Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266164870
Code sériel : 13058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Le chandelier d'or

ANNE-CAROLE GRILLOT (Traducteur)
Date de parution : 12/06/2008

La menora, l’immense chandelier d’or à sept branches, l’un des objets les plus sacrés du peuple juif… Retrouver ce trésor perdu depuis des siècles constituerait à coup sûr l’une des plus extraordinaires découvertes archéologiques de tous les temps. Quelques mois après avoir localisé l’Atlantide, c’est en tout cas un défi...

La menora, l’immense chandelier d’or à sept branches, l’un des objets les plus sacrés du peuple juif… Retrouver ce trésor perdu depuis des siècles constituerait à coup sûr l’une des plus extraordinaires découvertes archéologiques de tous les temps. Quelques mois après avoir localisé l’Atlantide, c’est en tout cas un défi à la mesure de Jack Howard et de son équipe.

De Constantinople aux glaces du Groenland, leurs recherches sous-marines confirment peu à peu les étonnantes révélations d’une carte médiévale… Mais, entre la chute de l’Empire romain et l’apogée du régime nazi, la sainte relique a suscité bien des convoitises.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266164870
Code sériel : 13058
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Traviata75 Posté le 8 Mai 2020
    Jack Howard va nous entraîner vers de singulières aventures sur un mystère passionnant. Une lecture précieuse en ces temps angoissants. Amateur d’archéologie et d’aventures, foncez !
  • Sylla Posté le 12 Février 2019
    Dans Le Chandelier d'Or, nous retrouvons le personnage de Jack Howard, archéologue, quelques mois après sa découverte de l'Atlantide. Suite à une découverte inattendue, il va partir à la recherche de la menora, le chandelier sacré et perdu du peuple juif, qui est un symbole très important. L'auteur va alors nous faire voyager à tous les coins du globe en compagnie de Jack, Costas et Maria. Entre les romains, les vikings et autres civilisations, on ne sait plus où donner de la tête. Globalement j'ai bien aimé cette lecture, mais j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de données à digérer. Ces données nous sont fournies toutes ensembles la plupart du temps. Donc on a intérêt à s'accrocher. Sur certains éléments, j'ai fini par m'y perdre pour de bon. En 435 pages, l'auteur nous donne beaucoup d'informations et c'est très voire trop dense. Pour autant le sujet est très intéressant. Pour ma part je suis très friande de tout ce qui se rapporte à l'archéologie. On découvre beaucoup de choses aussi bien sur l'histoire de la menora que sur les vikings, notamment. Ce que j'apprécie dans les livres de David Gibbins, c'est le rappel à la réalité qu'il nous fait à la... Dans Le Chandelier d'Or, nous retrouvons le personnage de Jack Howard, archéologue, quelques mois après sa découverte de l'Atlantide. Suite à une découverte inattendue, il va partir à la recherche de la menora, le chandelier sacré et perdu du peuple juif, qui est un symbole très important. L'auteur va alors nous faire voyager à tous les coins du globe en compagnie de Jack, Costas et Maria. Entre les romains, les vikings et autres civilisations, on ne sait plus où donner de la tête. Globalement j'ai bien aimé cette lecture, mais j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de données à digérer. Ces données nous sont fournies toutes ensembles la plupart du temps. Donc on a intérêt à s'accrocher. Sur certains éléments, j'ai fini par m'y perdre pour de bon. En 435 pages, l'auteur nous donne beaucoup d'informations et c'est très voire trop dense. Pour autant le sujet est très intéressant. Pour ma part je suis très friande de tout ce qui se rapporte à l'archéologie. On découvre beaucoup de choses aussi bien sur l'histoire de la menora que sur les vikings, notamment. Ce que j'apprécie dans les livres de David Gibbins, c'est le rappel à la réalité qu'il nous fait à la fin du roman, de façon à bien marquer la frontière entre ce que les historiens et archéologues savent et ce qui relève de la fiction. Côté personnages, j'ai été un peu embêtée puisque ma lecture d'Atlantis remonte à plusieurs années maintenant. Du coup, ce n'est plus très frais dans ma tête... même pas du tout. Le personnage de Maria était beaucoup