Le Carnet de Lili

Date de parution : 22/01/2015
Trentenaire blessée par la vie, Clémentine se lance sur la route de Compostelle, simplement accompagnée de sa chienne Morvane. En chemin, elle fait halte dans le petit village de Marcilhac, où elle tombe sous le charme d'un vieil hôtel abandonné. En explorant les lieux, Clémentine découvre le journal de l'ancienne... Trentenaire blessée par la vie, Clémentine se lance sur la route de Compostelle, simplement accompagnée de sa chienne Morvane. En chemin, elle fait halte dans le petit village de Marcilhac, où elle tombe sous le charme d'un vieil hôtel abandonné. En explorant les lieux, Clémentine découvre le journal de l'ancienne propriétaire, Liliane. Celle-ci y dévoile les secrets et blessures de son existence... Grâce au chemin qu'elle va parcourir dans les souvenirs de Lili, et avec le soutien de Patrick – un homme séduisant et mystérieux rencontré par hasard –, Clémentine pourrait bien réapprendre à vivre...

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266255295
Code sériel : 16177
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nathalie1976 Posté le 18 Août 2018
    :-) je l'ai lu d'une traite, j'ai apprécié la beauté de l'écriture, l'intrigue, et les notes d'humour
  • Laerte Posté le 5 Avril 2018
    Première constatation : j’ai beaucoup aimé ce roman et je le recommanderai volontiers à tout mon entourage. Le style en est net et précis, plein d’émotion et nous fait découvrir des personnages qui n’ont pas été épargnés par ce qu’ils ont vécu. L’héroïne est Clémentine, dévastée, élimée, ravagée par la vie qu’elle a affrontée jusque là. Telle une épave sur une plage paradisiaque, elle échoue dans un beau village authentique comme le Quercy en possède beaucoup. Là, elle se trouve un trou de souris pour lécher ses blessures en compagnie de sa chienne et en évitant toute compagnie humaine. Ce trou de souris est une ruine d’hôtel laissée à l’abandon avec toutes les traces d’une vie arrêtée brutalement. Une ruine, cela lui va bien, elle qui est moralement dans le même état. C’est là que Clémentine va découvrir le destin d’une autre femme qui tint l’hôtel naguère. Elle fut une femme dure, implacable, voire sadique, sans état d’âme dans sa façon de traiter son entourage, mais qui finira par découvrir le secret de son âme. On trouve dans cette double histoire, de nombreux passages qui mettent en lumière nos complexes engendrant eux-mêmes des comportements stupides de méfiance ou de jalousie à l’égard d’autrui. Et puisqu’on... Première constatation : j’ai beaucoup aimé ce roman et je le recommanderai volontiers à tout mon entourage. Le style en est net et précis, plein d’émotion et nous fait découvrir des personnages qui n’ont pas été épargnés par ce qu’ils ont vécu. L’héroïne est Clémentine, dévastée, élimée, ravagée par la vie qu’elle a affrontée jusque là. Telle une épave sur une plage paradisiaque, elle échoue dans un beau village authentique comme le Quercy en possède beaucoup. Là, elle se trouve un trou de souris pour lécher ses blessures en compagnie de sa chienne et en évitant toute compagnie humaine. Ce trou de souris est une ruine d’hôtel laissée à l’abandon avec toutes les traces d’une vie arrêtée brutalement. Une ruine, cela lui va bien, elle qui est moralement dans le même état. C’est là que Clémentine va découvrir le destin d’une autre femme qui tint l’hôtel naguère. Elle fut une femme dure, implacable, voire sadique, sans état d’âme dans sa façon de traiter son entourage, mais qui finira par découvrir le secret de son âme. On trouve dans cette double histoire, de nombreux passages qui mettent en lumière nos complexes engendrant eux-mêmes des comportements stupides de méfiance ou de jalousie à l’égard d’autrui. Et puisqu’on parle aujourd’hui beaucoup d’égalité entre les femmes et les hommes, ce roman ne fait que montrer un peu plus ce que peut engendrer la sujétion de celles-ci à un quelconque pouvoir masculin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lilou789 Posté le 3 Mars 2017
    C'est certain, avec ce scénario, ces enjeux, ces personnages, je tenais entre mes mains un livre qui promettait d'être bon et intense. Malheureusement, j'ai été assez déçue. C'est en premier lieu le style qui m'a déplu. Trop ampoulé, trop indirect, avec des descriptions un peu surfaites. J'ai eu la sensation que le style n'était pas le même du début à la fin, donnant une impression de produit non fini. Et lorsque Lili prend la plume, le style au départ assez brut, qui vient contraster avec le récit central, devient de plus en plus neutre. C'est dommage. Je suis rarement gênée par un style d'écriture. Là, j'ai eu un peu de mal à m'accrocher. Par ailleurs, sans dévoiler l'intrigue, j'ai trouvé qu'il y avait trop d'incohérences dans l'histoire, ou de détails incongrus, voire peu crédibles. La morale de l'histoire parait enfin un peu creuse, malgré le potentiel de la situation. Au final, ce livre se laisse lire, mais il faut faire preuve d'indulgence, accepter ses imperfections, et tirer le meilleur de ses atouts : des personnages décrits avec une épaisseur psychologique intéressante, des enjeux bien posés et riches, un parallèle de récits qui vient mettre en lumière les parcours des personnages.
  • hlmrsbernard Posté le 11 Juin 2013
    Ce livre est intéressant sur la manière d'aborder les traumatismes de l'enfance et les effets sur la vie adulte, les relations avec les autres. Mais le style est énervant.. Un peu suranné... et l'histoire (enfin le carnet) plein d'incohérences. On aurait plutôt imaginer qu'Henri reprenne à son compte l'écriture du Carnet dès que cette dernière commence à être atteinte par la maladie.
  • PLUMAGILE Posté le 19 Mai 2013
    J'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, car j'ai trouvé parfois le style un peu pesant (cf citation), mais heureusement, ça s'est arrangé par la suite. Quelques anachronismes aussi ; par exemple, à un moment, il est fait allusion à des problèmes comme les déchets toxiques dont je ne suis pas sûre qu'ils aient été une préoccupation dans les années soixante. Le roman est composé d'un aller-retour entre l'histoire racontée dans le carnet de Lili que découvre Clémentine, et ce que vit Clémentine à ce moment-là (rémission d'un cancer, tournant dans sa vie...). Patrick va entrer dans sa vie et l'obliger à "avancer", personnage parfait qui lui souffle les bonnes pistes à emprunter. L'intrigue est un peu "téléphonée" : on comprend vite qui est Patrick et ce qu'ont vécu Lili et sa soeur. Quant à l'écriture des dernières années du journal, je doute un peu qu'une malade atteinte d'Alzheimer puisse écrire avec un tel recul sur soi et avec une telle précision. Tout ça pour dire que je suis allée au bout du livre, mais sans réel entrain...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.