Lisez! icon: Search engine
Le Secret de Tristan Sadler
Cathie Fidler (traduit par)
Date de parution : 28/09/2017
Éditeurs :
Pocket

Le Secret de Tristan Sadler

Cathie Fidler (traduit par)
Date de parution : 28/09/2017
Norwich, septembre 1919. Pour Tristan Sadler, 21 ans, la guerre n’est pas terminée. Deux années dans la boue, dans le sang, ce qu’il a vu, ce qu’il a fait… Mais... Norwich, septembre 1919. Pour Tristan Sadler, 21 ans, la guerre n’est pas terminée. Deux années dans la boue, dans le sang, ce qu’il a vu, ce qu’il a fait… Mais l’amitié, aussi. Et le souvenir de William, son compagnon de tranchées, tombé au champ du déshonneur.
Aujourd’hui, il vient solder une...
Norwich, septembre 1919. Pour Tristan Sadler, 21 ans, la guerre n’est pas terminée. Deux années dans la boue, dans le sang, ce qu’il a vu, ce qu’il a fait… Mais l’amitié, aussi. Et le souvenir de William, son compagnon de tranchées, tombé au champ du déshonneur.
Aujourd’hui, il vient solder une dette. Rendre à Marian, la sœur du disparu, les lettres qu’elle lui écrivait. Faire la part de la lâcheté et de l’héroïsme, du remords et du destin. Quant au secret qu’il porte en lui comme un éclat d’obus, il lui faudra, pour en faire l’aveu, tout le courage dont il est capable…

« Puissant et poignant, Le Secret de Tristan Sadler va devenir un classique ! » The Bookseller
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266272858
Code sériel : 16877
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266272858
Code sériel : 16877
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une histoire d’amour, d’amitié et de trahison. » Biblioteca Magazine

« Rongé par la culpabilité et le remords, Tristan tient en haleine et bouleverse le lecteur sous la plume de ce grand écrivain, qui porte avec talent un regard neuf sur cette époque sombre de notre histoire, dans un récit poignant bien construit. » Babelio

"Puissant et poignant, Le Secret de Tristan Sadler va devenir un classique !" The Bookseller
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ASAI 27/10/2022
    Un Uppercut en plein coeur, et le coeur c'est aussi l'âme (ou l'esprit). Ce livre est d'une violence morale qui me laissera des traces profondes, d'autant que son écriture et ses personnages paraîtront tout à fait non extraordinaires. Je commence à découvrir l'oeuvre de John Boyne, dont j'avais lu "Les fureurs invisibles du coeur", en premier. Déniché par hasard, l'univers noir, réaliste, et pourtant si humain, mais ni glauque ni condescendant, ni complaisant, si apitoyé, m'avait intéressée, d'autant qu'il (l'auteur) s'attachait à placer ses romans dans des contextes politiques, sociaux, voire religieux, très documentés. Je pense en effet à"Il n'est pire aveugle", lu très récemment. Ici, le contexte historique est la première guerre mondiale, malnommée la Grande Guerre. Et il fallait le faire de raconter les conditions de vie ou de mort (ce serait plus proche de la réalité) de ces soldats, tous très jeunes, engagés ou appelés surtout vers 1916, pour embarquer rapidement en France, dans la Somme notamment, et mourir tout aussi rapidement de manière atroce. Et il fallait oser raconter une fois de plus les tranchées, les commandements, les peurs, les bravoures, cette barbarie, ces boucheries. Et John Boyne le réussit. Sans exagération, sans spectacle, sans apitoiement,... Un Uppercut en plein coeur, et le coeur c'est aussi l'âme (ou l'esprit). Ce livre est d'une violence morale qui me laissera des traces profondes, d'autant que son écriture et ses personnages paraîtront tout à fait non extraordinaires. Je commence à découvrir l'oeuvre de John Boyne, dont j'avais lu "Les fureurs invisibles du coeur", en premier. Déniché par hasard, l'univers noir, réaliste, et pourtant si humain, mais ni glauque ni condescendant, ni complaisant, si apitoyé, m'avait intéressée, d'autant qu'il (l'auteur) s'attachait à placer ses romans dans des contextes politiques, sociaux, voire religieux, très documentés. Je pense en effet à"Il n'est pire aveugle", lu très récemment. Ici, le contexte historique est la première guerre mondiale, malnommée la Grande Guerre. Et il fallait le faire de raconter les conditions de vie ou de mort (ce serait plus proche de la réalité) de ces soldats, tous très jeunes, engagés ou appelés surtout vers 1916, pour embarquer rapidement en France, dans la Somme notamment, et mourir tout aussi rapidement de manière atroce. Et il fallait oser raconter une fois de plus les tranchées, les commandements, les peurs, les bravoures, cette barbarie, ces boucheries. Et John Boyne le réussit. Sans exagération, sans spectacle, sans apitoiement, il dit, il écrit ce qui est, ce qui a été, du point de vue de ces hommes qui habitent son roman. Car son excellence est là. Son roman est habité par ses personnages, ses hommes et cette femme (la soeur de Will). Et lecteur (lectrice), j'ai pris dans mon coeur chacun d'entre eux, elle. Elle est là, de mon point de vue, la force de ce roman. Alors qu'il soulève la question du courage, de la lâcheté, de l'amitié, de la loyauté, il n'émet aucun jugement. Chacun de ses personnages continuera à vivre ou sera mort précocement pour avoir répondu ou ne pas avoir répondu à ces questions. J'ai ressenti beaucoup d'émotions, de la tristesse, mais surtout une élévation spirituelle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mukyyya 17/10/2022
    Dans les tranchées humides, infestées de rats et de morts, la peur aux tripes, la folie jamais loin, qui de la lacheté ou des principes aurait prévalu si cela avait été vous? C'est le 4e livre de John Boyne que je lis et je suis à chaque fois happée dans l'univers de ses romans. Un plongeon, tête la première! Les personnages sont touchants, de par leur humanité imparfaite. La chronologie est haletante. J'ai à peine eu le temps de reprendre mon souffle, j'ai dévoré cette histoire. Et maintenant, elle me laisse de quoi réfléchir un moment!
  • Piavouis 29/12/2021
    Je me suis à nouveau laissé tenté par un roman de JOHN Boyne, toujours dans l'espoir de retrouver l'émotion et la puissance des Fureurs Invisibles du Cœur, mais à nouveau, j'ai trouvé que l'histoire était prévisible... Ce qui n'enlève rien au demeurant à son côté touchant. J'ai aussi regretté que l'auteur continue d'utiliser le même profil de personnages... À nouveau, nous sommes face à un jeune homme qui a vécu quelque chose de traumatisant et qui se reconvertit en écrivain. C'est une belle idée, mais lorsqu'elle est répétée dans plusieurs livres, ça paraît redondant.
  • maryjane 12/02/2021
    Toujours aussi emballée par John Boyne : l'histoire, l'intrigue, le style (merci au traducteur) sont au rendez-vous. Et cet auteur a l'art du dénouement inattendu et stupéfiant. Mais pourquoi cette nouvelle règle de Babelio de rédiger une critique qui ait au moins 250 caractères ? C'est assez stupide car ce serait redondant avec les critiques 4 et 5 étoiles des autres lecteurs. On peut très bien exprimer son sentiment en moins de 250 caractères. Bon, ben voilà, je dois avoir mes 250 caractères avec cette critique sur Babelio.
  • HQL 20/01/2021
    La première guerre mondiale à peine terminée, l’Angleterre peine à se remettre de ce traumatisme qui causa la mort de tant de jeunes hommes d’une même génération. C’est dans cette ambiance lourde du deuil collectif que Tristan Sadler, rentré du front vivant, retrouve dans un café Marian Bancroft, la soeur de Will, un camarade de tranchée. Le pays est encore comme tétanisé par cette guerre, les hommes trop jeunes pour être allé se battre rêvent de prendre les armes et se nourrissent des récits de ceux qui en sont revenus ; les réformés sont regardés de travers après avoir profité des jeunes femmes célibataires, bien à l’abri des combats, tandis que les soldats rentrés du front soignent les blessures qui peuvent encore l’être. Sadler voulait voir Marian pour lui remettre les lettres que son ami Will échangeait avec elle, et qu’il a en sa possession. Leur rencontre est tour à tour polie, entre l’évocation de celui qui n’est pas revenu du front, pour parfois être tendue comme un arc, quand on devine que d’autres enjeux créent une rivalité inavouable. Car si Will est bien mort pendant cette guerre, ce n’est pas d’avoir combattu, mais après avoir été fusillé sommairement pour s’être rebellé face... La première guerre mondiale à peine terminée, l’Angleterre peine à se remettre de ce traumatisme qui causa la mort de tant de jeunes hommes d’une même génération. C’est dans cette ambiance lourde du deuil collectif que Tristan Sadler, rentré du front vivant, retrouve dans un café Marian Bancroft, la soeur de Will, un camarade de tranchée. Le pays est encore comme tétanisé par cette guerre, les hommes trop jeunes pour être allé se battre rêvent de prendre les armes et se nourrissent des récits de ceux qui en sont revenus ; les réformés sont regardés de travers après avoir profité des jeunes femmes célibataires, bien à l’abri des combats, tandis que les soldats rentrés du front soignent les blessures qui peuvent encore l’être. Sadler voulait voir Marian pour lui remettre les lettres que son ami Will échangeait avec elle, et qu’il a en sa possession. Leur rencontre est tour à tour polie, entre l’évocation de celui qui n’est pas revenu du front, pour parfois être tendue comme un arc, quand on devine que d’autres enjeux créent une rivalité inavouable. Car si Will est bien mort pendant cette guerre, ce n’est pas d’avoir combattu, mais après avoir été fusillé sommairement pour s’être rebellé face à l’autorité, après avoir été témoin d’actes qu’il estimait ne pas être dignes de la guerre. Ce roman est aussi, au delà de cette plongée oppressante dans les tranchées boueuses de cette drôle de guerre et des choix moraux qui s’imposent à ces jeunes adultes dans un monde à feu et à sang, une magnifique mais cruelle histoire d’amour entre deux garçons, dont l’amitié particulière prend lentement forme pour devenir ce que l’on pressent dés la première rencontre : une histoire impossible, incandescente et explosive. Un très beau roman.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.