Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266288941
Code sériel : J3169
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Le théorème des Katherine

Catherine GIBERT (Traducteur)
Date de parution : 06/09/2018
Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et, dix-neuf fois, il s’est fait larguer.
EAN : 9782266288941
Code sériel : J3169
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Maliae Posté le 10 Mars 2020
    J’ai adoré cette histoire. Colin est un gamin surdoué, qui veut qu’on se souvienne de lui, qui veut devenir un génie et marquer sa génération. L’autre particularité de Colin c’est que dix-neuf fois il est sorti avec une Katherine, et toutes ces fois-là, il s’est fait larguer. Il décide donc de partir en road trip avec Hassan, son meilleur ami. Mais leur route va rencontrer celle de Lindsey et ils vont décider de rester un peu dans sa ville, où Colin va bosser sur un nouveau théorème. Le théorème des Katherine. Si j’ai autant aimé cette lecture, c’est parce que j’ai adoré le personnage de Colin. Il était vraiment particulier, et je l’ai trouvé hyper attachant. Il vit vraiment dans son monde. Sa relation avec Hassan était vraiment top, et j’ai adoré le lien qui se noue entre eux et Lindsey. Certes, il n’y a pas beaucoup d’intrigue dans ce roman, mais j’ai tellement été touché par les personnages, que j’ai passé un très bon moment. C’est bien écrit, bien imagé, pas vraiment réaliste, mais ça n’a pas spécialement d’importance. J’ai ris, j’ai été touché, et même énervé contre certains personnages. Ce qui fait tout le livre, c’est l’écriture et la façon... J’ai adoré cette histoire. Colin est un gamin surdoué, qui veut qu’on se souvienne de lui, qui veut devenir un génie et marquer sa génération. L’autre particularité de Colin c’est que dix-neuf fois il est sorti avec une Katherine, et toutes ces fois-là, il s’est fait larguer. Il décide donc de partir en road trip avec Hassan, son meilleur ami. Mais leur route va rencontrer celle de Lindsey et ils vont décider de rester un peu dans sa ville, où Colin va bosser sur un nouveau théorème. Le théorème des Katherine. Si j’ai autant aimé cette lecture, c’est parce que j’ai adoré le personnage de Colin. Il était vraiment particulier, et je l’ai trouvé hyper attachant. Il vit vraiment dans son monde. Sa relation avec Hassan était vraiment top, et j’ai adoré le lien qui se noue entre eux et Lindsey. Certes, il n’y a pas beaucoup d’intrigue dans ce roman, mais j’ai tellement été touché par les personnages, que j’ai passé un très bon moment. C’est bien écrit, bien imagé, pas vraiment réaliste, mais ça n’a pas spécialement d’importance. J’ai ris, j’ai été touché, et même énervé contre certains personnages. Ce qui fait tout le livre, c’est l’écriture et la façon de Colin d’être… Et bien Colin. J’ai aussi adoré les notes de bas de page qui m’ont souvent amusés. Et donc Colin élabore son théorème des Katherine et il reçoit de l’aide du côté de Lindsey. En bref, c’était une très bonne lecture que j’ai dévoré. Malgré le manque « d’aventure », je ne me suis pas du tout ennuyée. C’était super.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Clairdelune7 Posté le 17 Février 2020
    J'ai vraiment apprécié ce bouquin. 19 Katherine, c'est quand même une sacrée coïncidence! En attendant, maintenant, je sais dire "pénis de cheval" en néerlandais et "mauviette" ou "homme qui pisse assis" en allemand. C'est une bonne chose, non ? Vous voulez savoir comment on le dit ? Lisez donc le livre ! ;)
  • vilvirt Posté le 16 Février 2020
    Road trip drôle et instructif, le théorème des Katherine entraîne sur les routes deux amis dont Colin, surdoué spécialiste du larguage, des anagrammes et des Katherine. Après s'être encore fait larguer, lui et son ami Hassan décident de partir à l'aventure durant leurs vacances et atterrissent dans le Tennessee où ils vont s'attarder quelques semaines. Comme tous les livres de John Green, celui-ci est plus profond qu'il n'en a l'air, évoquant des thèmes comme le passage à l'âge adulte, l'angoisse de l'avenir, la recherche de soi, l'amour, l'amitié. Cet auteur est vraiment celui du Young adult, il maîtrise mieux son sujet ici que dans Will and Will, Flocons d'amour ou Qui es-tu Alaska ? que j'avais trouvé moyens. Mêlant justesse, humour et légèreté, l'histoire est bien rythmée, on se marre de bout en bout avec les réflexions de Colin et les flash-back sur ses nombreuses histoires de coeur. Les personnages sont parfaits dans leurs imperfection : Colin, nerd un peu coincé, véritable puits de science et amateur d'anagrammes à répétition. Hassan, joyeux et décomplexé, obsédé par la religion. Et Lindsey, indépendante et sûre d'elle. Sans parler de tous les rôles secondaires, tous travaillés, tous drôles. L'avantage avec John Green, c'est qu'on