Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264054340
Code sériel : 4485
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Le dernier hiver

Marie-Hélène ARCHAMBEAUD (Traducteur)
Collection : Domaine Policier
Date de parution : 06/10/2011

Dans le quartier de Vasastan, les scènes de crime se répètent : deux femmes sont retrouvées mortes dans leur lit au petit matin. En l'absence de marques d’effraction et d'empreintes, les maris font des suspects idéaux. Il s’agit désormais d’obtenir des aveux. Mais un détail intrigue une jeune auxiliaire de police…

Crime passionnel,...

Dans le quartier de Vasastan, les scènes de crime se répètent : deux femmes sont retrouvées mortes dans leur lit au petit matin. En l'absence de marques d’effraction et d'empreintes, les maris font des suspects idéaux. Il s’agit désormais d’obtenir des aveux. Mais un détail intrigue une jeune auxiliaire de police…

Crime passionnel, vengeance ou tueur en série ? Une enquête qui conduira le commissaire Winter à fouiller au plus profond de lui-même et de son passé.

Traduit du suédois
par Marie-Hélène Archambeaud

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264054340
Code sériel : 4485
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tancrede50 Posté le 17 Février 2020
    Erik Winter et son chef, Bertil Ringmar, sont en charge d’une enquête difficile sur les meurtres de deux jeunes femmes dans leur sommeil. Les scènes de crime se situent dans le quartier de Vasastan à Goteborg, non loin de là où habite Winter. Le dernier hiver est le 10ème des 12 romans où Ake Edwardson met en scène Erik Winter, le titre vient du fait que Fredrik Halders, un de ses collaborateurs veut démissionner, lassé de son travail de policier, ce sera son ‘dernier hiver’. D’entrée, on apprécie les dialogues courts qui volent dans l’air comme une balle de ping-pong et donnent du rythme au récit. Le portrait que brosse Ake Edwardson de Winter est attachant. Et puis il y a cette jeune policière en tenue, Gerda Hoffner, qui par hasard est la première sur les deux scènes de crime et a un sens de l’observation très développé, elle va partager ses découvertes avec Winter, ce qui marquera un progrès déterminant dans l’enquête. Tout est réuni pour un très bon roman. Hélas, dans ce livre là, on fait face à un type d’intrigue que je n’apprécie pas tellement, car trop invraisemblable: quand l’assassin met en scène ses crimes et va... Erik Winter et son chef, Bertil Ringmar, sont en charge d’une enquête difficile sur les meurtres de deux jeunes femmes dans leur sommeil. Les scènes de crime se situent dans le quartier de Vasastan à Goteborg, non loin de là où habite Winter. Le dernier hiver est le 10ème des 12 romans où Ake Edwardson met en scène Erik Winter, le titre vient du fait que Fredrik Halders, un de ses collaborateurs veut démissionner, lassé de son travail de policier, ce sera son ‘dernier hiver’. D’entrée, on apprécie les dialogues courts qui volent dans l’air comme une balle de ping-pong et donnent du rythme au récit. Le portrait que brosse Ake Edwardson de Winter est attachant. Et puis il y a cette jeune policière en tenue, Gerda Hoffner, qui par hasard est la première sur les deux scènes de crime et a un sens de l’observation très développé, elle va partager ses découvertes avec Winter, ce qui marquera un progrès déterminant dans l’enquête. Tout est réuni pour un très bon roman. Hélas, dans ce livre là, on fait face à un type d’intrigue que je n’apprécie pas tellement, car trop invraisemblable: quand l’assassin met en scène ses crimes et va jusqu’à porter directement un message à Winter à son domicile (!?) et quand il tue pour une raison venant de faits survenus 20 ans auparavant! C’est pour cela que j’ai eu du mal à accrocher à ce récit, même si je reconnais que c’est bien écrit, que ça se lit aisément et que l’auteur entretient un suspense (facile) quasi permanent. Avec même une fin ouverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 26 Mai 2019
    C'est toujours un plaisir de lire Edwarsson et de retrouver pour une nouvelle enquête notre cher commissaire Winter
  • sandrine57 Posté le 4 Janvier 2016
    Quelques mois se sont passés depuis qu'Erik Winter et son équipe ont dit adieu à leur collègue et ami Lars Bergenhem. Décembre est là, Noël approche, Göteborg s'illumine pour les fêtes. Débarrassé de ses migraines, Winter profite du soleil qui s'attarde sur le pays avec sa famille quand le corps d'un noyé s'échoue sur sa plage privée -une intrusion détestable de son travail dans sa sphère privée jusque là protégée. L'homme ayant probablement été étranglé avant d'être jeté à l'eau, le commissaire se charge de l'enquête. Les indices sont minces, aussi Winter prend le temps de s'intéresser à une autre affaire que lui soumet Gerda Hoffner, une auxiliaire de police fine observatrice. Deux femmes sont mortes, deux trentenaires aisées, étouffées dans leur lit, à