Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221221709
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 1 x 185 mm

Le Voyage du père

Date de parution : 06/09/2018

Ils attendaient Marie-Louise, ce fut une lettre qui arriva ; cette fois encore, Marie-Louise ne pouvait quitter Lyon pour fêter Noël avec les siens : son métier la retenait impérieusement à la ville. Alors le père s’est décidé à abandonner pour un jour sa ferme perdue dans la neige du...

Ils attendaient Marie-Louise, ce fut une lettre qui arriva ; cette fois encore, Marie-Louise ne pouvait quitter Lyon pour fêter Noël avec les siens : son métier la retenait impérieusement à la ville. Alors le père s’est décidé à abandonner pour un jour sa ferme perdue dans la neige du Revermont pour, coûte que coûte, ramener sa fille. Et le voici dans les rues boueuses de Lyon parées pour Noël, avec son grand chapeau de paysan et sa pelisse, l’espoir au coeur. Mais depuis quelques mois déjà, on n’a pas vu Marie-Louise au salon de coiffure où elle travaillait, ni même dans un second, plus singulier. Le soir venu, le père ne trouve pas la rue de l’Arbre-Sec, où elle habite. Le vieil homme commence alors, à travers la ville indifférente et glacée, son « voyage au bout de la nuit »…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221221709
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 1 x 185 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • HORUSFONCK Posté le 21 Août 2020
    Mon unique lecture de Bernard Clavel, avant le voyage du père, remonte à 1975 et Malataverne. Une sorte d'éternité pendant laquelle je n'ai plus gouté aux pages de l'auteur. Et puis il y a peu, dans un Emmaüs ou une autre librairie solidaire, j'ai rencontré le voyage du père et sa couverture illustrée et réaliste comme la collection J'ai lu avait coutume de les réaliser dans ces années 60 et 70. Et puis, je me suis dit que Bernard Clavel méritait une nouvelle visite sans trop tarder. Une belle redécouverte, que ce récit d'un court voyage au bout de la tristesse et de la désillusion. Pauvre Quantin, pauvre père et pauvre mari! La colère de sa femme, les pleurs de celle-ci et de sa fille cadette le décident, sur le champ, à partir quérir Marie-Louise partie à la ville et qui ne revient pas pour la Noël. Sa mission dans la grande ville, pour tenter de ramener sa fille aînée, ressemble à une offensive désespérée dans une bataille perdue d'avance. La ville est hostile, comme tout terrain que l'on ne connaît pas. le froid et l'obscurité y sont différents de la campagne de Quantin. le temps y bat plus vite, et le paysan ne suit pas. Son... Mon unique lecture de Bernard Clavel, avant le voyage du père, remonte à 1975 et Malataverne. Une sorte d'éternité pendant laquelle je n'ai plus gouté aux pages de l'auteur. Et puis il y a peu, dans un Emmaüs ou une autre librairie solidaire, j'ai rencontré le voyage du père et sa couverture illustrée et réaliste comme la collection J'ai lu avait coutume de les réaliser dans ces années 60 et 70. Et puis, je me suis dit que Bernard Clavel méritait une nouvelle visite sans trop tarder. Une belle redécouverte, que ce récit d'un court voyage au bout de la tristesse et de la désillusion. Pauvre Quantin, pauvre père et pauvre mari! La colère de sa femme, les pleurs de celle-ci et de sa fille cadette le décident, sur le champ, à partir quérir Marie-Louise partie à la ville et qui ne revient pas pour la Noël. Sa mission dans la grande ville, pour tenter de ramener sa fille aînée, ressemble à une offensive désespérée dans une bataille perdue d'avance. La ville est hostile, comme tout terrain que l'on ne connaît pas. le froid et l'obscurité y sont différents de la campagne de Quantin. le temps y bat plus vite, et le paysan ne suit pas. Son pas n'y est pas assuré. Il se sent anachronique, on dirait "has been", maintenant! Quantin sent son impuissance et sa colère croître à chaque nouvelle étape de sa randonnée urbaine. Les rencontres de Quantin avec ceux qui connaissent Marie-Louise, sont ambigües et soufflent le chaud et le froid. Les portes se referment sur le vieil homme seul... Et il va falloir rentrer à la ferme! Que dire, que faire?... Et il faudra continuer de vivre. Ah, ces retrouvailles d' Horusfonck avec Bernard Clavel! J'ai eu tellement froid, avec Quantin, dans cette ville de Lyon. J'ai ressenti tant de désarrois et de tristesse dans ces pages superbement composées, de cette précision d' horloger du bien écrit. Mon coeur s'est serré comme celui de la cadette Denise que sa sœur aimait tant. J'ai ressenti l'égarement désespéré de l'instituteur amoureux transi et définitif de Marie-Louise. Comme ce livre est beau et cruel, profond et tendu comme ce temps qui passe et s'échappe. Juste ce qu'il faut pour un livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • blandine5674 Posté le 4 Juin 2020