retrouve toujours... Road trip drôle et instructif, le théorème des Katherine entraîne sur les routes deux amis dont Colin, surdoué spécialiste du larguage, des anagrammes et des Katherine. Après s'être encore fait larguer, lui et son ami Hassan décident de partir à l'aventure durant leurs vacances et atterrissent dans le Tennessee où ils vont s'attarder quelques semaines. Comme tous les livres de John Green, celui-ci est plus profond qu'il n'en a l'air, évoquant des thèmes comme le passage à l'âge adulte, l'angoisse de l'avenir, la recherche de soi, l'amour, l'amitié. Cet auteur est vraiment celui du Young adult, il maîtrise mieux son sujet ici que dans Will and Will, Flocons d'amour ou Qui es-tu Alaska ? que j'avais trouvé moyens. Mêlant justesse, humour et légèreté, l'histoire est bien rythmée, on se marre de bout en bout avec les réflexions de Colin et les flash-back sur ses nombreuses histoires de coeur. Les personnages sont parfaits dans leurs imperfection : Colin, nerd un peu coincé, véritable puits de science et amateur d'anagrammes à répétition. Hassan, joyeux et décomplexé, obsédé par la religion. Et Lindsey, indépendante et sûre d'elle. Sans parler de tous les rôles secondaires, tous travaillés, tous drôles. L'avantage avec John Green, c'est qu'on retrouve toujours ce type de mômes dans ses livres : des gamins intelligent, vifs d'esprit et curieux qui font des trucs déjantés pour se démarquer, mais s'expriment de manière totalement hilarante et réfléchissent sur eux. J'ai particulièrement apprécié les notes de bas de page, très drôles et puis Colin, bien sûr. Son cerveau, surtout, qui ramène beaucoup de choses aux mathématiques et tente de comprendre le monde à sa manière. Une excellente lecture que j'ai préférée aux autres livres de l'auteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ana_lectures Posté le 22 Janvier 2020
    Un avis mitigé... C'est une belle histoire avec des thèmes importants qui sont abordés comme l'amour, la recherche de soi, l'amitié... L'écriture est fluide, ça se lit assez rapidement et sans prise de tête. On ne s'ennuie pas, il ya pas mal d'humour et de petits rebondissements.. Toutefois, je trouve que ça manque de quelque chose, de profondeur,... Je n'ai pas été happée par l'histoire au point de ne pas vouloir le lâcher avant de connaître la fin.. C'est dommage... Mais ça reste une bonne lecture
  • Davpunk Posté le 17 Décembre 2019
    Non, je n'ai rien contre le fait de lire des romans ados. Et j'attendais pas mal de celui-ci. J'ai été un peu déçu, même si ça reste, somme toute, agréable à lire... Colin est sorti avec 19 filles. 19 qui se nommaient Katherine. Et pas autrement. Et alors qu'il se fait larguer par Katherine-XIX, il part avec son ami Hassan à Gutshot, et se lie d'amitié avec Lindsey et ses amis. Au passage, il tente d'établir un théoréme pour prévoir l'évolution de ses relations... Et si l'idée était intéressante, la mise en oeuvre déçoit un peu par moment. Déjà parceque le côté mathématique a tendance à tuer toute émotion dans l'oeuf, mais aussi parceque j'ai eu du mal à m'attacher, de maniére forte, à chaque personnage. J'ai eu la sensation que tout se déroulait trop vite. Ce qui ne m'a pas empêcher d'apprécier l'histoire, et de trouver étonnant cette méthode pour tenter de découvrir la bonne formule. Mais il y aurait un paralléle à faire entre cette façon, pour Colin, de déshumaniser l'amour, et le manque général d'émotion du roman. Ceci dit, à l'occasion, vous pouvez le lire, il y a de bonnes choses, et une tentative tout à fait honorable d'en... Non, je n'ai rien contre le fait de lire des romans ados. Et j'attendais pas mal de celui-ci. J'ai été un peu déçu, même si ça reste, somme toute, agréable à lire... Colin est sorti avec 19 filles. 19 qui se nommaient Katherine. Et pas autrement. Et alors qu'il se fait larguer par Katherine-XIX, il part avec son ami Hassan à Gutshot, et se lie d'amitié avec Lindsey et ses amis. Au passage, il tente d'établir un théoréme pour prévoir l'évolution de ses relations... Et si l'idée était intéressante, la mise en oeuvre déçoit un peu par moment. Déjà parceque le côté mathématique a tendance à tuer toute émotion dans l'oeuf, mais aussi parceque j'ai eu du mal à m'attacher, de maniére forte, à chaque personnage. J'ai eu la sensation que tout se déroulait trop vite. Ce qui ne m'a pas empêcher d'apprécier l'histoire, et de trouver étonnant cette méthode pour tenter de découvrir la bonne formule. Mais il y aurait un paralléle à faire entre cette façon, pour Colin, de déshumaniser l'amour, et le manque général d'émotion du roman. Ceci dit, à l'occasion, vous pouvez le lire, il y a de bonnes choses, et une tentative tout à fait honorable d'en tirer une oeuvre originale et surprenante !
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.