Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266269100
Code sériel : 16667
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 912
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Le Signal

Date de parution : 06/02/2020
La famille Spencer vient de s'installer à Mahingan Falls, une petite ville de la Nouvelle-Angleterre. Jusqu'ici, tout va bien. Un vrai paradis.
Si ce n'étaient ces vieilles rumeurs de sorcellerie, ces communications téléphoniques brouillées par des cris inhumains, ce quelque chose d'effrayant dans la forêt qui pourchasse les adolescents, et ce...
La famille Spencer vient de s'installer à Mahingan Falls, une petite ville de la Nouvelle-Angleterre. Jusqu'ici, tout va bien. Un vrai paradis.
Si ce n'étaient ces vieilles rumeurs de sorcellerie, ces communications téléphoniques brouillées par des cris inhumains, ce quelque chose d'effrayant dans la forêt qui pourchasse les adolescents, et ce shérif complètement dépassé par des crimes horribles.

Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266269100
Code sériel : 16667
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 912
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Le Signal retourne à l’horreur la plus viscérale avec efficacité. »
Le Parisien

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LancelotCns5930 Posté le 13 Février 2020
    Le signal de Maxime Chattam nous emmène à Mahingan Falls, une bourgade en bordure d’océan sur la côte Est des États-Unis où, comme vous l’indiquera le résumé de cet ouvrage, tout semble aller pour le mieux. Au fil des pages, on s’aperçoit vite que ce havre de paix est bien trop beau pour être vrai Et les premières morts toutes aussi atroces les unes que les autres commencent à chambouler le quotidien de la famille Spencer et de leur entourage. Durant tout le roman, on aime à suivre cette famille unie dans l’adversité face à une force incontrôlable qui les dépasse. On apprend à avoir peur avec eux, des peurs certes clichées comme l’appréhension de la mort et de l’inconnu mais des peurs qui restent bien efficaces et qui font effet. Sado que je suis, je me suis amusé à visualiser chaque scène horrible jusqu’à avoir la sensation que c’était mes os qui craquaient, pris au piège de cette puissance colossale et à réagir comme si je risquais de finir comme une grande partie de ces infortunés. Maxime Chattam avec cette œuvre ne nous ménage pas et ne nous laisse pas un instant de répits. J’ai également trouvé le pourquoi... Le signal de Maxime Chattam nous emmène à Mahingan Falls, une bourgade en bordure d’océan sur la côte Est des États-Unis où, comme vous l’indiquera le résumé de cet ouvrage, tout semble aller pour le mieux. Au fil des pages, on s’aperçoit vite que ce havre de paix est bien trop beau pour être vrai Et les premières morts toutes aussi atroces les unes que les autres commencent à chambouler le quotidien de la famille Spencer et de leur entourage. Durant tout le roman, on aime à suivre cette famille unie dans l’adversité face à une force incontrôlable qui les dépasse. On apprend à avoir peur avec eux, des peurs certes clichées comme l’appréhension de la mort et de l’inconnu mais des peurs qui restent bien efficaces et qui font effet. Sado que je suis, je me suis amusé à visualiser chaque scène horrible jusqu’à avoir la sensation que c’était mes os qui craquaient, pris au piège de cette puissance colossale et à réagir comme si je risquais de finir comme une grande partie de ces infortunés. Maxime Chattam avec cette œuvre ne nous ménage pas et ne nous laisse pas un instant de répits. J’ai également trouvé le pourquoi du comment fort intéressant et il fallait y penser. Que quelque chose dont on se sert au quotidien puisse devenir notre propre cauchemar voilà qui reste le plus terrifiant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TomLanneau Posté le 16 Janvier 2020
    La famille Spencer a jeté son dévolu sur une grande maison de Mahingan Falls, petite ville située sur la côte est, pour fuir l'agitation de leur vie new yorkaise. Un havre de paix, vraiment ? Peu de temps après leur emménagement, les Spencer vivent des expériences paranormales et les morts mystérieuses se succèdent dans cette commune habituellement si tranquille. La première partie de ce libre m'a passionnée, mais la résolution de l'intrigue m'a vraiment déçue. Le suspens est vraiment bien installé mais le dénouement était d'un roman pour adolescent. Bon, en un peu plus gore, il faut le concéder. Bref, ce livre m'a diverti quelques nuits, mais je ne suis pas certain de m'attaquer prochainement à la lecture d'un nouveau Chattam.
