Lisez! icon: Search engine

Le chant de Salomon

10/18
EAN : 9782264047984
Code sériel : 2509
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Le chant de Salomon

Jean GUILOINEAU (Traducteur)
Date de parution : 22/05/2008

Héritier de la tradition orale et des légendes africaines, Le chant de Salomon est un retour aux sources de l’odyssée du peuple noir. Entre rêve et réalité, cette fresque retrace la quête mythique de Macon Mort, un adolescent désabusé parti dans le Sud profond chercher d’hypothétiques lingots d’or. Mais le...

Héritier de la tradition orale et des légendes africaines, Le chant de Salomon est un retour aux sources de l’odyssée du peuple noir. Entre rêve et réalité, cette fresque retrace la quête mythique de Macon Mort, un adolescent désabusé parti dans le Sud profond chercher d’hypothétiques lingots d’or. Mais le véritable trésor qu’il découvrira sera le secret de ses origines. 

Sur un air d’éternité, Toni Morrison tisse les voix ancestrales des esclaves pour composer un hymne à la mémoire afro-américaine.

Traduit de l’anglais (États-Unis) 
par Jean Guiloineau

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264047984
Code sériel : 2509
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Toni Morrison, dans cet épais roman, nous plonge dans l'univers des Noirs américains du début du siècle, dans leurs souvenirs, leur vie mouvementée et leurs passions. C'est une saga, traversée d'humour et de violence, dans laquelle on entre avec curiosité et où l'on se perd bientôt avec délices. [...] Une figure incontournable de la littérature noire américaine et de la littérature américaine tout court. »
Revue Sépia

« La Chanson de Salomon emprunte à un mélange de folklore et de merveilleux, tout en épinglant la bourgeoisie noire. »
Claire Devarrieux, Libération

« Avec La Chanson de Salomon (Grand prix de la critique 1977), Morrison est devenue une espèce de déesse incarnée que ses admirateurs veulent embrasser dans la rue. »
Valerie Hanotel, Madame figaro

«
C'est avec La chanson de Salomon que Toni Morrison commence à atteindre la célébrité : "Les deux premiers tiers sont simplement merveilleux. Les cent dernières pages sont un triomphe", écrira un critique du New York Times. »
Le Monde des Livres

« Au travers des aventures du jeune homme, au travers aussi de ces légendes africaines qui survivent, à peine transformées, dans les croyances des Noirs américains, c'est à une véritable épopée du peuple noir qu'on assiste, depuis l'esclavage jusqu'aux mouvements pour les droits civiques des années 1960. »
Eliane Vipois, Lire

