Lisez! icon: Search engine
Le Passage
Dominique Haas (traduit par)
Date de parution : 07/03/2013
Éditeurs :
Pocket

Le Passage

Dominique Haas (traduit par)
Date de parution : 07/03/2013

Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à...

Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l’humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre.
Surgie de nulle part, une jeune...

Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l’humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre.
Surgie de nulle part, une jeune fille vient à leur rencontre. Elle semble avoir 14 ans.
Elle en a cent de plus.
Elle est venue sauver le monde.

« L'intelligence affleure sous la plume à chaque page. » Lucas Bretonnier – Le Parisien / Aujourd'hui en France

« Le Passage est plus qu'un best-seller habile, et il fait penser au Dan Simmons de L'Échiquier du mal ou au meilleur Stephen King. » Hubert Prolongeau – Télérama

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266218573
Code sériel : 15353
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 1280
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266218573
Code sériel : 15353
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 1280
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L'intelligence affleure sous la plume à chaque page. » Lucas Bretonnier, Le Parisien / Aujourd'hui en France

« (...) Le Passage est plus qu'un best-seller habile, et il fait penser au Dan Simmons de L'Echiquier du mal ou au meilleur Stephen King. » Hubert Prolongeau, Télérama

« Un roman d'anticipation, une fable épique mais surtout une saga dense et délicieusement addictive. » Glamour

