RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le paradoxe du menteur

            Pocket
            EAN : 9782266195379
            Code sériel : 14128
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Le paradoxe du menteur

            Dominique WATTWILLER (Traducteur)
            Date de parution : 14/01/2010

            On trouve de tout dans les pubs. Et l'on entend toutes sortes d'histoires. Connaissez-vous celle de l'homme qui, du jour au lendemain, perdit sa femme, son enfant et son chien ?

            Sous l'œil avisé du barman, l'inspecteur Richard Jury et son nouveau compagnon de zinc, le très cordial Harry, dégustent...

            On trouve de tout dans les pubs. Et l'on entend toutes sortes d'histoires. Connaissez-vous celle de l'homme qui, du jour au lendemain, perdit sa femme, son enfant et son chien ?

            Sous l'œil avisé du barman, l'inspecteur Richard Jury et son nouveau compagnon de zinc, le très cordial Harry, dégustent un fameux pinot gris. Sous leur pied, le chien Mungo patiente. Cette histoire, il la connaît. Et pour cause, c'est la sienne. Car le chien est revenu. Un an après. Improbable, pense Jury, qui n'en est pas moins curieux, suspendu aux lèvres du très disert Harry. Et l'histoire continue, recommence, se contredit, en appelle une autre. Les bouteilles filent, les mensonges s'emboîtent. Toute vérité est relative, et ce casse-tête quantique plonge décidément Jury dans la plus parfaite perplexité. Mais reprenons du début : Un homme entra dans un pub…

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266195379
            Code sériel : 14128
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La particularité de l’enquête, placée sous le signe de la théorie des paradoxes, est qu’elle oblige la romancière à un périlleux exercice d’équilibre dont elle va brillamment se sortir. »

            François Rivière – Le Figaro littéraire

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lisabeth Posté le 11 Décembre 2016
              N'ayant jamais lu de roman de Martha Grimes et ne lisant aucune critique avant de me plonger dans une histoire, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. L'auteur nous balade pas mal entre plusieurs genres et je ne savais pas où elle voulait nous mener. Je peux dire qu'elle m'a pas mal baladée...tantôt fantastique, un poil paranormal, psychiatrique, scientifique...parfois même rien du tout...( j'ai pensé " je suis en train de lire une grosse bouse") Le récit monte en puissance, les chapitres sont digestes ce qui équilibre le grattage de méninges de certains passages. Une atmosphère se dégage de ce roman et ça j'adore! Donc pour l'atmosphère, le mystère, quelques personnages ( Melrose Plant, Tilda...) lisez-le! Mais soyez indulgent...
            • Sharon Posté le 6 Janvier 2011
              Je suis une grande fan des romans de Martha Grimes, je les ai presque tous lus, de L’énigme de Rackmorr au Sang des innocents en passant par L’affaire de Salisbury. Le paradoxe du menteur est la suite immédiate du Sang des innocents : Jury, en attente de savoir s’il va être ou non réintégré à la police, tue le temps dans les pubs et résout des énigmes Au fur et à mesure que les aventures de Richard Jury se succèdent, j’ai l’impression que l’amertume, les regrets submergent peu à peu l’écriture du roman. L’écriture s’étire, le temps se déroule très lentement, les proches de Jury n’apparaissent que de manière sporadique, comme si l’auteur se devait tout de même de les évoquer, afin de faire plaisir aux fans de la série, même s’ils n’ont plus qu’une faible utilité dans l’intrigue. Même le fidèle Melrose Plant est réduit au rôle de figurant inutile. Plus de dénouement satisfaisant de l’enquête narrée depuis Disparition, qui hante encore le commissaire (les allusions ne sont compréhensibles que pour un fidèle lecteur). Plus de dénouement du tout : rien n’est réellement terminé à la fin du roman, et je suppose que Jury parviendra à boucler cette enquête... Je suis une grande fan des romans de Martha Grimes, je les ai presque tous lus, de L’énigme de Rackmorr au Sang des innocents en passant par L’affaire de Salisbury. Le paradoxe du menteur est la suite immédiate du Sang des innocents : Jury, en attente de savoir s’il va être ou non réintégré à la police, tue le temps dans les pubs et résout des énigmes Au fur et à mesure que les aventures de Richard Jury se succèdent, j’ai l’impression que l’amertume, les regrets submergent peu à peu l’écriture du roman. L’écriture s’étire, le temps se déroule très lentement, les proches de Jury n’apparaissent que de manière sporadique, comme si l’auteur se devait tout de même de les évoquer, afin de faire plaisir aux fans de la série, même s’ils n’ont plus qu’une faible utilité dans l’intrigue. Même le fidèle Melrose Plant est réduit au rôle de figurant inutile. Plus de dénouement satisfaisant de l’enquête narrée depuis Disparition, qui hante encore le commissaire (les allusions ne sont compréhensibles que pour un fidèle lecteur). Plus de dénouement du tout : rien n’est réellement terminé à la fin du roman, et je suppose que Jury parviendra à boucler cette enquête dans le prochain tome. Une (petite) déception.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.