En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Maître des illusions COLLECTOR

            Pocket
            EAN : 9782266252690
            Code sériel : 4203
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 792
            Format : 108 x 177 mm
            Le Maître des illusions COLLECTOR

            Pierre ALIEN (Traducteur)
            Date de parution : 06/11/2014

            Tirage limité
            Couverture originale et gardes de couleur


            Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles...

            Fuyant sa Californie natale, bourse en poche, Richard doit son entrée à l’université de Hampden, dans le Vermont, à son opportunisme bien plus qu’à son talent. Prêt à tout pour arriver haut, et vite, le...

            Tirage limité
            Couverture originale et gardes de couleur


            Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles...

            Fuyant sa Californie natale, bourse en poche, Richard doit son entrée à l’université de Hampden, dans le Vermont, à son opportunisme bien plus qu’à son talent. Prêt à tout pour arriver haut, et vite, le voilà introduit dans la classe du professeur Julian, vouée à l’étude des Anciens, grecs et latins. Bastion de savoir et de snobisme, la petite communauté vit en vase clos, avec deux mots d’ordre : discipline et secret.

            Très vite, Richard devine sous le vernis des apparences une tache indélébile, du rouge le plus sombre. Tout ici n’est que vice, secret, trahison, manipulation…
             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266252690
            Code sériel : 4203
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 792
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            9.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • JehanneDD Posté le 25 Septembre 2018
              Etrange livre, qui envoûte par son étrangeté; Les personnages sont tous instables, déroutants, on ne les comprend pas, ils changent. le climat est familier (une université américaine) et pourtant inconfortable pour ... les protagonistes et les lecteurs. On est happé par le groupe de jeunes, soudés, amis, et on les suivra jusqu'à l'inattendu. Même si l'ouvrage est long, peu à peu, une fois l'effort de rentrer dedans fait, on n'a plus envie de s'arrêter. La fin est un peu décevante ce pendant. Mais finalement, elle correspond à tout le roman. Déconcertante.
            • LePamplemousse Posté le 25 Août 2018
              Il y a des livres dont on connaît l'existence depuis des années mais sans jamais avoir été tenté de les lire, et il suffit parfois d'une personne pour nous donner une irrépressible envie de s'y plonger. C'est exactement ce qu'il s'est passé quand j'ai lu par hasard la critique de GeorgesSmiley : quelques mots judicieusement choisis, une ambiance décrite en une phrase et hop, j'avais le livre dans les mains. Un jeune étudiant en lettres, Richard se retrouve immergé dans une université du Vermont, située à des centaines de kilomètres de sa Californie natale, au milieu d'un groupe de cinq étudiants riches qui vivent et étudient en vase clos, puisqu'ils sont les seuls étudiants d'un professeur charismatique. Richard va réussir à la fois à être accepté comme étudiant au sein de ce groupe très restreint et il va côtoyer de très près ces garçons et filles aux vies et aux préoccupations bien loin des siennes. J'ai adoré déambuler dans cette université pendant les jours venteux d'automne, j'ai marché avec Richard dans les allées recouvertes de neige en hiver, j'ai été boire avec lui dans des soirées, j'ai croisé des étudiants de tous horizons, j'ai passé des nuits à traduire des textes grecs par dessus... Il y a des livres dont on connaît l'existence depuis des années mais sans jamais avoir été tenté de les lire, et il suffit parfois d'une personne pour nous donner une irrépressible envie de s'y plonger. C'est exactement ce qu'il s'est passé quand j'ai lu par hasard la critique de GeorgesSmiley : quelques mots judicieusement choisis, une ambiance décrite en une phrase et hop, j'avais le livre dans les mains. Un jeune étudiant en lettres, Richard se retrouve immergé dans une université du Vermont, située à des centaines de kilomètres de sa Californie natale, au milieu d'un groupe de cinq étudiants riches qui vivent et étudient en vase clos, puisqu'ils sont les seuls étudiants d'un professeur charismatique. Richard va réussir à la fois à être accepté comme étudiant au sein de ce groupe très restreint et il va côtoyer de très près ces garçons et filles aux vies et aux préoccupations bien loin des siennes. J'ai adoré déambuler dans cette université pendant les jours venteux d'automne, j'ai marché avec Richard dans les allées recouvertes de neige en hiver, j'ai été boire avec lui dans des soirées, j'ai croisé des étudiants de tous horizons, j'ai passé des nuits à traduire des textes grecs par dessus son épaule, j'ai été enthousiasmée par toutes ces nouveautés, cette culture à portée de main, ces rencontres improbables dans un lieu mythique et chargé d'Histoire. Tout comme Richard, j'ai été flattée de fréquenter ces jeunes gens mystérieux, aux comportements parfois étranges, j'ai découvert une vie faite de plaisirs, où l'argent permet de s'offrir beaucoup de choses, j'ai été intriguée par ces étudiants pouvant passer de longues heures d'affilée à lire d’obscurs textes grecs où à boire au point de s'endormir n'importe où et sans se souvenir de quoi que ce soit. J'ai arpenté les couloirs de l'université avec le même plaisir que j'ai dormi dans des chambres d'étudiants ou que j'ai passé des week-ends dans la maison de campagne de l'un des protagonistes. Mais qu'en est-il du personnage qui meurt ? Car dès la toute première page, on sait que l'un d'entre eux va mourir, quand, comment, pourquoi et quelles répercussions aura ce décès sur chacun d'eux sera l'objet de ces 500 pages que j'ai dévoré avec un énorme plaisir, exaltée, enthousiasmée et complètement charmée par ce roman.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nacho99 Posté le 19 Août 2018