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • briochinho 17/02/2024
    Un pavé. trop de longueurs, de descriptions qui parfois n'ont pas de nécessité alors que le pitch de départ est bon et fonctionne bien. Mais chacune des deux parties de ce roman auraient pu avoir quelques passages en moins. On commence dans une sorte d'enquête policière fédérale à travers le pays. Puis la base secrète, les recherches... tout cela est sublime jusqu'au bordel et l'apocalypse. Et cette seconde partie, excellente dans ce qu'elle propose. J'étais d'ailleurs au même moment à fond dans the walking dead. Ce qui donnait des images en tête pour ce camp construit et c'était top !!! Mais ces difficultés de lecture causées par ce rythme lent ne m'ont jamais poussé à lire la suite. Dommage.
  • diFunttiChro 16/09/2023
    Autre chose qui n’arrangeait rien à ça, c’est l’écriture de l’auteur. J’aimais bien son style au début mais ça m’a rapidement vite gêné les tournures de phrases très allusives empreintes de mystères indéchiffrables… Perso, j’apprécie grandement les narrations directes où tu sais qui est qui, où, comment, quoi. Parce que bon, écrire de cette façon c’est pas quelque chose qui me gêne non plus au contraire mais là, je l’ai trop ressenti et c’était lourd, surtout au début. J’ai aussi une remarque à faire sur la longueur du bouquin car soit, 1000 pages c’est un peu long mais quand l’histoire est super, c’en serait 3000 qu’on ne les sentirait même pas. Or, ici, j’ai senti, notamment le temps juste avant et après l’an zéro. Il y a une partie dans cette période où j’ai décroché. Je lisais sans plus, bah en gros j’ai trouvé ça chiant quoi, plat ! Je dirais cependant que le moment où ça y est, on rentre définitivement dedans, on frémit même avec les personnages, c’est à partir de la partie VI « La nuit des Couteaux et des Etoiles », j’ai kiffé. Là, il n’y a plus de longueurs. L’histoire s’enchaîne super bien.Dernière chose, les personnages. Peter est le personnage auquel je me suis le plus attachée, comme Wolgast La suite sur mon blog 🌈Autre chose qui n’arrangeait rien à ça, c’est l’écriture de l’auteur. J’aimais bien son style au début mais ça m’a rapidement vite gêné les tournures de phrases très allusives empreintes de mystères indéchiffrables… Perso, j’apprécie grandement les narrations directes où tu sais qui est qui, où, comment, quoi. Parce que bon, écrire de cette façon c’est pas quelque chose qui me gêne non plus au contraire mais là, je l’ai trop ressenti et c’était lourd, surtout au début. J’ai aussi une remarque à faire sur la longueur du bouquin car soit, 1000 pages c’est un peu long mais quand l’histoire est super, c’en serait 3000 qu’on ne les sentirait même pas. Or, ici, j’ai senti, notamment le temps juste avant et après l’an zéro. Il y a une partie dans cette période où j’ai décroché. Je lisais sans plus, bah en gros j’ai trouvé ça chiant quoi, plat ! Je dirais cependant que le moment où ça y est, on rentre définitivement dedans, on frémit même avec les personnages, c’est à partir de la partie VI « La nuit des Couteaux et des Etoiles », j’ai kiffé. Là, il n’y a plus de longueurs. L’histoire s’enchaîne super bien.Dernière chose, les personnages. Peter...
    Lire la suite
    En lire moins
  • MaraudeuseBook 09/04/2023
    Le début est un peu long, et j'ai eu peur que cela traine en longueur et que l'action se passe a la toute fin. Mais pas du tout. Au début on suis Amy, son enfance, et puis sa rencontre avec Lacey, et l'arrivé de deux agents du FBI. En parallèle il y'a un détenue qui se voit offrir un échappatoire à sa peine de mort soit une condition, et l'on n'en sait pas plu. Et puis petit a petit les choses se mettent en place. On découvre que les années ont passés et que la nouvelle génération à réussi à survivre. On rencontre Peter, Alicia, Théo, et plein d'autres. J'ai adoré les personnages, je me suis vite attachée à eux. Ils sont bien décrit, avec une belle évolution. L'univers se déploie petit a petit, au début tu ne comprends pas le côté SF post apo et puis ça se mets en place. On découvre comment une épidémie ce démarre, pourquoi, qui la lancé et comment les choses parte en cacahuètes. J'ai adoré cette univers complexe, mais finalement assez simple. Il y'a de l'action, des rebondissements, des Révélations, et les personnages comme le lecteur prennent chers. J'ai eu beaucoup de mal à reposé le roman au fur et à mesure, j'avais très envie a chaque fois, de connaître la suite. Les 1165 pages défilent sans que tu t'en rendes compte et finalement je n'avais pas dû tout envie de refermer le roman. La plume de l'auteur est fluide, addictive, riche, immersive, belle et cruel a la fois. Je ne sais que dire de plus a part que je vais très très vite commencer le tome deux parce que je suis trop curieuse de découvrir la suite. Ma note: ❤️/5 Pfiou je suis passé par plein d'émotions en lisant ce gros bébé, et qu'elle kiff. Je ne peux que le conseiller. Et si les pavés te font peur, franchement tu ne les voient pas défilées.Le début est un peu long, et j'ai eu peur que cela traine en longueur et que l'action se passe a la toute fin. Mais pas du tout. Au début on suis Amy, son enfance, et puis sa rencontre avec Lacey, et l'arrivé de deux agents du FBI. En parallèle il y'a un détenue qui se voit offrir un échappatoire à sa peine de mort soit une condition, et l'on n'en sait pas plu. Et puis petit a petit les choses se mettent en place. On découvre que les années ont passés et que la nouvelle génération à réussi à survivre. On rencontre Peter, Alicia, Théo, et plein d'autres. J'ai adoré les personnages, je me suis vite attachée à eux. Ils sont bien décrit, avec une belle évolution. L'univers se déploie petit a petit, au début tu ne comprends pas le côté SF post apo et puis ça se mets en place. On découvre comment une épidémie ce démarre, pourquoi, qui la lancé et comment les choses parte en cacahuètes. J'ai adoré cette univers complexe, mais finalement assez simple. Il y'a de l'action, des rebondissements, des Révélations, et les personnages comme le lecteur prennent chers. J'ai eu beaucoup de mal...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mindstyle 16/01/2023
