RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Train pour Varsovie

            Pocket
            EAN : 9782266272193
            Code sériel : 16833
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 176
            Format : 108 x 177 mm
            Le Train pour Varsovie

            Sarah TARDY (Traducteur)
            Date de parution : 25/01/2018
            Varsovie, 1942. Jascha et Lilka fuient chacun le ghetto de Varsovie.
            Lorsqu’ils se rencontrent des années plus tard, à Londres, lui est un écrivain accompli. Et quand on lui propose de venir pour une conférence dans la ville qu’il a fuie des années plus tôt, il hésite. Mais Lilka insiste…
            Quarante ans...
            Varsovie, 1942. Jascha et Lilka fuient chacun le ghetto de Varsovie.
            Lorsqu’ils se rencontrent des années plus tard, à Londres, lui est un écrivain accompli. Et quand on lui propose de venir pour une conférence dans la ville qu’il a fuie des années plus tôt, il hésite. Mais Lilka insiste…
            Quarante ans après, les deux survivants reviennent dans la ville où leur existence a basculé. Les souvenirs se réveillent, et avec eux l’indicible, les secrets et les aveux d’une autre vie.

            « Un roman poignant. » Femme actuelle

            « L'écriture délicate d'Edelman fait du dialogue entre ses personnages l'occasion d'un véritable échange amoureux. » Le Monde des Livres
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266272193
            Code sériel : 16833
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 176
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            -"Un roman poignant." Femme actuelle, Amélie Cordonnier
            -"Un roman ardent, sensible, bouleversant." France Info
            -"L’écriture délicate d’Edelman fait du dialogue entre ses personnages ­l’occasion d’un véritable échange amoureux." Le Monde des Livres, Florence ­Bouchy
            -"Un livre captivant, qui fait réfléchir sur la puissance de la vie, de l'amour et de la volonté de s'en sortir." L'Alsace
            -"Les dialogues disposés de manière linéaire entremêlent sensuellement les voix des deux protagonistes et donnent à ce roman une étonnante singularité. Des pages d'une intensité remarquable." La Marseillaise, Anne-Marie Mitchell
            -"Gwen Edelman signe un livre superbe et montre combien le pardon est difficile à accorder à un pays qui n'a pas soldé ses comptes avec son histoire." Le Courrier de l'Ouest, Frédérique Brehaut
            « Avec une force insidieuse, mais dévastatrice, Gwen Edelman nous montre à travers ses personnages ce que signifie être enfermé dans un traumatisme, dans le passé ou dans un ghetto, tout en souffrant de ne plus se sentir appartenir nulle part.» New York Times