  • oukouloumougnou Posté le 13 Janvier 2020
    Maxime Chattam est l'un de mes auteurs fétiches, quand je prends un de ses livres, je sais que ce ne sera peut-être pas la lecture marquante de mon année, mais je sais que je ne peux pas me tromper et qu'elle aura tous les ingrédients d'une lecture à la fois efficace, surprenante, sans jamais tomber dans les clichés du genre. Avec Le Signal, on peut dire que l'on prend un autre tournant. Clairement tourné vers le fantastique, Maxime Chattam réussit avec prouesse à osciller entre le fantastique et le questionnement perpétuel du lecteur sur ce qu'il se passe. L'auteur réussit à nous faire passer par une palette d'émotions, on passe d'un suspens intense à l'indignation en quelques pages, tout en ressentant une tendresse immense pour cette famille (on y reviendra par la suite). Tout est très bien structuré, moi qui aime chercher les failles dans les romans de ce type, j'essayais de trouver les solutions aux mystères et chacune de mes idées se retrouvais anéanties quelques pages après. On se demande parfois comment les auteurs réussissent à ce point à se renouveler, et c'est une question que je me pose vraiment avec Maxime Chattam, car aucun de ses livres ne se ressemblent... Maxime Chattam est l'un de mes auteurs fétiches, quand je prends un de ses livres, je sais que ce ne sera peut-être pas la lecture marquante de mon année, mais je sais que je ne peux pas me tromper et qu'elle aura tous les ingrédients d'une lecture à la fois efficace, surprenante, sans jamais tomber dans les clichés du genre. Avec Le Signal, on peut dire que l'on prend un autre tournant. Clairement tourné vers le fantastique, Maxime Chattam réussit avec prouesse à osciller entre le fantastique et le questionnement perpétuel du lecteur sur ce qu'il se passe. L'auteur réussit à nous faire passer par une palette d'émotions, on passe d'un suspens intense à l'indignation en quelques pages, tout en ressentant une tendresse immense pour cette famille (on y reviendra par la suite). Tout est très bien structuré, moi qui aime chercher les failles dans les romans de ce type, j'essayais de trouver les solutions aux mystères et chacune de mes idées se retrouvais anéanties quelques pages après. On se demande parfois comment les auteurs réussissent à ce point à se renouveler, et c'est une question que je me pose vraiment avec Maxime Chattam, car aucun de ses livres ne se ressemblent et aucune histoire ne m'apparait comme "j'ai déjà lu un truc similaire". On prend, on apprécie, et on conseille. Je n'aime pas beaucoup les comparaisons entre auteurs, mais elles sont parfois justifiées, et je ne peux pas m'empêcher de comparer ce livre à du Stephen King. Le genre en lui-même, mêlant l'horreur de l'être humain au fantastique est comparable. Stephen King a créé un genre à lui seul, et on peut être fier d'avoir un auteur français qui est à la hauteur de ce style. Et si Stephen King nous invente des personnages plus vrais que réels, l'inspiration autobiographique de Maxime Chattam nous met ses personnages au même niveau (on ne m'aura pas comme ça, j'ai fait le lien avant de lire les remerciements, on ressent beaucoup trop l'amour de l'auteur pour cette famille !)
