Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266233552
Code sériel : 15357
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Le Mystère Sherlock

Date de parution : 06/06/2013

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l'accès à l'hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d'une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être...

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l'accès à l'hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d'une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d'holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer...
Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Élémentaire, mon cher Watson ! »

« Un petit bijou d'humour et d'autodérision. L'auteur met toute son érudition au service d'une enquête aussi délirante qu'hilarante. » Blaise de Chabalier – Le Figaro littéraire

« Véritable Cluedo® alpin à la sauce San-Antonio, Le Mystère Sherlock a de quoi séduire au-delà des seuls amateurs de romans noirs. » Julien Bisson – LiRE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266233552
Code sériel : 15357
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Déjanté, vivifiant comme une rafale montagnarde, ce Cluedo littéraire ne vous lâchera pas avant que vos abdominaux crient grâce ! » ELLE

« (...) un petit bijou d'humour et d'autodérision. (...) L'auteur met toute son érudition au service d'une enquête aussi délirante qu'hilarante. » Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire

« (...) un désopilant roman à suspense. » Livres Hebdo

« Véritable Cluedo alpin à la sauce San-Antonio, Le Mystère Sherlock a de quoi séduire au-delà des seuls amateurs de romans noirs. (...) Surtout, l'humour potache de l'auteur habille en creux une réflexion plus maline qu'il n'y paraît sur les pouvoirs de la fiction et des faux-semblants. » Julien Bisson, LIRE

« L'humour noir est de rigueur dans ce roman loufoque plein de rebondissements (...). » L'Est-Eclair

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Poinsignon Posté le 24 Septembre 2021
    l’histoire est interessante, à l’image des 10 petits nègres d’Agatha Christie. Il y a de l’humour, des personnages haut en couleur mais hélas des passages trop lents; aussi je me suis ennuyée car il n’y a pas de cassure de rythme en dépit des meurtres.
  • ArlieRose Posté le 20 Septembre 2021
    Pour les lecteurs, actuels ou plus anciens, des œuvres de Conan Doyle et Agatha Christie, sans parler de Charles Exbrayat pour le style, ce roman est à mon avis une gourmandise. On y trouve plein d'allusions aux romans de ces auteurs de polars aujourd'hui classiques. Quant à ce roman, il est addictif, on ne s'ennuie pas une seconde et les fous rires sont nombreux. Savoureux.
  • domi_troizarsouilles Posté le 13 Septembre 2021
    Ce livre avait été proposé en lecture commune sur l’un des challenges auxquels je participe, et je me suis dit : « pourquoi pas » ? c’est que le titre et la couverture (autant celle du poche, qui a été la première que j’ai vue, que celle de l’ebook que j’ai finalement lu) m’intriguaient, ce qui suffisait pour me lancer dans l’aventure. Ma seule vraie crainte était de m’y perdre, car je n’ai jamais lu aucun livre de Conan Doyle – or, si Sherlock Holmes est indéniablement connu dans l’imaginaire collectif, je ne l’ai encore jamais approché de près car, même si j’apprécie beaucoup les romans policiers, je ne suis pas trop attirée par les classiques du genre… En refermant ce livre, je peux dire que cette méconnaissance n’a en rien gêné ma lecture, mais il est bien possible, en revanche, que je sois passée à côté de toute une série de choses – allusions, référence à l’une ou l’autre intrigue, etc. ce qui aurait peut-être rendu ce livre plus « vivant », sans mauvais jeu de mots. Cela dit, que l’on connaisse intimement ou non l’univers de Sherlock et autres « concurrents » (on a plusieurs références notamment à Hercule... Ce livre avait été proposé en lecture commune sur l’un des challenges auxquels je participe, et je me suis dit : « pourquoi pas » ? c’est que le titre et la couverture (autant celle du poche, qui a été la première que j’ai vue, que celle de l’ebook que j’ai finalement lu) m’intriguaient, ce qui suffisait pour me lancer dans l’aventure. Ma seule vraie crainte était de m’y perdre, car je n’ai jamais lu aucun livre de Conan Doyle – or, si Sherlock Holmes est indéniablement connu dans l’imaginaire collectif, je ne l’ai encore jamais approché de près car, même si j’apprécie beaucoup les romans policiers, je ne suis pas trop attirée par les classiques du genre… En refermant ce livre, je peux dire que cette méconnaissance n’a en rien gêné ma lecture, mais il est bien possible, en revanche, que je sois passée à côté de toute une série de choses – allusions, référence à l’une ou l’autre intrigue, etc. ce qui aurait peut-être rendu ce livre plus « vivant », sans mauvais jeu de mots. Cela dit, que l’on connaisse intimement ou non l’univers de Sherlock et autres « concurrents » (on a plusieurs références notamment à Hercule Poirot, et un énorme spoiler sur les « Dix petits nègres » - ah pardon, il faut dire « Ils étaient dix », désormais – où Poirot n’apparaît pas, paraît-il), on comprend très vite que tout le livre est une extraordinaire parodie de ces romans policiers qui mettent en avant le flair lié à la logique d’un enquêteur principal, qu’il le soit de métier ou non, jusqu’à une résolution finale à laquelle le lecteur aurait pu arriver lui-même, si seulement l’auteur lui en laissait la possibilité… mais le fait-il vraiment ? Le tout est assaisonné d’un humour, souvent noir, mais pas que, et surtout omniprésent : des tournures de phrases, des calembours et autres jeux de mots, des mots mêmes transformés pour l’occasion, et j’en passe. Contrairement à ce que j’ai lu dans l’une ou l’autre critique, ce n’est jamais de l’humour lourd en tant que tel ! En revanche, pas une seule phrase n’est épargnée, il n’y a pas une seule phrase sans une pointe piquante, un mot qui dérape, une allusion quelconque qui fait sourire – bref, cet humour parfaitement assumé est là tout le temps, tout le temps, tout le temps, au point de frôler parfois l’indigestion, c’est vrai… Le plus incroyable quand on considère cette façon d’écrire quelque peu délirante, c’est que l’auteur a pris le parti, en plus, de faire une espèce de roman choral : on a la narration principale qui apparaît comme le journal d’une jeune journaliste qui a réussi à s’immiscer au milieu de ces holmésiens qui briguent la chaire d’holmésologie qui doit ouvrir à la Sorbonne. Mais cette narration est entrecoupée par des « fiches profil » sur chacun des holmésiens, ainsi que certaines explications – toujours introduites de la même façon, par exemple « H comme Holmésien » - destinées au livre « Sherlock Holmes pour les Nuls » que la même jeune journaliste est en train de rédiger. Et chaque style de narration présente quelques menues différences qui indiquent que l’on se trouve effectivement à un autre niveau. Et l’auteur va plus loin encore : plusieurs des holmésiens ont également voix au chapitre, que ce soit Dolorès qui écrit de longues lettres à ce qui pourrait être un confesseur, Durieux qui écrit son propre livre extrêmement guindé, ou Perchois qui écrit quant à lui à son « maître », sans qu’on sache très bien s’il s’agit d’un quelconque mentor extérieur, ou s’il croit écrire à Holmes en personne. Ainsi donc, par-delà ces jeux d’humour cités plus haut, l’auteur parvient quand même à différencier chaque voix, à en faire quelque chose de particulier et de reconnaissable ! Avec tout ça : inutile de préciser (quoique…) à quel point les personnages sont caricaturaux ! On est même au-delà des stéréotypes du genre, on est plutôt dans une espèce de surréalisme adapté à un pseudo-polar, où on ne cherche même pas à être crédible, mais où le maître-mot serait plutôt : plus tu es déjanté et improbable, mieux tu seras accepté dans ce cénacle burlesque. Car, oui, c’est bien de cela qu’il s’agit : on est réellement dans le burlesque, tous les codes habituels (du polar classique) sont défiés de façon sidérante. Et cela dépasse le seul cadre des quelques holmésiens et de la journaliste, car les « vrais » enquêteurs et autres secours, qui vont venir libérer ces gens enfermés dans l’hôtel (et tomber sur autant de cadavres), sont eux aussi tous plus douteux les uns que les autres… Cela dit, si l’exercice de langue française est remarquable, si l’humour est agréable à condition de le lire par petites doses, ce livre ne m’a pas tout à fait emballée. L’intrigue même, également parodique évidemment, ne suscite qu’un intérêt restreint : on rigole (ou pas) aux nombreux calembours, on observe le microcosme composé de ces holmésiens bloqués dans cet hôtel lugubre, mais, pour ma part du moins, on ne s’intéresse pas vraiment à l’enquête (qui semble menée par la journaliste précitée), on ne se demande pas vraiment qui va être le prochain sur la liste des victimes, alors que c’est au cœur de l’intrigue, d’une façon de plus en plus aiguë, ni même qui est le meurtrier…. On lit ce livre pour sa forme (géniale), pas tellement pour son contenu (finalement assez pauvre) – ou, pour le dire autrement : l’aspect parodie est une totale réussite, mais l’aspect policier est plutôt raté. Sauf peut-être le sursaut final ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnneLiseBesnier Posté le 7 Juillet 2021
    j'ai ri tout le long ! Enfin un roman qui sort des thèmes à la mode, un roman qui en a. Et puis je crois qu'avec cette maîtrise de l'écriture l'auteur pourrait nous raconter pendant 200 pages la vie de ses poireaux, j'adhérerais quand même. C'est comme passer une belle soirée au coin du feu avec notre tonton farceur, vous savez, celui qui picole un peu trop à votre mariage et qui trouve toujours le mot pour rire. C'est sarcastique et efficace. À lire !
  • Sam_L Posté le 4 Juillet 2021
    Une pincée de Sherlock Holmes et un soupçon d'Agatha Christie, le tout saupoudré d'un bon brin d'humour, et vous obtenez ce roman succulent. Le ton ironique est vite donné et se distille au fil des pages ; je m'attendais à une ambiance « policier anglais » mais je me suis plutôt sentie attablée à un (bon) café-théâtre. J'ai passé un bon moment de lecture, avec le sourire aux lèvres. J'ai beaucoup apprécié ce style d'écriture qui ne se prend pas au sérieux.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Des crimes et des secrets : 10 romans policiers à dévorer si vous aimez Agatha Christie

    Du Crime de l'Orient-Express à Dix petits nègres, Agatha Christie a marqué la littérature policière et reste la reine du crime incontestée. Morte il y a près de 45 ans, elle continue d'inspirer les écrivains, mais aussi la télévision et le cinéma (voir le récent succès du film À couteaux tirés). Huis clos, énigmes, secrets, retournements de situation... Voici 10 romans policiers à lire si vous affectionnez les enquêtes d'Hercule Poirot ou de Miss Marple.

    Lire l'article