Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266296939
Code sériel : 3275
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
L'école du bien et du mal - tome 01
Leslie Boitelle-Tessier (traduit par)
Collection : L'école du bien et du mal
Date de parution : 02/05/2019
Éditeurs :
Pocket jeunesse

L'école du bien et du mal - tome 01

Leslie Boitelle-Tessier (traduit par)
Collection : L'école du bien et du mal
Date de parution : 02/05/2019
Prenez des gentils, des méchants, un ou deux princes charmants, mélangez, inversez tous les rôles et vous obtiendrez un conte de fées revisité, drôle, rythmé, qui vous rendra heureux pour toujours !
Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, où sont formés les personnages de contes de fées. Pantoufles... Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, où sont formés les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu’Agatha, cynique et solitaire, toute de noir... Kidnappées par une sombre nuit d’orage, Sophie et Agatha intègrent l’École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, où sont formés les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu’Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si, au-delà des apparences, se cachait leur vraie nature ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296939
Code sériel : 3275
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • WelcomeStranger Posté le 5 Avril 2022
    Une école pour apprendre à être un personnage de contes ? Intéressant...! Une princesse à l'École du Mal et une sorcière à celle du Bien ? Encore mieux ! C'est donc ainsi qu'on rencontre Sophie et Agatha au milieu des futurs héros et méchants de nos contes. L'une est belle, l'autre non, mais ce que les filles vont vite apprendre c'est qu'ici, les apparences ne comptent pas. Ce sont leurs actes qui font des personnages qu'ils sont beaux ou laids. Croyez moi, elles ne sont clairement pas prêtes ! D'un côté, Sophie, qui ne jure que par son apparence et n'a qu'un seul but : trouver son prince. De l'autre, Agatha, qui elle veut juste rentrer chez elle et sauver Sophie par la même occasion. La psychologie de ces deux personnages est super intéressante puisqu'en réalité, Sophie est manipulatrice et égoïste sans même s'en rendre compte, tandis qu'Agatha fait toujours passer Sophie avant elle. J'ai trouvé ça très subtilement amené et j'espère sincèrement que les plus jeunes lecteurs retiendront la morale : c'est les actes qui comptent, pas le physique. Alors certes, ce roman est plein de clichés (les hommes sauvent les femmes, ils doivent être virils, blablabla) mais à mon avis,... Une école pour apprendre à être un personnage de contes ? Intéressant...! Une princesse à l'École du Mal et une sorcière à celle du Bien ? Encore mieux ! C'est donc ainsi qu'on rencontre Sophie et Agatha au milieu des futurs héros et méchants de nos contes. L'une est belle, l'autre non, mais ce que les filles vont vite apprendre c'est qu'ici, les apparences ne comptent pas. Ce sont leurs actes qui font des personnages qu'ils sont beaux ou laids. Croyez moi, elles ne sont clairement pas prêtes ! D'un côté, Sophie, qui ne jure que par son apparence et n'a qu'un seul but : trouver son prince. De l'autre, Agatha, qui elle veut juste rentrer chez elle et sauver Sophie par la même occasion. La psychologie de ces deux personnages est super intéressante puisqu'en réalité, Sophie est manipulatrice et égoïste sans même s'en rendre compte, tandis qu'Agatha fait toujours passer Sophie avant elle. J'ai trouvé ça très subtilement amené et j'espère sincèrement que les plus jeunes lecteurs retiendront la morale : c'est les actes qui comptent, pas le physique. Alors certes, ce roman est plein de clichés (les hommes sauvent les femmes, ils doivent être virils, blablabla) mais à mon avis, l'auteur n'attend qu'une chose : démentir tout ça par la suite. L'écriture est très fluide, et il a un petit côté cynique par moment que j'ai beaucoup aimé. Il malmène ses personnages parfois de manière assez cruelle pour leur faire comprendre que tout dans la vie n'est pas simple et que la frontière entre le bien et le mal est parfois très mince. L'univers m'a beaucoup plu, j'avais l'impression d'être de retour devant Once upon a time ! J'ai hâte d'en savoir davantage sur la provenance de tous ces enfants et vu le nombre de tomes restants je devrais avoir les réponses à mes questions ! C'est donc une lecture pas prise de tête que je vous propose aujourd'hui, facile à appréhender et qui se lit très vite puisqu'il est particulièrement bien rythmé #x1f609
