En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Roi des fauves

        Pocket
        EAN : 9782266273121
        Code sériel : 7226
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Le Roi des fauves

        Date de parution : 09/03/2017
        Pour survivre à la famine qui sévit, Ivar, Kaya et Oswald n'ont pas d'autre choix que de braconner. Mais le Jarl, le maître des terres, les surprend. Dans l'échauffourée qui s'ensuit, il tombe de la falaise et perd ses deux jambes. Ivre de vengeance, il lance ses Walkyries à leur... Pour survivre à la famine qui sévit, Ivar, Kaya et Oswald n'ont pas d'autre choix que de braconner. Mais le Jarl, le maître des terres, les surprend. Dans l'échauffourée qui s'ensuit, il tombe de la falaise et perd ses deux jambes. Ivre de vengeance, il lance ses Walkyries à leur poursuite. Arrêtés, jugés, les trois pauvres hères ne doivent leur survie qu'à la cruauté du Jarl : il les condamne à se transformer en monstres, à devenir trois de ses fidèles berzerkirs.
        Il leur reste sept jours d'humanité. Sept jours pour trouver le roi des fauves, le seul à pouvoir les arracher à leur funeste destin.

        « Aurélie Wellenstein crée un univers original et violent. Elle reprend la légendaire figure du berserker qu'elle utilise pour travailler le thème de la mutation : la mutation de l'homme en animal, de l'adolescent en adulte. » Sandrine Brugot Maillard – mesimaginaires.net
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266273121
        Code sériel : 7226
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • kadeline Posté le 30 Avril 2018
          Ivar, Kaya et Oswald tentent un braconnage qui tourne mal. Ils sont jugés et condamnés à être transformés en berzerkirs. Ils leur restent 7 jours pour trouver le roi des fauves avant que leur transformation ne soit terminée. J’ai vraiment aimé cette histoire, cet univers et l’écriture de l’Aurélie Wellenstein. On entre très rapidement dans l’univers et on s’immerge vraiment. C’est un univers particulièrement dur et flippant, avec scènes vraiment glauques mais ça fonctionne super bien. L’écriture est fluide et arrive à faire passer des horreurs tout en douceur. Hâte de tenter un autre roman
        • Nyfa-Mars Posté le 10 Avril 2018
          Une lecture délectablement sombre. En ouvrant Le Roi des Fauves, je ne m’attendais certainement pas à trouver un univers totalement sombre. La longue descente aux enfers de nos personnages principaux fût une découverte aussi cruelle que saisissante. Un univers brutal. Ivar, Kaya et Oswald, trois amis, survivent difficilement à la famine touchant leur village. Ils prennent alors la décision risquée de partir chasser sur les terres de leur seigneur, un fait interdit par les lois. Bravant les risques, ils s’aventurent dans la forêt, et ils parviennent à trouver du gibier, mais alors qu’ils pensaient être tranquilles, ils se font surprendre par celui qu’ils redoutaient de croiser. La situation tourne mal, et nos trois amis ne parviennent pas à échapper à la justice du seigneur (du Jarl). Ils sont alors condamnés à un destin terrible, bien pire que la mort : se transformer en bêtes, en Berserkirs. Autant vous prévenir tout de suite, si vous voulez lire ce livre, Le Roi des Fauves est un roman totalement sombre. Nos héros vont s’enfoncer dans une spirale infernale, dont le dénouement est incertain pour eux. Dans le malheur qui les touche, je me suis demandée quand toute cette horreur allait atteindre son apogée, et quand... Une lecture délectablement sombre. En ouvrant Le Roi des Fauves, je ne m’attendais certainement pas à trouver un univers totalement sombre. La longue descente aux enfers de nos personnages principaux fût une découverte aussi cruelle que saisissante. Un univers brutal. Ivar, Kaya et Oswald, trois amis, survivent difficilement à la famine touchant leur village. Ils prennent alors la décision risquée de partir chasser sur les terres de leur seigneur, un fait interdit par les lois. Bravant les risques, ils s’aventurent dans la forêt, et ils parviennent à trouver du gibier, mais alors qu’ils pensaient être tranquilles, ils se font surprendre par celui qu’ils redoutaient de croiser. La situation tourne mal, et nos trois amis ne parviennent pas à échapper à la justice du seigneur (du Jarl). Ils sont alors condamnés à un destin terrible, bien pire que la mort : se transformer en bêtes, en Berserkirs. Autant vous prévenir tout de suite, si vous voulez lire ce livre, Le Roi des Fauves est un roman totalement sombre. Nos héros vont s’enfoncer dans une spirale infernale, dont le dénouement est incertain pour eux. Dans le malheur qui les touche, je me suis demandée quand toute cette horreur allait atteindre son apogée, et quand allait apparaître une petite lueur d’espoir ans les ténèbres. Je ne vous cache pas que le point final était aussi surprenant que cruel. Dès le départ, nous sommes confrontés à l’univers dans lequel ces jeunes adolescents ont grandi. Un milieu où les pauvres