Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377354429
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 792
Format : 11 x 17,8 mm

Le moulin sur la Floss

Lucienne Moulitor (Traducteur)
Collection : Classique
Date de parution : 11/06/2020
Les affres d’une femme qui peine à trouver sa place au sein de la société de son temps. Avec Middlemarch, Le Moulin sur la Floss est sans doute l’un des plus célèbres romans de George Eliot, l’une des romancières britanniques préférées de Virginia Woolf. Un classique à (re)découvrir !
 
« Relire les romans de George Eliot nous procure toujours la même énergie et la même chaleur, à tel point qu’on ne veut plus la quitter. » (Virginia Woolf)

Élevée au moulin de Dorlcote, dans les paysages verdoyants du Lincolnshire, la toute jeune et idéaliste Maggie Tulliver forme avec son frère...
« Relire les romans de George Eliot nous procure toujours la même énergie et la même chaleur, à tel point qu’on ne veut plus la quitter. » (Virginia Woolf)

Élevée au moulin de Dorlcote, dans les paysages verdoyants du Lincolnshire, la toute jeune et idéaliste Maggie Tulliver forme avec son frère Tom un couple lié par un amour indestructible.

Ce lien est pourtant mis à mal après la mort de leur père, que la faillite a contraint à vendre son moulin. Maggie se morfond dans sa nouvelle vie et se rapproche un peu plus de Philip Wakem, un jeune homme sensible et cultivé, issu d’une famille rivale. Au grand dam de Tom, qui a dû abandonner ses études pour subvenir aux besoins des siens, au prix d’un labeur acharné...

