En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le roi des fées

        10/18
        EAN : 9782264063526
        Code sériel : 1166
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 144
        Format : 108 x 177 mm
        Le roi des fées

        Date de parution : 02/10/2014
        Du conte merveilleux au scandale pornographique, le pas est franchi… Et c’est un univers inédit qui nous ouvre ses portes, délicieusement outrageux, toujours surprenant, où les châteaux forts abritent de doux soupirs, où les chevaliers se croisent dans une chaleur lascive et où les époques défilent comme un songe d’été.... Du conte merveilleux au scandale pornographique, le pas est franchi… Et c’est un univers inédit qui nous ouvre ses portes, délicieusement outrageux, toujours surprenant, où les châteaux forts abritent de doux soupirs, où les chevaliers se croisent dans une chaleur lascive et où les époques défilent comme un songe d’été. Un monde où le désir est roi, tendre ou brutal, mais exultant – dans une liberté jouissive et hallucinée.

        « Nettes, lisses comme la glace, des phrases infiniment ressassées cèdent soudain pour découvrir des profondeurs insoupçonnées, des béances vertigineuses. Un peu de transcendance précipite encore jusque dans la pire trivialité. C'est une illumination... » Jack-Alain Leger, Le Nouvel Obs
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264063526
        Code sériel : 1166
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 144
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        6.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • BookyMary Posté le 17 Mai 2016
          Un livre assez perturbant qui m'a laissé sur une seule question : Ai-je aimée ou détestée cette oeuvre ? Je ne saurais le dire et je ne saurais que vous recommander cette lecture pour vous faire votre propre avis mais en étant averti de plusieurs points particulièrement déstabilisant de ces histoires. On dit que lire c'est pénétrer dans l'esprit d'un autre, ça ce confirme dans ce livre pour le meilleur mais aussi pour le pire. J'avais l'impression d'entrer dans un esprit qui n'arrivait pas à fixer son attention sur une seule idée et à avoir une pensée cohérente. Cela donne de très belles choses comme les grandes symphonies littéraires qui caractérise certains passages, notamment la première partie, mais qui empêche toute cohérence dans l'évolution du récit et même de cohérence tout cour. L'oeuvre est construite à travers des métaphores sexuelles constantes et c'est à travers le prisme de l'érotisme et même de la pornographie que l'auteur crée son histoire mais donne l'impression qu'il se perd totalement dans les idées qu'il a eu. On alterne le conte médiéval et le roman érotique d'un point de vue externe dans la première partie du livre, puis on revient avec un point de vue interne dans la... Un livre assez perturbant qui m'a laissé sur une seule question : Ai-je aimée ou détestée cette oeuvre ? Je ne saurais le dire et je ne saurais que vous recommander cette lecture pour vous faire votre propre avis mais en étant averti de plusieurs points particulièrement déstabilisant de ces histoires. On dit que lire c'est pénétrer dans l'esprit d'un autre, ça ce confirme dans ce livre pour le meilleur mais aussi pour le pire. J'avais l'impression d'entrer dans un esprit qui n'arrivait pas à fixer son attention sur une seule idée et à avoir une pensée cohérente. Cela donne de très belles choses comme les grandes symphonies littéraires qui caractérise certains passages, notamment la première partie, mais qui empêche toute cohérence dans l'évolution du récit et même de cohérence tout cour. L'oeuvre est construite à travers des métaphores sexuelles constantes et c'est à travers le prisme de l'érotisme et même de la pornographie que l'auteur crée son histoire mais donne l'impression qu'il se perd totalement dans les idées qu'il a eu. On alterne le conte médiéval et le roman érotique d'un point de vue externe dans la première partie du livre, puis on revient avec un point de vue interne dans la seconde partie, où on abandonne le conte médiéval et on revient vers une version revisitée de certaines oeuvres de Sade. Puis on revient à un conte médiéval mais l'on introduit une notion fantastique cette fois, et à la fin on n'a rien fait avancer, on ne comprend plus rien et on n'est presque content d'arriver à la fin de ce grand huit. Cette incapacité (volontaire ou involontaire) de ce focalisé sur un registre, ou sur une histoire se retrouve dans la ponctuation qui disparaît et réapparaît au fil de l'oeuvre et donne parfois au récit une frénésie qui illustre parfaitement l'acte sensuel et sexuel qui est entrain de se dérouler. Donc il est assez évident que l'auteur à voulu cette absence de cohérence et de repère qui est plutôt une bonne chose puisqu'elle nous déstabilise et nous pousse raccrocher à de nouveaux repères mais qui empêche tout attachement et connection avec le narrateur ou bien un autres protagonistes de cette énorme fresque romanesque. En ce qui concerne les protagonistes justement, ce manque de cohérence se retrouve dans le floutage des identités sexuelles et des genres mais qui est très mal amené et qui va et vient n'importe quand surtout dans la deuxième partie du livre. Au bout d'un moment ce manque de lien devient extrêmement lassant et ce sentiment est amplifié par un sensation de trop plein, principalement du aux scènes pornographiques sans fin qui deviennent les seules péripéties de cette histoire et nous lasse jusqu'à nous faire décrocher complètement l'oeuvre. Mais je vous ai dit que je ne savait pas si j'avais aimée ou détestée l'ouvre hors jusqu'à présent je vous donne plus matière à la détester qu'à l'aimer, et pourtant une chose peut sauver le livre pour moi : la beauté des mots...(Suite sur le blog).
          Lire la suite
          En lire moins
        • moertzombreur Posté le 15 Septembre 2014
          Songe d'un jouir d'été Le découpage du texte en quatre parties est étrange. Tout d'abord une histoire dédoublée : un conte féerique plein de sensualité, où l'on suit la vie d'un groupe de chevaliers d'une part, la relation d'un jeu de séduction en plein été lors de promenades et de dîners entre amis d'autre part. Dans un deuxième temps on plonge dans un sombre fantasme où des hommes sont dominés. Troisième temps, on a la respiration coupée, les mots se succèdent sans ponctuations, c'est un long monologue, le point de vue d'un jeune homme sur la sexualité dans un large spectre puisqu'il y parle aussi d'homosexualité, l'instantané d'une conscience échauffée. Enfin, la dernière partie nous renvoie au début, racontant différents moments de la journée d'un prince qui se révèle être sous l'emprise de fées lascives et débridées. Tout cela est écrit , ce qui rend le livre vraiment jubilatoire, dans une prose élégante contrastant avec la pornographie des descriptions.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.