meurent de faim parce qu’ils n’ont plus rien à manger, alors que les plus riches (les seigneurs) les laissent mourir de faim et/ou attendent tranquillement qu’ils enfreignent les règles leur interdisant de chasser pour pouvoir les transformer en bêtes. Nos personnages principaux font face à la réalité de manière brutale. Plusieurs thèmes sont abordés rapidement : l’injustice, l’indifférence des plus riches envers les pauvres, la cruauté envers autrui, la condition animale, le viol, etc. Un univers à ne pas réserver aux plus jeunes. Une inspiration nordique bienvenue. L’inspiration du Roi des Fauves provient très clairement des légendes nordiques. Les paysages sont beaux, effrayants. Les pleines verdoyantes côtoient les montagnes enneigées. Nos héros se retrouvent enfermés dans un royaume ancien, où la magie existait alors. Nos héros vont être confrontés aux Berserkirs, des créatures bestiales, qui étaient humains autrefois. Petit rappel : Les Berserks ou Berserkirs sont des guerriers-fauves qui combattent en invoquant l’esprit animal en eux. La présence de la magie, de ces créatures et des décors m’ont fait énormément apprécié Le Roi des Fauves. La chair et le sang. Sur fond de rites païens, le roman nous entraîne dans un univers sanglant, où les chairs se transforment, où les corps souffrent et le sang coule à flot. Les scènes d’action sont brutales, sanglantes et la cruauté de certains personnages est poussée à son paroxysme. En parlant de cruauté : les scènes de tortures sont communes, le sang coule entre chaque chapitre et certaines scènes testent votre capacité à ne pas vomir sur votre livre. Personnellement, j’ai trouvé les descriptions assez gores certes, mais comme j’ai vu et lu pire, j’ai apprécié qu’il y ait ce genre de descriptions, qui collent parfaitement au côté sauvage de l’oeuvre. Pour vous donner une idée des scènes que l’ont peut trouver, lors de ma lecture du Roi des Fauves, une image m’est apparue subitement. Durant une scène quelque peu gore avec les lehring (les vers transformant les humains en bêtes), c’est celle du sanglier dans Princesse Mononoke qui m’est apparue. Un Thriller angoissant. Le roman explore le côté primitif de l’être humain ainsi que les tréfonds de l’âme humaine. Les thèmes sont durs, les personnages principaux ne sont pas épargné. La seule lueur d’espoir qui se dégage de ce roman arrive en un point final parfaitement maîtrisé. Une fin qui ouvre toutes les possibilités. Comme vous l’aurez compris, Aurélie Wellenstein nous livre un roman angoissant. Un roman qui aurait pu être encore meilleur, car quelques personnages manquaient peut-être de développement, et qui a pourtant fait mouche personnellement. Je vous le conseille vivement. ~#8734;~ Les points positifs : – Un roman 100% sombre – L’univers inspiré des légendes nordiques – Un roman qui nous colle des sueurs froides Les points négatifs : – Beaucoup de noirceur – Des personnages qui auraient pu être développé un peu plus Bilan : Je suis tombée sous le charme de ce roman totalement sombre. Les personnages souffrent, la narration est angoissante et l’univers immersif. Nul doute que je vais surveiller les écrits d’Aurélie Wellenstein à l’avenir. #8658; Note : 17 / 20
          Lire la suite
          En lire moins
        • JeremieCrow Posté le 14 Novembre 2017
          Ce livre est incroyablement dark, c’est fou. Les idées sont sombre et tellement belle. J’ai lu ce livre en 48h et j’en ai tiré une envie irrésistible de me plonger dans cet univers. C’est un petit chef d’œuvre incroyable rempli de bonne idée. Les twists scénaristique sont imprévisible jusqu’à la dernière ligne je ne savais pas comment ce livre finirait. Ce livre nous permet de voyager, et les idées de transformation animale sont excellentes. Tout paraît tellement vrai, que s’en est incroyable. Par contre les idées sont noir au possible, c’est peut être ça qui me plaît et le héros à un syndrome du sauveur très bien exploité. Je me reconnais en lui à certain moment. Les choix et l’intensité que j’ai ressentie en lisant ce livre me fait encore frissonner.
        • chronobooks Posté le 8 Novembre 2017
          J'ai adoré les personnages torturés, l'ambiance sombre, l'intrigue palpitante. Bref un thriller de Dark-Fantasy à la limite de l'horreur à conseiller à partir de 16 ans (pour les bons lecteurs au cœur accroché). http://chronobooks.blogspot.fr/2016/02/chronobooks-episode-1-le-roi-des-fauves.html
        • OmbreBones Posté le 29 Octobre 2017
          En bref, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture ! Je recommande ce roman aux lecteurs qui aiment les histoires sombres, violentes, qui apprécient la mythologie nordique et qui ont envie de découvrir un one-shot qui sort du lot. Il mérite, selon moi, amplement sa nomination et sa victoire dans tous ces prix littéraires. J’ai passé un très bon moment avec le Roi des Fauves et je vais me pencher sur le reste de la bibliographie d’Aurélie Wellenstein, qui a une vraie personnalité littéraire.

