RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Maître des illusions COLLECTOR

            Pocket
            EAN : 9782266252690
            Code sériel : 4203
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 792
            Format : 108 x 177 mm
            Le Maître des illusions COLLECTOR

            Pierre ALIEN (Traducteur)
            Date de parution : 06/11/2014

            Tirage limité
            Couverture originale et gardes de couleur


            Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles...

            Fuyant sa Californie natale, bourse en poche, Richard doit son entrée à l’université de Hampden, dans le Vermont, à son opportunisme bien plus qu’à son talent. Prêt à tout pour arriver haut, et vite, le...

            Tirage limité
            Couverture originale et gardes de couleur


            Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles...

            Fuyant sa Californie natale, bourse en poche, Richard doit son entrée à l’université de Hampden, dans le Vermont, à son opportunisme bien plus qu’à son talent. Prêt à tout pour arriver haut, et vite, le voilà introduit dans la classe du professeur Julian, vouée à l’étude des Anciens, grecs et latins. Bastion de savoir et de snobisme, la petite communauté vit en vase clos, avec deux mots d’ordre : discipline et secret.

            Très vite, Richard devine sous le vernis des apparences une tache indélébile, du rouge le plus sombre. Tout ici n’est que vice, secret, trahison, manipulation…
             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266252690
            Code sériel : 4203
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 792
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            9.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un inoubliable best-seller. » Nicolas Ungemuth – Le Figaro magazine
            « Un classique instantané. » Thomas Mahler – Le Point
            « Comme premier roman, il m’a coupé le souffle tant il est maîtrisé. » Ruth Rendell
            « Un inoubliable tour de force en milieu estudantin. » Julien Bisson – Lire
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • TullipeJaune Posté le 13 Février 2019
              Un meurtre et des secrets au cœur d'un groupe d’étudiants en grec privilégiés. Plongé dans ce récit, on découvre le groupe mystérieux et très sélectif des étudiants en lettres classiques (grec et latin) en même temps que le narrateur et personnage principal. On les observe de loin, puis on les connaît de plus en plus et on découvre ce qui se passe vraiment entre eux. Et les parts plus sombres invisibles depuis la surface. J'ai tout aimé dans ce livre : le style, l'atmosphère, l'univers, les personnages... Même si on sait depuis le début qu'un certain personnage est mort, ça ne gâche rien du plaisir de la découverte et de la curiosité de comprendre pourquoi ? comment ? Un unique détail mauvais cliché et totalement inutile m'a gêné (sur les jumeaux). Sinon, c'est un livre tendu que je n'ai pas lâché avant de l'avoir fini et qui m'a offert un très bon moment de lecture aux consonances classiques.
            • laurent35 Posté le 6 Janvier 2019
              je sors un peu désarçonné de ce livre et un peu sur ma fin car après avoir eu tant de patience à attendre le dénouement il ne fut vraisemblablement qu'illusoire c'est comme si l'auteur avait mis dans ce livre tout son talent c'est à dire il nous embarque avec lui nous délaisse puis nous questionne sans fin etc..... malgré quelques détails un peu lourd on peut dire que donna tartt a une écriture de talent
            • vallee84 Posté le 22 Décembre 2018
              Il faut savoir qu'elle a mis +- 10 ans à l'écrire, elle n'est pas très productive comme auteure mais quel talent... Un pavé donc, mêlant psychologie et intrigue. On peut y trouver une ressemblance avec le cercle des poètes disparus. On va donc suivre un adolescent qui entre à la Fac pour une branche un peu oubliée, le Grec ancien. Il va rencontrer cinq étudiants un peu sombre, un peu fermé, le tout chapeauté par un instit atypique, Julian. Donna Tartt va nous faire découvrir ces étudiants au travers de leurs histoires personnelle. Résultat, on s'attache à eux et on ne veut pas les laisser en fermant le roman. Avoir choisi le grec comme branche n'est pas une coïncidence mais bel et bien voulue par l'auteur pour son coté tragique. On va découvrir que l'intrigue de ce pavé tourne autour d'un rite ancestral lié à un Dieu. L'instit Julian à un pouvoir de manipulation sur ces cinq étudiants et il l'utilise bien entendu. Notre étudiant va entrer dans ce groupe de jeunes étranges et intriguant...
