Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266295987
Code sériel : 6216
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 912
Format : 108 x 177 mm

Le Comte de Monte-Cristo

Date de parution : 27/03/2019

LES GRANDS TEXTES DU XIXSIÈCLE

Monte-Cristo est un surhomme, un grand seigneur fastueux dont Dumas disait modestement que Dieu ne pouvait rien lui refuser. Comte d’emprunt, il est d’abord Edmond Dantès, l’ancien marin jeté dix ans durant au fond du château d’If par des ennemis dont il ignore tout. La rencontre...

LES GRANDS TEXTES DU XIXSIÈCLE

Monte-Cristo est un surhomme, un grand seigneur fastueux dont Dumas disait modestement que Dieu ne pouvait rien lui refuser. Comte d’emprunt, il est d’abord Edmond Dantès, l’ancien marin jeté dix ans durant au fond du château d’If par des ennemis dont il ignore tout. La rencontre de hasard avec l’abbé Faria, prélat italien détenteur d’un fabuleux trésor, lui donne les moyens de sa vengeance...
Le captif s’évade. Dantès le mort vivant dispose maintenant d’une fortune démesurée. Il est au-dessus des lois. La justice est en marche, à la poursuite impitoyable des lâches et des criminels…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266295987
Code sériel : 6216
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 912
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pluume_Lectures Posté le 11 Novembre 2020
    Il y a au moins 3 bonnes raisons de lire ce chef d’oeuvre, en vous les racontant je vais vous exposer l'histoire et vous livrer mon analyse des messages que recèle ce texte. _ RAISON 1 : Pour la grande aventure que vous vous apprêtez à vivre. Grande épopée, manipulation, amours contrariés, rebondissements, suspense, tout y est. Tout part d’une énorme injustice qui conduira Edmond Dantès en prison. Que feriez-vous si le jour de votre mariage on venait vous arrêter pour vous emmener croupir dans une prison pour un fait que vous n’avez pas commis ? Pis encore, si cette arrestation était une conspiration orchestrée pour servir les intérêts de personnages peu scrupuleux. Imaginez passer des années dans une cellule avec pour seul compagnon le désir de vengeance. Et si quelqu’un vous donnait la possibilité de changer le cours des choses, accepteriez-vous ? Un peu comme un magicien mais sans magie, juste avec de l’argent, du temps et de l’esprit. Ce livre est celui d’une vaste machination où des liens se tissent et s'entremêlent. Je vous l’annonce, il arrivera des instants qui vous perdront, vous ne verrez pas le lien immédiat avec l'intrigue. Et puis viendra le moment où tout s’éclaire, où l’on comprend. Les... Il y a au moins 3 bonnes raisons de lire ce chef d’oeuvre, en vous les racontant je vais vous exposer l'histoire et vous livrer mon analyse des messages que recèle ce texte. _ RAISON 1 : Pour la grande aventure que vous vous apprêtez à vivre. Grande épopée, manipulation, amours contrariés, rebondissements, suspense, tout y est. Tout part d’une énorme injustice qui conduira Edmond Dantès en prison. Que feriez-vous si le jour de votre mariage on venait vous arrêter pour vous emmener croupir dans une prison pour un fait que vous n’avez pas commis ? Pis encore, si cette arrestation était une conspiration orchestrée pour servir les intérêts de personnages peu scrupuleux. Imaginez passer des années dans une cellule avec pour seul compagnon le désir de vengeance. Et si quelqu’un vous donnait la possibilité de changer le cours des choses, accepteriez-vous ? Un peu comme un magicien mais sans magie, juste avec de l’argent, du temps et de l’esprit. Ce livre est celui d’une vaste machination où des liens se tissent et s'entremêlent. Je vous l’annonce, il arrivera des instants qui vous perdront, vous ne verrez pas le lien immédiat avec l'intrigue. Et puis viendra le moment où tout s’éclaire, où l’on comprend. Les fils se déroulent et l’intrigue se dénoue, c’est grandiose. Le destin du Comte est tour à tour émouvant, troublant, écoeurant. Il est parfois drôle, mais il est surtout ingénieux et instructif. On en arrive à la raison la plus importante de le lire à mon sens : le point numéro 2. _ Raison 2 : Pour ses réflexions. C’est un livre intelligent porteur d’une grande sagesse. Il faut lire pour la justesse des réflexions qui se dégagent des pensées et paroles du Comte. À travers ses expériences, le Comte diffuse des leçons de vie. Et il en reçoit lui aussi. 