Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266156806
Code sériel : 12696
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Le dernier pour la route

Chronique d'un divorce avec l'alcool

Date de parution : 16/02/2006

Plume à la main ou caméra au poing, Hervé Chabalier couvre toutes les guerres depuis plus de trente ans. Dans ce livre, il a choisi de raconter la sienne, contre l’alcool. Les drames d’une vie, ses succès et ses belles aventures, l’envoûtement et le dégoût provoqués par cette maîtresse insatiable...

Plume à la main ou caméra au poing, Hervé Chabalier couvre toutes les guerres depuis plus de trente ans. Dans ce livre, il a choisi de raconter la sienne, contre l’alcool. Les drames d’une vie, ses succès et ses belles aventures, l’envoûtement et le dégoût provoqués par cette maîtresse insatiable et destructrice, ses défaites et sa victoire sur lui-même…
Un récit intime, mais aussi le journal de bord très concret d’une cure réussie. Ce témoignage se lit comme un immense cri d’espoir offert à toutes celles et ceux que cette maladie encore largement taboue concerne.

« Le carnet de bord, poignant et drôle, intelligent et salutaire, d'une cure de désintoxication. » Marie-Dominique Lelièvre – Libération

« Son témoignage est grave, son livre n'a rien de pesant. » Christine Deymard – Le Figaro littéraire

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266156806
Code sériel : 12696
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Le carnet de bord, poignant et drôle, intelligent et salutaire, d’une cure de désintoxication. »

Marie-Dominique Lelièvre – Libération

« Son témoignage est grave, son livre n’a rien de pesant. »

Christine Deymard – Le Figaro Littéraire

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ben44 Posté le 15 Novembre 2017
    Très beau livre qui explique bien le fonctionnement de la maladie alcoolique a ceux qui ne connaissent pas forcément cette maladie, ici tout est dit avec pudeur et tendresse magnifique.Il montre aussi que l'on peut s'en sortir, même si le chemin est long et ardue! Parole d'ancien buveur !!!!
  • Nadouch Posté le 8 Mars 2016
    Avant de voir le film avec Cluzet, j'ai eu envie de lire les mots de Chabalier. Sous la forme d'un journal quotidien lors de ses 40 jours de clinique de sevrage, l'auteur nous livre (se livre) la chronique de son divorce avec l'alcool mais aussi (et surtout) le pourquoi et le comment de la dégringolade d'un alcoolique célèbre mais anonyme, comme tous les autres... Fascinante, cette capacité à se remettre en question. Tout au long de son séjour, l'auteur émeut par sa franchise, force le respect par son charisme, donne de l'optimisme et de la confiance dans la vie, dans le genre humain, dans l'avenir quand on pense qu'il n'y en a plus... De belles pages sur la perte d'un être cher (ouille, le vécu de ce type... on en deviendrait alcoolo-dépendant pour moins que ça !), sur la maladie, sur le repli sur soi... Mais aussi quelques moments très vrais sur le quotidien en clinique psy, le partage, l'ouverture aux autres, éclopés de la vie, parenthèse de rafistolage pour cœurs et corps cabossés qui sonne juste et vraie. Je n'ai pas cherché à savoir si son sevrage avait perduré, mais je l'espère sincèrement, ce monsieur le mériterait.
  • Christelle83230 Posté le 7 Janvier 2016
    Habitué des conflits et des épreuves, l'un des plus grands reporters de guerre se livre ici avec pudeur et sincérité sur un sujet jugé encore trop souvent tabou. Avec discernement sur son histoire, il nous relate son parcours et sa cure en Suisse qui lui sera salutaire. Un beau livre de confidences fort et courageux, avec la note d'humour nécessaire, qui aide à mieux comprendre. Un témoignage chaleureux qui pour ne rien gâcher a un style littéraire et est très facile d'accès, ce qui permettra aux plus jeunes une prise de conscience sur ce fléau.
  • jg69 Posté le 4 Avril 2015
    Un jour d’août 2002, peu après le décès de son père, ce brillant reporter, fondateur de l’agence CAPA s’est reconnu alcoolique et a décidé de s’en sortir . Il démonte le fil de journées pour s’apercevoir que sa vie ne tourne désormais plus qu’autour de l’alcool, que celui-ci est devenu sa préoccupation majeure. Ne jamais manquer de vin est de loin préférable à tout ce qui avait fait sa vie jusque là. Il prend conscience que ni son amour pour sa femme, ni sa passion du métier, ni ses solides amitiés ne priment sur l’alcool. Il part alors pour la Suisse, dans un établissement de désintoxication. Hervé Chabalier se veut lucide. Il a touché le fond, il va s’en sortir. Et s’il évoque une vie aussi riche que tragique, il dissèque le cheminement intime qui l’a conduit lui et pas un autre à cet état. Il est le seul responsable même s’il a de fortes circonstances atténuantes qui en auraient fait plonger plus d’un également. Avec l’hérédité qui a sans doute sa part en la personne d’un grand-père alcoolique. Avec la responsabilité supposée même cinquante ans plus tard de la mort d’une petite sœur adorée. Et puis plus récemment le décès de sa... Un jour d’août 2002, peu après le décès de son père, ce brillant reporter, fondateur de l’agence CAPA s’est reconnu alcoolique et a décidé de s’en sortir . Il démonte le fil de journées pour s’apercevoir que sa vie ne tourne désormais plus qu’autour de l’alcool, que celui-ci est devenu sa préoccupation majeure. Ne jamais manquer de vin est de loin préférable à tout ce qui avait fait sa vie jusque là. Il prend conscience que ni son amour pour sa femme, ni sa passion du métier, ni ses solides amitiés ne priment sur l’alcool. Il part alors pour la Suisse, dans un établissement de désintoxication. Hervé Chabalier se veut lucide. Il a touché le fond, il va s’en sortir. Et s’il évoque une vie aussi riche que tragique, il dissèque le cheminement intime qui l’a conduit lui et pas un autre à cet état. Il est le seul responsable même s’il a de fortes circonstances atténuantes qui en auraient fait plonger plus d’un également. Avec l’hérédité qui a sans doute sa part en la personne d’un grand-père alcoolique. Avec la responsabilité supposée même cinquante ans plus tard de la mort d’une petite sœur adorée. Et puis plus récemment le décès de sa deuxième fille, à l’âge de trois mois, et enfin la terrible maladie orpheline de son fils. En quelques semaines, il découvre le « lâcher prise », la solidarité immense des alcooliques anonymes qui le laissait plus que sceptique jusqu’alors. Il s’avoue humble et dépendant lui qui se voulait battant et vainqueur toujours. Il a trouvé plus fort que lui : l’alcool et l’accepte. Mais pourtant, jamais cette « chronique d’un divorce avec l’alcool » n’est pesante. L’humour et le talent du journaliste sont toujours là avec ses formules caustiques quand il fait la différence entre les maladies "présentables", l’asthme, le diabète opposées à l’alcoolisme, ce mot qui évoque clochard, dépravé, vicieux, amoral. Ce livre est essentiel, salutaire même pour tous ceux qui vivent la maladie alcoolique au quotidien. Qu’ils en soient eux-mêmes victimes, ou qu’un de leurs proches le soient.
    Lire la suite
    En lire moins
  • emi13 Posté le 2 Janvier 2013
    trés beau livre d'un homme qui a connu l'enfer de l'alcool
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.