    Bernard Clavel devrait refaire surface dans nos lectures. Relecture de ce bouquin qui m'avait fortement émue à l'époque. Une ferme isolée dans le Jura. Quantin y vit avec sa femme qui sait le sermonner et sa fille petite dans sa tête. Noël et son blanc manteau approche. Ne manque que Marie-Louise la fille aînée partie vivre et travailler à Lyon. Quantin, poussé par les reproches de sa femme, prend le train espérant y ramener sa fille pour le réveillon. Une triste errance démarre pour lui dans les rues de la ville. Où se trouve Marie-Louise ? Pourquoi chez ses anciens employeurs rit-on de lui ? Il ne comprend pas qu'une coiffeuse travaille la nuit. Au fur et à mesure de ses découvertes, les émotions du père vont se transformer et aussi celles du lecteur. Avec la neige en toile de fond et l'éloge de la vie rurale. Poignant et réaliste !
  • missparker18 Posté le 10 Mai 2020
    On se retrouve dans la peau et dans la tête d'un père, qui découvre que sa fille ne viendra pas pour Noël et veut essayer de comprendre pourquoi. Ce voyage (de la campagne à la ville) est tout un parcours déjà pour le père, peu habitué à la ville et nous fait part de ses craintes, mais plus encore lorsqu'il découvre petit à petit ce que fait réellement sa fille ou du moins ce qu'il veut ou non admettre. Un roman sur le doute, sur l'espoir aussi.
  • Polomarco Posté le 5 Octobre 2019
    Dans leur ferme du Jura, près de Saint-Germain-les-Arlay, les Quantin se préparent à fêter Noël : leur fille aînée, Marie-Louise, partie à Lyon il y a deux ans comme coiffeuse, revient pour l'occasion. Mais une courte lettre leur apprend qu'elle ne pourra finalement pas venir. La mère en veut à ces employeurs inhumains, qui n'accordent pas de congés à leurs salariés, et à son mari, silencieux, qui semble se résigner. Le voyage du père est celui que Quantin va faire, poussé par sa femme, pour tenter de ramener sa fille à la maison. À Lyon, il apprend que sa fille n'habite plus à l'adresse indiquée. Commence alors pour lui un "voyage au bout de la nuit" dont il ne reviendra pas indemne. Il lui faudra en effet arpenter la ville de long en large, bravant la neige, le froid et la nuit, et comprendre qu'elle a quitté le droit chemin : d'indice en indice et de déconvenue en déconvenue, il découvre que sa fille n'est plus coiffeuse, mais qu'elle se prostitue. Le trottoir, voilà finalement ce qui les rapproche en cette veille de Noël... Le voyage du père est donc un douloureux voyage intérieur, qui le conduit à prendre conscience... Dans leur ferme du Jura, près de Saint-Germain-les-Arlay, les Quantin se préparent à fêter Noël : leur fille aînée, Marie-Louise, partie à Lyon il y a deux ans comme coiffeuse, revient pour l'occasion. Mais une courte lettre leur apprend qu'elle ne pourra finalement pas venir. La mère en veut à ces employeurs inhumains, qui n'accordent pas de congés à leurs salariés, et à son mari, silencieux, qui semble se résigner. Le voyage du père est celui que Quantin va faire, poussé par sa femme, pour tenter de ramener sa fille à la maison. À Lyon, il apprend que sa fille n'habite plus à l'adresse indiquée. Commence alors pour lui un "voyage au bout de la nuit" dont il ne reviendra pas indemne. Il lui faudra en effet arpenter la ville de long en large, bravant la neige, le froid et la nuit, et comprendre qu'elle a quitté le droit chemin : d'indice en indice et de déconvenue en déconvenue, il découvre que sa fille n'est plus coiffeuse, mais qu'elle se prostitue. Le trottoir, voilà finalement ce qui les rapproche en cette veille de Noël... Le voyage du père est donc un douloureux voyage intérieur, qui le conduit à prendre conscience de l'infamie. Tout en se remémorant les bons souvenirs qu'il a avec sa fille, il est agacé d'entendre les compliments des habitants de Lyon qui la connaissent : "une fille sérieuse "! Le voyage du père, c'est aussi le trajet du retour et l'attente de la mère. Que peut-il dire à sa femme et à sa fille cadette ? Bernard Clavel excelle à décrire des personnages simples et bons, aux sentiments nobles. Comment ne pas s'identifier au Père Quantin ? On s'attache à lui, on espère avec lui, on lutte avec lui, on souffre avec lui ! Avec lui aussi, on finira par comprendre que "le temps est le seul allié de ceux qui ont une plaie au coeur". Chapeau bas, Bernard Clavel !