1/ Il a un discours qu’on pourrait qualifier de philosophie de l’acceptation et de la reconnaissance. Exemple concret, le Comte dit : “Il n’y a ni bonheur ni malheur en ce monde, il y a la comparaison d’un état à un autre, voilà tout. Celui-là seul qui a éprouvé l’extrême infortune est apte à ressentir l’extrême félicité. Il faut avoir voulu mourir, [...], pour savoir combien il est bon de vivre” Ce qu’il veut dire ici, c’est que bien souvent l’on n’arrive pas à se satisfaire des simples plaisirs de la vie que l’on a autour de soi (ces micro-moments de bonheur qui existent bel et bien mais que l’on n’arrive plus à voir). Le propre de l’homme est d’être dans un perpétuel état d'insatisfaction et de vouloir toujours plus (d’argent, de temps, d’amour, de biens etc. etc.). Ce que je comprends dans cet extrait c’est qu’il n’a jamais été aussi important (encore plus en cette période de crise) d’être reconnaissant de ces petits plaisirs qui parsèment notre quotidien. Seulement, pour parvenir à cet état de reconnaissance et disons le mot, de gratitude pour ce qu’on a, il faut avoir emprunté un certain chemin (de vie et de pensée). Le Comte explique que pour ressentir cet état de grande félicité, il faut d’abord avoir été confronté à une situation d'intense souffrance, pour que vienne ensuite la phase d’acceptation. Car c’est seulement là, au moment où l’on renonce au bonheur qu’on s’était figuré et que l’on accepte les choses dans l’état où elles sont (en gros qu’on touche le fond, disons le ainsi), qu’on sera en mesure d’apprécier tout ce qui s’offre à nous. Pour le Comte il faut avoir voulu mourir pour savourer ce que la vie nous offre. Son raisonnement est extrême et discutable mais l’idée est là. En laissant certains personnages aller presque jusqu’au bout de leur acte suicidaire, il veut ainsi qu’ils puissent réellement mesurer et savourer le bonheur que le Comte a prévu de leur offrir par la suite. Non pas pour qu’ils lui vouent un culte, mais pour qu’ils soient reconnaissants de la valeur de la vie. Combien de fois avons-nous désiré ardemment quelque chose puis tel Caderousse le filou, une fois l’objet du désir obtenu, nous avons oublié la valeur qu’il avait et avons demandé plus, toujours plus. Le message est simple : Ne désire pas plus. Vis l’instant et sois reconnaissant pour ce que tu as. 2/ La puissance de l’amour comme élixir de vie Le Comte découvrira aussi à ses dépens que l’homme, aussi puissant et armé soit-il, ne peut contrôler une chose : les sentiments croisés des autres. Il apprendra que l’amour maternel est plus fort que tout et qu’une femme est prête à se soustraire à la vie si elle peut sauver celle de son enfant. Paramètre critique qu’il n’avait pas intégré dans sa machination. Il apprendra qu’on peut encore avoir le coeur palpitant d’un doux battement inaudible alors qu’on le croyait mort et éteint depuis longtemps. L’amour est chose si forte qu’elle peut rallumer les coeurs les plus froids et faire vaciller les esprits les plus inflexibles. Et ça, le Comte ne l’avait pas prévu dans ses plans. 3/ La part d'incertitude et spontanéité fait le sel de la vie Justement, le futur n’est pas un objet malléable selon ses désidératas. L’avenir ne peut être décidé par la seule volonté d’un homme déterminé, peu importe la quantité d’argent ou de temps dont il dispose. C’est une chose impalpable et imprévisible. Même avec tout l’argent du monde on ne peut se risquer de jouer avec ni de parier dessus. En regardant les liens se créer entre un garçon - qu’il considère comme son fils - et la fille de son ennemi, il comprendra qu’on ne peut pas tout acheter, et certainement pas contrôler les sentiments des autres malgré toutes les machinations possibles. Surtout, la vie lui donnera une leçon : il est impossible de planifier sa destinée. Il y a toujours une part d’incertitude et de spontanéité qui se glisse dans quelque plan de vie tracé d’avance ou vengeance même brillamment orchestrée. Et à y réfléchir, il se rend compte que c'est mieux ainsi. 