L’intérêt soudain que lui manifeste Stephen, le fiancé de sa cousine, met un comble au trouble de Maggie, tiraillée entre raison et sentiments. C’est alors qu’entre en scène un personnage inattendu : la puissante Floss en crue, qui pourrait bien tout emporter...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377354429
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 792
Format : 11 x 17,8 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Murasaki Posté le 8 Novembre 2020
    Un très beau roman, un vrai coup de coeur pour moi, même si la lecture a parfois été éprouvante, riche en émotion. "Le moulin sur la Floss" est célèbre et d'ailleurs le premier extrait que j'en ai lu c'était dans un manuel d'anglais au collège.... ça date. J'y suis revenue, mais en français cette fois, car je n'ai pas le niveau requis pour une lecture en VO. George Eliot fait dans ce roman la peinture d'une société patriarcale anglaise qui ne laisse pas beaucoup de chance aux femmes de vivre leur vie selon leurs aspirations ou selon leurs dons naturels, leur créativité, leur esprit original. C'est le cas de la jeune Maggie Tulliver. L'autrice du 19ème siècle fait donc le constat d'un système injuste et aberrant. Elle ne proteste pas, ne propose rien en échange du système existant, mais son oeuvre témoigne d'une soif de justice qui sera à la base du combat féministe mené plus tard par les suffragettes. L'analyse est très fine et montre la perversité d'un système très confortable pour les femmes de milieu aisé, pour peu qu'elles manquent d'ambition ou d'imagination, au point qu'elles sont les plus ardentes à défendre la suprématie masculine.... Un très beau roman, un vrai coup de coeur pour moi, même si la lecture a parfois été éprouvante, riche en émotion. "Le moulin sur la Floss" est célèbre et d'ailleurs le premier extrait que j'en ai lu c'était dans un manuel d'anglais au collège.... ça date. J'y suis revenue, mais en français cette fois, car je n'ai pas le niveau requis pour une lecture en VO. George Eliot fait dans ce roman la peinture d'une société patriarcale anglaise qui ne laisse pas beaucoup de chance aux femmes de vivre leur vie selon leurs aspirations ou selon leurs dons naturels, leur créativité, leur esprit original. C'est le cas de la jeune Maggie Tulliver. L'autrice du 19ème siècle fait donc le constat d'un système injuste et aberrant. Elle ne proteste pas, ne propose rien en échange du système existant, mais son oeuvre témoigne d'une soif de justice qui sera à la base du combat féministe mené plus tard par les suffragettes. L'analyse est très fine et montre la perversité d'un système très confortable pour les femmes de milieu aisé, pour peu qu'elles manquent d'ambition ou d'imagination, au point qu'elles sont les plus ardentes à défendre la suprématie masculine. On pardonne tout aux hommes, mais les femmes doivent se soumettre, en silence. Mais George Eliot ne se contente pas d'un regard féministe, c'est aussi un regard chrétien, qui dénonce le pharisianisme et le manque de charité de son époque. Le personnage du pasteur, malgré sa bonne volonté, finit par se soumettre à la pression des bigots et des mauvaises langues. "Le moulin sur la Floss" n'est cependant pas caricatural, certains personnages un peu durs au début, font preuve d'impartialité dans leurs jugements, allant ainsi à l'encontre de l'opinion générale. Le roman est donc complexe par l'étude des caractères et de la société, original et progressiste dans son intention, sans pour autant tomber dans une diatribe contre ses contemporains. Maggie, le personnage principal, évolue tout au long du roman, mais elle garde sa pureté, son intelligence mélangée de candeur et son attachement à ses valeurs : la loyauté, l'amour, la fidélité, la compassion. Un autre thème développé dans le roman est la famille, avec toutes les nuances des sentiments, des comportements, et les principes défendus par chacun selon sa sensibilité personnelle - ou son degré de formatage... Il y a bien d'autres choses dans ce roman, et il faut persévérer parfois, ne pas s'impatienter en rencontrant un grand nombre de références culturelles, bibliques, historiques qui obligent à se référer à un lexique à la fin de l'ouvrage.... Ce roman mérite d'être lu jusqu'au bout, surtout en raison du propos intelligent et sensible de l'autrice, qui a su observer ses contemporains - sa famille sans doute aussi - et sonder les coeurs, décrypter les comportements, pour mettre des mots justes sur des situations et des destins parfois douloureux. George Eliot parle admirablement des coeurs blessés, des personnages ostracisés, du fossé entre les heureux de ce monde et les plus malchanceux, réduits à l'état d'objet sous le regard implacable des moins charitables. Je me suis attachée à Maggie, à Philip, à Bob, et au pasteur. Les autres m'ont émue, ils m'ont faire rire, m'ont révoltée, m'ont fait pitié. L'autrice anglaise a su donner vie à ses personnages et à toute cette société d'une petite bourgade anglaise du 19ème siècle. L'écriture est un peu lourde parfois, mais on lui pardonnera volontiers. Le côté chrétien agacera sans doute beaucoup de lecteurs, la foi chrétienne n'a pas le vent en poupe à notre époque et il est de bon ton de la moquer, mais pour ma part j'ai beaucoup aimé le message de George Eliot dans tous ses aspects.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SabiSab28 Posté le 26 Septembre 2020
    1er roman de cette auteure que je découvre avec un vrai plaisir ! J'ai aimé sa plume ! tout en poésie, dans les détails minutieux de la lande anglaise, dans la psychologie de ses personnages, dans le regard acerbe de l'aristocratie anglaise (les tantes sont excellemment décrites dans ce système d'apparence et de matérialisme). Ces petites phrases emplies de misogynie met bien en relief l’état d'esprit de cette époque, notamment les remarques et comportement de Tom, suffisant et égoïste, ne se surévaluant que grâce à son sexe ... Bon il évolue et a heureusement des qualités qui serviront sa famille. Le personnage phare reste Maggie, petite fille qui deviendra adolescente, jeune adulte avec ses rêves de culture, de bonheur. Malheureusement, elle subit encore cette inégalité homme-femme du XIXeme siècle. On lui mériterait de naître quelques années plus tard pour pouvoir s'épanouir avec toute son intelligence ... Totalement charmée par l'écriture de George Eliot !
  • oiseaulire Posté le 25 Septembre 2020
    Oeuvre magistrale : c'est solidement conçu, modeste, brillant (à force de simplicité apparente) : la complexité d'une époque, d'un milieu, de la recherche spirituelle, des épreuves et des joies des coeurs humains est rendue sans pathos et avec une lucidité bienveillante. Tout fait signe. Les héros sont entre les mains de leur kairos et de leur caractère particulier. Nous les comprenons tous de l'intérieur, nous n'en condamnons aucun, même les terribles tantes Dodson. Ce livre élargit la vue, et le sort des héros peut être envisagé au pied de la lettre dans leur destin particulier, ou pour leur signification symbolique. George Eliot est une grande. Je vais relire Middlemarch et lire Daniel Deronda.
  • oree Posté le 15 Septembre 2020
    Magnifique peinture de la société anglaise rurale du 19 ème siècle. L'auteure a été redécouverte récemment, merci à Mona Ozouf qui a publié "l'autre George" pour nous la faire lire! En effet, on peut penser à George Sand, mais surtout à Jane Austen. J'ai beaucoup apprécié cette intrigue romanesque qui met en valeur des personnages forts, tourmentés par la bien-pensance, la pudibonderie, le sens du renoncement, et du sacrifice. Une jeune femme se démène face à deux figures masculines contraignantes : son frère soumis au devoir d'aîné, jouet d'un puissant sans scrupule ; le père, qui, même mort les fait se courber pour rembourser sa faillite et restaurer son honneur. Quand l'amour survient ainsi qu' une possibilité de sortie, elle choisit de renoncer par égard pour sa cousine, promise du jeune homme aimé. Belle mise en scène à déguster.
  • Liseusedebonneaventure Posté le 5 Septembre 2020
    Brillant ! La lecture est fluide et très poétique. L'auteur nous montre avec beaucoup de sensibilité le monde rural, le quotidien de ses habitants ordinaires, tout en déployant avec finesse la psychologie des personnages. Elle pointe avec délicatesse la nostalgie et l'importance des souvenirs d'enfance. Les personnages sont, bien que très différents, attachants. Le personnage de Maggie, inspiré de l'auteur elle-même, est incroyablement moderne et on ne peut qu'applaudir le féminisme présent dans ce roman. L' écriture est belle, l'intrigue prenante et dramatique.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.