    Lire la suite
    En lire moins
  • domisylzen Posté le 30 Juin 2016
    Dans un petit village du Jura, Noël approche. L'hiver avec sa première neige, vient d'y prendre ses quartiers. Chez les Quantins on se prépare à la fête, Marie-Louise coiffeuse à Lyon revient pour l'occasion. Mais ce matin le facteur toque à la porte, apporte des nouvelles : Marie-Louise ne viendra pas. La mère, Isabelle, se met en rogne et invective son mari, et sous la pression de sa femme il se sent obligé d'aller à Lyon pour tenter de trouver une explication. Vingt ans qu'il n'y ait pas allé, sûr ça a dû changer. Alors Quantin se met en route mais que peut faire un pauv' paysan dans une grande ville moderne, dans un endroit ou il n'y a ni ciel ni horizon. A l'adresse indiquée sa fille n'habite plus. On lui en donne une autre, mais elle n'est pas là. Elle ne rentre pas avant deux heures du mat' la Marie-Louise. Mais quel est ce métier de coiffeuse qui se termine au milieu de la nuit ? Quantin est du genre taiseux. Taiseux et cogiteur. Son pauvre ciboulot n'en plus de réfléchir et de partir en vaines suppositions. Un roman où Bernard Clavel donne la part belle au monde rural : dur mais sain.... Dans un petit village du Jura, Noël approche. L'hiver avec sa première neige, vient d'y prendre ses quartiers. Chez les Quantins on se prépare à la fête, Marie-Louise coiffeuse à Lyon revient pour l'occasion. Mais ce matin le facteur toque à la porte, apporte des nouvelles : Marie-Louise ne viendra pas. La mère, Isabelle, se met en rogne et invective son mari, et sous la pression de sa femme il se sent obligé d'aller à Lyon pour tenter de trouver une explication. Vingt ans qu'il n'y ait pas allé, sûr ça a dû changer. Alors Quantin se met en route mais que peut faire un pauv' paysan dans une grande ville moderne, dans un endroit ou il n'y a ni ciel ni horizon. A l'adresse indiquée sa fille n'habite plus. On lui en donne une autre, mais elle n'est pas là. Elle ne rentre pas avant deux heures du mat' la Marie-Louise. Mais quel est ce métier de coiffeuse qui se termine au milieu de la nuit ? Quantin est du genre taiseux. Taiseux et cogiteur. Son pauvre ciboulot n'en plus de réfléchir et de partir en vaines suppositions. Un roman où Bernard Clavel donne la part belle au monde rural : dur mais sain. Contrairement à la ville ou pour lui tout est méprisable et malsain ou tout va trop vite ou les gens se croisent sans se regarder, sans se parler. Nous suivons les allées et retours de Quantin, aussi bien dans la ville à chercher sa fille que dans son esprit à remettre en doute son métier de coiffeuse. La force de ce court roman porté à l'écran, réside dans la description des émotions ou nous sommes sans arrêt, balancés, entre l'espoir et le désespoir. C'est aussi les déscriptions méticuleuses des lieux, tout est clair, net, précis, coloré.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !