Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291255
Code sériel : 17414
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Le Père David, l'Impératrice et le panda

Date de parution : 28/02/2019
« Vous le connaissez tous, avec sa splendide livrée noir et blanc, son air bonhomme, son appétit insatiable et sa démarche rigolote… le panda ! L’ami des enfants et le symbole de la préservation de la nature… Ce que vous ignorez peut-être, c’est qu’un missionnaire français, le père Armand David,... « Vous le connaissez tous, avec sa splendide livrée noir et blanc, son air bonhomme, son appétit insatiable et sa démarche rigolote… le panda ! L’ami des enfants et le symbole de la préservation de la nature… Ce que vous ignorez peut-être, c’est qu’un missionnaire français, le père Armand David, en 1869, est à l’origine de sa découverte. Sans lui, le panda aurait été décimé par la chasse et la déforestation.
C’est en m’inspirant de cette histoire vraie que je vous invite à me suivre jusqu’aux forêts du Sichuan, le territoire du panda géant, à remonter le fleuve Bleu, à explorer la fabuleuse Cité interdite et Shanghai la mystérieuse, sur les traces de mes héros.
Ensemble, nous découvrirons une Chine plus mystérieuse que jamais, mais aussi cet animal magnifique, dont le pays a fait l’un de ses principaux ambassadeurs. »
                                                                                                                              JOSÉ FRÈCHES