              Même si le roman est magnétique voire obscur, je n'ai pas réussi à percer la psychologie de chaque personnage et surtout à comprendre leurs réactions. L'auteure écrit très bien et parvient à nous faire ressentir la tension à travers son écriture mais justement plusieurs scènes ou actions m'ont déçue ou m'ont laissée dans l'incompréhension (spoiler : par exemple la relation incestueuse des jumeaux, le côté effrayant d'Henry, le rôle de Julian qui n'est pas si présent qu'on ne le pense...).
            • GeorgesSmiley Posté le 14 Août 2018
              J’ai adoré ce roman, variation lointaine de Crime et Châtiment, et cela tient pour beaucoup, aussi bizarre que cela puisse paraître, au cadre dans lequel il se déroule. C’est assez délicieux, pour quelqu’un comme moi qui n’a connu de l’université que les préfabriqués des campus sans charme des seventies, les polycopiés et les cours ânonnés à la va vite dans des amphithéâtres bondés en octobre puis anémiés dès janvier, de se retrouver dans une ambiance autrement plus séduisante. « Des prairies radieuses, des montagnes vaporeuses dans un lointain frémissant ; un épais tapis de feuilles sur une route dans les bourrasques de l’automne ; les grands feux et le brouillard dans les vallées; des violoncelles, des fenêtres obscures, la neige. Université de Hampden dans le Vermont. Cinq cents étudiants…J’ai longuement regardé l’image du bâtiment qu’on appelait le Collège. Il était baigné d’une lumière indistincte, académique, une lumière qui m’évoquait de longues heures en bibliothèque, des vieux livres et le silence. » Richard, le narrateur, le confirme : « J’ai passé les premiers jours, avant le début des cours, seul dans ma chambre blanchie à la chaux, au milieu des prés lumineux de Hampden. Et à ce moment j’ai été heureux comme... J’ai adoré ce roman, variation lointaine de Crime et Châtiment, et cela tient pour beaucoup, aussi bizarre que cela puisse paraître, au cadre dans lequel il se déroule. C’est assez délicieux, pour quelqu’un comme moi qui n’a connu de l’université que les préfabriqués des campus sans charme des seventies, les polycopiés et les cours ânonnés à la va vite dans des amphithéâtres bondés en octobre puis anémiés dès janvier, de se retrouver dans une ambiance autrement plus séduisante. « Des prairies radieuses, des montagnes vaporeuses dans un lointain frémissant ; un épais tapis de feuilles sur une route dans les bourrasques de l’automne ; les grands feux et le brouillard dans les vallées; des violoncelles, des fenêtres obscures, la neige. Université de Hampden dans le Vermont. Cinq cents étudiants…J’ai longuement regardé l’image du bâtiment qu’on appelait le Collège. Il était baigné d’une lumière indistincte, académique, une lumière qui m’évoquait de longues heures en bibliothèque, des vieux livres et le silence. » Richard, le narrateur, le confirme : « J’ai passé les premiers jours, avant le début des cours, seul dans ma chambre blanchie à la chaux, au milieu des prés lumineux de Hampden. Et à ce moment j’ai été heureux comme je ne l’avais jamais été ; j’errais comme un somnambule, abasourdi et ivre de beauté. » Il intègre le cours de grec ancien qui ne compte que six étudiants et est assuré par un esthète assez original pour renoncer à ses émoluments. Richard le californien, issu d’une famille modeste et d’un patelin perdu, est vite fasciné par les cinq autres, élégants, cultivés et ne manquant jamais d’argent. Il s’invente un passé beaucoup plus brillant que le vrai dans l’espoir d’être adopté. Il finit par être admis ou le croit. D’informations parcellaires en déductions hasardeuses, il pense connaître les cinq autres et s’être lié d’amitié avec eux. Il se retrouve, en fin de compte, complice d’un double meurtre. Les apparences sont souvent trompeuses et le titre, emprunté à Dionysos* souvent qualifié de la sorte, résume bien le piège dans lequel le narrateur est tombé. Fasciné par des illusions, il sera passé très vite du rêve au cauchemar. C’est un roman très difficile à lâcher, tout en faux semblants et contrepieds. Il décrit une jeunesse cultivée, érudite mais aussi égoïste, calculatrice, dissimulatrice, perfide, sans pitié et sans remords. Ils étudient beaucoup et conversent en grec ancien, mais fument, boivent et vomissent presqu’autant sans oublier d’avaler quantité de psychotropes et de jeter l’argent (de leurs parents) par les fenêtres. Le style et la construction (un découpage en scènes très courtes comme pour un scénario de cinéma) rendent la lecture d’autant plus agréable que la tension monte tout au long du récit avec deux lancinantes questions : un des cinq assassins retrouvera-t-il une parcelle d’humanité pour avouer ? Quel châtiment les attend ? *« Dionysos est le Maître des Illusions, capable de faire pousser une vigne sur la planche d’un navire, et en général de faire voir à ses fidèles le monde tel qu’il n’est pas. »
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lecteur_75015 Posté le 17 Juin 2018
              Ce roman m'a plu au sens où il se déroule dans le milieu universitaire et qu'une intrigue policière y naît. Mais après avoir lu la quatrième de couverture, je m'attendais à beaucoup mieux ! A mes yeux, le prof de grec n'a pas été assez développé et son poids dans l'intrigue est assez faible. C'est un roman agréable à lire sans être révolutionnaire !

            Ils en parlent

            « Un inoubliable best-seller. » Nicolas Ungemuth – Le Figaro magazine
            « Un classique instantané. » Thomas Mahler – Le Point
            « Comme premier roman, il m’a coupé le souffle tant il est maîtrisé. » Ruth Rendell
            « Un inoubliable tour de force en milieu estudantin. » Julien Bisson – Lire
             
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com