            • Zazamaza Posté le 26 Novembre 2018
              Le maître des illusions est un roman qui insidieusement s'inscrit en vous et vous suit comme un spectre. Oui, il y a des longueurs. Oui, en lisant ce roman de plus de six-cent pages, de nombreux passages semblent de trop, et paraissent ne rien apporter de particulier à l'intrigue, sinon une accumulation de pages pas tout à fait utile. Mais c'est aussi sur ce ressort narratif que se base Donna Tartt pour que le lecteur s'immerge au texte comme s'il était lui-même, comme Richard Papen, un étudiant de l'université de Hampden, comme s'il occupait lui aussi une chambre sur le campus et assistait à la déchéance de ce groupe d'amis féru de grec ancien. La force du roman de Donna Tartt réside dans la manière dont elle creuse ses personnages, les approfondit et les salit, ne leur concédant rien, comme s'ils étaient des êtres de chair et de sang, avec leurs forces, leurs failles, leur beauté et leur part de noirceur. J'ai particulièrement aimé le traitement de Charles, parmi le groupe d'étudiants, le jumeau aux traits réguliers et à la gentillesse sincère, qui, au fur et à mesure des pages, descend plus bas que terre, cédant à l'alcoolisme et à la violence. J'ai aussi pris... Le maître des illusions est un roman qui insidieusement s'inscrit en vous et vous suit comme un spectre. Oui, il y a des longueurs. Oui, en lisant ce roman de plus de six-cent pages, de nombreux passages semblent de trop, et paraissent ne rien apporter de particulier à l'intrigue, sinon une accumulation de pages pas tout à fait utile. Mais c'est aussi sur ce ressort narratif que se base Donna Tartt pour que le lecteur s'immerge au texte comme s'il était lui-même, comme Richard Papen, un étudiant de l'université de Hampden, comme s'il occupait lui aussi une chambre sur le campus et assistait à la déchéance de ce groupe d'amis féru de grec ancien. La force du roman de Donna Tartt réside dans la manière dont elle creuse ses personnages, les approfondit et les salit, ne leur concédant rien, comme s'ils étaient des êtres de chair et de sang, avec leurs forces, leurs failles, leur beauté et leur part de noirceur. J'ai particulièrement aimé le traitement de Charles, parmi le groupe d'étudiants, le jumeau aux traits réguliers et à la gentillesse sincère, qui, au fur et à mesure des pages, descend plus bas que terre, cédant à l'alcoolisme et à la violence. J'ai aussi pris goût à suivre le personnage d'Henry, intelligent et inflexible, dirigeant d'une main de fer dans un gant de velours le destin de ses amis, donnant l'impression de tout maîtriser là où la machine dépérit. Et Richard, presque spectateur dans ces événements qui se suivent et le dépassent, narrateur attachant et conteur très précis des étapes de l'histoire. Le maître des illusions m'a fait un peu le même effet qu'Auprès de moi toujours d'Hishiguro, et appartient pour moi à ces romans d'atmosphère où, à partir d'une apparente banalité, se dessinent les tragédies les plus fortes et les plus insoutenables, au fur et à mesure des pages.
              Lire la suite
              En lire moins
            • JehanneDD Posté le 25 Septembre 2018
              Etrange livre, qui envoûte par son étrangeté; Les personnages sont tous instables, déroutants, on ne les comprend pas, ils changent. le climat est familier (une université américaine) et pourtant inconfortable pour ... les protagonistes et les lecteurs. On est happé par le groupe de jeunes, soudés, amis, et on les suivra jusqu'à l'inattendu. Même si l'ouvrage est long, peu à peu, une fois l'effort de rentrer dedans fait, on n'a plus envie de s'arrêter. La fin est un peu décevante ce pendant. Mais finalement, elle correspond à tout le roman. Déconcertante.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.