Lisez! icon: Search engine
Le zoo
Dominique Haas (traduit par)
Collection : Polar
Date de parution : 06/09/2018
Éditeurs :
10/18
En savoir plus

Le zoo

Dominique Haas (traduit par)
Collection : Polar
Date de parution : 06/09/2018
Le zoo est sur le point de fermer ses portes. Joan et son fils de quatre ans, Lincoln, profitent des dernières minutes dans leur coin préféré, à l'écart des visiteurs.... Le zoo est sur le point de fermer ses portes. Joan et son fils de quatre ans, Lincoln, profitent des dernières minutes dans leur coin préféré, à l'écart des visiteurs. Mais quand Joan se décide à pousser gentiment Lincoln vers la sortie, ce qu’elle découvre la force à rebrousser chemin... Le zoo est sur le point de fermer ses portes. Joan et son fils de quatre ans, Lincoln, profitent des dernières minutes dans leur coin préféré, à l'écart des visiteurs. Mais quand Joan se décide à pousser gentiment Lincoln vers la sortie, ce qu’elle découvre la force à rebrousser chemin en courant, et à s’enfoncer dans le zoo désormais désert, son fils dans les bras.
Dans un parc d’attraction transformé en ménagerie mortelle, pendant les trois plus longues heures de sa vie, Joan va découvrir jusqu’où elle est prête à aller pour sauver Lincoln…

« Tout va crescendo, tension de plus en plus forte, atmosphère de plus en plus lourde... l'angoisse ne nous lâche qu'à la dernière page. » Le Parisien
« Un thriller remarquable par son décor hors norme et son suspense de nature quasi animale. Souffle, pas, bruissements de feuilles : le lecteur se tapit entre les pages. » Le Monde des livres
« Un très grand livre sur les forces contraires de l'amour et du mal. » Transfuge

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pascale Haas
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072689
Code sériel : 5381
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus
EAN : 9782264072689
Code sériel : 5381
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • magride 13/01/2024
    La fin du livre est bâclée malgré une première moitié prometteuse.. on sait dès les premières pages que ce nest pas le livre de l'année mais c'est assez frustrant car on se laisse prendre par l'intensité de l'histoire et on se retrouve d'un coup sur sa faim. Dommage ! Même effet qu'un scénario de film netflix.
  • lorah 03/12/2023
    Ce livre m'a tenu en haleine du début à la fin. Je ne pouvais pas le lâcher une seconde et j'ai mis ma vie entre parenthèse pour savourer ce chef d'œuvre. Merci à l'auteur pour cette histoire incroyable. En tant que mère j'ai tremblé avec Joan, je me suis questionnée, j'ai participé à sa terreur. Bravo.
  • Little_stranger 17/01/2021
    On n'est pas très loin de Game of thrones (la série, pas les livres qui sont différents) : le zoo est un royaume féroce (fierce kingdom) où les animaux derrière leurs barrières, leurs cages assistent quelquefois à des chasses d'un autre genre que celles qu'ils connaissent avec les humains : un tir aux pigeons humains .... Joan et son fils, Lincoln, 4 ans, passent régulièrement du temps au zoo qui a évolué au cours du temps : ils en connaissent les coins et recoins et c'est un lieu tranquille jusqu'à aujourd'hui. Car tandis, que Joan et Lincoln sont sur le chemin de la sortie accompagnés des super héros de Lincoln, des tirs d'arme à feu se font entendre et des cadavres apparaissent. Joan va devoir gérer sa propre peur, les réactions imprévisibles d'un enfant de 4 ans, qui a toujours faim, soif, envie de faire pipi, veut jouer au mauvais moment dans un lieu soudain très hostile en évitant les chasseurs. Elle va rencontrer dans son périple une ancienne maîtresse d'école, Margaret, une adolescente qui s'occupe de la boutique de vente à emporter, Kaylinn et tout faire pour qu'ils puissent s'en sortir. Entre SMS avec son mari, énervement, instinct primitif et calcul, Joan compose une mère attachante, très ordinaire. Un texte qui aurait pu être sanglant, mais dans lequel la violence occupe une place presque en arrière-plan : quelque soit leur rôle dans l'histoire, les personnages