côté de leurs compagnons qui n'ont rien vu, rien entendu, mais qui sont naturellement suspectés. Gerda a remarqué des similitudes dans les deux affaires, des détails qui laissent à penser qu'un tiers se trouvait sur les lieux. Winter lui fait confiance et enquête dans son quartier, dans un milieu qu'il connait bien, celui des bourgeois de Göteborg qui vivent entre Suède et Andalousie. Présenté comme le dernier tome de la série, ce Dernier hiver fait la part... Quelques mois se sont passés depuis qu'Erik Winter et son équipe ont dit adieu à leur collègue et ami Lars Bergenhem. Décembre est là, Noël approche, Göteborg s'illumine pour les fêtes. Débarrassé de ses migraines, Winter profite du soleil qui s'attarde sur le pays avec sa famille quand le corps d'un noyé s'échoue sur sa plage privée -une intrusion détestable de son travail dans sa sphère privée jusque là protégée. L'homme ayant probablement été étranglé avant d'être jeté à l'eau, le commissaire se charge de l'enquête. Les indices sont minces, aussi Winter prend le temps de s'intéresser à une autre affaire que lui soumet Gerda Hoffner, une auxiliaire de police fine observatrice. Deux femmes sont mortes, deux trentenaires aisées, étouffées dans leur lit, à côté de leurs compagnons qui n'ont rien vu, rien entendu, mais qui sont naturellement suspectés. Gerda a remarqué des similitudes dans les deux affaires, des détails qui laissent à penser qu'un tiers se trouvait sur les lieux. Winter lui fait confiance et enquête dans son quartier, dans un milieu qu'il connait bien, celui des bourgeois de Göteborg qui vivent entre Suède et Andalousie. Présenté comme le dernier tome de la série, ce Dernier hiver fait la part belle à celui qui fut le plus jeune commissaire de Suède. Erik Winter, amateur de jazz et de whisky écossais, père de famille aimant, flic impliqué et très cérébral, n'a pas cessé, au fil des années, de s'interroger sur son métier, sa paternité, ses amitiés et la société dans laquelle il évolue. Cette dernière enquête, au rythme lent, le conduit du centre huppé de Göteborg aux villas avec piscine des riches expatriés suédois de la Costa del sol. C'est comme si le crime s'immisçait dans sa sphère privée, l'Andalousie étant son refuge, l'endroit où il envisage parfois de se retirer. Très dialogué, introspectif et mélancolique, ce dernier opus a le goût amer de la séparation. Åke Edwardson abandonne son personnage, seul, loin de chez lui, sur les côtes espagnoles. Un adieu difficile pour le lecteur, et sans doute pour l'auteur aussi, puisqu'il n'a pu se résoudre à en finir définitivement avec son commissaire fétiche. Dernier hiver mais pas dernière enquête pour Erik Winter qui a encore de beaux jours devant lui. Ouf !
    Lire la suite
    En lire moins
  • clairejeanne Posté le 14 Janvier 2015
    Gerda Hoffner n'est qu'une jeune recrue, juste une auxiliaire de police qui patrouille ; mais c'est elle qui se rend compte qu'il y a des ressemblances dans les deux scènes de crime sur lesquels elle est appelée. Des appartements assez luxueux dans le centre de Göteberg (Suède), mais quelqu'un a bien rangé les piles de livres sur les tables de chevet et redressé les tableaux ; ce sont deux jeunes femmes qui ont été étouffées et leurs conjoints se réveillent épouvantés à leur côté ... Tracassée par ces enquêtes, elle parle au commissaire Erik Winter de ses découvertes et celui-ci mobilise son équipe ; mais Gerda retourne sur les lieux d'un des crimes sans prévenir personne. Très prenant et instructif ce "polar nordique" qui met en scène des policiers un peu désabusés mais malins et courageux ; leurs méthodes de réflexion sont intéressantes, ils se renvoient la balle en essayant d'avancer dans leurs déductions. La personnalité du commissaire Winter est particulièrement fouillée, attachante ; un roman policier de qualité. Et chic ! Même si c'est la dernière enquête de ce commissaire, il y a toutes les précédentes à lire !
  • jeandubus Posté le 17 Janvier 2014
    Le dernier hiver J’avais déjà lu ce livre, il y a quatre ou cinq ans et voilà qu’il se retrouve à portée de main. Et la relecture a créé dans mon esprit des réminiscences successives sans pour autant me rappeler l’issue finale. Aussi ai-je poursuivi parce que l’intrigue est accrocheuse. Deux crimes identiques dans deux chambres semblables à Göteborg. Plus un cadavre qui échoue sur une plage. Une intrigue intrigante en quelque sorte. Le fil de l’enquête qui relie, comme c’est souvent le cas, la Suède et le Sud (en l’occurrence l’Espagne, pas l’Afrique de Mankell) est ténu sans pour autant casser. On le tire doucement pour aboutir et c’est là qu’est la petite déception. On a du mal à comprendre, c’est si confus. C’est sans doute pour ça que j’avais oublié la fin. Cela dit le plaisir alangui de lire un polar suédois sans sérial killer est plutôt reposant et rassérénant.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…