RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Livre des feux

            10/18
            EAN : 9782264066756
            Code sériel : 5083
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm
            Le Livre des feux

            Christiane POUSSIER (Traducteur)
            Collection : Grands Détectives
            Date de parution : 16/06/2016
            Dans l’Angleterre tourmentée du XIVe siècle, le Régent de Londres charge le coroner John Cranston et frère Athelstan de mettre un terme aux massacres perpétrés par un mystérieux incendiaire
            Février, 1381. Un tueur impitoyable connu sous le nom Ignifer – le pyromane – hante Londres, apportant la mort et la destruction dans son sillage. Il semble cibler toutes les personnes impliquées dans le récent procès et la condamnation de la belle Lady Isolda Beaumont, brûlée sur le bûcher pour... Février, 1381. Un tueur impitoyable connu sous le nom Ignifer – le pyromane – hante Londres, apportant la mort et la destruction dans son sillage. Il semble cibler toutes les personnes impliquées dans le récent procès et la condamnation de la belle Lady Isolda Beaumont, brûlée sur le bûcher pour l'assassinat de son mari. Comme le regretté Sir Walter Beaumont était un ami proche du Régent, Jean de Gaunt ordonne à Sir John Cranston et frère Athelstan d'enquêter. Le mort était en sa possession d’une copie du Livre des feux, contenant la formule secrète d'une arme dévastatrice, le Feu grecque. Le manuscrit a disparu depuis, et Gaunt craint qu’il ne tombe entre les mains des Hommes Intègres, une confrérie occupée à mener la Grande Révolte. 
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264066756
            Code sériel : 5083
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Krout Posté le 17 Août 2017
              Tiens, il pleut !  Tant mieux, je ne regretterai pas le temps d'écrire cette rubrique jumelée, une idée qui m'est venue ce mardi lors d'une longue et revigorante balade en forêt sous le soleil. Décidément la marche dans les bois, favorise la créativité, c'est vrai.(cf. critique précédente) Mettez vos combinaisons et bouclez vos ceintures pour me rejoindre en orbite dans la station spatiale en compagnie de Christine Montalbetti (cf. prochaine critique). Un peu de patience, il n'y a pas le feu, quoique, je vous explique : nous étions autorisés d'embarquer dans l'espace un livre auquel nous raccrocher (pas facile en état d'impesanteur :)) en cas de mal du pays dans cet univers extrêmement aseptisé qu'est la station (encore plus que le nôtre en occident, dis). Alors j'ai opté pour le livre des feux pouvant à la fois me réchauffer et m'éclairer et puis surtout la promesse de retrouver deux vieilles connaissances : mon cher frère dominicain Athelstan et son ami fidèle le coroner Sir John Cranston. Je les avais quittés il y a quasi deux ans déjà (cf. très vieille critique du 31/8/2015) et je savais que ce serait avec plaisir même s'ils ont connu bien d'autres aventures entretemps. Il... Tiens, il pleut !  Tant mieux, je ne regretterai pas le temps d'écrire cette rubrique jumelée, une idée qui m'est venue ce mardi lors d'une longue et revigorante balade en forêt sous le soleil. Décidément la marche dans les bois, favorise la créativité, c'est vrai.(cf. critique précédente) Mettez vos combinaisons et bouclez vos ceintures pour me rejoindre en orbite dans la station spatiale en compagnie de Christine Montalbetti (cf. prochaine critique). Un peu de patience, il n'y a pas le feu, quoique, je vous explique : nous étions autorisés d'embarquer dans l'espace un livre auquel nous raccrocher (pas facile en état d'impesanteur :)) en cas de mal du pays dans cet univers extrêmement aseptisé qu'est la station (encore plus que le nôtre en occident, dis). Alors j'ai opté pour le livre des feux pouvant à la fois me réchauffer et m'éclairer et puis surtout la promesse de retrouver deux vieilles connaissances : mon cher frère dominicain Athelstan et son ami fidèle le coroner Sir John Cranston. Je les avais quittés il y a quasi deux ans déjà (cf. très vieille critique du 31/8/2015) et je savais que ce serait avec plaisir même s'ils ont connu bien d'autres aventures entretemps. Il est là tout le plaisir de la lecture : changer d'univers à volonté, en un clin d'oeil. Ah retourner à Londres en 1381, y retrouver ses gibets, ses étals et puis ses parfums violents : de musc, de sueur, de sang, de Lys, d'encens qui vous sont lancés sans ménagement à la tête. Aie ça fait mal ! Le moyen-âge où toute cette violence s'étale, des parfums lourds de duperie, de jalousie, de perfidie et .... de crimesssssssss. Et au milieu de toutes ces luttes, la plus importante de toutes : la guerre du feu. Car qui possédera la secret du feu Grégeois dominera. Mais à ce jeu de Monopole pas poli, attention de ne pas tomber sur la case prison qui peut vous emmener tout droit au bucher.  Comme  entremet, entre deux lectures plus raffinées, pour vous mettre tout simplement la joie au coeur offrez-vous une bonne tranche de roastbeef ! Ou plutôt deux : passez par La galerie du rossignol et par ma chronique associée qui vous mettra l'eau à la bouche pour mieux faire connaissance avec frère Athelstan et Sir Cranston. Midi moins le quart, ce n'est pas encore le coup de feu, allez-y pour deux bons moments dont bien sûr il ne restera que des cendres.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Pixis Posté le 3 Octobre 2016
              Un bon passe-temps
            • jaiuneheurealire Posté le 14 Août 2016
              Je termine "Le livre des feux". Où il est question du feu grégeois sans vraiment élucider sa composition. On le saurait! Quelle noirceur dans Londres du XIVè siècle: des mendiants, des coupe-jarrets, des invalides; sans compter les ordures qui parsèment les rues. De quoi perdre le fil de l'intrigue pour mieux nous la résumer dans les ultimes pages du romans. Ces longues descriptions entrainent le lecteur dans un sentiment d'impuissance et d'inconnu, quitte à le perdre parfois, à détourner son attention, à repousser le mystère. Quitte à le lasser de ces redites. Frère Athelstan ne s'en soucie guère outre mesure. Il est le témoin des évènements et seul compte sa tache, comprendre la situation et protéger, d'une certaine manière, ses ouailles. La révélation finale et le raisonnement du frère vaut quand même d'aller jusqu'au bout de la lecture.
            Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
            Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.