RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Fils prodigue

            Pocket
            EAN : 9782266277761
            Code sériel : 17013
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Le Fils prodigue

            Hélène COLOMBEAU (Traducteur)
            Date de parution : 05/10/2017
            Depuis leur plus jeune âge, Peter et son frère Michael se haïssent. Ils ont toujours été différents en tout point. L'un a fui sa famille et a quitté le Massachusetts pour travailler dans la finance à New York, l'autre s'est établi dans sa ville natale en tant que médecin et... Depuis leur plus jeune âge, Peter et son frère Michael se haïssent. Ils ont toujours été différents en tout point. L'un a fui sa famille et a quitté le Massachusetts pour travailler dans la finance à New York, l'autre s'est établi dans sa ville natale en tant que médecin et est devenu un citoyen apprécié et respecté de tous.
            Vingt ans plus tard, le fils prodigue revient. Contre toute attente, les relations fraternelles semblent s'être apaisées... jusqu'à ce qu'une série de décès, qui paraissaient naturels au départ, touche la ville et ses alentours. Et si l'un des frères était lié à l'affaire ?

            Une centaine d'ouvrages publiés en France, 800 millions d'exemplaires vendus à travers le monde : Danielle Steel est un auteur dont le succès ne se dément pas depuis maintenant plus de trente ans.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266277761
            Code sériel : 17013
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 352
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Jangelis Posté le 23 Août 2018
              Difficile d'ignorer totalement Danielle Steel (plus de 80 romans parus) Quand j'ai vu que ce titre se déroulait entre New York et Boston, j'ai pensé que c’était une bonne lecture pour mon été et une bonne façon de la découvrir. (Je me suis aperçue depuis que j'avais déjà lu un titre d'elle, mais pas marquant au point de m'en souvenir !) Je suis un peu perplexe au moment d'en parler. Des parties banales et assez attendues. La fin parait démesurément longue, même si j’aime les happy ends. Vu que cent pages avant la fin, il s'est passé toute l’histoire, je pensais qu'il allait y avoir un retournement de situation, mais non, pas du tout. Ça continue comme on pouvait s'y attendre. Par contre, la partie centrale du roman est très prenante. Un exemple de manipulateur hors pair. C'est glaçant. Même si bien moins intense que Zarbie les yeux verts (de Joyce Carlo Oates) qui sur le même sujet a concocté un bref roman qui va à l'essentiel et donne la chair de poule. Ici, c'est enrobé dans l'histoire d'amour, de désamour, le krach de Wall Street etc ... Mais suivre cet homme tellement apprécié par tous qui manipule tout le monde pendant de très longues années, c'est assez fascinant... Difficile d'ignorer totalement Danielle Steel (plus de 80 romans parus) Quand j'ai vu que ce titre se déroulait entre New York et Boston, j'ai pensé que c’était une bonne lecture pour mon été et une bonne façon de la découvrir. (Je me suis aperçue depuis que j'avais déjà lu un titre d'elle, mais pas marquant au point de m'en souvenir !) Je suis un peu perplexe au moment d'en parler. Des parties banales et assez attendues. La fin parait démesurément longue, même si j’aime les happy ends. Vu que cent pages avant la fin, il s'est passé toute l’histoire, je pensais qu'il allait y avoir un retournement de situation, mais non, pas du tout. Ça continue comme on pouvait s'y attendre. Par contre, la partie centrale du roman est très prenante. Un exemple de manipulateur hors pair. C'est glaçant. Même si bien moins intense que Zarbie les yeux verts (de Joyce Carlo Oates) qui sur le même sujet a concocté un bref roman qui va à l'essentiel et donne la chair de poule. Ici, c'est enrobé dans l'histoire d'amour, de désamour, le krach de Wall Street etc ... Mais suivre cet homme tellement apprécié par tous qui manipule tout le monde pendant de très longues années, c'est assez fascinant / inquiétant. Il y a aussi une intéressante réflexion sur les troubles dyslexiques, et tout ce qu'ils induisent quand ils sont méconnus. Et je dois reconnaître que ça se lit facilement et assez agréablement. Même si j'ai été un peu surprise au début des changements dans les personnages, tantôt presque insupportables, tantôt plutôt agréables. Et que l'on devine très rapidement comment finira l'histoire. Quant aux lieux où se déroulent le roman, ils n'ont pas une importance énorme.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LeParfumdesMots Posté le 29 Décembre 2017
