Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266167628
Code sériel : 13182
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 1120
Format : 108 x 177 mm

Le goût du bonheur

Date de parution : 07/06/2007

Les turbulences de la vie et de la guerre ont brisé Adélaïde. Seule l'affection de Florent éclaire encore ses journées. Ce dernier, à présent couturier célèbre, n’a pas été épargné non plus : il entretient désormais une liaison agitée avec un acteur. Il va devoir une fois encore soutenir sa vieille amie...

Les turbulences de la vie et de la guerre ont brisé Adélaïde. Seule l'affection de Florent éclaire encore ses journées. Ce dernier, à présent couturier célèbre, n’a pas été épargné non plus : il entretient désormais une liaison agitée avec un acteur. Il va devoir une fois encore soutenir sa vieille amie car Adélaïde finit par tout apprendre sur son défunt mari… Mais est-il encore temps de souffrir ?
Les destins se heurtent et se conjuguent à la recherche d’une sérénité incertaine et toujours dérobée. Même si le sort en est jeté, les personnages ballottés par la vie conservent, envers et contre tout, le goût du bonheur…

« On s'y jette avec ferveur, on pleure, on rit, on aime, on tremble avec ces héros. Et on souffre de les quitter la dernière page avalée. » Marie L'Hermet – Phosphore

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266167628
Code sériel : 13182
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 1120
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« On s’y jette avec ferveur, on pleure, on rit, on aime, on tremble avec ces héros. Et on souffre de les quitter, la dernière page avalée. »

Marie L’Hermet – Phosphore

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Steffdrea Posté le 26 Mars 2021
    Cette trilogie m'a captivé du début à la fin. Suivre ces histoires de familles sur des notes historiques m'a passionné. J'ai aimé les personnages même si je n'étais pas toujours d'accord avec leur façon de faire. J'ai eu de la peine, j'ai eu de l'espoir, j'ai eu de beaux moments et des moments terribles. J'étais tombée sur le 1er tome complètement par hasard. Je me souviens d'avoir eu un peu de mal au début avec les expressions canadiennes mais j'ai plongé dans l'histoire. Il fallait absolument que je lise les tomes suivants ! Je n'ai pas été déçue !
  • Marcuyttendaele Posté le 28 Janvier 2021
    Des larmes dans les yeux. La douleur d’une rupture, d’une fin. J’ai fini Florent pendant des mois, lisant quelques pages au compte-goutte pour ne pas quitter cet univers, pour ne pas avoir fini, pour rester avec ses personnages si vivants, si vrais, si profondément humains. Est un chef d’œuvre, le roman que l’on ressent comme tel et tel est le cas de la trilogie de Marie Laberge. Si québécois en apparence, si universel en réalité. A aucun moment, l’auteure ne perd son souffle. Elle fait de l’intime, le terreau de tous les combats : combat contre l’obscurantisme religieux, combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes, combat contre l’homophobie, combat congre les conventions sociales… Vivre, survivre, croire dans le rebond de la vie quand elle se dilue. Chacun a deux naissances et doit vivre deux accouchements. Le premier naturel dont il est témoin plus qu’acteur puis l’accouchement de soi-même, dont on est seul responsable, un accouchement qui est un cheminement vers sa propre liberté… Car le gout du bonheur est avant tout le courage intime de sa propre liberté. Merci Madame Laberge pour ces longs moments passés avec vous et pour ce cadeau que vous avez offert à nombre... Des larmes dans les yeux. La douleur d’une rupture, d’une fin. J’ai fini Florent pendant des mois, lisant quelques pages au compte-goutte pour ne pas quitter cet univers, pour ne pas avoir fini, pour rester avec ses personnages si vivants, si vrais, si profondément humains. Est un chef d’œuvre, le roman que l’on ressent comme tel et tel est le cas de la trilogie de Marie Laberge. Si québécois en apparence, si universel en réalité. A aucun moment, l’auteure ne perd son souffle. Elle fait de l’intime, le terreau de tous les combats : combat contre l’obscurantisme religieux, combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes, combat contre l’homophobie, combat congre les conventions sociales… Vivre, survivre, croire dans le rebond de la vie quand elle se dilue. Chacun a deux naissances et doit vivre deux accouchements. Le premier naturel dont il est témoin plus qu’acteur puis l’accouchement de soi-même, dont on est seul responsable, un accouchement qui est un cheminement vers sa propre liberté… Car le gout du bonheur est avant tout le courage intime de sa propre liberté. Merci Madame Laberge pour ces longs moments passés avec vous et pour ce cadeau que vous avez offert à nombre de vos lecteurs, et à moi assurément, se sentir chez soi, chez vous
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nathaliecez Posté le 6 Septembre 2020
    Lu et relu ces 3 pavés. Superbe saga qui tient en haleine. Quelques longueurs sur le 3eme tome.
  • babelute2 Posté le 3 Septembre 2020
    Je suis à 200 pages de la fin et j’irai jusqu’au bout mais ça n’en finit pas ce troisième tome...trop d’intrigues secondaires ,finalement assez vite abandonnées , d autres passages que l’Ain aimerait voir développer bref une petite déception ce tome 3 mais conteneted’avoirdecouvert cet auteur !
  • Marymay Posté le 7 Mai 2020
    La lecture de cette trilogie au moment du confinement, c’était parfait ! Je me suis sentie moins seule en compagnie de cette famille. J’ai beaucoup aimé mais le dernier tome a été plus laborieux. Je l’ai lu pour savoir ce que devenaient les personnages mais j’ai trouvé qu’il y avait certains passages un peu longs et d’autres trop violents, à la limite du sordide. Je ne pense pas que c’était nécessaire. Bon, je ne veux pas être négative car l’ensemble est agréable à lire, les personnages sont attachants et du fait que cela se passe sur plusieurs générations, on peut voir l’évolution de la société au fil du temps : c’est intéressant.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.