RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Comte de Monte-Cristo

            Pocket
            EAN : 9782266196925
            Code sériel : 6216
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 928
            Format : 108 x 177 mm
            Le Comte de Monte-Cristo

            Catherine EUGENE (Préface)
            Date de parution : 13/07/2009

            Édition présentée et commentée par Claude Aziza (université Paris III) et Catherine Eugène (lycée de la Légion d’honneur)

             

            Monte-Cristo est un surhomme, un grand seigneur fastueux dont Dumas disait modestement que Dieu ne pouvait rien lui refuser. Comte d’emprunt, il est d’abord Edmond Dantès, l’ancien marin jeté dix ans durant au...

            Édition présentée et commentée par Claude Aziza (université Paris III) et Catherine Eugène (lycée de la Légion d’honneur)

             

            Monte-Cristo est un surhomme, un grand seigneur fastueux dont Dumas disait modestement que Dieu ne pouvait rien lui refuser. Comte d’emprunt, il est d’abord Edmond Dantès, l’ancien marin jeté dix ans durant au fond du château d’If par des ennemis dont il ignore tout. La rencontre de hasard avec l’abbé Faria, prélat italien détenteur d’un fabuleux trésor, lui donne les moyens de sa vengeance...

            Le captif s’évade. Dantès le mort vivant dispose maintenant d’une fortune démesurée. Il est au-dessus des lois. La justice est en marche, à la poursuite impitoyable des lâches et des criminels…


            Lire avec le texte et la préface
            Comprendre avec Les clés de l’œuvre
            19 pages pour aller à l’essentiel
            134 pages pour approfondir

