Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264068866
Code sériel : 5168
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Le secret des tombes

Jean-François MERLE (Traducteur)
Collection : Grands Détectives
Date de parution : 02/02/2017
Nouvelle enquête d’Adelia Aguilar, femme médecin du XIIe siècle spécialisée dans l'étude des cadavres, chargée d’identifier les restes du roi Arthur et de la reine Guenièvre.
Au XIIème siècle, les moines de Glastonbury ont découvert deux étranges squelettes enterrés dans leur cimetière – l’un est grand, comme celui d’un guerrier, l’autre est petit avec de longs cheveux blonds. L’île d’Avalon se situant à Glastonbury, il pourrait s’agir des restes du roi Arthur et de la reine... Au XIIème siècle, les moines de Glastonbury ont découvert deux étranges squelettes enterrés dans leur cimetière – l’un est grand, comme celui d’un guerrier, l’autre est petit avec de longs cheveux blonds. L’île d’Avalon se situant à Glastonbury, il pourrait s’agir des restes du roi Arthur et de la reine Guenièvre. Les moines l’espèrent. Un incendie vient tout juste de détruire leur abbaye et ils ont désespérément besoin de reliques pour attirer les pèlerins, leur source de revenu. Le roi Henry II a également besoin de la preuve de la mort du légendaire Arthur. Il veut empêcher ses sujets gallois réfractaires de croire qu’Arthur pourrait revenir et prendre la tête d’une révolte contre lui. Mais Henry doit en avoir la certitude, il fait donc appel à la Confidente des Morts, l’anatomiste Adelia Aguilar, pour qu’elle examine les os. Quelqu’un s’oppose pourtant à l’identification de ces squelettes et est prêt à tuer pour arriver à ses fins.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264068866
Code sériel : 5168
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Loba21 Posté le 5 Octobre 2019
    Ce livre se lit facilement. L'écriture est fluide. L'histoire bien menée. Deux enquêtes se mêlent. : celle liée aux deux corps retrouvés enterrés dans l'abbaye (qui sont peut-être, ceux du roi Arthur et de Guenièvre) et celle de la mystérieuse disparition d'Emma qui entend rentrer en possession du domaine de son feu mari. Les deux histoires s'imbriquent l'une dans l'autre. Adélia, en enquêtant, fait remonter au jour des secrets que leurs gardiens ne comptent pas laisser révéler sans réagir. Elle et les siens se retrouvent très vite en danger... L'époque du roi Henri II est assez bien retranscrite, particulièrement tout ce qui touche à la justice.
  • cassie56 Posté le 15 Février 2019
    J’ai adoré ! L’auteure nous trousse plusieurs personnages très atypiques pour l’époque, une femme-médecin, fille mère, un Maure, une servante, un évêque peu orthodoxe et un Henri Plantagenêt aussi attachant qu’agaçant. J’ignorais que l’histoire était inspirée de faits réels, mais une amie, plus versée que moi dans l’histoire anglaise, me l’a appris. Je sais qu’elle aimera cette série, je lui prêterai donc volontiers. L’intrigue est très bien ficelée, j’ai éprouvé tout de suite une grande tendresse pour Arthur et Guenièvre, le couple trouvé dans le cercueil, même si on ignore pendant une grande partie du roman, de qui il s’agit, on les appelle ainsi. Leur histoire m’a profondément émue. J’ai adoré plonger au cœur de cette Angleterre médiévale, ancrée dans ses croyances « païennes ». Les personnages secondaires sont savoureux, je pense à Will et ses « amis » qui m’ont fait sourire de nombreuses fois. Il y a plusieurs mystères dans cette affaire et c’est un plaisir de voir Adelia démêler tout ça. La couverture : comme toujours 10-18 propose une couverture qui attire l’œil et colle à l’atmosphère du livre ! Superbe ! En bref : un excellent polar moyenâgeux d’une très bonne facture avec des personnages hauts en couleur, je lirai... J’ai adoré ! L’auteure nous