En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le garçon sauvage

        10/18
        EAN : 9782264070081
        Code sériel : 5271
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 144
        Format : 108 x 177 mm
        Le garçon sauvage

        Vincent RAYNAUD (Préface), Anita ROCHEDY (Traducteur)
        Date de parution : 17/08/2017
        EAN : 9782264070081
        Code sériel : 5271
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 144
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        6.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • clairejeanne Posté le 9 Janvier 2018
          Il est parti à la fin de l'hiver, dans la montagne, il n'en pouvait plus... A l'instar, entre autres, du jeune héros de "Into the wild" et de l'écrivain Henry David Thoreau dont il cite le manifeste, il part vivre "dans les bois, vivre de manière réflechie... et ne pas découvrir à sa mort qu'il n'avait pas vécu". "Il", c'est l'auteur, qui veut retrouver la montagne de ses vacances d'enfant, ses souvenirs les plus heureux. Alors il monte dans les Alpes où il habite une "baita" (un chalet) isolée ; il nous raconte son installation dans la maison construite par des bergers quelques siècles plus tôt. C'est l'occasion pour lui de se souvenir des étés de son enfance, d'évoquer ses lectures, ses marches dans la nature, ses explorations et ses découvertes. Un aigle qui apprend à voler à son aiglon, une marmotte musicienne, un renard gourmand, des chevreuils l'aident à vivre une solitude qui n'est pas si difficile ; il nous parle aussi de quelques rencontres savoureuses et intéressantes, avec Remigio le propriétaire de la baita, rénovateur de maisons et grand lecteur, avec les vaches, les bergers et surtout les chiens quand tous montent pour les quatre mois d'été et avec... Il est parti à la fin de l'hiver, dans la montagne, il n'en pouvait plus... A l'instar, entre autres, du jeune héros de "Into the wild" et de l'écrivain Henry David Thoreau dont il cite le manifeste, il part vivre "dans les bois, vivre de manière réflechie... et ne pas découvrir à sa mort qu'il n'avait pas vécu". "Il", c'est l'auteur, qui veut retrouver la montagne de ses vacances d'enfant, ses souvenirs les plus heureux. Alors il monte dans les Alpes où il habite une "baita" (un chalet) isolée ; il nous raconte son installation dans la maison construite par des bergers quelques siècles plus tôt. C'est l'occasion pour lui de se souvenir des étés de son enfance, d'évoquer ses lectures, ses marches dans la nature, ses explorations et ses découvertes. Un aigle qui apprend à voler à son aiglon, une marmotte musicienne, un renard gourmand, des chevreuils l'aident à vivre une solitude qui n'est pas si difficile ; il nous parle aussi de quelques rencontres savoureuses et intéressantes, avec Remigio le propriétaire de la baita, rénovateur de maisons et grand lecteur, avec les vaches, les bergers et surtout les chiens quand tous montent pour les quatre mois d'été et avec Gabriele le boiteux avec lequel l'auteur va passer plus d'une soirée. Beaucoup de titres et d'écrits émaillent le récit de ce jeune écrivain milanais, en particulier des poésies d'Antonia Pozzi, mais aussi des extraits de livres de Thoreau, de Primo Levi et d'Elisée Reclus. Quand il va mieux, qu'il recommence à écrire, il redescend dans la vallée après avoir fait le plein d'images souvenirs ; il sait déjà que bientôt il reviendra. Un beau livre, fort et délicat, à conseiller à tous les passionnés de Montagne et de Nature. Premières phrases : " Il y a quelques années, j'ai eu un hiver difficile. Il me semble inutile aujourd'hui de revenir sur la cause de mon malheur. J'avais trente ans et je me sentais à bout de forces, désemparé et abattu, comme quand une entreprise en laquelle tu as cru échoue misérablement. Un travail, une histoire d'amour, un projet à plusieurs, un livre qui m'a demandé des années d'efforts. A l'époque, imaginer l'avenir me semblait une idée aussi aberrante que de prendre la route un jour où tu as de la fièvre, qu'il pleut dehors et que ta jauge d'essence est dans le rouge.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Nath2dragui Posté le 31 Décembre 2017
          Je n'aurais pas dû lire Huit Montagnes que j'ai adoré avant Le Garçon sauvage : Le prix Médicis étranger est largement inspiré de ce récit autobiographique. Au-delà de cette petite déception, on rouvre la parenthèse de la montagne italienne, du dépaysement, du silence, de la solitude et que ça fait du bien !
        • pchion Posté le 26 Décembre 2017
          Encore un très beau livre de Paolo Cognetti, remarquablement traduit en français. Je regrette de ne pas l'avoir lu en premier, avant "les huit montagnes" que j'ai adoré. Cela explique sans doute les quatre étoiles et demi car l'effet surprise de la découverte de cette écriture souple, poétique et imagée n'a pas fonctionné de la même façon. Dans "les huit montagnes" l'auteur évoque aussi la complexité et la richesse des rapports familiaux. "Le garçon sauvage" est plus centré sur l'amitié, la montagne et propose une vaste réflexion sur le thème de la solitude voulue mais pas toujours facile à vivre. La description des paysages et des rapports humains est encore une fois lumineuse et chaleureuse.
        • Kathleene Posté le 3 Décembre 2017
          Las de la vie citadine, dans laquelle il s'essouffle, l'auteur décide de s'éxiler le temps d'un été dans les montagnes, loin de la vie citadine qui ne lui apporte plus qu'interrogation et mal être. Laps de temps nécessaire afin de faire le tri pour pouvoir revenir à l'essentiel, se ressourcer, et poser les bases de ce qu'il veut que sa vie soit, et non pas de ce qu'elle lui impose. Ce récit est un hommage à la simplicité, à la vie naturelle détachée des contingences matérielles qui peuvent étouffer. Une ode à la nature et à la réflexion. Invitation à prendre le temps de se retrouver, à apprécier les moments les plus basiques d'une journée, les instants fugaces et pourtant si forts des rencontres impromptues et éphémères. Apprendre à écouter, apprendre à voir, apprendre à apprécier, apprendre à vivre, tout simplement. Hors du monde et du temps, ces réflexions que nous livre l'auteur sont une bouffée d'air pur dans un monde chaotique où la simplicité est trop souvent perçue comme anormale. Une parenthèse enchantée.
        • lafilledepassage Posté le 8 Novembre 2017
          Je n’ai pas vraiment été convaincue par ce garçon sauvage, retiré (ou perdu ?) dans les Alpes italiennes, au milieu des chamois, des bouquetins, des pins et d’ermites modernes qui par choix ou par nécessité fuient le bruit et le monde. L’écriture est certes précise, mais j’ai éprouvé peu d’intérêt pour ce récit (alors qu’à la base le sujet des « outcasted », des « parias modernes » m’interpelle) et peu de sympathie pour ce garçon. Cela manquait de saveurs, de lyrisme probablement et d’émotions à mon goût (tout à fait personnel, évidemment). Un point positif : on (re)découvre ici certains passages de Thoreau et de Primo Levi et on fait la connaissance de Rigoni Stern, grand amoureux des arbres, et d’Antonia Pozzi, une poétesse italienne qui mit fin à ses jours en 1938, victime d’ « un désespoir mortel ».
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.