    Lire la suite
    En lire moins
  • zagzaguel Posté le 24 Mars 2022
    Je reste mitigé après la lecture de ce premier tome. Alors que la magnifique couverture et la lecture de la quatrième de couverture m'avaient mis l'eau à la bouche, je constate qu'après avoir refermé le livre j'ai l'impression de ne pas avoir eu droit à ce que j'espérais. On sent bien que l'auteur est encore vert. Il peut y avoir parfois beaucoup des longueurs dans certaines scènes alors que d'autres manquent cruellement de développement. Régulièrement, il y a des scènes confuses, on a du mal à tout suivre et à comprendre. Il m'a fallu parfois relire un oassage pour être sûr d'avoir compris. Je me dis que si moi, adulte, ait eu du mal que dire des enfants qui doivent passer sans doute à côté de choses importantes. Mais la trame de l'histoire est bonne, on a envie de connaître la suite. Les personnages sont bien développés. Même s'il y a un déséquilibre entre les deux héroïnes. Sophie et Agatha, une fois passé leur côté stéréotype et prévisible sont bien plus profondes que l'on pense. Alors que Sophie, belle blonde habillée en rose se voit déjà princesse à l'école du bien et qu'Agatha, fille morose toute de noir vêtue, se... Je reste mitigé après la lecture de ce premier tome. Alors que la magnifique couverture et la lecture de la quatrième de couverture m'avaient mis l'eau à la bouche, je constate qu'après avoir refermé le livre j'ai l'impression de ne pas avoir eu droit à ce que j'espérais. On sent bien que l'auteur est encore vert. Il peut y avoir parfois beaucoup des longueurs dans certaines scènes alors que d'autres manquent cruellement de développement. Régulièrement, il y a des scènes confuses, on a du mal à tout suivre et à comprendre. Il m'a fallu parfois relire un oassage pour être sûr d'avoir compris. Je me dis que si moi, adulte, ait eu du mal que dire des enfants qui doivent passer sans doute à côté de choses importantes. Mais la trame de l'histoire est bonne, on a envie de connaître la suite. Les personnages sont bien développés. Même s'il y a un déséquilibre entre les deux héroïnes. Sophie et Agatha, une fois passé leur côté stéréotype et prévisible sont bien plus profondes que l'on pense. Alors que Sophie, belle blonde habillée en rose se voit déjà princesse à l'école du bien et qu'Agatha, fille morose toute de noir vêtue, se sent sorcière, pense à l'école du mal, elles se retrouvent dans l'école diamétralement opposée. Mais est ce vraiment une erreur? On suit beaucoup plus l'évolution de Sophie que celle d'Agatha dans cette école, dommage. Certains autres personnages sont très marqués bien ou mal pour accentuer le côté manichéen des contes. Ce qui m'a plu c'est que l'auteur à su dépasser cette dichotomie mais elle arrive tard. On a le temps de râler pendant la lecture. En bref, une très bonne idée de départ, des personnages parfois caricaturaux  mais attachants et qui évoluent. Mais des longueurs et un style parfois confus qui rendent la lecture moins fluide. Mais je lirai volontiers le deuxième tome.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lecteur_75015 Posté le 29 Janvier 2022
    Qui sommes-nous vraiment ? Sommes-nous forcément ce qu’on dit de nous ? Ce roman jeunesse dont l’univers est construit sur les contes de fées met en scène deux héroïnes qui se questionnent sur leur identité après avoir été classé l’une avec les gentils, l’autre avec les méchants.