mis en retrait pendant une grosse partie du roman. J'ai trouvé ça un peu dommage. L'auteur insiste beaucoup sur Jack et Costas, personnages auxquels on s'attache assez rapidement... un peu plus pour Jack ceci dit puisque la narration, sans que le livre soit écrit à la première personne, se fait plutôt du point de vue de Jack. J'ai eu beaucoup de mal à "accrocher" aux vilains de l'histoire. En particulier le personnage de Loki, que je n'ai pas trouvé crédible. Ils sont là plus pour ajouter du piment sur la fin, mais ils ne sont pas indispensables au roman (surtout Loki...). L'aspect thriller ne m'a pas paru très développé. Je trouve "l'étiquette" assez mal choisie pour le coup. À mon sens, on est beaucoup plus sur de l'aventure que sur du thriller (ce qui ne me gène pas puisque j'aime tout autant le côté aventure mais ça peut surprendre quand on s'attend à du thriller). J'ai eu quelques difficultés sur certaines descriptions notamment par rapport à des péripéties dans un iceberg. Je ne vous en dis pas plus, mais j'ai eu du mal à visualiser les scènes sur cette partie. Par contre niveau suspense quant à l'avenir des différents personnages, l'auteur sait nous tenir en haleine en les faisant passer par beaucoup d'expériences toutes plus périlleuses les unes que les autres. Le récit est très bien rythmé par ces différents évènements. En résumé c'est donc un roman que j'ai bien aimé, qui m'a permis d'en apprendre pas mal sur le peuple juif et les vikings entre autre. Dommage que l'auteur nous donne trop d'informations à intégrer d'un coup et que certaines scènes soient difficiles à visualiser.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cormorobin Posté le 15 Mai 2015
    "Le Chandelier d'Or", un "David Gibbins" comme les autres, c'est à dire le genre thriller un brin historique, un brin ésotérique, un brin aventures, un brin gentils contre les méchants. Donc un roman qui se lit sans trop de soucis, sans trop de surprises, les gentils gagnent, avec des déboires, mais qui se lit aussi avec un certain plaisir, qu'il ne faut pas bouder. Deuxième dans l'ordre chronologique, après "Atlantis", l'effet de surprise joue un peu moins, d'autant que pour ce qui me concerne, j'en ai lu quelques uns ensuite, donc c'est d'autant moins surprenant. Jack et son vieil ami Costas sont donc à la fois sur les traces de la Menora (historique chandelier à 7 branches très cher à l'histoire juive, si j'en crois l'histoire) et sur celles d'un roi Viking passé de Constantinople à Chichen Itza. Mes excuses pour ce résumé très rapide. Les méchants sont une vieille secte issue de vieux nazis. Comme j'ai eu la chance de visiter le site de Chichen Itza, et la cénote locale, avec la joie d'écouter un guide français qui conduisait son groupe, j'ai pris plaisir à ces passages qui m'ont rappelé mes vacances. Je n'en ai pas tout à fait les mêmes souvenirs... "Le Chandelier d'Or", un "David Gibbins" comme les autres, c'est à dire le genre thriller un brin historique, un brin ésotérique, un brin aventures, un brin gentils contre les méchants. Donc un roman qui se lit sans trop de soucis, sans trop de surprises, les gentils gagnent, avec des déboires, mais qui se lit aussi avec un certain plaisir, qu'il ne faut pas bouder. Deuxième dans l'ordre chronologique, après "Atlantis", l'effet de surprise joue un peu moins, d'autant que pour ce qui me concerne, j'en ai lu quelques uns ensuite, donc c'est d'autant moins surprenant. Jack et son vieil ami Costas sont donc à la fois sur les traces de la Menora (historique chandelier à 7 branches très cher à l'histoire juive, si j'en crois l'histoire) et sur celles d'un roi Viking passé de Constantinople à Chichen Itza. Mes excuses pour ce résumé très rapide. Les méchants sont une vieille secte issue de vieux nazis. Comme j'ai eu la chance de visiter le site de Chichen Itza, et la cénote locale, avec la joie d'écouter un guide français qui conduisait son groupe, j'ai pris plaisir à ces passages qui m'ont rappelé mes vacances. Je n'en ai pas tout à fait les mêmes souvenirs que ce que décrit l'auteur, j'en déduis, peut-être un peu vite, qu'il va lui aussi sans doute un peu vite dans certaines descriptions. Mais après tout, pourquoi s'en offusquer ? L'important est d'avoir un récit enlevé, ce qui est quasiment le cas de ce livre, si on omet ce qui parfois pourrait ressembler à des bavardages un peu trop long. Dans le genre, cf mes autres critiques, je préfère Antoine Traqui, certes plus futuriste, mais avec une originalité plus forte qui donne à ses ouvrages un peu plus d'allant. Ceci dit, avec Jack et Costas, on passe toujours des bons moments.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Arlavor Posté le 18 Septembre 2012