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslivresdenancy Posté le 13 Janvier 2020
    Maxime Chattam étant un de mes auteurs préférés, je guette avec une certaine impatiente chaque nouvelle parution de l'auteur. Et cette année, mon chéri a eu la superbe idée de m'offrir le dernier roman de l'auteur. (oui, voilà pourquoi c'est l'homme de ma vie). Pour commencer, je tiens à souligner le magnifique travail éditorial qui a été fait avec ce livre. La couverture est vraiment sublime et la tranche noire ainsi que le liseré noir autour des pages donne un rendu vraiment extra. C'est un très bel objet livre. Pour l'histoire, nous suivons la famille Spencer qui a quitté le tumulte New-Yorkaise pour venir s'installer dans une petite ville appelait Mahingan Falls. Alors qu'ils pensent avoir trouvé un super havre de paix, ils sont très loin de se douter de ce que va leur réserver les prochains mois. Entre phénomènes paranormaux, disparitions inexpliquées et conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains... ils vont vite découvrir que Mahingan Falls n'est pas la ville aussi tranquille qu'ils l'auraient espéré... J'ai adoré ma lecture. C'est un vrai page Turner. J'ai dévoré ce livre en seulement quelques jours malgré ces 740 pages. L'histoire est addictive avec beaucoup de suspense et une atmosphère qui n'a pas manqué... Maxime Chattam étant un de mes auteurs préférés, je guette avec une certaine impatiente chaque nouvelle parution de l'auteur. Et cette année, mon chéri a eu la superbe idée de m'offrir le dernier roman de l'auteur. (oui, voilà pourquoi c'est l'homme de ma vie). Pour commencer, je tiens à souligner le magnifique travail éditorial qui a été fait avec ce livre. La couverture est vraiment sublime et la tranche noire ainsi que le liseré noir autour des pages donne un rendu vraiment extra. C'est un très bel objet livre. Pour l'histoire, nous suivons la famille Spencer qui a quitté le tumulte New-Yorkaise pour venir s'installer dans une petite ville appelait Mahingan Falls. Alors qu'ils pensent avoir trouvé un super havre de paix, ils sont très loin de se douter de ce que va leur réserver les prochains mois. Entre phénomènes paranormaux, disparitions inexpliquées et conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains... ils vont vite découvrir que Mahingan Falls n'est pas la ville aussi tranquille qu'ils l'auraient espéré... J'ai adoré ma lecture. C'est un vrai page Turner. J'ai dévoré ce livre en seulement quelques jours malgré ces 740 pages. L'histoire est addictive avec beaucoup de suspense et une atmosphère qui n'a pas manqué de me rappeler certains romans de Stephen King. D'ailleurs l'auteur fait de nombreux clin d’œil à Stephen King et à H.P. Lovrecraft. Au fil des chapitres, l'auteur fait monter crescendo l'angoisse de ses personnages, mais également celui de son lecteur. L'histoire est hyper bien ficelée. L'auteur nous offre une intrigue efficace et crédible, ce qui rend ce roman tout simplement effrayant. Et à la question que pose la quatrième de couverture : "Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?", je répondrai que oui, certains passages m'ont bien fait flipper et que j'ai eu besoin de refermer quelques minutes le livre pour me remettre de mes émotions. Mais au fil de ma lecture, j'ai également angoissé pour certains personnages que j'ai trouvé hyper attachants. J'ai adoré les adolescents (Chad, Owen, Corey et Connor) qui m'ont tout simplement fait penser au club des ratés (Ça de Stephen King). Je les ai suivis avec grand plaisir. J'ai rigolé, mais également angoissé avec eux tout au long de ma lecture. J'ai adoré pouvoir suivre leurs différents déplacements sur la magnifique carte que l'on retrouve au début du livre. J'ai également beaucoup aimé Tom et Olivia même si par moment, je les ai trouvé un tout petit peu trop cliché. Cela ne m'a pas empêché de m'attacher à eux. Par contre, j'ai eu plus de mal avec le personnage de Gemma auquel je n'ai pas particulièrement accroché. J'ai trouvé qu'elle manquait cruellement de caractère. Avec "Le signal", j'ai retrouvé avec grand plaisir la plume de Maxime Chattam. Après les thrillers et la fantasy, l'auteur nous entraîne cette fois-ci dans une histoire fantastique vraiment angoissante. Je suis comme à chaque fois surprise par la facilité qu'à l'auteur de changer de genre. Je suis encore une fois conquise par un de ses écrits. En bref, une super lecture qui a frôlé le coup de cœur. Un roman que je recommande à tout les amateurs du genre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BOOKSANDRAP Posté le 12 Janvier 2020