Édition revue et corrigée par l’auteur

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291255
Code sériel : 17414
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un merveilleux roman d’aventure. Si vous avez envie d’évasion, n’hésitez plus, partez à la rencontre de la Chine et du panda avec ce livre fascinant. »  Frédérique Le Teurnier, France Bleu Soir
« Renommé pour ses séries romanesques sur la Chine ancienne, José Frèches nous passionne avec son dernier roman inspiré d’une histoire vraie. Une épopée fascinante. » Héloïse Rocca, Version Femina
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tytalba Posté le 29 Avril 2019
    Encore un livre déniché dans une gare lors d'un déplacement. Ce sont des moments décidément propices à la lecture. Le titre m'a accroché tout de suite, faisant référence à une petite famille que je connais bien même si je suis pas bien sûre de pouvoir qualifier la Maman de Panda... ;-) Et la couverture avec les deux pandas a terminé le boulot, j'ai craqué ! Le panda, ou ''xiong mao'' en chinois (littéralement ours-chat), il est question justement de sa découverte tout au long du livre. En 1869, le Père David missionné en Chine pour étudier la faune finira par tomber sur cet étrange animal, qui n'était connu à l'époque que dans la région où il prospérait mais où il été également très chassé pour sa fourrure. Vivant exclusivement dans des zones reculées de la Chine (Sichuan), il deviendra néanmoins ainsi un bel ambassadeur de ce grand pays et échappera à l’extinction qui était inévitable, même s'il est encore aujourd'hui une espèce très menacée. Plus que la narration de l'histoire en elle-même inspirée de la vie d'Armand David, j'ai surtout aimé dans ce livre les descriptions de la Chine d'alors, la vie là-bas à cette époque, leur perception des Occidentaux venus coloniser... Encore un livre déniché dans une gare lors d'un déplacement. Ce sont des moments décidément propices à la lecture. Le titre m'a accroché tout de suite, faisant référence à une petite famille que je connais bien même si je suis pas bien sûre de pouvoir qualifier la Maman de Panda... ;-) Et la couverture avec les deux pandas a terminé le boulot, j'ai craqué ! Le panda, ou ''xiong mao'' en chinois (littéralement ours-chat), il est question justement de sa découverte tout au long du livre. En 1869, le Père David missionné en Chine pour étudier la faune finira par tomber sur cet étrange animal, qui n'était connu à l'époque que dans la région où il prospérait mais où il été également très chassé pour sa fourrure. Vivant exclusivement dans des zones reculées de la Chine (Sichuan), il deviendra néanmoins ainsi un bel ambassadeur de ce grand pays et échappera à l’extinction qui était inévitable, même s'il est encore aujourd'hui une espèce très menacée. Plus que la narration de l'histoire en elle-même inspirée de la vie d'Armand David, j'ai surtout aimé dans ce livre les descriptions de la Chine d'alors, la vie là-bas à cette époque, leur perception des Occidentaux venus coloniser ce grand pays et réciproquement, le monstrueux trafic d'opium, les lazaristes, la Cité Interdite, la vie pèpère tranquille du panda et enfin les découvertes naturalistes dans des conditions vraiment aventurières à une époque où il y avait encore tant à trouver. Si la flore finissait dans un herbier, les animaux eux terminaient invariablement empaillés... Ce côté explorateur en Asie me rappelle un peu l'histoire d'Alexander Yersin dans La Peste et le Choléra de Patrick Deville. Le tout est sans fard, sans filtre, parfois un peu rude d'un point de vue éthique, animale comme humaine, mais c’était la réalité de cette époque. Pas sûre que nous fassions beaucoup mieux aujourd'hui... À ce sujet, le postface sur la vie, non romancée cette fois-ci, du Père Armand David est vraiment très intéressante, notamment ses écrits qui relatent ses interrogations sur ses missions de lazariste et de naturaliste. Bref, même si le style d'écriture ne m'a pas accroché plus que ça, c'est un bouquin très intéressant, original et où l'on apprend plein de choses sur des sujets très variés !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Etoilesonore Posté le 15 Février 2018
    Ce livre est en quelque sorte une biographie romancée car le personnage principal, le père David est la figure d'un véritable missionnaire féru de naturalisme ayant vécu en Chine où il a découvert le panda géant. Cet ouvrage nous emmène donc dans l'empire du milieu et nous voyons bien le grand écart entre les deux cultures qui se côtoient, sans vraiment se rencontrer. C'est toute une époque qui est évoquée ici avec me semble-t-il assez de réalisme. Toutefois, il est un peu dommage que le point de vue des autochtones soit un peu faible. Mais on ne se refait pas: on ne vient pas de nul part! Un bon roman qui nous dépayse.
  • 1001histoires Posté le 8 Novembre 2017
    C'est l'histoire émouvante qui aurait pu être tragique d'un animal attendrissant. C'est l'histoire d'aventures trépidantes autour d'un animal aux gestes lents. C'est l'histoire vraie de celles et ceux qui ont sauvé de l'extinction un animal innocent. Une fois n'est pas coutume, j'ai commencé ma lecture par la postface, habilement construite pour attiser la curiosité et l'envi d'en savoir plus sur Armand David. C'est son histoire que nous raconte José Frèches à travers le périple romancé de David Etcheparre en Chine. Avec lui, j'ai embarqué pour un long voyage à bord d'un voilier équipé de deux moteurs à vapeur, le Richelieu. C'est comme cela que l'on se rendait en Chine en 1865, un pays-continent où Cixi détient tous les pouvoirs, c'est la rusée mère du jeune empereur Tongzhi pour lequel elle nourrit les plus grandes ambitions. J'ai accosté à Tianjin avant de rejoindre Pékin, la capitale bâtie autour de la Cité interdite. J'ai appris des rudiments de chinois grâce à un jeune sourd-muet. Et j'ai fait des découvertes extraordinaires. La faune et la flore sont d'une richesse exceptionnelle, pimpante comme les écus d'or de l'immortel Ginkgo biloba, mystérieuse comme toutes ces espèces animales que David est le premier occidental à observer et à... C'est l'histoire émouvante qui aurait pu être tragique d'un animal attendrissant. C'est l'histoire d'aventures trépidantes autour d'un animal aux gestes lents. C'est l'histoire vraie de celles et ceux qui ont sauvé de l'extinction un animal innocent. Une fois n'est pas coutume, j'ai commencé ma lecture par la postface, habilement construite pour attiser la curiosité et l'envi d'en savoir plus sur Armand David. C'est son histoire que nous raconte José Frèches à travers le périple romancé de David Etcheparre en Chine. Avec lui, j'ai embarqué pour un long voyage à bord d'un voilier équipé de deux moteurs à vapeur, le Richelieu. C'est comme cela que l'on se rendait en Chine en 1865, un pays-continent où Cixi détient tous les pouvoirs, c'est la rusée mère du jeune empereur Tongzhi pour lequel elle nourrit les plus grandes ambitions. J'ai accosté à Tianjin avant de rejoindre Pékin, la capitale bâtie autour de la Cité interdite. J'ai appris des rudiments de chinois grâce à un jeune sourd-muet. Et j'ai fait des découvertes extraordinaires. La faune et la flore sont d'une richesse exceptionnelle, pimpante comme les écus d'or de l'immortel Ginkgo biloba, mystérieuse comme toutes ces espèces animales que David est le premier occidental à observer et à décrire. C'est le cas du cerf qui a été baptisé de son nom, Elaphurus davidianus. J'ai exploré des contrées rurales aujourd'hui oubliées ou devenues des villes-provinces surpeuplées. J'ai vécu des peurs dans un pays tour-à-tour violent ou étourdie par l'opium et partout j'ai partagé les émerveillements de David devant la nature envoutante. David utilise une modeste bible pour confectionner un herbier, la nuit il dissèque et naturalise des animaux. J'ai découvert des espèces dont le nom latin attise ma curiosité et m'incite à rechercher une photo ou un dessin pour les voir après les avoir imaginées. J'ai visité la Tartarie, remonté le Yang-Tsé ou fleuve bleu à la recherche du dauphin rose avant de rejoindre le Sichuan. Les habitants du Sichuan pratiquent la chasse de l'ours-chat. Nous sommes en septembre 1869, déjà cette espèce est en voie d'extinction, ses gestes lents en font une proie facile, sa fourrure domino est très recherchée. Plutôt que fuir devant les dangers, imperturbable, il préfère mastiquer ses chers bambous. La rencontre entre David et le panda est brève mais marquante. Il n'hésite pas et cède vite aux sollicitations de la jeune et belle Fleur de Sang : il faut sauver l'ours-chat. David rencontre Cixi l'impératrice douairière qui comprend vite l'intérêt de protéger cet animal attendrissant. Avec son jeune fils, elle décide que le panda sera le symbole de l'empire du Milieu. De nos jours le panda reste un trésor national pour la Chine. José Frèches est publié par les Editions XO, voir ici http://www.xoeditions.com/
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.