sont humains ou presque et c'est le plus "surprenant" ...On n'est pas très loin de Game of thrones (la série, pas les livres qui sont différents) : le zoo est un royaume féroce (fierce kingdom) où les animaux derrière leurs barrières, leurs cages assistent quelquefois à des chasses d'un autre genre que celles qu'ils connaissent avec les humains : un tir aux pigeons humains .... Joan et son fils, Lincoln, 4 ans, passent régulièrement du temps au zoo qui a évolué au cours du temps : ils en connaissent les coins et recoins et c'est un lieu tranquille jusqu'à aujourd'hui. Car tandis, que Joan et Lincoln sont sur le chemin de la sortie accompagnés des super héros de Lincoln, des tirs d'arme à feu se font entendre et des cadavres apparaissent. Joan va devoir gérer sa propre peur, les réactions imprévisibles d'un enfant de 4 ans, qui a toujours faim, soif, envie de faire pipi, veut jouer au mauvais moment dans un lieu soudain très hostile en évitant les chasseurs. Elle va rencontrer dans son périple une ancienne maîtresse d'école, Margaret, une adolescente qui s'occupe de la boutique de vente à emporter, Kaylinn et tout faire pour qu'ils puissent s'en sortir. Entre SMS avec son mari, énervement, instinct primitif et...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Coeur2livres 01/06/2020
    Un polar immersif et haletant qui se déroule en quelques heures seulement mais dont on ne perd pas une minute ou presque ! La magie de l’écriture tient en cela : l’auteur « place » le lecteur dans l’esprit de Joan, mère d’un garçon de 4 ans, qui pour se réconforter analyse patiemment et le plus rationnellement possible la situation. Quand la panique devient trop forte, des pensées horribles l’obsèdent jusqu’à ce que des souvenirs de sa vie de mère repoussent les pensées néfastes et lui donnent un regain d’énergie pour survivre et protéger son fils. Le récit alterne donc entre toutes ces pensées qui s’entrechoquent dans l’esprit de Joan. Quelques chapitres changent de point de vue : d’autres personnes prises au piège dans le zoo, et deux tireurs. Les actions sont moindres car il y a une grande part d’attente, néanmoins il faut canaliser le jeune garçon afin qu’il reste silencieux, et ce n’est pas une mince affaire. On ressent tout l’amour maternel et la patience bienveillante de cette maman qui connait bien le fonctionnement de son fils et peut anticiper ses émotions et ses réactions. Il est évident que cette maman passe beaucoup de temps auprès de lui et qu’elle lit en lui comme dans un livre ouvert ! J’ai trouvé cela fort bien observé et rendu par l’auteur, dans un style spontané et presque cinématographique. La tension va crescendo au fur et à mesure que le temps passe et j’ai trouvé la scène finale de toute beauté. Un très bon roman et une auteure que j’ai envie de suivre, souhaitant que ses autres romans soient rapidement traduits !Un polar immersif et haletant qui se déroule en quelques heures seulement mais dont on ne perd pas une minute ou presque ! La magie de l’écriture tient en cela : l’auteur « place » le lecteur dans l’esprit de Joan, mère d’un garçon de 4 ans, qui pour se réconforter analyse patiemment et le plus rationnellement possible la situation. Quand la panique devient trop forte, des pensées horribles l’obsèdent jusqu’à ce que des souvenirs de sa vie de mère repoussent les pensées néfastes et lui donnent un regain d’énergie pour survivre et protéger son fils. Le récit alterne donc entre toutes ces pensées qui s’entrechoquent dans l’esprit de Joan. Quelques chapitres changent de point de vue : d’autres personnes prises au piège dans le zoo, et deux tireurs. Les actions sont moindres car il y a une grande part d’attente, néanmoins il faut canaliser le jeune garçon afin qu’il reste silencieux, et ce n’est pas une mince affaire. On ressent tout l’amour maternel et la patience bienveillante de cette maman qui connait bien le fonctionnement de son fils et peut anticiper ses émotions et ses réactions. Il est évident que cette maman passe beaucoup de temps auprès de lui et qu’elle...
