RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le jardin des derniers plaisirs

            10/18
            EAN : 9782264044969
            Code sériel : 4101
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 108 x 177 mm
            Le jardin des derniers plaisirs

            ,

            Collection : Grands Détectives
            Date de parution : 21/02/2008

            Dans le quartier de Chelsea, à Londres, les Jardins de Cremorne sont un lieu de plaisirs très prisé. Malgré une réputation sulfureuse, les Londoniens s'y pressent chaque soir pour oublier la grisaille quotidienne, dans un tourbillon d'alcool, de musique et de lumière. Mais au printemps 1875, un sinistre personnage surnommé...

            Dans le quartier de Chelsea, à Londres, les Jardins de Cremorne sont un lieu de plaisirs très prisé. Malgré une réputation sulfureuse, les Londoniens s'y pressent chaque soir pour oublier la grisaille quotidienne, dans un tourbillon d'alcool, de musique et de lumière. Mais au printemps 1875, un sinistre personnage surnommé « La Cisaille » fait régner la terreur en s'attaquant à des jeunes clientes. Par ailleurs, un homme d'église en croisade contre le vice en général et Cremorne en particulier, est victime de menaces signées : « La Cisaille ». Lorsqu'une de ses domestiques meurt assassinée, le plus fin limier de Scotland Yard, l'inspecteur Decimus Webb et son équipier, le zélé sergent Bartleby, sont chargés de l'enquête. Loin des conclusions hâtives, armé de son imperturbable flegme et de son ironie mordante, Webb se lance dans une chasse à l'homme patiente et déterminée qui lui réserve bien des surprises…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264044969
            Code sériel : 4101
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LePamplemousse Posté le 12 Juillet 2015
              Troisième enquête de l'inspecteur Webb, cette histoire se lit totalement indépendamment des deux précédentes. On y retrouve toutefois l'inspecteur Webb et son adjoint Bartleby, deux policiers travaillant à Londres, durant la période Victorienne. Les jardins de Crémorne sont un lieu de détente pour les uns et de perdition pour les autres. Situés dans le quartier de Chelsea, en plein coeur de Londres, on peut s'y détendre en buvant un verre, en écoutant de la musique, en admirant les spectacles de funambules ou en y dansant toute la nuit. Mais il devient dangereux de s'y aventurer car « La Cisaille » y hante des allées et fait subir aux jeunes femmes intrépides qui fréquentent ce lieu d'atroces sévices. On suit avec intérêt toute une galerie de personnages hauts en couleurs, que ce soit le pasteur et son épouse, tous deux très moralisateurs, la famille Budge, étrange famille vivant un peu en marge de la société, l'honorable famille Perfitt, de riches aristocrates etc... Entre sales petits secrets et odieux meurtres, la police aura fort à faire dans cette enquête, et j'ai eu beaucoup de plaisir à suivre chacun des personnages, tous animés par des valeurs ou des envies propres. L'auteur a bien su rendre l'atmosphère de cette fin de... Troisième enquête de l'inspecteur Webb, cette histoire se lit totalement indépendamment des deux précédentes. On y retrouve toutefois l'inspecteur Webb et son adjoint Bartleby, deux policiers travaillant à Londres, durant la période Victorienne. Les jardins de Crémorne sont un lieu de détente pour les uns et de perdition pour les autres. Situés dans le quartier de Chelsea, en plein coeur de Londres, on peut s'y détendre en buvant un verre, en écoutant de la musique, en admirant les spectacles de funambules ou en y dansant toute la nuit. Mais il devient dangereux de s'y aventurer car « La Cisaille » y hante des allées et fait subir aux jeunes femmes intrépides qui fréquentent ce lieu d'atroces sévices. On suit avec intérêt toute une galerie de personnages hauts en couleurs, que ce soit le pasteur et son épouse, tous deux très moralisateurs, la famille Budge, étrange famille vivant un peu en marge de la société, l'honorable famille Perfitt, de riches aristocrates etc... Entre sales petits secrets et odieux meurtres, la police aura fort à faire dans cette enquête, et j'ai eu beaucoup de plaisir à suivre chacun des personnages, tous animés par des valeurs ou des envies propres. L'auteur a bien su rendre l'atmosphère de cette fin de siècle en Angleterre et j'ai aimé que les personnages soient autant issus de la bourgeoisie que des bas-fonds. Un auteur qui tient donc ses promesses, ce troisième tome clôt une série policière de qualité sur l'Angleterre Victorienne.