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Croquignolle Posté le 11 Juillet 2018
              Un voyage en train pour relire certains événements du passé. Un voyage en train à lente allure pour permettre l'intériorité et l'émergence de souvenirs. Un voyage en train pour ne pas oublier. Un voyage en train pour retrouver une terre. Un voyage en train pour se rappeler une rencontre capitale. Un voyage en train pour faire le deuil et pleurer. Un voyage en train comme le dialogue enfin partagé de ce couple survivant du ghetto de Varsovie. Un voyage en train que j'ai vécu avec curiosité et attention durant la lecture mais que j'ai vite oublié une fois les pages refermées. Un voyage en train comme une impression de déjà-vu.
            • MIEL21 Posté le 2 Mars 2016
              Jascha et son épouse Lilka, tous deux survivants du ghetto de Varsovie, se sont retrouvés après la guerre et ont émigré à Londres où Jascha est devenu un écrivain célèbre. Quarante ans ont passé lorsqu'il reçoit l'invitation d'un cercle littéraire de Varsovie et après un commun accord ils repartent sur le lieu où les fantômes ont hanté leur jeunesse. Le train pour Varsovie est bouleversant, un conte obsédant, l’auteure nous retrace la souffrance et la culpabilité de deux êtres tourmentés, qui veulent revenir en arrière mais n’y arrivent pas, ils ressassent, ils boivent, ils fument, ils se souviennent, ils s’aiment, ils se chamaillent, leur passé est désormais une hantise car dès le début du voyage dans ce train filant à toute allure vers une destination glaciale, se mêlent d’horribles pressentiments et la nostalgie de l’avant-guerre est insoutenable. C’est un réel traumatisme pour ces deux amoureux transis et Gwen Edelman réussit là une saisissante et poignante plongée dans le ghetto de Varsovie, elle y dépeint ses horreurs, ses trafics, sa misère et les intrigues qui y régnaient. À mesure qu'ils redécouvrent la ville où leur existence a basculé, Jascha et Lilka se souviennent, c’est magnifique.
            • ingridfasquelle Posté le 25 Février 2016
              Gwen Edelman est née à New-York. Elle a fait ses études aux États-Unis ainsi qu'en France, à la Sorbonne, avant de devenir éditrice puis de créer sa propre agence littéraire. Après avoir habité de nombreuses années à Paris, elle vit aujourd'hui à New-York et se consacre à ses deux passions : l'écriture et les voyages. Son premier roman, Dernier refuge avant la nuit (Belfond, 2002; J'ai Lu, 2004), a été récompensé par le prix du Premier Roman étranger en 2002. Le train pour Varsovie est son deuxième roman. Jascha et son épouse Lilka, tous deux survivants du ghetto de Varsovie, se sont retrouvés après la guerre et ont émigré à Londres où Jascha est devenu un écrivain célèbre. Quarante ans ont passé lorsqu'il reçoit l'invitation d'un cercle littéraire de Varsovie. S'il n'a aucune intention de retourner en Pologne, Lilka brûle de revoir la ville de son enfance heureuse et celle de leur terrible jeunesse amoureuse dans le ghetto. Mais, dès le début du voyage, d'horribles réminiscences se mêlent à la nostalgie de l'avant-guerre... Dans cette Varsovie reconstruite, glaciale et enneigée, les fantômes hantent les rues disparues qu'il aimaient et les atrocités surgissent de leur mémoire, comme les questions restées sans... Gwen Edelman est née à New-York. Elle a fait ses études aux États-Unis ainsi qu'en France, à la Sorbonne, avant de devenir éditrice puis de créer sa propre agence littéraire. Après avoir habité de nombreuses années à Paris, elle vit aujourd'hui à New-York et se consacre à ses deux passions : l'écriture et les voyages. Son premier roman, Dernier refuge avant la nuit (Belfond, 2002; J'ai Lu, 2004), a été récompensé par le prix du Premier Roman étranger en 2002. Le train pour Varsovie est son deuxième roman. Jascha et son épouse Lilka, tous deux survivants du ghetto de Varsovie, se sont retrouvés après la guerre et ont émigré à Londres où Jascha est devenu un écrivain célèbre. Quarante ans ont passé lorsqu'il reçoit l'invitation d'un cercle littéraire de Varsovie. S'il n'a aucune intention de retourner en Pologne, Lilka brûle de revoir la ville de son enfance heureuse et celle de leur terrible jeunesse amoureuse dans le ghetto. Mais, dès le début du voyage, d'horribles réminiscences se mêlent à la nostalgie de l'avant-guerre... Dans cette Varsovie reconstruite, glaciale et enneigée, les fantômes hantent les rues disparues qu'il aimaient et les atrocités surgissent de leur mémoire, comme les questions restées sans réponses... Gwen Edelman réussit là une saisissante et poignante plongée dans le ghetto de Varsovie. Elle dépeint ses horreurs, ses trafics, sa misère et les intrigues qui s'y tramaient. À mesure qu'ils redécouvrent la ville où leur existence a basculé, Jascha et Lilka se souviennent. «Jascha resservit du café. C'est arrivé un mardi, le jour où Rosenstajn nous a quittés pour un monde meilleur. Ils avaient laissé entrer quelques «touristes». Des officiers et leurs petites amies, des amis de Hans Frank, venus là pour s'amuser, pour s'extasier devant les Juifs mourants dans le zoo du ghetto. J'ai entendu les femmes, les épouses des officiers, pousser des cris d'orfraie. Quelle odeur ! s'exclamaient-elles. Ils ne se lavent jamais ? Qu'est-ce qu'ils sont sales ces Juifs ! Et les enfants, ils ne les habillent même pas correctement, il leur manque des dents. C'est ainsi que les Juifs s'occupent de leurs enfants? Tous des mendiants. Répugnant. Quels sauvages ces Juifs ! Jamais on ne verrait des enfants allemands se comporter comme ça. Parfois, l'on donnait aux touristes des fouets et des pistolets pour qu'ils jouent avec. Un Juif de plus qui prend des coups de fouet ou une belle ? Quelle importance ? Puisqu'ils étaient tous voués à disparaître.» Leurs souvenirs se réveillent et avec eux, les regrets, la culpabilité et les secrets inavoués... Face aux obsédantes et éternelles questions posées par la Shoah, malgré l'ironie désespérée de Jascha, l'auteure montre ce que signifie d'être enfermé dans un traumatisme, dans le passé ou dans un ghetto. Si Jascha et Lilka ne peuvent échapper à leur passé, l'intensité de l'amour qui les unit leur évitera peut-être de souffrir de n'appartenir à aucun lieu... «Je n'ai pas de maison, dit-elle. Elle regarda les pins sombres et sages sous la neige. J'en ai eu une autrefois, mais c'était il y a longtemps.» Le train pour Varsovie est un roman bouleversant, à la fois hypnotique et obsédant. Avec une force dévastatrice et insidieuse, Gwen Edelman montre toute la souffrance et la culpabilité de deux êtres tourmenté, qui ne pourront jamais revenir en arrière ni changer leur passé. Magnifique !
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.