              Cela doit être mon 20ème roman de Danielle Steel et j’éprouve toujours le même plaisir. L’intrigue prend énormément de temps à être mise en place, pas moins de 200 pages pour que certains doutes s’installent sur l’un des deux frères. Tout est résolu en moins de 50 pages. Les 200 dernières pages sont consacrées à « l’après ». Certains pourraient donc se plaindre de cette lenteur dans le roman. En ce qui me concerne, j’ai bien compris que les affaires de meurtres sont à mettre au second plan. Il ne faut pas oublier que Danielle Steel nous offre de la romance, encore et toujours. Ce n’est absolument pas son rôle de nous proposer un thriller. Et dans Le fils prodigue, nous en avons largement pour notre argent. L’amour est au rendez-vous. Cette lecture m’a permis de m’interroger sur énormément de sujets différents : - L’amour d’un proche. Peter fait le choix de ne pas rendre visite à ses parents sur le point de mourir. Doit-on comme lui ignorer ses proches qui n’ont jamais cru en lieu au risque de le regretter plus tard ? - L’esprit de possession. Serez-vous prêt à quitter votre mari ou votre épouse pour seul prétexte qu’il n’a plus d’argent ? -... Cela doit être mon 20ème roman de Danielle Steel et j’éprouve toujours le même plaisir. L’intrigue prend énormément de temps à être mise en place, pas moins de 200 pages pour que certains doutes s’installent sur l’un des deux frères. Tout est résolu en moins de 50 pages. Les 200 dernières pages sont consacrées à « l’après ». Certains pourraient donc se plaindre de cette lenteur dans le roman. En ce qui me concerne, j’ai bien compris que les affaires de meurtres sont à mettre au second plan. Il ne faut pas oublier que Danielle Steel nous offre de la romance, encore et toujours. Ce n’est absolument pas son rôle de nous proposer un thriller. Et dans Le fils prodigue, nous en avons largement pour notre argent. L’amour est au rendez-vous. Cette lecture m’a permis de m’interroger sur énormément de sujets différents : - L’amour d’un proche. Peter fait le choix de ne pas rendre visite à ses parents sur le point de mourir. Doit-on comme lui ignorer ses proches qui n’ont jamais cru en lieu au risque de le regretter plus tard ? - L’esprit de possession. Serez-vous prêt à quitter votre mari ou votre épouse pour seul prétexte qu’il n’a plus d’argent ? - Le mensonge - Les erreurs de jeunesse - Les troubles « dys », plus particulièrement la dyslexie. Ce sujet me touche énormément, étant enseignant dans une école spécialisée en Belgique. Peu de personnes savent que la dyslexie est une « maladie ». Par ce terme, j’entends que la personne concernée est dyslexique comme elle pourrait être daltonienne, sourde, … La dyslexie est un trouble qui reste à vie, à vie… Trop d’enfants sont qualifiés aujourd’hui de « fainéants » alors qu’ils ont des capacités moins importantes au départ que les autres. Les points positifs - De nombreux sujets sensibles sont abordés. - Des personnes très « justes » auxquels il est très facile de s’identifier. - De l’amour, de la trahison et encore de l’amour. J’adore Danielle Steel. - L’objet livre. Que cela fait plaisir d’avoir 20 romans de Steel, tous édités sous le même format. Cela change de certains (Lévy, Musso et compagnie). Le point négatif Un style répétitif. Avec Danielle Steel, nous restons toujours dans le même schéma. Pas étonnant quand on sait qu’elle nous « pond » près de 3 romans par an. Ma note pour cette lecture : 18/20 En bref, Danielle Steel nous offre, encore une fois, une histoire captivante, très addictive. Vivement le prochain roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • steph89 Posté le 5 Mars 2017
              La vie de Peter s'écroule en même temps que la bourse et c'est la ruine. N'ayant plus rien il n'a d'autre choix que de retourner dans sa ville natale qu'il a quitté il y a vingt ans. Sa femme, préférant retourner habiter chez son père et ne supportant pas la seule idée de changer de train de vie, le laisse partir seul. Peter a un frère jumeau, Mickael, que tout le monde adule dans la petite ville mais les deux frères ne se sont jamais entendus. Les retrouvailles vont être surprenantes. Un roman "à l'eau de rose", sans grandes surprises mais agréable.
            • ViolaineB Posté le 3 Janvier 2017
              Peter et Michael sont deux jumeaux qui ont grandi dans la campagne américaine. Le premier est aussi turbulent et mauvais garçon que le deuxième calme et apprécié de tous. SI Michael reste dans leur ville d'enfance en reprenant le cabinet médical du père, Peter fait fortune à Wall Street, jusqu'à ce qu'en 2008 toute la vie de Peter s'effondre avec le crash des institutions financières. Sans le sous, Peter retourne vivre dans la maison de vacances familiales léguées par ses parents décédés et renoue petit à petit avec son frère. Une histoire intéressante et très rythmée. J'aurais cependant aimé un peu plus d'analyse sur les sentiments des personnages, les revirements dans les opinions de chacun étant assez brutaux, sans réelle transition.
            Tout savoir sur Danielle Steel
            Pénétrez dans les coulisses des romans de cette grande dame au succès inégalé.