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266196925
            Code sériel : 6216
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 928
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Lucilou Posté le 29 Avril 2019
              Délicieux. Puissant. Génial. Grandiose. Et je pourrais en aligner encore et encore des adjectifs pour qualifier "Le Comte de Monte-Cristo". Je pourrais y épuiser le dictionnaire que j'aurai l'impression de ne pas avoir trouvé celui qui épouserait le mieux ce roman fabuleux. Alexandre Dumas, avec Edmond Dantès et ses comparses, délaisse pour un temps l'Histoire et le passé pour se faire le conteur de son temps, de ce XIX°siècle qu'il a traversé. "Le Comte de Monte-Cristo", c'est un véritable roman d'aventures: trésors enfouis, duels, amours impossible, travestissements, bals et complots: rien n'y manque et tout y est abouti, sublimé. Et c'est un pur plaisir. C'est aussi un roman feuilleton dans la plus pure tradition et Dumas savait comme personne terminer un chapitre de manière à laisser ses lecteurs en proie à la frustration la plus extrême et à l'impatience la plus brûlante. C'est enfin le grand roman de la vengeance et à cet égard, il en ressort une noirceur à laquelle nous a peu habitué le père des Trois Mousquetaires: Edmond, ce jeune homme à la noblesse d'âme, à défaut de naissance, au cœur généreux et plein d'amour devient au fil des pages ce comte certes fascinant, mais implacable parfois cruel, inquiétant.... Délicieux. Puissant. Génial. Grandiose. Et je pourrais en aligner encore et encore des adjectifs pour qualifier "Le Comte de Monte-Cristo". Je pourrais y épuiser le dictionnaire que j'aurai l'impression de ne pas avoir trouvé celui qui épouserait le mieux ce roman fabuleux. Alexandre Dumas, avec Edmond Dantès et ses comparses, délaisse pour un temps l'Histoire et le passé pour se faire le conteur de son temps, de ce XIX°siècle qu'il a traversé. "Le Comte de Monte-Cristo", c'est un véritable roman d'aventures: trésors enfouis, duels, amours impossible, travestissements, bals et complots: rien n'y manque et tout y est abouti, sublimé. Et c'est un pur plaisir. C'est aussi un roman feuilleton dans la plus pure tradition et Dumas savait comme personne terminer un chapitre de manière à laisser ses lecteurs en proie à la frustration la plus extrême et à l'impatience la plus brûlante. C'est enfin le grand roman de la vengeance et à cet égard, il en ressort une noirceur à laquelle nous a peu habitué le père des Trois Mousquetaires: Edmond, ce jeune homme à la noblesse d'âme, à défaut de naissance, au cœur généreux et plein d'amour devient au fil des pages ce comte certes fascinant, mais implacable parfois cruel, inquiétant. Edmond est bien mort dans sa prison finalement... et grâce à l'abbé Faria, c'est un autre homme qui naît. C'est un lord Byron de fiction qui jaillit des flots de la Méditerranée, abandonnant ses oripeaux de jeune Werther. On ne l'en aime pas moins, bien au contraire. Roman de la vengeance et d'une possible rédemption, "Le Comte de Monte-Cristo" nous emmène de la prison de la mer à une pauvre auberge mal-famée, d'une campagne militaire à de fastueuses soirées, de Marseille à Paris, de l'amour à la haine avec flamboyance. Dumas s'y montre plus romantique et tourmenté que jamais, mais sa plume est toujours aussi vivante, aussi puissante. Tout en offrant à ses personnages de fantastiques écrins, scènes sur lesquelles se déployer, il dissèque les grandeurs et les petitesses de l'âme humaine, prompte à aimer et à trahir, à commettre des erreurs qui deviennent souvent des crimes, à s'affranchir de la souffrance avec gourmandise, avec humanisme. Sublime, juste sublime.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Claire73 Posté le 10 Mars 2019
              De Dumas ou Dantès, je ne saurais dire lequel envoûte le plus ! Le Comte de Monte Cristo fait partie de ces livres que l'on déguste, ceux pour lesquels on prend son temps, sans brusquer les choses. Oui parce qu'on voudrait que ça ne s'arrête jamais. En refermant ce tome 1, je me console en pensant aux 700 prochaines pages du tome 2. Pour l'instant, je le garde au chaud comme un trésor.
            • MaToutePetiteCulture Posté le 7 Mars 2019
              Cette lecture restera indéniablement comme l’une de mes plus belles découverte littéraire de l’année 2019 ! Ce roman m’a totalement fascinée et bouleversée, et j’ai directement enchainé avec le tome 2 car je ne voulais pas quitter cette histoire sans en connaitre le dénouement. Le comte de Monte-Cristo est une oeuvre intimidante, par son genre et par son impressionnant nombre de pages. Le côté classique m’effrayait un peu, mais dès les premières minutes, j’ai été rassurée. La plume d’Alexandre Dumas est très accessible, très fluide, avec peu de descriptions ce qui la rend très dynamique. Si vous avez peur de vous lancer dans ce pavé, soyez rassuré, il est très simple et très agréable à lire, c’est du pur divertissement ! Et que dire de l’histoire en elle-même, qui est à la fois épique et bouleversante ?! Faire la connaissance de cette galerie de personnages intrigants fut formidable, les suivre sur tant d’années le fut tout autant. Dumas nous ballade dans tous les milieux sociaux et politiques de cette époque trouble de l’Histoire de France, qui ajoute des enjeux à cette histoire de vengeance déjà assez sombre. Edmond Dantès est un personnage extrêmement charismatique, qui gagne en épaisseur au fil des pages et... Cette lecture restera indéniablement comme l’une de mes plus belles découverte littéraire de l’année 2019 ! Ce roman m’a totalement fascinée et bouleversée, et j’ai directement enchainé avec le tome 2 car je ne voulais pas quitter cette histoire sans en connaitre le dénouement. Le comte de Monte-Cristo est une oeuvre intimidante, par son genre et par son impressionnant nombre de pages. Le côté classique m’effrayait un peu, mais dès les premières minutes, j’ai été rassurée. La plume d’Alexandre Dumas est très accessible, très fluide, avec peu de descriptions ce qui la rend très dynamique. Si vous avez peur de vous lancer dans ce pavé, soyez rassuré, il est très simple et très agréable à lire, c’est du pur divertissement ! Et que dire de l’histoire en elle-même, qui est à la fois épique et bouleversante ?! Faire la connaissance de cette galerie de personnages intrigants fut