trousse plusieurs personnages très atypiques pour l’époque, une femme-médecin, fille mère, un Maure, une servante, un évêque peu orthodoxe et un Henri Plantagenêt aussi attachant qu’agaçant. J’ignorais que l’histoire était inspirée de faits réels, mais une amie, plus versée que moi dans l’histoire anglaise, me l’a appris. Je sais qu’elle aimera cette série, je lui prêterai donc volontiers. L’intrigue est très bien ficelée, j’ai éprouvé tout de suite une grande tendresse pour Arthur et Guenièvre, le couple trouvé dans le cercueil, même si on ignore pendant une grande partie du roman, de qui il s’agit, on les appelle ainsi. Leur histoire m’a profondément émue. J’ai adoré plonger au cœur de cette Angleterre médiévale, ancrée dans ses croyances « païennes ». Les personnages secondaires sont savoureux, je pense à Will et ses « amis » qui m’ont fait sourire de nombreuses fois. Il y a plusieurs mystères dans cette affaire et c’est un plaisir de voir Adelia démêler tout ça. La couverture : comme toujours 10-18 propose une couverture qui attire l’œil et colle à l’atmosphère du livre ! Superbe ! En bref : un excellent polar moyenâgeux d’une très bonne facture avec des personnages hauts en couleur, je lirai volontiers les autres tomes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Trottinette Posté le 7 Septembre 2018
    Encore un tout bon Franklin. Elle arrive à nous embarquer dans son univers. On suit ses personnages dans leur enquête et on croit à son Moyen-âge. La lecture est aisée et les personnages attachants.
  • Lousine Posté le 26 Octobre 2017
    Le roi Arthur, protagoniste d’un polar historique En 1154, le lendemain de la Sainte Etienne, un tremblement de terre a lieu dans le Somerset, plus précisément à Glastonbury (dans les marais d’Avalon, célèbre île où, selon la légende, le roi Arthur serait allé soigner ses blessures). Les moines de l’abbaye se sont réfugiés dans la chapelle Saint Michel au sommet du Tor, un des monts entourant Glastonbury. Frère Caradoc entend Saint Dustan lui demander de sauver le livre de Glastonbury, la relique de l’abbaye. Caradoc tente de le sauver mais n’y parvient pas. Pendant cette tentative, il est témoin de l’inhumation d’un cercueil qu’il prend pour celui d’Arthur et de Guenièvre dans une faille ouverte puis refermée par le séisme. Avant de mourir, il confie ce qu’il a vu à son neveu, Rhys. Puis nous arrivons en 1176, année pendant laquelle Henri II mate une révolte galloise menée par ceux croyant le roi Arthur immortel. Rawley, évêque de Saint-Albans, amène une femme voulant récupérer son fils - Ryhs- contre des informations sur Arthur et sa tombe. Rhys fournit les informations apprises par son oncle et Henri demande l’aide d’Adelia Aguilar, enquêtrice de la mort et médecin diplômé de l’école de Salerne, afin d’authentifier le... Le roi Arthur, protagoniste d’un polar historique En 1154, le lendemain de la Sainte Etienne, un tremblement de terre a lieu dans le Somerset, plus précisément à Glastonbury (dans les marais d’Avalon, célèbre île où, selon la légende, le roi Arthur serait allé soigner ses blessures). Les moines de l’abbaye se sont réfugiés dans la chapelle Saint Michel au sommet du Tor, un des monts entourant Glastonbury. Frère Caradoc entend Saint Dustan lui demander de sauver le livre de Glastonbury, la relique de l’abbaye. Caradoc tente de le sauver mais n’y parvient pas. Pendant cette tentative, il est témoin de l’inhumation d’un cercueil qu’il prend pour celui d’Arthur et de Guenièvre dans une faille ouverte puis refermée par le séisme. Avant de mourir, il confie ce qu’il a vu à son neveu, Rhys. Puis nous arrivons en 1176, année pendant laquelle Henri II mate une révolte galloise menée par ceux croyant le roi Arthur immortel. Rawley, évêque de Saint-Albans, amène une femme voulant récupérer son fils - Ryhs- contre des informations sur Arthur et sa tombe. Rhys fournit les informations apprises par son oncle et Henri demande l’aide d’Adelia Aguilar, enquêtrice de la mort et médecin diplômé de l’école de Salerne, afin d’authentifier le cadavre. Etant une femme, Adelia fait croire que c’est son assistant maure qui est médecin et non elle. Adelia s’enfuit avec ses proches (Mansur son assistant, sa fille illégitime Allie et Gyltha, la nourrice de celle-ci) et Emma, dame de Wolvercote. Cette dernière doit aller récupérer son domaine et Adelia est contrainte d’aider le roi. Les deux femmes se séparent donc et là commencent vraiment les péripéties que l’héroïne, Adelia, doit affronter pour mener à bien sa mission. Suspens et action sont au rendez-vous dans ce livre que je conseille vivement à ceux qui aiment les polars historiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lodetinqueux Posté le 21 Octobre 2017
    J'ai découvert par hasard ce bouquin et l'ai pris en main (j'avoue!) parce que le dessin de couverture m'avait tapé dans l'oeil. Puis la quatrième de couverture, promettant une histoire policière dans l'Angleterre d'Henri II Plantagenêt, a fini de me convaincre. Je craignais que l'auteure ne surfe sur la vague médiévale, délivrant ses connaissances sur la période mais laissant le lecteur sur sa faim côté personnages et intrigue. Pas du tout ! L'héroïne, Adelia Aguilar est une femme médecin diplômée de l'université de Salerne ; intelligente, indépendante, elle est aussi attachante et sait comme personne faire "parler les morts". C'est pourquoi Henri II la charge de prouver que deux cadavres retrouvés à Glastonbury sont ceux d'Arthur et de Guenièvre. De telles figures font rêver, bien sûr, mais l'enquête est habilement reliée au "nationalisme" gallois et aux conflits entre Henri II et ce peuple. Nous sommes bel et bien dans un polar "historique", pas dans un conte merveilleux. De manière générale, Ariana Franklin restitue avec talent le contexte historique (ainsi la réforme de la justice, entreprise par Henri II, est-elle décrite avec bcp de justesse, sans que ce soit jamais pesant) et sait prendre le temps de mettre en place son... J'ai découvert par hasard ce bouquin et l'ai pris en main (j'avoue!) parce que le dessin de couverture m'avait tapé dans l'oeil. Puis la quatrième de couverture, promettant une histoire policière dans l'Angleterre d'Henri II Plantagenêt, a fini de me convaincre. Je craignais que l'auteure ne surfe sur la vague médiévale, délivrant ses connaissances sur la période mais laissant le lecteur sur sa faim côté personnages et intrigue. Pas du tout ! L'héroïne, Adelia Aguilar est une femme médecin diplômée de l'université de Salerne ; intelligente, indépendante, elle est aussi attachante et sait comme personne faire "parler les morts". C'est pourquoi Henri II la charge de prouver que deux cadavres retrouvés à Glastonbury sont ceux d'Arthur et de Guenièvre. De telles figures font rêver, bien sûr, mais l'enquête est habilement reliée au "nationalisme" gallois et aux conflits entre Henri II et ce peuple. Nous sommes bel et bien dans un polar "historique", pas dans un conte merveilleux. De manière générale, Ariana Franklin restitue avec talent le contexte historique (ainsi la réforme de la justice, entreprise par Henri II, est-elle décrite avec bcp de justesse, sans que ce soit jamais pesant) et sait prendre le temps de mettre en place son histoire et ses protagonistes. L'intrigue est bien menée et (last but not least!) les personnages secondaires ne sont jamais bâclés. En un mot, ce livre fut pour moi une belle découverte et j'ai éprouvé un réel plaisir en découvrant (merci Babelio !) que deux autres volumes étaient parus en poche. Je sais déjà quelles seront mes prochaines lectures !
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.