Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266296090
Code sériel : 6023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Le père Goriot

Date de parution : 16/05/2019

LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l’Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d’un père éperdu d’amour pour ses deux filles qui le bafouent, le torturent et le ruinent....

LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l’Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d’un père éperdu d’amour pour ses deux filles qui le bafouent, le torturent et le ruinent. Témoins de cette tragédie, le jeune Rastignac, qui va défier Paris, et le fabuleux Vautrin, ancien forçat, que l’on recroisera ultérieurement dans d’autres œuvres.
Un galérien des Lettres criblé de dettes imagine et crée sous nos yeux une fresque éternelle avec une puissance de visionnaire. Mystère du génie car personne, depuis, n’a réussi à démoder Balzac.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296090
Code sériel : 6023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Despagesetdeslettres Posté le 6 Novembre 2020
    Dès les premières pages de ce roman, j’ai été transportée dans l’univers balzacien. Le roman s’ouvre sur la description d’une rue puis de la pension dans laquelle vit Le Père Goriot. Vous savez probablement que Balzac a acquis sa réputation par la qualité de ses descriptions et des détails qui les abondent. Cela se vérifie encore ici, cette longue description est la partie que j’ai préférée du roman. J’ai été déçue de ne pas trouver plus de descriptions dans Le Père Goriot, ce qui explique un peu ma frustration. Ce livre peut cependant être un bon moyen de découvrir Balzac, car on ne risque pas de se perdre ou de s’ennuyer au milieu de ce genre de passages. L’autre grande qualité du livre réside selon moi dans ses personnages, à commencer par le personnage central. Le Père Goriot incarne « la Paternité », le fait de penser à ses enfants avant, d’être littéralement prêt à mourir sans rien pour leur offrir la robe de leurs rêves ou ses économies. J’ai ressenti beaucoup de peine et de compassion pour ce personnage qui m’a touché en plein cœur. À noter aussi, l’assemblage des autres personnages qui, ensemble, créé une petite société. Il y a... Dès les premières pages de ce roman, j’ai été transportée dans l’univers balzacien. Le roman s’ouvre sur la description d’une rue puis de la pension dans laquelle vit Le Père Goriot. Vous savez probablement que Balzac a acquis sa réputation par la qualité de ses descriptions et des détails qui les abondent. Cela se vérifie encore ici, cette longue description est la partie que j’ai préférée du roman. J’ai été déçue de ne pas trouver plus de descriptions dans Le Père Goriot, ce qui explique un peu ma frustration. Ce livre peut cependant être un bon moyen de découvrir Balzac, car on ne risque pas de se perdre ou de s’ennuyer au milieu de ce genre de passages. L’autre grande qualité du livre réside selon moi dans ses personnages, à commencer par le personnage central. Le Père Goriot incarne « la Paternité », le fait de penser à ses enfants avant, d’être littéralement prêt à mourir sans rien pour leur offrir la robe de leurs rêves ou ses économies. J’ai ressenti beaucoup de peine et de compassion pour ce personnage qui m’a touché en plein cœur. À noter aussi, l’assemblage des autres personnages qui, ensemble, créé une petite société. Il y a la jeune fille qui rêve d’amour, l’étudiant qui veut devenir quelqu’un ou encore celui qui se joue de la nature humaine. C’est très balzacien. Ce que j’ai moins aimé dans les personnages, c’est la différence de traitement entre les personnages féminins et masculins. Si ces derniers incarnent la ruse, le sacrifice, l’ambition etc… les femmes, elles, ne sont que faibles, intéressées, superficielles et rêvant de l’Amour. L’histoire est bien menée mais j’ai moins apprécié la « sous-histoire ». En bref, malgré le manque de descriptions à mon goût, car quand je lis du Balzac c’est surtout pour profiter de ces passages là, et les personnages féminins caricaturaux (j’entends bien qu’il s’agit d’une autre époque mais ça a vraiment dérangé ma lecture), je suis tout de même contente de l’avoir lu car il me marquera grâce à ce qu’incarne le Père Goriot.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lectiole Posté le 27 Octobre 2020
    J'ai lu "le Père Goriot" en Angleterre. Un des rares romans disponibles en français dans la bibliothèque locale. J'avais déjà lu "Pot-Bouille" de Zola qui avait sans doute lu aussi le roman de Balzac. Rastignac debarque à Paris dans le but de parvenir à tout prix en haut de l'affiche : "À nous deux !" Il est au début de son itinéraire quand il rencontre le vieux vermicelier, le père Goriot, déjà en fin de parcours. L'un a tout l'avenir devant lui, l'autre pense avoir ses filles et s'illusionne parce que ses filles sont déjà derrière lui et font partie de son passé, pas de son avenir déjà révolu. Horrible variation sur le temps qui passe, et pendant que chacun profite de sa jeunesse de bal en bal reste le souvenir du père Goriot comme un fantôme encombrant ou un Christ aimant. Une fable sur l'(in)humanité tout à fait glaçante.
  • Eutenor Posté le 23 Octobre 2020
    Un classique des classiques que j'avais lu il y a bien longtemps et que j'ai pris beaucoup de plaisir à relire ! La plume de Balzac nous permet de nous plonger dans le contraste des niveaux de vie de la société parisienne : le monde coloré et fastueux du luxe s'oppose à l'aspect grisâtre et non moins complexe de la misère. Les personnages représentent à merveille la richesse de l'humain dans ce qu'il y a de bon ou de mauvais ; la cupidité, l'amour inconditionnel, l'égoïsme, la jalousie, la douceur, l'ambition ou le malin. Pas de jugement, pas de prise de position de la part de l'auteur, simplement un état des lieux de l'Homme, de ses sentiments les lus profonds. Une comédie humaine en somme !
  • cvd64 Posté le 14 Octobre 2020
    Du Balzac, pas mon préféré mais de la très bonne littérature avec les ingrédients chers à notre auteur.
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Quatrième de couverture assez étrange vu que Lucien de Rubempré ne figure pas dans cet épisode de la Comédie Humaine et que Marsay est à peine évoqué. Sinon grand moment de la littérature. La société décrite avec tant de finesse par Balzac est très actuelle malgré le langage un peu désuet. L'hypocrisie, le mensonge, l'intéressement dans ce milieu bourgeois et aisé parisien serait facilement transposable à notre époque. Il est agréable de relire un français impeccable et soigné, même du XIXème siècle. Le personnage du Père Goriot est énervant autant qu'il est touchant dans sa paternité bafouée. Que dire d'autre sur Balzac, si ce n'est qu'il fait parti des incontournables de la littérature ?
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.