RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Cercle - COLLECTOR

            Pocket
            EAN : 9782266281218
            Code sériel : 15696
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 800
            Format : 108 x 177 mm
            Le Cercle - COLLECTOR

            Date de parution : 02/11/2017

            Pourquoi la mort s’acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest ?
            Une prof assassinée, un éleveur dévoré par ses propres chiens… et un mail énigmatique, peut-être signé par le plus retors des serial killers.
            Confronté dans son enquête à un univers terrifiant de perversité, le commandant Servaz va faire l’apprentissage de...

            Pourquoi la mort s’acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest ?
            Une prof assassinée, un éleveur dévoré par ses propres chiens… et un mail énigmatique, peut-être signé par le plus retors des serial killers.
            Confronté dans son enquête à un univers terrifiant de perversité, le commandant Servaz va faire l’apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

            « Bernard Minier persiste et signe. Après l'éclatant succès de son premier roman, Glacé, le voilà qui confirme son talent avec Le Cercle. » Le Figaro Littéraire

            « L'auteur mène son suspense de main de maître et on ralentit sa lecture pour que le livre ne se termine pas. » Version Femina

            Prix 2013 des Bibliothèques et des Médiathèques du Grand Cognac

             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266281218
            Code sériel : 15696
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 800
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            9.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Roman dense, bien documenté sur le plan des pratiques policières, Le Cercle confirme le talent de Bernard Minier pour créer des personnages forts et des dialogues qui sonnent vrai. Ainsi qu’une atmosphère sombre et oppressante qui contamine vite le lecteur. Le propre d’un polar réussi. » Le Parisien
            « On avait adoré Glacé, son premier roman, et il était légitime de se demander s’il tiendrait le rythme pour le suivant. Pari gagné pour Bernard Minier... » ELLE
            « Bernard Minier persiste et signe. Après l’éclatant succès de son premier roman, Glacé, sorti l’an passé, le voilà qui confirme son talent avec Le Cercle. » Le Figaro Littéraire
            « L’auteur mène son suspense de main de maître et on ralentit sa lecture pour que le livre ne se termine pas. » Version Femina

