Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264057815
Code sériel : 4626
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
Le dîner
Isabelle Rosselin (traduit par)
Date de parution : 03/01/2013
Éditeurs :
10/18

Le dîner

Isabelle Rosselin (traduit par)
Date de parution : 03/01/2013

Deux frères se donnent rendez-vous avec leur épouse dans un restaurant branché d'Amsterdam. Hors-d'œuvre : le maître d'hôtel s'affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche,...

Deux frères se donnent rendez-vous avec leur épouse dans un restaurant branché d'Amsterdam. Hors-d'œuvre : le maître d'hôtel s'affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances. Dessert : piques et banalités. On évite soigneusement le véritable enjeu de ce dîner à huis clos :...

Deux frères se donnent rendez-vous avec leur épouse dans un restaurant branché d'Amsterdam. Hors-d'œuvre : le maître d'hôtel s'affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances. Dessert : piques et banalités. On évite soigneusement le véritable enjeu de ce dîner à huis clos : leurs fils respectifs ont commis un acte d'une violence inouïe. Jusqu’au couperet de l’addition...

« Une des paraboles les plus impitoyables qu'on ait lues depuis longtemps, des plus noires aussi. Rien d'étonnant à ce que le livre soit placé, dès l'épigraphe, sous le haut patronage de Tarantino ! »
Jean-Claude Perrier - Livres Hebdo

Traduit du néerlandais
par Isabelle Rosselin

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264057815
Code sériel : 4626
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Le dîner commence doucement, presque léger, un peu grinçant mais quand on comprend enfin de quelle situation les protagonistes essaient de se dépêtrer, tout ce qu’on avait pris pour de l’humour est en fait un cynisme épouvantable des personnages et une satire cruelle et brillante de l’auteur. Ce roman est une claque et on le termine complètement déboussolé avec mille questions en tête.
Alexandra Charroin Spangenberg / Librairie de Paris

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • hellza24 Posté le 8 Mai 2022
    Je sors de cette lecture troublée, nauséeuse. J'ai l'habitude des romans sombres, mais là c'est une plongée dans une vision perverse de l'humanité qui me laisse un froid dans le dos terrible. "Le dîner" est un roman que j'ai lu très vite, mais à contre cœur : j'avais besoin de connaître la fin, de refermer ses pages, et de passer à autre chose ! Il est bien écrit, les personnages ont une véritable épaisseur, c'est ce qui rend ce roman si puissant. Je ne peux pas dire que "Le dîner" m'a plu, ni même qu'il m'a fait passer un moment agréable. Mais c'est un roman qui m'a touché- tordu les tripes est plus exact.
  • patricegeille Posté le 12 Avril 2022
    Je ne peux pas le cacher, j'ai beaucoup aimé ce livre. Suis-je coupable moi aussi ? Le découpage en chapitres, les dialogues, les analepses, tout cela m'a paru magistral. L'originalité des réflexions, leur maturité, cela aussi m'a impressionné. Une voix originale. Les dialogues, omniprésents, sonnent juste, et il y a du sens jusque dans les silences, savamment ménagés. C'est une grande réussite et un grand moment de lecture, même si ce n'était pas, a priori, mon genre de littérature.
  • Lililaluize Posté le 28 Février 2022
    Roman intéressant et dérangeant. Est-il plus l'un que l'autre j'avoue ne pas avoir la réponse. Va-t-il à l'encontre de toute morale? En effet. Mais où se situe-t-elle ? Herman Koch nous démontre par une plume acérée que tout être est capable de dépasser les codes de la déontologie pour préserver son enfant à l'instar des animaux lorsque le danger se présente, la manipulation en plus... Plus loin que ça, il interroge sur le regard que l'on peut porter sur la société actuelle. Alors je me pose cette première question : Qu'est ce qui est le plus immoral? Est ce le déni parental face à un acte violent perpétré par son enfant afin de le protéger alors même que la société oblitère les valeurs et engendre donc le chaos ? Ou la lente culpabilité de l'abandon de sa progéniture dans le cas contraire pour préserver des principes moraux ignorés et balayés dans un quotidien ultra violent? Qui est coupable? L'enfant? Les parents? La société? Quant à la deuxième question que tout lecteur peut se poser : Qu'aurais je fait? Ecriture implacable , regard brutal , un fait fatal , une lecture inévitable.
  • Deej1223 Posté le 27 Septembre 2021
    Entre polémique et trou normand, bagatelle de l'anodin, qui de l'adoption, qui du racisme, de la ménopause, du cinéma, de la bouffe bio; apparat du glandeur de première qui zèle, qui glane, pour qui la réputation est en jeu, est l'enjeu. « le dîner » d'Herman Koch, ou quand pour une question de prestige, de renom, la désinvolture, la dérision, prennent le dessus sur la raison, sa déraison !
  • nathys Posté le 12 Septembre 2021
    Jusqu'où est on prêt à aller pour ses enfants? Deux frères et leurs épouses vont diner dans un restaurant huppé. Divisé en plusieurs parties, allant de l'apéritif au pourboire, ça démarre comme une comédie sociale grinçant. Le narrateur fait preuve d'un humour cynique, ridiculisant certaines habitudes sociales, nous entraînant dans des réflexions autour de la notion de famille, du bonheur...puis le malaise monte, on met des mots sur le drame dont sont responsables leurs enfants. Et là on bascule dans un roman presque noir, où des discussions anodines côtoient des moments d'extrême violence, le tout raconte de manière si froide et détachée que c'en est glaçant. J'ai fini le roman très mal à l'aise mais j'ai beaucoup aimé être malmenée de la sorte et je lirai d'autres romans de cet auteur.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…