Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264042019
Code sériel : 3893
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Le phare de Monhegan

Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
Date de parution : 20/04/2006

Un homme redécouvre sa femme disparue à travers le regard de son amant et retombe amoureux. En rédigeant ses mémoires, une religieuse comprend le secret de sa naissance, lors d'un voyage, un vieux professeur mesure la distance qui le sépare de son épouse… Telles sont les histoires qui peuplent ce...

Un homme redécouvre sa femme disparue à travers le regard de son amant et retombe amoureux. En rédigeant ses mémoires, une religieuse comprend le secret de sa naissance, lors d'un voyage, un vieux professeur mesure la distance qui le sépare de son épouse… Telles sont les histoires qui peuplent ce recueil, des moments d'existence où les masques tombent et où les personnages cessent enfin de se mentir. L'habileté de Richard Russo est de chaque fois saisir ce fragile instant où le doute s'installe avant que ne basculent les certitudes. Avec délicatesse, souvent avec humour, il offre alors à ses personnages l'espoir d'une vie apaisée.

« Russo s'interroge sur le temps qui passe, les mensonges et les silences, cet étrange ciment qui fait tenir les couples. Il a une musique bien à lui. Ça a l'air simple comme tout. Cela réclame un talent fou. »
Éric Neuhoff, Figaro Madame

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264042019
Code sériel : 3893
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Par son propos, son atmosphère, sa grâce et aussi un humour qui rend ces histoires supportables, cet épatant recueil nous rappelle Les Locataires de l'été de Charles Simmons et Le Cap de Charles d'Ambrosio. Le genre de littérature élégante, dicrète, qui vous marque durablement. »
Bruno Corty, Le Figaro littéraire

« Russo s'interroge sur le temps qui passe, les mensonges et les silences, cet étrange ciment qui fait tenir les couples. Il a une musique bien à lui. Cela a l'air simple comme tout. Cela réclame un talent fou. »
Éric Neuhoff, Figaro Madame

« Chacune des nouvelles de Richard Russo s'offre comme un concentré de roman. Avec la richesse, la densité affectives qu'il implique. Avec sa dose d'aveu surtout. Son regard est généreux. Il donne sa chance à chacun de ses personnages. Le pire pour lui n'est pas toujours sûr. Il faut être héroïque aujourd'hui pour le croire, le dire, et le prouver. »
Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Andarta12 Posté le 10 Août 2018
    Russo excelle dans les deux nouvelles qu'il consacre à l'enfance et l'adolescence : "La botte" et surtout "Les mystères de Linwood Hart", qui rappelle, toutes proportions gardées, "Ce que savait Maisie" d'Henry James. Les autres textes (des histoires de couples pour la plupart) présentent un intérêt mineur. Si Russo pèche, c'est par excès de réslisme - un défaut que les critiques lui ont apparemment reproché si l'on en croit l'échange de la page 200 ("Poison"), probablement autobiographique.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…