              Lire la suite
              En lire moins
            • belette2911 Posté le 1 Mai 2012
              Troisième volet des enquêtes de Decimus Webb, "Le Jardin des Derniers Plaisirs" commence avec un banal fait divers: un homme s'amuse à couper les mèches de femmes dans les jardins de Cremorne, dont la réputation légère n'est pas pour plaire au quartier plutôt huppé de Chelsea. Tandis que Rose, fille de bonne famille, prépare son entrée dans le monde, que son père se rend à la City, que sa mère reçoit ses voisines au thé et que le révérend Featherstone milite pour l'éradication du vice, de nombreux fêtards londoniens se rendent chaque soir aux jardins afin de danser et d'assister aux diverses attractions. Mais bientôt a lieu un premier meurtre, lorsqu'une servante est retrouvée morte, brûlée vive dans la cuisine du révérend. George Nelson, tout juste sorti de prison, est bien évidemment soupçonné... si ce n'est que ses alibis semblent tenir la route. Bon, l’éradication du vice, je suis contre ! Première critique. Une fois n’est pas coutume, j’avais commencé le cycle de l’inspecteur Webb par le troisième. Hem, comme d’habitude, me répondrez-vous... Pas grave parce que je m’étais régalée avec ce récit très bien mené : les différentes histoires s'entrecroisaient, pour mon plus grand plaisir, les personnages ont... Troisième volet des enquêtes de Decimus Webb, "Le Jardin des Derniers Plaisirs" commence avec un banal fait divers: un homme s'amuse à couper les mèches de femmes dans les jardins de Cremorne, dont la réputation légère n'est pas pour plaire au quartier plutôt huppé de Chelsea. Tandis que Rose, fille de bonne famille, prépare son entrée dans le monde, que son père se rend à la City, que sa mère reçoit ses voisines au thé et que le révérend Featherstone milite pour l'éradication du vice, de nombreux fêtards londoniens se rendent chaque soir aux jardins afin de danser et d'assister aux diverses attractions. Mais bientôt a lieu un premier meurtre, lorsqu'une servante est retrouvée morte, brûlée vive dans la cuisine du révérend. George Nelson, tout juste sorti de prison, est bien évidemment soupçonné... si ce n'est que ses alibis semblent tenir la route. Bon, l’éradication du vice, je suis contre ! Première critique. Une fois n’est pas coutume, j’avais commencé le cycle de l’inspecteur Webb par le troisième. Hem, comme d’habitude, me répondrez-vous... Pas grave parce que je m’étais régalée avec ce récit très bien mené : les différentes histoires s'entrecroisaient, pour mon plus grand plaisir, les personnages ont tous quelque chose à se reprocher (j’adore quand ceux qui se donnent de grands airs de saints sont en fait pire que des diables) et pour quelqu'un qui comme moi adore l'époque victorienne, le cadre est passionnant. Oui, j’aime la période victorienne, mais je n’aurais pas aimé y vivre. Les enquêteurs ne sont peut-être pas aussi attachants qu’un Thomas Pitt ou un Sherlock Holmes, mais malgré tout, je les ai appréciés et cela me donnait envie de lire la suite de leurs aventures, en commençant par le premier, cette fois. Pas de récit trépidant où ça court dans tous les sens, ça prend son temps et cela ne m’a pas posé problème. Les polars victoriens vont à leur aise, au pas des chevaux qui tirent les fiacres. Lire un livre de Lee Jackson vous donne envie boire une tasse de thé et surveiller vos arrières car on est jamais trop prudent. Autre chose : les couvertures 10/18 de cette collection sont très réussies et comme bien souvent, elles attirent le regard. Ma collection 10/18 Grands Détectives est assez bien étoffée et les couvertures sont toujours un régal pour mes yeux.
              Lire la suite
              En lire moins
            Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
            Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.