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ladaflopoune Posté le 10 Mars 2019
              LE CERCLE Bernard Minier Hello tout le monde !! Après GLACE lecture LE CERCLE et je ne vais pas m’arrêter là Le reproche que je pourrais faire : le détail ..... sur certains passages dont je pense que ces détails n’étaient pas nécessaires. Ça m’a paru long mais il fallait que je finisse pour savoir ! Alors malgré ces longs passages , ce livre vous tient en haleine c’est certain ! Jusqu’où iriez vous pour protéger vos proches??? Bonne lecture à tous
            • RetroRockGirl Posté le 28 Février 2019
              Servaz, ou notre enquêteur favori de Mr Minier ! Un beau thriller, empli de frissons et de suspens.
            • DidierLarepe Posté le 23 Février 2019
              Un bon polar, bien mené mais je ne sais pas, je ne suis pas fâché de l'avoir terminé...
            • Cindol Posté le 17 Février 2019
              Bernard Minier fait parti de ces auteurs dont je ne m'explique pas ma réaction : jamais je ne me "jette" sur ces romans lorsque je fais le tour de nos bibliothèque pour savoir ce que je vais lire. Pire, souvent je les remets à leur place au profit d'un autre au dernier moment. Pourquoi les bouder de cette manière? c'est un grand mystère car les 2 que j'ai lu jusqu'à présent m'ont énormément plu et j'ai pris beaucoup de plaisir à m'immiscer dans l'univers de cet auteur. Ce roman, qui est la suite de Glacé chronologiquement, même s'il peut être lu indépendamment, ne fait pas exception à la règle et l'auteur à le don pour nous plonger très rapidement dans ses histoires et nous séquestrer dans son univers le temps de la lecture. C'est fluide, rythmé, clair net et précis, et la plume est aussi simple qu'elle en est efficace. Ce roman est pourtant loin d'être une nouvelle par sa taille mais le temps que vous passez à sa lecture s'en rapproche beaucoup tellement il semble impossible de le lâcher. Un de mes meilleurs moments de lecture depuis ce début d'année. A lire sans aucune hésitation
            • ManouB Posté le 15 Janvier 2019
              L'histoire se passe à Marsac, une petite ville du sud-ouest envahie par ses nombreux étudiants qui représentent l'élite de la région... Un des professeurs de la plus prestigieuse des écoles locales (fictive) est retrouvée sauvagement assassinée. Elle était belle, "brillantissime" et très courtisée. On la retrouve morte noyée dans sa baignoire et l'assassin a pris la peine et le temps de la ligoter consciencieusement avant d'ouvrir le robinet. Hugo, un de ses élèves est retrouvé sur les lieux, en état de choc, assis au bord de la piscine où se trouvent répandues une multitude de poupées que la victime collectionnait, et qui flottent à présent dans l'eau, comme des noyées. Il a été drogué. Est-il coupable ou innocent ? Tout l'accuse ! Le commandant Martin Servaz, ce héros cabossé par la vie que j'avais déjà croisé dans "N'éteins pas la lumière" est mis sur l'affaire. Ce qu'il ne sait pas en fait, c'est que cette affaire va prendre une tournure vraiment personnelle et le replonger dans un passé douloureux qu'il a vainement tenté de fuir. La mère de Hugo est en effet son plus grand amour de jeunesse. Il n'a pas réussi à l'oublier, ni à guérir de sa trahison. De plus, lui-même a été... L'histoire se passe à Marsac, une petite ville du sud-ouest envahie par ses nombreux étudiants qui représentent l'élite de la région... Un des professeurs de la plus prestigieuse des écoles locales (fictive) est retrouvée sauvagement assassinée. Elle était belle, "brillantissime" et très courtisée. On la retrouve morte noyée dans sa baignoire et l'assassin a pris la peine et le temps de la ligoter consciencieusement avant d'ouvrir le robinet. Hugo, un de ses élèves est retrouvé sur les lieux, en état de choc, assis au bord de la piscine où se trouvent répandues une multitude de poupées que la victime collectionnait, et qui flottent à présent dans l'eau, comme des noyées. Il a été drogué. Est-il coupable ou innocent ? Tout l'accuse ! Le commandant Martin Servaz, ce héros cabossé par la vie que j'avais déjà croisé dans "N'éteins pas la lumière" est mis sur l'affaire. Ce qu'il ne sait pas en fait, c'est que cette affaire va prendre une tournure vraiment personnelle et le replonger dans un passé douloureux qu'il a vainement tenté de fuir. La mère de Hugo est en effet son plus grand amour de jeunesse. Il n'a pas réussi à l'oublier, ni à guérir de sa trahison. De plus, lui-même a été élève dans cette prestigieuse école et sa fille Margot y poursuit actuellement ses études. Elle connaît tout le monde, élèves comme professeurs et cela ne va pas tarder à lui procurer des ennuis. L'affaire se corse lorsque Servaz reçoit un mail signé par les initiales d'un sérial-killer évadé depuis peu de prison, qu'il a lui-même fait arrêter... Ce qui ajoute au suspense, c'est qu'une voix "off", nous met sur la piste d'un dangereux psychopathe, en donnant la parole à une jeune femme emprisonnée, dont le lecteur ne connaîtra l'identité qu'à la toute fin du roman. Mais bien sûr, je ne vous dirai rien de plus ! Bien évidemment, je ne vous donnerai pas la signification du titre, ni ne vous direz l'importance dans l'histoire de ce fameux "cercle", ni pourquoi ou comment il va se retrouver au centre de l'enquête. Ce que j'aime chez Bernard Minier, c'est cette façon qu'il a de nous balader entre faits réels et fiction, son côté machiavélique, ses réflexions politiques poussées qui étayent le roman et sa façon bien à lui de nous ancrer dans la réalité. Il sait décrire les faiblesses humaines, la jalousie, la trahison, le désir de vengeance, la lâcheté, la peur, sans porter aucun jugement. Mais il s'engage par contre totalement, en nous livrant ses réflexions sur notre société moderne et ses travers, comme en particulier lorsqu'il nous parle du port d'arme, des conditions inhumaines de vie en prison, du rôle négatif des publicitaires dans le monde d'aujourd'hui...entre autres ! Je ne peux que saluer également, la finesse avec laquelle il analyse la psychologie du sérial-killer. Le passage où celui-ci "joue avec sa victime" dans la forêt est tout à fait glaçant. J'ai été touchée par sa façon de parler avec beaucoup de réalisme de l'enfance maltraitée, à travers le personnage de David, mais aussi des blessures de la vie, de la perte d'un être cher et de la difficulté de se débarrasser de certains souvenirs trop douloureux. Enfin j'aime aussi ce commissaire meurtri par la vie, hanté par son passé, et en manque de reconnaissance, qui cache ses faiblesses derrière une façade bourrue, alors qu'il déborde de tendresse et d'amour pour ses proches et d'empathie pour les victimes et leur famille. Un excellent thriller à ne pas rater !
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.