formidable, les suivre sur tant d’années le fut tout autant. Dumas nous ballade dans tous les milieux sociaux et politiques de cette époque trouble de l’Histoire de France, qui ajoute des enjeux à cette histoire de vengeance déjà assez sombre. Edmond Dantès est un personnage extrêmement charismatique, qui gagne en épaisseur au fil des pages et des épreuves qu’il subit. C’est une personnalité fascinante d’intelligence et de pragmatisme, et bouleversante de simplicité et d’injustice dans ce qu’il traverse. Ca reste toutefois un personnage difficile à apprécier réellement, tant cette histoire de vengeance est sombre. Je ne peux m’empêcher d’être en empathie avec Edmond, et en même temps de me sentir gênée face à toute la haine qu’il ressent; c’est cette ambivalence de sentiments qui rend cette lecture si fascinante ! A la fin de ce premier tome, je n’ai pu m’empêcher d’enchainer avec la suite, dans laquelle je me ballade tranquillement. Je n’ai pas du tout hâte de quitter cette histoire, dont j’ai maintenant envie de voir les adaptations télévisuelles ! J’écouterai ou lirai les autres romans de Dumas, c’est certain ! Si vous avez peur de ce roman, FONCEZ ! Si vous voulez vous lancer dans du classique, FONCEZ ! Si vous aimez les histoires romantiques et épiques : FONCEZ ! Bref, FONCEZ sur ce roman !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nicolastralala Posté le 23 Janvier 2019
              Quel plaisir...
            • Domichel Posté le 14 Janvier 2019
              Comment publier une critique sur « un des plus grands monuments de la littérature française » ? Avec neuf mots, les derniers de la phrase précédente… Bon, c’est un peu court c’est vrai, mais si je devais résumer la version intégrale de la Pléiade (plus de 1400 pages tout de même) je ne saurais pas comment y arriver. L’histoire tout le monde la connaît, ou presque : une jalousie, un complot, une trahison, un emprisonnement, une évasion et une vengeance. C’est un récit d’aventure qui fait voyager le lecteur comme les personnages dans toute la Méditerranée, et de Rome à Paris. Du plus profond du cachot du château d’If au plus grand des palais des Champs-Elysées. Le voyage n’est pas seulement géographique il est historique aussi, du règne de Louis XVIII à celui de Louis-Philippe, et commence le jour ou Napoléon quitte l’Île d’Elbe, élément déclencheur du sort funeste de Dantès - à son corps défendant. Enfin ce voyage est psychologique dans son approche de l’évolution d’un esprit simple, honnête et confiant à celui déterminé, manipulateur, implacable et sans retour possible ; peut-on appeler ça remords ou regrets ? Pour terminer il est également philosophique car il laisse au lecteur toute latitude... Comment publier une critique sur « un des plus grands monuments de la littérature française » ? Avec neuf mots, les derniers de la phrase précédente… Bon, c’est un peu court c’est vrai, mais si je devais résumer la version intégrale de la Pléiade (plus de 1400 pages tout de même) je ne saurais pas comment y arriver. L’histoire tout le monde la connaît, ou presque : une jalousie, un complot, une trahison, un emprisonnement, une évasion et une vengeance. C’est un récit d’aventure qui fait voyager le lecteur comme les personnages dans toute la Méditerranée, et de Rome à Paris. Du plus profond du cachot du château d’If au plus grand des palais des Champs-Elysées. Le voyage n’est pas seulement géographique il est historique aussi, du règne de Louis XVIII à celui de Louis-Philippe, et commence le jour ou Napoléon quitte l’Île d’Elbe, élément déclencheur du sort funeste de Dantès - à son corps défendant. Enfin ce voyage est psychologique dans son approche de l’évolution d’un esprit simple, honnête et confiant à celui déterminé, manipulateur, implacable et sans retour possible ; peut-on appeler ça remords ou regrets ? Pour terminer il est également philosophique car il laisse au lecteur toute latitude pour porter un jugement ou avoir un avis sur le parcours d’un homme animé par une telle détermination. L’écriture est flamboyante, le vocabulaire à la fois d’une richesse immense et son accès d’une facilité déconcertante. Certes, mais quel jeune peut aujourd’hui s’attaquer à un tel livre ? Sans doute sont-ils peu nombreux, peut-être aussi parce qu’il ne s’adressait pas à un jeune public au départ. Pourtant que de belles formules, que de descriptions de paysages, de villes, de décors. Les acteurs sont saisissants de vérité, par leur physique, leur caractère, leurs actes prévisibles ou inattendus, jamais sans raison. Dumas a cela de commun avec Hugo ou Verne, ou Balzac et Zola (et j’en oublie), tous ces auteurs avaient la passion et la perfection chevillée à la plume, il fallait que leurs personnages soient empreints de véracité pour que leurs actes soient immanquablement logiques et dans le prolongement de leur caractère. C’est à la fois magnifique et terrifiant. Quelle force peut transformer un fils aimant et respectueux, un fiancé fidèle, un marin courageux à l’honneur irréprochable, en un procureur froid et déterminé, se muant en bras armé d’une justice qu’il fait sienne, car celle à laquelle il croyait l’a brisé et humilié. Il y a chez lui du Vautrin, du Nemo, du Valjean et du Javert à la fois, et ce n’est sans doute pas un hasard si ces personnages évoluent à la même époque. Le XIXe siècle devait être celui d’une littérature exaltée et réaliste en même temps. Du moins c’est ainsi que je le ressens. Quant au scénario lui-même fallait-il que son auteur fut habité par une flamme aussi puissante que celle de son héros pour produire un tel ouvrage. Car même les fâcheux qui l’accusent de tirer à la ligne par appât du gain, sont obligés de reconnaître que les nombreux chapitres qui nous paraissent un peu étrangers à l’histoire, comme les longues vacances de Morcef à Rome, la bataille de Janina ou d’autres encore sur la vie parisienne et l’immobilier de l’époque, (que j’avoue aussi avoir eu du mal à lire), viennent s’imbriquer tôt ou tard dans cette quasi-épopée. Comme j’aurais aimé écrire ainsi, mais à chacun son destin, le mien est de pouvoir lire ces œuvres monumentales, et si j’y ai passé autant de semaines à l’automne dernier, il fallait bien attendre ce début d’année pour que j’en retire la substantifique moelle et vous fasse partager mon avis.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.