    Je crois que j'ai encore plus aimé ce tome-ci que le précédent. Comme tous les romans de David Gibbins, l'histoire commence par un prologue se déroulant à une période donnée de l'histoire. Celui-ci se passe à Rome à l'époque de l'Empereur Vespasien, à l'époque de la disparition de la menora. J'ai retrouvé avec plaisir Jack et Costas dans leurs aventures sous-marines. Contrairement à Atlantis, la recherche est très longue et les héros doivent se rendre dans de nombreux endroits pour faire avancer leurs recherches. Je pense que quand ils sont au Groenland, c'est vraiment mon passage préféré car les éléments de la nature les mettent en danger et qu'ils doivent faire vraiment très attention pour mener leur recherche à terme. J'ai adoré la fin de l'aventure même si ce qu'on y apprend sur le destin de certains trésors historiques est assez triste (mais pourtant d'une terrible logique). Les antagonistes du roman sont vraiment horribles. A côté, ceux d'Atlantis ne paraissent plus aussi méchants. Il y a une scène de torture et de meurtre d'une grande cruauté et que j'ai trouvé assez insupportable. J'ai vraiment apprécié que David Gibbins parle du Roi Arthur dans son roman même si l'hypothèse qu'il fait sur mon personnage légendaire... Je crois que j'ai encore plus aimé ce tome-ci que le précédent. Comme tous les romans de David Gibbins, l'histoire commence par un prologue se déroulant à une période donnée de l'histoire. Celui-ci se passe à Rome à l'époque de l'Empereur Vespasien, à l'époque de la disparition de la menora. J'ai retrouvé avec plaisir Jack et Costas dans leurs aventures sous-marines. Contrairement à Atlantis, la recherche est très longue et les héros doivent se rendre dans de nombreux endroits pour faire avancer leurs recherches. Je pense que quand ils sont au Groenland, c'est vraiment mon passage préféré car les éléments de la nature les mettent en danger et qu'ils doivent faire vraiment très attention pour mener leur recherche à terme. J'ai adoré la fin de l'aventure même si ce qu'on y apprend sur le destin de certains trésors historiques est assez triste (mais pourtant d'une terrible logique). Les antagonistes du roman sont vraiment horribles. A côté, ceux d'Atlantis ne paraissent plus aussi méchants. Il y a une scène de torture et de meurtre d'une grande cruauté et que j'ai trouvé assez insupportable. J'ai vraiment apprécié que David Gibbins parle du Roi Arthur dans son roman même si l'hypothèse qu'il fait sur mon personnage légendaire préféré ne m'a pas du tout plu avant d'essayer d'en apprendre plus par la suite. Ce qui me fait confirmer que ses romans sont très utiles pour avoir encore plus de culture. Le chandelier d'or est aussi bien écrit que son précédent roman même si les défauts du premier sont encore présent dans le deuxième. En effet, les descriptions sur l'archéologie sous-marines sont toujours assez ardues à comprendre par une personne qui ne s'y intéresse pas. Un deuxième tome qui confirme le talent de David Gibbins. Arlavor le Rouge.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bill Posté le 18 Décembre 2010
    quelques mois après ses aventures mouvementées au large d'Istanbul qui avaient permis de découvrir l'antique cité de l'Atlantide, le voilà de retour à la recherche de la mythique Menorah du Temple Sacré de Jerusalem mis à sac par les Romains au début de notre ère ... Ses talents d'archéologue, apte au maniement des armes à feu, capable de piloter tout engin motorisé, couplés à sa chance quasi miraculeuse lui permettront de surmonter toutes les embûches qui croiseront sa route du Bosphore aux glaciers du Groendland et jusqu'aux grottes sous-marine de sa destination finale ... que je vous laisse découvrir . Un roman d'aventures invraisemblables, mais plaisant à lire ! Un très bon moment de lecture d'été :)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.