4/ Nous sommes la somme des personnes dont on s’entoure La rencontre en prison avec l’abbé est déterminante. Elle va lui donner un nom, une instruction, une vision, un but de vie. C’est l’abbé qui va l’instruire et le faire s’élever au rang de grand intellectuel. Ce passage nous rappelle que l’on est façonné par les rencontres que l’on fait dans sa vie. Qu’on grandit grâce aux autres et en miroir d'eux. Raison 3 : Pour la langue du XIXè siècle Ô que j'ai aimé la plume de Dumas. Certes, il y a des expressions passées de mode, mais je trouve que ça lui donne tout son charme. C'est désuet mais envoûtant. J’ai d’autant plus aimé la sonorité grâce à l’audio. J'ai lu ce livre en audio (aux éditions Sixtrid) la voix d'Eric Herson-Macarel est à tomber ! Le mot de la fin pour les plus réticents : - N’oubliez pas que Dumas ne laisse rien au hasard. Rien. Si certains passages vous semblent n’avoir aucun intérêt, attendez un peu et vous verrez qu’il auront leur utilisé plus tard. L’intrigue est bien ficelée. - Si vous avez peur de vous ennuyer, n’ayez crainte car jusqu’à la fin il y aura des rebondissements dans cette grande épopée. C’est long mais c’est un régal.  - Pensez à la version audio ! À la lecture papier j’aurais sûrement ressenti des longueurs mais l’audio a cela de révolutionnaire en ce que la voix vous berce et qu'il est possible d'écouter en lecture accélérée ;)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 6 Novembre 2020
    Le comte de Monte Cristo, chef d'oeuvre d'Alexandre Dumas, réédité par les Presses de la Cité, est un livre à offrir comme un bel objet à un lecteur de classiques. Avec la saga des mousquetaires, "Le comte de Monte-Cristo" est sans doute le plus célèbre roman de Dumas, du plus universellement connu. Le livre a ainsi donné lieu à des adaptations cinématographiques incessantes, sans parler de suites, pastiches et imitations littéraires sans nombre. Présentée dans un coffret où se découpe la silhouette du célèbre personnage, Le comte de Monte-Cristo, est enrichie de 173 gravures en noir et blanc d'Edouard Riou, peintre et illustrateur français. Souvent en pleine page, elles nous plongent dans ce récit où le jeune Edmond Dantès est victime d'un complot et se retrouve enfermé au château d'If. Bien des années plus tard, le richissime comte de Monte-Cristo, personnage mystérieux, fait son apparition dans la haute société parisienne. Une vengeance implacable se met en marche. Claude Azia, spécialiste d'Alexandre Dumas et auteur de nombreux ouvrages à son sujet, accompagne le texte d'une préface où il recontextualise ce chef d'oeuvre de la littérature française. Il clôt ce beau livre par un dictionnaire Monte-Cristo dans laquelle sont livrées, entre autres, des informations... Le comte de Monte Cristo, chef d'oeuvre d'Alexandre Dumas, réédité par les Presses de la Cité, est un livre à offrir comme un bel objet à un lecteur de classiques. Avec la saga des mousquetaires, "Le comte de Monte-Cristo" est sans doute le plus célèbre roman de Dumas, du plus universellement connu. Le livre a ainsi donné lieu à des adaptations cinématographiques incessantes, sans parler de suites, pastiches et imitations littéraires sans nombre. Présentée dans un coffret où se découpe la silhouette du célèbre personnage, Le comte de Monte-Cristo, est enrichie de 173 gravures en noir et blanc d'Edouard Riou, peintre et illustrateur français. Souvent en pleine page, elles nous plongent dans ce récit où le jeune Edmond Dantès est victime d'un complot et se retrouve enfermé au château d'If. Bien des années plus tard, le richissime comte de Monte-Cristo, personnage mystérieux, fait son apparition dans la haute société parisienne. Une vengeance implacable se met en marche. Claude Azia, spécialiste d'Alexandre Dumas et auteur de nombreux ouvrages à son sujet, accompagne le texte d'une préface où il recontextualise ce chef d'oeuvre de la littérature française. Il clôt ce beau livre par un dictionnaire Monte-Cristo dans laquelle sont livrées, entre autres, des informations bibliographiques sur Alexandre Dumas, les adaptations sur écrans du titre, des focus sur des lieux ou sur des personnes ayant joué un rôle dans l'écriture de ce grand classique. Un très bel ouvrage à offrir aux nombreux admirateurs de Dumas et de ce classique du roman d'aventures.