    Lire la suite
    En lire moins
  • SaveurLitteraire 29/04/2020
    Là-dedans, on parle d’otages, de morts…une actualité malheureusement fréquente, que ce soit aux États-Unis, là où l’action se passe, ou ailleurs dans le monde. Ce qu’il y a de particulier avec ce roman, c’est le peu de personnages. La plupart font de la figuration, pour ainsi dire, parce que c’est vraiment Joan et son fils que l’on suit, pas les autres. Petit tour de qui on va retrouver dans ce zoo attaqué de manière cruelle ? Joan et Lincoln, mère et fils qui s’entendent bien, même si fiston est très, voire TROP, bavard. Imaginatif, le gamin, au passage ! En dehors d’eux, on a par SMS la présence du mari qui finit par totalement disparaître, en même temps que le portable de Joan. Puis, les otages que l’on rencontre : une institutrice et une employée du zoo. Enfin, les tueurs au nombre de deux. Voyez combien il y a peu de personnages. Un vrai huit clos ! Qu’est-ce qui rend ce livre attractif ? Le fait qu’en le lisant, on est dans la même situation que Joan : on ne sait fichtrement rien de ce qui se passe dehors, ou même ailleurs dans le zoo... et je me demande comment j’aurai réagi si j’avais été dans cette situation. Prise au piège dans un endroit vaste, avec aucun moyen de savoir ce qui se passe. Je me dis que, seule, j’aurai tout fait pour sortir, quitte à me mettre en danger. C’est là que c’est intéressant, Joan est avec son fils, et Le Zoo nous offre la vision d’une mère qui est prête à tout pour protéger son fils. L’action se passe sur trois heures. Trois heures coupés du monde, à se cacher d’ennemis dont on ne connait ni le visage, ni les intentions, sans savoir si quelqu’un est en chemin pour venir nous sortir de là…bref, trois longues heures. Et comme la majorité du temps est alloué à Joan et son fils, les autres personnes que l’on rencontre n’ont pas aussi développés qu’on l’aurait souhaité. Malgré tout, leur présence réconforte. De l’humanité dans ces trois heures d’angoisse, ça fait pas de mal ! Les compagnons d’infortune de Joan ne sont hélas pas assez attachantes, c’est dommage sur le coup. Une bonne lecture, pas forcément un coup de cœur parce que, oui, il faut bien le dire, il y a parfois quelques longueurs. Le tout est centré sur Joan et Lincoln, et entendre Lincoln poser plein de questions... Ces moments-là, je les ai moins aimé, je trouvais Lincoln agaçant, mais d’un autre côté, ça m’a permis de m’immerger dans l’esprit de Joan qui a dû gérer son petit monstre. Pas facile de gérer un gamin de quatre ans quand on est pris au piège. La fin m'a laissé un petit goût amer, du très bon dans ce roman, mais aussi du moins bon hélas. On ne peut pas tomber sur un coup de cœur tout le temps !Là-dedans, on parle d’otages, de morts…une actualité malheureusement fréquente, que ce soit aux États-Unis, là où l’action se passe, ou ailleurs dans le monde. Ce qu’il y a de particulier avec ce roman, c’est le peu de personnages. La plupart font de la figuration, pour ainsi dire, parce que c’est vraiment Joan et son fils que l’on suit, pas les autres. Petit tour de qui on va retrouver dans ce zoo attaqué de manière cruelle ? Joan et Lincoln, mère et fils qui s’entendent bien, même si fiston est très, voire TROP, bavard. Imaginatif, le gamin, au passage ! En dehors d’eux, on a par SMS la présence du mari qui finit par totalement disparaître, en même temps que le portable de Joan. Puis, les otages que l’on rencontre : une institutrice et une employée du zoo. Enfin, les tueurs au nombre de deux. Voyez combien il y a peu de personnages. Un vrai huit clos ! Qu’est-ce qui rend ce livre attractif ? Le fait qu’en le lisant, on est dans la même situation que Joan : on ne sait fichtrement rien de ce qui se passe dehors, ou même ailleurs dans le zoo... et je me demande comment j’aurai réagi...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…