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Under_the_Moon Posté le 1 Octobre 2019
    C'est toujours un plaisir particulier de lire Toni Morrison - surtout dans la version originale. La première raison est bien sûr ce langage musical quasi incantatoire qu'elle utilise dans ses romans, faisant ainsi le lien entre les personnages du récit et leurs ancêtres - ce qui peut parfois rendre la lecture difficile. Et la seconde raison, c'est qu'elle parvient toujours a créé des personnages tellement vivants et authentiques qu'on pourrait penser les avoir croisés au détour d'une rue, ou d'un potin de bar. Le Chant de Salomon, à l'inverse des romans précédents, est une histoire d'hommes. Sans doute est-ce une des raisons pour lequel ce roman est le préféré de Barack Obama ? Dans le fond qu'importe. Ici le thème de la filiation patriarcale est très important : mais que faire quand les récits familiaux sont lacunaires ? C'est pour découvrir la vérité sur l'histoire de sa famille et sortir de ses schémas et croyances que son père lui a imposé toute sa vie que Milkman Dead entreprend tout un périple hors de son Michigan natal qui le mènera vers le sud : en Virginie. La galerie des portraits est absolument fabuleuse, de l'ami (Guitar Baines) aux membres de la famille... C'est toujours un plaisir particulier de lire Toni Morrison - surtout dans la version originale. La première raison est bien sûr ce langage musical quasi incantatoire qu'elle utilise dans ses romans, faisant ainsi le lien entre les personnages du récit et leurs ancêtres - ce qui peut parfois rendre la lecture difficile. Et la seconde raison, c'est qu'elle parvient toujours a créé des personnages tellement vivants et authentiques qu'on pourrait penser les avoir croisés au détour d'une rue, ou d'un potin de bar. Le Chant de Salomon, à l'inverse des romans précédents, est une histoire d'hommes. Sans doute est-ce une des raisons pour lequel ce roman est le préféré de Barack Obama ? Dans le fond qu'importe. Ici le thème de la filiation patriarcale est très important : mais que faire quand les récits familiaux sont lacunaires ? C'est pour découvrir la vérité sur l'histoire de sa famille et sortir de ses schémas et croyances que son père lui a imposé toute sa vie que Milkman Dead entreprend tout un périple hors de son Michigan natal qui le mènera vers le sud : en Virginie. La galerie des portraits est absolument fabuleuse, de l'ami (Guitar Baines) aux membres de la famille (Pilate, Hagar; Ruth, Macon Dead, etc) aux "étrangers" qu'ils croisent sur sa route et rendent ce périple vers le passé si intéressant. Mais dans la quête de nouveauté, ne répète-t-on pas inlassablement les mêmes schémas ? Ceux-là même qu'on voulait fuir ? Que cachent les silences dans la transmission ? Quelle place pour l'esclavage ? Quel poids pour les descendants d'esclaves ? Toni Morrison aborde ici tous les récits qui les ont construits, et c'est tout simplement d'une beauté inimitable. Difficile de résumer ce roman tant des intrigues secondaires viennent se greffer et enrichir le récit de départ. Pour ma part, ce roman de Toni Morrison ne restera pas gravé comme étant mon préféré, mais j'ai tout de même beaucoup aimé le personnage de Pilate et la fin du roman... Un roman qui vaut totalement à Toni Morrison d'être reconnue aussi comme témoin d'un monde et d'un mode de vie communautaire qu'on ne connait plus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sachenka Posté le 10 Septembre 2018
    J’ai été emballé par le début de ce roman, La chanson de Salomon, avec cette rue Pas-Rue-du-Médecin, appelée ainsi par dérision, puis j’ai été intrigué par ce vendeur d’assurance qui se jette du haut d’un hôpital, causant cette pauvre femme enceinte (fille dudit médecin de la fameuse rue) à devenir la première de couleur à accoucher à l’intérieur de l’hôpital. Début prometteur. Je me disais que son auteure, Toni Morrison, avait beaucoup d’imagination et, pour une lauréate du sérieux prix Nobel, ne craignait pas de jouer avec le ton humoristique. Mais, pas la suite, je me suis senti un peu perdu. Le nouveau-né sera éventuellement surnommé Laitier (pas parce qu’il distribue du lait, non ! cherchez plutôt du côté d’un allaitement maternel prolongé) car, dans ce patelin de Caroline du Nord, tout le monde doit porter un surnom. Et le plus étrange est le mieux. Ainsi, on a droit à Mort, Corinthiens Un, etc. Un petit lien avec les Évangiles aide aussi, comme Pilate et Agar. C’est que La chanson de Salomon est une grande fresque historique sur le peuple noir, cherchant à retracer ses origines et à trouver son identité. Ainsi, tous... J’ai été emballé par le début de ce roman, La chanson de Salomon, avec cette rue Pas-Rue-du-Médecin, appelée ainsi par dérision, puis j’ai été intrigué par ce vendeur d’assurance qui se jette du haut d’un hôpital, causant cette pauvre femme enceinte (fille dudit médecin de la fameuse rue) à devenir la première de couleur à accoucher à l’intérieur de l’hôpital. Début prometteur. Je me disais que son auteure, Toni Morrison, avait beaucoup d’imagination et, pour une lauréate du sérieux prix Nobel, ne craignait pas de jouer avec le ton humoristique. Mais, pas la suite, je me suis senti un peu perdu. Le nouveau-né sera éventuellement surnommé Laitier (pas parce qu’il distribue du lait, non ! cherchez plutôt du côté d’un allaitement maternel prolongé) car, dans ce patelin de Caroline du Nord, tout le monde doit porter un surnom. Et le plus étrange est le mieux. Ainsi, on a droit à Mort, Corinthiens Un, etc. Un petit lien avec les Évangiles aide aussi, comme Pilate et Agar. C’est que La chanson de Salomon est une grande fresque historique sur le peuple noir, cherchant à retracer ses origines et à trouver son identité. Ainsi, tous ces liens avec les Saintes Écritures mais aussi avec les légendes africaines, avec traditions orales, servent à l’accentuer. Et, pour y arriver, tout y passe : déracinement, esclavagisme, désoeuvrement, haine raciale, amour et folie, chasse au trésor, etc. Écrit ainsi, c’est assez vendeur. Toutefois, l’intrigue est toute aussi étrange que les noms des personnages. J’oserais même dire embrouillée. Par moments, ça semblait si décousu que j’éprouvais de la difficulté à m’y retrouver. Puis, à d’autres moments, mon intérêt reprenait et tout semblait avoir du sens à nouveau. J’ai vécu de tels épisodes plusieurs fois. À cause de cela, je n’ai pas été aussi sensible aux qualités littéraires, poétiques et symboliques du roman. Peut-être est également à cause de la plume de Toni Morrison ? J’avais l’impression qu’elle forçait trop l’inclusion de certains passages qui semblaient peu apporter à la trame principale. Dans tous, les cas, le dénouement rassemble tous les éléments qui me paraissaient disparates en un tout cohérent, il était trop tard pour moi : j’avais presque oublié le début de cette histoire et les raisons qui m’avaient poussé à en continuer la lecture. Dommage. Il va sans dire que ce n’est pas une lecture légère.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Milemo Posté le 28 Avril 2017
    Magnifique roman de Toni Morrison qui à travers le destin de Macon Mort dit Le Laitier, jeune homme noir d'une famille "aisée" de noirs de Caroline du Nord, raconte l'histoire du peuple noir d'Amérique. Ce livre a la flamme des récits mythiques qui nous entraînent d'un monde réel, riche et pauvre, tendre et cruel, drôle et effrayant, à un monde imaginaire, lyrique où les hommes volent dans les airs, cherchent un trésor inaccessible. En même temps les héros antiques sont ici influencés par les légendes africaines transmises oralement d'une génération à l'autre. Et c'est toute la force de ce livre qui s'inscrit dans la lignée des œuvres littéraires qui marquent leur époque.
  • stcyr04 Posté le 23 Janvier 2016
    La singulière destinée du héros du présent roman, continuellement manipulé et ballotté par les événements apparaît un peu comme une allégorie de l’histoire du peuple noir américain. À commencer par le sobriquet dont tout le monde, sauf sa famille, l'affuble, Macon "Laitier" Mort, souvenir d'un jour où il fut surpris suspendu au téton de sa maman en flagrant délit d'allaitement tardif; son patronyme, quant à lui, est le fruit d'une méprise originelle d'un yankee alcoolisé pas trop tatillon sur les formalités administratives. Son père est un petit tyran domestique, qui a fait son chemin en collectant les loyers de ses différentes propriétés foncières, terrorisant une mère effacée, bizarre, ayant eu un attachement aux manifestations pour le moins équivoques envers un père médecin. Il est affligée de deux sœurs, usant leur jeunesse à confectionner des roses en velours, et qui semblent destinées à mourir vieilles filles. N'oublions pas une grand tante fort originale de nature, au mental comme au physique (elle ne possède pas de nombril!), bouilleuse de cru durant la prohibition, grand-mère d’une Agar qu’il fréquente et qui tentera maintes fois de l'assassiner lorsqu'il se lassera d'elle, avant de finalement mourir sans avoir retrouvé ses esprits. Une chasse... La singulière destinée du héros du présent roman, continuellement manipulé et ballotté par les événements apparaît un peu comme une allégorie de l’histoire du peuple noir américain. À commencer par le sobriquet dont tout le monde, sauf sa famille, l'affuble, Macon "Laitier" Mort, souvenir d'un jour où il fut surpris suspendu au téton de sa maman en flagrant délit d'allaitement tardif; son patronyme, quant à lui, est le fruit d'une méprise originelle d'un yankee alcoolisé pas trop tatillon sur les formalités administratives. Son père est un petit tyran domestique, qui a fait son chemin en collectant les loyers de ses différentes propriétés foncières, terrorisant une mère effacée, bizarre, ayant eu un attachement aux manifestations pour le moins équivoques envers un père médecin. Il est affligée de deux sœurs, usant leur jeunesse à confectionner des roses en velours, et qui semblent destinées à mourir vieilles filles. N'oublions pas une grand tante fort originale de nature, au mental comme au physique (elle ne possède pas de nombril!), bouilleuse de cru durant la prohibition, grand-mère d’une Agar qu’il fréquente et qui tentera maintes fois de l'assassiner lorsqu'il se lassera d'elle, avant de finalement mourir sans avoir retrouvé ses esprits. Une chasse hypothétique aux lingots d’or abandonnés par son père sera l’occasion pour Laitier d’un retour aux racines de ses ancêtres et aux sources de son identité. L'intrigue, balançant entre réalisme et légendes mystiques est bien menée, sans linéarité narrative, le tout en restant clair et aisé à suivre. Le ton, pas dépourvu d'humour pour un roman ayant pour trame la condition des noirs en Amérique au fil du XXème siècle est plaisant et ne sombre jamais dans le pathétique de la victimisation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kabuto Posté le 6 Septembre 2014
    Le chant de Salomon c’est l’histoire d’une famille noire américaine plutôt aisée mais pleine de secrets et de ressentiments. Macon, le jeune garçon du foyer, plongé dans cette atmosphère étouffante, essaiera de trouver sa place dans le monde. Pour cela, il partira pour un voyage qui le mènera bien plus loin qu’il ne l’aurait imaginé au départ. Une superbe histoire peuplée de personnages forts. Outre le fait que Toni Morrison dépeint merveilleusement bien et sans concessions la condition des Afro-Américains, cette grande dame de la littérature est une experte qui sonde l’âme humaine avec une acuité qui force mon admiration. Elle excelle dans la description des sentiments, des blessures et des failles de ses héros en y ajoutant une petite dose de magie et de rêve qui décuple la force de ses récits. C’est pour cette raison que je la classe parmi mes auteurs préférés.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…