        Ils en parlent

        « Aurélie Wellenstein crée un univers original et violent. Elle reprend la légendaire figure du berserker qu’elle utilise pour travailler le thème de la mutation : la mutation de l’homme en animal, de l’adolescent en adulte. Les trois jeunes gens vont en effet devoir accepter les transformations subies par leur corps et découvrir un nouvel univers. »
        Sandrine Brugot Maillard, mesimaginaires.net
        « C’est tout l’enjeu de ce roman : le combat pour conserver son humanité. Les berserkirs d’Aurélie Wellenstein ne sont pas des guerriers rendus invincibles par la rage et l’adrénaline, mais des humains lambda à qui l’on fait ingérer un parasite, le lehrling, pour les transformer. C’est le point de départ d’une réflexion sur ce qui fait l’homme et le monstre, sur la justice et la vengeance. Accepter sa condition peut, selon les personnes, produire des résultats très différents… Certes, le sujet n’est pas révolutionnaire, mais il est bien traité et amène à se poser des questions. »
        elbakin.net
         

        « L’ensemble particulièrement cohérent et logique se lit d’une traite quasi effrénée comme la course des héros pour s’en sortir. Le beau style, fluide, imagée, énergique de l’auteure facilitant d’autant plus cette lecture vertigineuse. Oui, autant dans la forme que dans le fond, Aurélie Wellenstein fait mouche. Au final, j’en suis ressorti avec l’esprit plus aiguisé sur les arcanes de l’être humain. Merci à elle pour cette aventure endiablée et émouvante, tragique et sans concessions avec Ivar, Kaya, Oswald, Heldi… et le roi des fauves. »
        Cyril Carau, outremonde.fr
         
         
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.