    Ma relation avec Maxime Chattam est assez compliquée. J’ai détesté certains de ses romans, d’autres ne m’ont pas plus emballée que ça, alors quand « Le signal » est sorti et que je me suis penchée sur le résumé… j’ai longuement hésité à le commencer. Parce que même si je n’accroche pas avec l’auteur, l’intrigue est tout de même hyper alléchante et possède tout ce que j’aime. De l’horreur pure, une ambiance glauque et terrifiante, une petite ville, une famille, des rumeurs de sorcellerie et des crimes horribles qui occupent la police locale… Un parfait mélange qui me rappelait à la fois l’esprit des romans de Stephen King et HEX que j’ai dévoré à Halloween dernier et qui m’avait vraiment plu. J’ai adoré. J’avais peur de me lancer, mais une fois ce livre entamé, il m’a été compliqué de le lâcher. Le contexte de cette région inventée de Salem avec son histoire que l’on connait tous, de cette vieille maison hantée rempli de secrets : tout m’a plu. L’histoire commence doucement. On fait la connaissance de nos personnages, une famille qui décide de changer de vie et de quitter leur quotidien bruyant et stressant pour la campagne isolée. Une famille qui... Ma relation avec Maxime Chattam est assez compliquée. J’ai détesté certains de ses romans, d’autres ne m’ont pas plus emballée que ça, alors quand « Le signal » est sorti et que je me suis penchée sur le résumé… j’ai longuement hésité à le commencer. Parce que même si je n’accroche pas avec l’auteur, l’intrigue est tout de même hyper alléchante et possède tout ce que j’aime. De l’horreur pure, une ambiance glauque et terrifiante, une petite ville, une famille, des rumeurs de sorcellerie et des crimes horribles qui occupent la police locale… Un parfait mélange qui me rappelait à la fois l’esprit des romans de Stephen King et HEX que j’ai dévoré à Halloween dernier et qui m’avait vraiment plu. J’ai adoré. J’avais peur de me lancer, mais une fois ce livre entamé, il m’a été compliqué de le lâcher. Le contexte de cette région inventée de Salem avec son histoire que l’on connait tous, de cette vieille maison hantée rempli de secrets : tout m’a plu. L’histoire commence doucement. On fait la connaissance de nos personnages, une famille qui décide de changer de vie et de quitter leur quotidien bruyant et stressant pour la campagne isolée. Une famille qui ne se doute pas de ce qui va leur arriver. Une famille qui va se retrouvée confronter à leurs peurs. On est dans une histoire qui, au début, peut s’apparenter à une sorte de thriller. On découvre dans ce village une série de meurtres inexplicables, on ne sait pas qui en est l’auteur, ni pourquoi. Et puis vient se mêler à ça une part de fantastique. On confronte encore une fois nos personnages à ce qu’ils sont capables de croire et d’envisager. Est-ce que le paranormal existe ? Existe-t-il une réponse rationnelle à tout ce qui se passe dans cette ville ? Fantômes, Epouvantails, bruits effrayants… leur maison est-elle hantée où est-ce leur terreur si grande qu’elle se transforme en paranoïa ? Le fait qu’on suive à la fois des adultes et des enfants m’a énormément plu. On retrouve un peu de « ÇA » de Stephen King. Le fait de suivre une bande de gamins qui tentent de comprendre et de combattre ce mal inconnu. Qu’ils aient peur de parler aux adultes de peur de ne pas être pris au sérieux. Ça a apporté beaucoup de rythme au récit. Ces jeunes ont cette facilité à voir et à croire au surnaturel et à ce qu’on ne peut pas percevoir plus facilement que les adultes qui sont eux plus rationnels et terre à terre. J’ai vraiment aimé ce pan de l’histoire. À mon grand regret, ce n’est pas un livre qui m’a réellement fait frissonner. Si vous recherchez un livre effrayant, ce n’est pas forcement le cas ici, c’est davantage un roman d’ambiance, avec quelques scènes typiques du roman d’horreur qu’autre chose. Je conclus cette chronique en vous recommandant chaudement de vous pencher sur cette histoire. Si vous aimez ce genre de romans d’horreur, alors foncez. La plume est addictive, on termine les 700 pages de ce roman en quelques jours à peine, l’intrigue est intéressante, les personnages le sont encore plus. Même si ce n’est pas si effrayant que ce que j’aurais aimé, cela reste réellement sombre et prenant. Alors oserez-vous vous lancez… ?
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.