    Lire la suite
    En lire moins
  • labergejessika Posté le 14 Septembre 2020
    Un très bon livre qui nous fait voyager dans le temps j’ai adoré et je continue la suite avec impatience. L’histoire me fait penser au masque de fer en soi, un jeune homme enfermé pour injustice qui finit par être libre.
  • MichaelAvalos Posté le 27 Août 2020
    Alors celui-là, quelle claque ! Bon, tout le monde le connaît ce livre, mais qui l'a lu en entier ? Je me suis replongé dans les classiques cet été, et mon dieu, Dumas, quel panache, quelle efficacité. La vengeance, bien sûr, est notre fil directeur. Mais ce qui m'a touché, c'est l'arc narratif particulier qui suit Edmond, et qui le transforme en Monte-Cristo. Il est bien jeune, bien naïf, bien innocent, notre matelot, quand commence cette fantastique histoire. Et au lieu d'avoir le traditionnel antagoniste, nous en avons trois, ou même plutôt quatre. Mais je ne garderai que les trois principaux en tête: Villefort, Danglars et Mondego. On a été baigné dans tant de films et de comics qui se sont directement inspirés de ces personnages, que le terrain paraît (presque) connu. Le héros "masqué" - son masque, c'est sa nouvelle identité - je crois qu'il est le premier de l'histoire de la littérature, ou du moins le plus important, et je pense qu'il en a influencé tant d'autres (je pense à Batman, bien sûr). Cet amour contrarié, ces décors mythiques - la cellule dans le château d'If, l'île de Monte-Cristo, le Paris du XIXème, les bals, les rumeurs, l'abbé... Alors celui-là, quelle claque ! Bon, tout le monde le connaît ce livre, mais qui l'a lu en entier ? Je me suis replongé dans les classiques cet été, et mon dieu, Dumas, quel panache, quelle efficacité. La vengeance, bien sûr, est notre fil directeur. Mais ce qui m'a touché, c'est l'arc narratif particulier qui suit Edmond, et qui le transforme en Monte-Cristo. Il est bien jeune, bien naïf, bien innocent, notre matelot, quand commence cette fantastique histoire. Et au lieu d'avoir le traditionnel antagoniste, nous en avons trois, ou même plutôt quatre. Mais je ne garderai que les trois principaux en tête: Villefort, Danglars et Mondego. On a été baigné dans tant de films et de comics qui se sont directement inspirés de ces personnages, que le terrain paraît (presque) connu. Le héros "masqué" - son masque, c'est sa nouvelle identité - je crois qu'il est le premier de l'histoire de la littérature, ou du moins le plus important, et je pense qu'il en a influencé tant d'autres (je pense à Batman, bien sûr). Cet amour contrarié, ces décors mythiques - la cellule dans le château d'If, l'île de Monte-Cristo, le Paris du XIXème, les bals, les rumeurs, l'abbé Faria, bien sûr, surtout l'abbé Faria ! Malgré les longueurs habituelles du format feuilleton, on se régale. Je vais me replonger dans d'autres Dumas pour la peine...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lecteur_75015 Posté le 31 Juillet 2020
    Un roman que j’ai dévoré pendant cette première semaine de vacances ! Malgré des longueurs à Rome, je suis tombé sous le charme de l’intrigue, pleine de coïncidences et d’invraisemblances ! Sans hésiter, je lirai le second tome.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !