RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le couloir des ténèbres (poche)

            10/18
            EAN : 9782264068842
            Code sériel : 5101
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 128 x 197 mm
            Le couloir des ténèbres (poche)

            Florence BERTRAND (Traducteur)
            Collection : Grands Détectives
            Date de parution : 18/08/2016
            L’infirmière Hester Monk et son mari William, commandant de la police fluviale, livrent une bataille désespérée contre deux scientifiques qui, au nom de la médecine, se sont tournés vers le crime.
            Magnus Rand, un médecin rusé, et son frère Hamilton, un chimiste de génie, sont prêts à tout pour remédier à la fatale maladie « du sang blanc ». Dans l’annexe du Royal Naval Hospital de Londres, à Greenwich, alors qu’Hester Monk s’occupe d’un des patients des frères Rand, le richissime... Magnus Rand, un médecin rusé, et son frère Hamilton, un chimiste de génie, sont prêts à tout pour remédier à la fatale maladie « du sang blanc ». Dans l’annexe du Royal Naval Hospital de Londres, à Greenwich, alors qu’Hester Monk s’occupe d’un des patients des frères Rand, le richissime Bryson Radnor, elle dcouvre trois jeunes enfants terrifiés et apprend avec stupeur qu’ils ont été emprisonnés par le frères Rand à des fins expérimentales. Mais les frères Rand sont trop près de leur but pour permettre à quiconque de révéler leurs expériences. Hester est enlevée avant d’avoir pu les dénoncer. William Monk et ses fidèles amis – l’avocat Oliver Rathbone et l’ancien tenancier de bordel Squeaky Robinson – parcourent les rues de Londres et la belle campagne anglaise à leur recherche, sachant que le temps leur est compté.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264068842
            Code sériel : 5101
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 128 x 197 mm
            10/18
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Souri7 Posté le 23 Décembre 2018
              💉 Vingt et unième tome de la saga Willam Monk.💉 Au Royal Naval Hospital de Londres, une amie infirmière d'Hester a demandé à Hester de la remplacer lors de gardes de nuit, afin de lui permettre de se rendre auprès d'un parent malade. Hester est ravie de rendre ce service et de s'occuper de soldats blessés. Lors de l'une de ses gardes de nuit, Hester aperçoit une petite fille de 6 ans, Maggie, errant dans l'établissement. La petite lui demande de l'accompagner afin d'aider son frère, mourant. Hester découvre dans une salle cachée, trois enfants alités dans un état pitoyable. Peu de temps après les frères Rand (médecin et scientifique) sollicite Hester afin de s'occuper de Bryson Radnor, un homme richissime atteint de leucémie. Le traitement administré à cet homme révèle l'horreur de la situation : les enfants sont emprisonnés afin de fournir du sang. Sa découverte est telle qu'elle est enlevée et menacée de mort. Monk est bien décidé à la retrouver... J'avais été déçu par le précédent tome, Du sang sur la Tamise. Avec Le couloir des Ténèbres, j'ai retrouvé le sourire. 😉L'histoire est captivante, dynamique, sans trop de longueurs. Le personnage d'Hester prend ici plus d'importance que lors des précédents ouvrages.... 💉 Vingt et unième tome de la saga Willam Monk.💉 Au Royal Naval Hospital de Londres, une amie infirmière d'Hester a demandé à Hester de la remplacer lors de gardes de nuit, afin de lui permettre de se rendre auprès d'un parent malade. Hester est ravie de rendre ce service et de s'occuper de soldats blessés. Lors de l'une de ses gardes de nuit, Hester aperçoit une petite fille de 6 ans, Maggie, errant dans l'établissement. La petite lui demande de l'accompagner afin d'aider son frère, mourant. Hester découvre dans une salle cachée, trois enfants alités dans un état pitoyable. Peu de temps après les frères Rand (médecin et scientifique) sollicite Hester afin de s'occuper de Bryson Radnor, un homme richissime atteint de leucémie. Le traitement administré à cet homme révèle l'horreur de la situation : les enfants sont emprisonnés afin de fournir du sang. Sa découverte est telle qu'elle est enlevée et menacée de mort. Monk est bien décidé à la retrouver... J'avais été déçu par le précédent tome, Du sang sur la Tamise. Avec Le couloir des Ténèbres, j'ai retrouvé le sourire. 😉L'histoire est captivante, dynamique, sans trop de longueurs. Le personnage d'Hester prend ici plus d'importance que lors des précédents ouvrages. La thématique abordée est également d'actualité : l'avancée de la science peut-elle se faire à tout pris ? Ici, Anne Perry nous offre un récit mettant en avant l'horreur de la situation avec des enfants prisonniers et pourvoyeur de sang... mais également, les avancées que cela pourrait entraîner pour la science et le sauvetage de milliers de personnes. Le couloir des Ténèbres se présente par un récit en 3 parties. Une première assez courte où Monk traque un trafiquant d'arme et perd un de ses hommes. Cette enquête est malheureusement traitée rapidement, et laisse de nombreuses interrogations en suspens. Je pense qu'elles seront traitées dans le prochain tome, Anne Perry aimant prolonger ses aventures. Une seconde partie concerne Hester et son enlèvement. Enfin, la dernière concerne le procès et le côté moral et philosophique de l'intrigue. Anne Perry démontre ici son talent qui semblait quelque peu terni dans les précédents ouvrages. L'intrigue est captivante, les personnages secondaires sont utilisés à bon escient et permettent de mettre en place une sphère émotionnelle puissante (voir Scuff régresser, Squeaky s'énerver, Monk perdu) par l'absence d'Hester. L'arrivée de Rathbone dans l'intrigue (à partir du chapitre 10) permet de passer de cet état émotionnel aux côtés morales du récit. Le procès et les interrogations posées permettent aux lecteurs de se mettre à la place de Bryson Radnor ou sa fille. 👉Au final, une aventure passionnante dans l'univers Monkien. Mon seul point noir concerne la mort d'un personnage proche de Monk qui est rapidement expédiée alors qu'au fil des livres, le lecteur s'était attaché. Espérons que cet oubli sera rapidement corrigé dans un prochain tome... sinon cette mort serait vraiment absurde. Ce roman est sombre, dérangeant par ses aspects philosophiques... et ne pourra pas laisser le lecteur indifférent.🧠
              Lire la suite
              En lire moins
            • cmpf Posté le 14 Avril 2018
              J’ai retrouvé avec plaisir William Monk et son épouse Hester. Même si William a sa propre enquête qui lui coûtera des chagrins, l’accent est plus sur Hester. Cette fois Anne Perry s'intéresse à un sujet sur lequel il n'est pas si facile de prendre position. Hester délaisse un peu momentanément sa clinique pour remplacer une amie dans un service dirigé par le docteur Magnus Rand secondé par son frère chimiste Hamilton. Tous les deux cherchent un moyen de guérir la leucémie. Cela semble passer par les transfusions sanguines qui sont expérimentées depuis longtemps mais qui entraînent parfois la mort douloureuse du patient sans que l’on comprenne pourquoi (l’existence des groupes sanguins ne sera trouvée qu’en 1900). Hester découvre ainsi par hasard une pièce dans laquelle des enfants sont retenus à des fins de prélèvement de leur sang. Le docteur Rand lui demande d’ailleurs de s’occuper d’un riche vieil homme atteint de leucémie. Hester n’apprécie guère cet homme foncièrement égoïste ni beaucoup sa fille complètement sous la coupe de son père. Pourtant son éthique l'empêche de refuser de s’en occuper, d’autant qu’elle perçoit tous les bénéfices que l’on pourrait tirer de la maîtrise de la transfusion pour les suites des accouchements,... J’ai retrouvé avec plaisir William Monk et son épouse Hester. Même si William a sa propre enquête qui lui coûtera des chagrins, l’accent est plus sur Hester. Cette fois Anne Perry s'intéresse à un sujet sur lequel il n'est pas si facile de prendre position. Hester délaisse un peu momentanément sa clinique pour remplacer une amie dans un service dirigé par le docteur Magnus Rand secondé par son frère chimiste Hamilton. Tous les deux cherchent un moyen de guérir la leucémie. Cela semble passer par les transfusions sanguines qui sont expérimentées depuis longtemps mais qui entraînent parfois la mort douloureuse du patient sans que l’on comprenne pourquoi (l’existence des groupes sanguins ne sera trouvée qu’en 1900). Hester découvre ainsi par hasard une pièce dans laquelle des enfants sont retenus à des fins de prélèvement de leur sang. Le docteur Rand lui demande d’ailleurs de s’occuper d’un riche vieil homme atteint de leucémie. Hester n’apprécie guère cet homme foncièrement égoïste ni beaucoup sa fille complètement sous la coupe de son père. Pourtant son éthique l'empêche de refuser de s’en occuper, d’autant qu’elle perçoit tous les bénéfices que l’on pourrait tirer de la maîtrise de la transfusion pour les suites des accouchements, les blessés de guerre, elle qui a rejoint dans ses premières années d’adulte, Florence Nightingale sur les champs de bataille en crimée, et toutes les pertes massives de sang. Hester essaie donc d'apporter le plus possible de réconfort et de soins aux enfants tout en soignant le malade. Comme toujours après l’enquête vient le procès et c’est une des choses que j’apprécie dans cette série car finalement une affaire n’est terminée que lorsqu’elle est jugée.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ArlieRose Posté le 28 Décembre 2017
              Anne Perry a deux séries de romans situés dans le Londres du dix-neuvième siècle et je les lis depuis le début, trouvant toujours plaisir à retrouver ses personnages. Monk, amnésique qui reconstitue sa mémoire au hasard de rencontres fulgurantes dans certaines histoires, a toute ma sympathie. Au début ce roman, l'auteur décrit un peu le personnage et aborde un sujet crucial : dans quelle mesure les expérimentations font-elles progresser la médecine et jusqu'où peut-on aller ? Quelle est la frontière entre Pasteur et Mengele ? Une histoire ancienne qui peut faire penser au présent, ce volume peut tout à fait être lu séparément, même si on n'a pas lu les précédents. Un des meilleurs de cette série selon moi.
            • petitbiscuit Posté le 16 Octobre 2017
              Un polar assez classique dans le style, la manière de mener l'enquête, les rebondissements. On devine assez rapidement la fin, un peu abrupte. Mais aussi un roman agréable et qui développe une réflexion intéressante sur le prix à payer pour permettre aux sciences de progresser. Des personnages attachants, dégageant un certain charisme, un cadre historique (l'Angleterre du 19ème siècle) attrayant.
            • Isambour Posté le 6 Mai 2017
              Petite déception pour cet Anne Perry. Il y avait longtemps que je n'en avais plus lu, la couverture m'a tentée mais... non, décidément, je préfère le couple Pitt. J'ai trouvé l'intrigue lente, voire franchement longue, il y a tout un passage avec Monk qui semble là pour ajouter des pages car il n'apporte vraiment rien et d'aucune manière à l'histoire. A part ça, toutes les réflexions sur les avancées de la science sont intéressantes et permettent de nuancer les "méchants". Malgré ma petite déception, cela reste un bon polar qui se lit avec plaisir.
            Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
            Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.