    Une oeuvre exceptionnelle. Une saga qui figure dans mon top 3. Des personnages profonds et charismatiques, une ambiance d'apocalypse qui s'installe progressivement. Il s'agit de la survie de l'Humanité avec un grand H face à une menace, un fléau prêt à s'abattre sur les derniers survivants tel un raz de marée. J'ai littéralement été subjugué par cette oeuvre. Et le meilleur c'est que les 3 tomes sont aussi égaux en intensité et en profondeur.
  • MassLunar 20/10/2022
    Monumental roman que ce Passage de Justin Cronin dans le domaine du fantastique post-apocalyptique. Personnellement, je me suis régalé. Et dire que c'est seulement le premier volume d'une trilogie qui est suivi de Les Douzes et de la Cité des Miroirs. Un premier tome de pratiquement 1000 pages qui démarre comme un curieux thriller fantastique avec une touche d'espionnage et de complot made in fbi avant de nous propulser un siècle dans une Amérique en ruine dévasté par de curieux mutants vampiriques surnommé les viruls, les jets , les funs... Le point commun entre ces deux époques ? Amy, une jeune fille vraiment pas comme les autres. Sur les grandes lignes, ce résumé possède quelque chose d'un peu naif , d'un peu candide comme une sorte de conte un peu noir avec à la clé une fille , un petit être au coeur doux, l'élue qui sauverai le monde... Mais le roman de Justin Cronin ne se limite pas à cela. Le Passage est un roman à la croisée des genres qui combine aussi bien le récit épique post-apocalyptique, les portées horrifiques et bibliques d'un Stephen King ainsi que la dimension d'un conte fantastique revisitant la figure du vampire. Sans avoir forcément la même audace imaginative qu'un Stephen King, Justin Cronin fait preuve d'une belle envergure dans ce roman en deux temps qui débute doucement dans notre moment présent avant de basculer. Une écriture de l'avant et de l'après riche en détails emmenée par une narration précise qui se détache parfois sous forme de mail, d'extraits de journaux intimes ou à travers les plans d'une colonie. Toujours dans un esprit très Stephen King ( oui j'aime bien comparer Cronin à King mais on relève quand même pas mal d'inspiration), Cronin nous régale également avec une galerie de personnages forts comme Alicia la guerrière, le brave agent Wolgarst , la tendre soeur Lacey et surtout la magnétique Amy qui est sans doute le meilleur personnage du roman. Une héroine muette mais dont l'aura de mystère est bien palpable. Et qui lit plusieurs personnages, lit forcément plusieurs points de vue . Cronin depeint une fresque plurielle mais il ne se disperse jamais dans cette intrigue post-apocalyptique où tout est lié et où les destinées se font et se défont. Bien qu'efficace, Le Passage est parfois soumis à un rythme un peu elliptique qui téléporte carrément certains personnages comme c'est le cas [masquer]de la soeur Lacey que nous retrouvons de manière super opportune dans le laboratoire experimentale peu avant l'effondrement[/masquer]. Justin Cronin n'évite pas certains raccourcis dramaturgiques ce qui ne gâche pas non plus le plaisir de lecture mais cassent légèrement l'immersion. Par la qualité de sa narration, la combinaison entre des passages épiques et des passages plus tendre, Le Passage est tout simplement un efficace et très agréable moment de lecture. L'un de ces titres capable de vous scotcher à la page pendant toute une nuit pour peu que vous soyez réceptif à l'imaginaire fantastique et post-apocalyptique. Monumental roman que ce Passage de Justin Cronin dans le domaine du fantastique post-apocalyptique. Personnellement, je me suis régalé. Et dire que c'est seulement le premier volume d'une trilogie qui est suivi de Les Douzes et de la Cité des Miroirs. Un premier tome de pratiquement 1000 pages qui démarre comme un curieux thriller fantastique avec une touche d'espionnage et de complot made in fbi avant de nous propulser un siècle dans une Amérique en ruine dévasté par de curieux mutants vampiriques surnommé les viruls, les jets , les funs... Le point commun entre ces deux époques ? Amy, une jeune fille vraiment pas comme les autres. Sur les grandes lignes, ce résumé possède quelque chose d'un peu naif , d'un peu candide comme une sorte de conte un peu noir avec à la clé une fille , un petit être au coeur doux, l'élue qui sauverai le monde... Mais le roman de Justin Cronin ne se limite pas à cela. Le Passage est un roman à la croisée des genres qui combine aussi bien le récit épique post-apocalyptique, les portées horrifiques et bibliques d'un Stephen King ainsi que la dimension d'un conte fantastique revisitant la figure du vampire. Sans avoir...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.