Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266219952
Code sériel : 7077
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Le Cycle des Xeelees

Singularité

Pierre Paul DURASTANTI (Traducteur), Bénédicte LOMBARDO (Direction de collection)
Date de parution : 14/11/2013

5274. L'humanité s'est dispersée dans l'univers et a rencontré de nouvelles formes de vie. Parfois pour son plus grand malheur. Après s'être libérée de l'emprise des Squeems, elle est tombée sous le joug des Qax qui lui ont ôté la technologie. Les humains ont régressé...

Malgré tout, la résistance s'organise et...

5274. L'humanité s'est dispersée dans l'univers et a rencontré de nouvelles formes de vie. Parfois pour son plus grand malheur. Après s'être libérée de l'emprise des Squeems, elle est tombée sous le joug des Qax qui lui ont ôté la technologie. Les humains ont régressé...

Malgré tout, la résistance s'organise et cherche le moyen d'ouvrir un trou de ver pour retourner dans le passé afin de modifier le présent.

Un jeu avec l'esace-temps qui pourrait bien être fatal. Mais pour qui ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266219952
Code sériel : 7077
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Pour son deuxième roman, Stephen Baxter est remarquable de maîtrise. » Sci-fi Universe.com

« Avec Singularité, on entre enfin de plain-pied dans la plus prodigieuse histoire du futur jamais écrite. » Bifrost

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • hellrick Posté le 4 Décembre 2018
    Ce roman de Stephen Baxter, écrit en 1992, s’inscrit dans sa vaste histoire du futur, le cycle des Xeelees. Il s’agit d’un neo space opéra mêlant l’aventure spatiale à des considérations philosophiques et scientifiques ardues héritées de la hard science et empruntant également aux interrogations technologiques sur le devenir de l’homme souvent évoqué dans le cyberpunk. On y retrouve donc logiquement la notion de « singularité » théorisée par Vernon Vinge qui veut (en résumé et en gros traits) que l’intelligence artificielle entraine un emballement des progrès techniques et une déshumanisation progressive de l’Homme. L’évolution technique deviendrait si rapique que l’humanité, en très peu de temps, serait incapable de la maitriser voir même de la comprendre. Dans SINGULARITE, le roman, Baxter imagine des trous noirs envoyé dans l’avenir pour créer des passages temporels mais tombant dans un futur où l’humanité vit sous la coupe des Qax. Un autre vaisseau, celui des Amis de Wigner, plonge dans le passé pour transformer Jupiter et frapper les Qax dans ce passé tandis qu’un Qax venu d’un futur où l’humanité a triomphé de l’envahisseur grâce à un certain Bolder vient compliquer la situation… Paradoxes temporels, univers potentiels ou alternatifs, singularités diverses,…Pas de doute, Baxter joue... Ce roman de Stephen Baxter, écrit en 1992, s’inscrit dans sa vaste histoire du futur, le cycle des Xeelees. Il s’agit d’un neo space opéra mêlant l’aventure spatiale à des considérations philosophiques et scientifiques ardues héritées de la hard science et empruntant également aux interrogations technologiques sur le devenir de l’homme souvent évoqué dans le cyberpunk. On y retrouve donc logiquement la notion de « singularité » théorisée par Vernon Vinge qui veut (en résumé et en gros traits) que l’intelligence artificielle entraine un emballement des progrès techniques et une déshumanisation progressive de l’Homme. L’évolution technique deviendrait si rapique que l’humanité, en très peu de temps, serait incapable de la maitriser voir même de la comprendre. Dans SINGULARITE, le roman, Baxter imagine des trous noirs envoyé dans l’avenir pour créer des passages temporels mais tombant dans un futur où l’humanité vit sous la coupe des Qax. Un autre vaisseau, celui des Amis de Wigner, plonge dans le passé pour transformer Jupiter et frapper les Qax dans ce passé tandis qu’un Qax venu d’un futur où l’humanité a triomphé de l’envahisseur grâce à un certain Bolder vient compliquer la situation… Paradoxes temporels, univers potentiels ou alternatifs, singularités diverses,…Pas de doute, Baxter joue dans la cour des férus d’hard-science et ceux qui se sont senti perdus devant des films comme « Looper », « L’armée des 12 singes » ou « Retour vers le futur » risquent de devoir consommer un tube entier d’aspirines pour arriver au terme de ce roman pourtant relativement (relativement est important car la lecture s’avère ici quelque peu ardue sans toutefois être indigeste) court. Par sa longueur acceptable (300 pages) et son mélange de passages hard-sciences pas toujours aisés d’accès et de science-fiction plus « grand public », SINGULARITE demeure une porte d’entrée conseillée dans l’univers d’un des auteurs majeurs de la SF contemporaine. On peut buter sur des descriptions ou des séquences rébarbatives pour le non scientifique tout en se laissant prendre à la vision véritablement cosmique et grandiose du romancier qui apporte, en dépit de son aspect complexe, un véritable plaisir à l’amateur de science-fiction ambitieuse non dénuée d’un réel « sense of wonder ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • finitysend Posté le 16 Mars 2015
    Baxter nous propose avec Singularité , un roman assez court , de hard-science , qui traite des paradoxes temporels qui imbriquent activement des univers alternatifs . Des univers , que je qualifierais de potentiels et interactifs , pour ce qui est de définir les rapports qu’ils entretiennent les uns avec les autres . Un cours roman donc , qui s’insère dans le cycle des Xeelees mais qui peut se lire indépendamment . C’est peut-être l’occasion de découvrir l’auteur dans un récit bref , ce qui est mieux pour une première fois … C’est de la pure hard-science très romancée et aussi digeste que possible . Le lecteur passe les portails et cogite sur l’espace et le temps en explorant des milieux et des environnements très futuristes . C’est un roman d’action ou les personnages aux connaissances scientifiques pointues , soliloquent et dialoguent en experts souvent , pour éclairer les contextes mouvants et tortueux de cet univers . C’est un des meilleurs récit du type guerre temporelle qui soit , je trouve , car il est argumenté et sans naïvetés fatales et faciles. Les personnages sont convaincants et présents . Il y a des affects à ressentir et à explorer dans ce texte qui est soigné mais... Baxter nous propose avec Singularité , un roman assez court , de hard-science , qui traite des paradoxes temporels qui imbriquent activement des univers alternatifs . Des univers , que je qualifierais de potentiels et interactifs , pour ce qui est de définir les rapports qu’ils entretiennent les uns avec les autres . Un cours roman donc , qui s’insère dans le cycle des Xeelees mais qui peut se lire indépendamment . C’est peut-être l’occasion de découvrir l’auteur dans un récit bref , ce qui est mieux pour une première fois … C’est de la pure hard-science très romancée et aussi digeste que possible . Le lecteur passe les portails et cogite sur l’espace et le temps en explorant des milieux et des environnements très futuristes . C’est un roman d’action ou les personnages aux connaissances scientifiques pointues , soliloquent et dialoguent en experts souvent , pour éclairer les contextes mouvants et tortueux de cet univers . C’est un des meilleurs récit du type guerre temporelle qui soit , je trouve , car il est argumenté et sans naïvetés fatales et faciles. Les personnages sont convaincants et présents . Il y a des affects à ressentir et à explorer dans ce texte qui est soigné mais qui affiche néanmoins quelques faiblesses . Par exemple , les transitions , elles sont un peu faibles je trouve , on sent que l’auteur a du mal à faire court … Un bon space opera de hard-science , une bonne distraction , bien fumeuse et déroutante comme on les aime. Pour faire passer la substantifique moelle des romans de Baxter , je dirais que à un certain stade , la science peu naturellement paraitre de la magie , au pauvre lecteur primitif que nous sommes. Et pourtant , non ….
    Lire la suite
    En lire moins
  • BlackWolf Posté le 11 Août 2014
    En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce second tome du cycle des Xeelees que j’ai trouvé un cran au-dessus que le précédent. L’histoire nous offre un Space-Opera qui s’étend à la fois dans le temps et l’espace, où l’humanité va tenter de quitter le joug des Qax et qui se révèle efficace, flamboyant avec de nombreux rebondissements. L’aspect scientifique peut, certes, paraitre complexe et demander un minimum de connaissances, mais se révèle fascinant par les possibilités qu’il développe. L’auteur offre aussi de nombreuses réflexions qui se révèlent intéressantes et efficaces. L’univers qu’on retrouve au fil des pages est vraiment fascinant, bien porté par les aspects technologiques et les descriptions. Je regrette par contre un certain décalage entre l’aspect ambitieux que cherche à mettre en place l’auteur, mais qui perd de sa force devant certaines facilités déconcertantes, de plus je trouve que les explications scientifiques sont présentées de façon un peu trop répétitives. Rien de non plus bloquant. Concernant les personnages, ils remplissent parfaitement leurs rôles pour faire avancer l’histoire de façon efficace, mais manquent de profondeur et de sentiments pour se révéler complètement accrocheur. La plume de l’auteur se révèle simple, efficace et entrainante et... En Résumé : J’ai passé un bon moment de lecture avec ce second tome du cycle des Xeelees que j’ai trouvé un cran au-dessus que le précédent. L’histoire nous offre un Space-Opera qui s’étend à la fois dans le temps et l’espace, où l’humanité va tenter de quitter le joug des Qax et qui se révèle efficace, flamboyant avec de nombreux rebondissements. L’aspect scientifique peut, certes, paraitre complexe et demander un minimum de connaissances, mais se révèle fascinant par les possibilités qu’il développe. L’auteur offre aussi de nombreuses réflexions qui se révèlent intéressantes et efficaces. L’univers qu’on retrouve au fil des pages est vraiment fascinant, bien porté par les aspects technologiques et les descriptions. Je regrette par contre un certain décalage entre l’aspect ambitieux que cherche à mettre en place l’auteur, mais qui perd de sa force devant certaines facilités déconcertantes, de plus je trouve que les explications scientifiques sont présentées de façon un peu trop répétitives. Rien de non plus bloquant. Concernant les personnages, ils remplissent parfaitement leurs rôles pour faire avancer l’histoire de façon efficace, mais manquent de profondeur et de sentiments pour se révéler complètement accrocheur. La plume de l’auteur se révèle simple, efficace et entrainante et arrive à happer le lecteur dès les premières pages pour aboutir à une conclusion fascinante sur la frise qu’il construit. Au final un roman réussi, malgré quelques défauts, et je lirai le troisième tome sans soucis. Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
    Lire la suite
    En lire moins
  • weatherwax Posté le 11 Février 2012
    Un poil compliqué mais quelle vision !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.