  • Kenovator Posté le 4 Janvier 2022
    Je ne vais pas mentir, de mon point de vue de lectrice adulte, quand j'ai commencé le bouquin je me suis dit "punaise ça va être suuuper long..." Mon mari m'a regardée d'un air inquiet en disant "t'es vraiment obligée, si c'est à ce point là ?" Oui, mon chéri, je suis obligée. Bon, d'un point de vue ado, je pense qu'au contraire le style et le langage doivent bien plaire, et si on rentre dans le cliché, on se rend compte rapidement que c'est pour mieux jouer avec. Alors certes, on reste dans un schéma vu et revu, mais c'est drôle, bien écrit, suffisamment fun pour que l'on passe sur l'éternel combat des princesses glamour à paillette contre les sorcières à verrue, et le fait que la vilaine est en fait une gentille et inversement et que les apparences sont trompeuses, la rédemption possible, les conventions dépassées et que l'amitié à ses limites et ses hauts et ses bas Je ne pense pas pousser le vice jusqu'à lire toute la série, cependant j'avoue que toute honte vue, je suis allée lire les résumés pour savoir, quand même, ce qui se passait après. A voir si mes ados vont se prendre au jeu... Je ne vais pas mentir, de mon point de vue de lectrice adulte, quand j'ai commencé le bouquin je me suis dit "punaise ça va être suuuper long..." Mon mari m'a regardée d'un air inquiet en disant "t'es vraiment obligée, si c'est à ce point là ?" Oui, mon chéri, je suis obligée. Bon, d'un point de vue ado, je pense qu'au contraire le style et le langage doivent bien plaire, et si on rentre dans le cliché, on se rend compte rapidement que c'est pour mieux jouer avec. Alors certes, on reste dans un schéma vu et revu, mais c'est drôle, bien écrit, suffisamment fun pour que l'on passe sur l'éternel combat des princesses glamour à paillette contre les sorcières à verrue, et le fait que la vilaine est en fait une gentille et inversement et que les apparences sont trompeuses, la rédemption possible, les conventions dépassées et que l'amitié à ses limites et ses hauts et ses bas Je ne pense pas pousser le vice jusqu'à lire toute la série, cependant j'avoue que toute honte vue, je suis allée lire les résumés pour savoir, quand même, ce qui se passait après. A voir si mes ados vont se prendre au jeu du détournement de conte de fée !
    Lire la suite
    En lire moins
  • alice1309 Posté le 1 Novembre 2021
    Lorsque deux jeune filles, l’une belle et « gentille » et l’autre laide et « méchante » se font enlevées pour se retrouver dans une école formant les prochains princes et princesses ; méchants et sorciers, cela paraît logique Louise (la belle) se retrouvera dans l’école du bien où elle apprendra à devenir une héroïne de contes tandis que Agatha (la sombre jeune fille) se retrouve dans l’école du mal où elle apprendra à devenir une méchante de contes. Mais il se trouve que tout se déroule à l’envers ! Agatha va à l’école du bien tandis que Sophie se retrouve dans l’école du mal ; erreur lors de l’inscription ? Il ne semble pas. [/Cette erreur se révèle en réalité être une illumination : Sophie est mauvaise ; réellement mauvaise quant à Agatha, pages après pages, elle semble être en réalité une femme au bon cœur] Le résumé du premier tome ne me tentait pas plus que ça, j’avais peur d’un roman « trop simple » mais en réalité, il est doué en révélation et l’intrigue n’est pas si facile. Seul hic, le problème de l’écriture : pas assez fluide mais surtout un manque cruel de description. Je n’ai malheureusement pas réussi à me figurer l’école... Lorsque deux jeune filles, l’une belle et « gentille » et l’autre laide et « méchante » se font enlevées pour se retrouver dans une école formant les prochains princes et princesses ; méchants et sorciers, cela paraît logique Louise (la belle) se retrouvera dans l’école du bien où elle apprendra à devenir une héroïne de contes tandis que Agatha (la sombre jeune fille) se retrouve dans l’école du mal où elle apprendra à devenir une méchante de contes. Mais il se trouve que tout se déroule à l’envers ! Agatha va à l’école du bien tandis que Sophie se retrouve dans l’école du mal ; erreur lors de l’inscription ? Il ne semble pas. [/Cette erreur se révèle en réalité être une illumination : Sophie est mauvaise ; réellement mauvaise quant à Agatha, pages après pages, elle semble être en réalité une femme au bon cœur] Le résumé du premier tome ne me tentait pas plus que ça, j’avais peur d’un roman « trop simple » mais en réalité, il est doué en révélation et l’intrigue n’est pas si facile. Seul hic, le problème de l’écriture : pas assez fluide mais surtout un manque cruel de description. Je n’ai malheureusement pas réussi à me figurer l’école et ses alentours malgré la carte (qui est heureusement présente au début du roman). L’histoire en elle même est assez originale et bien menée : j’ai adoré l’idée que des fil(le)s de nos héros de contes d’enfance soient présents dans l’école, cela permet de nous représenter la suite des récits : celle d’après ils eurent beaucoup d’enfants et vécurent heureux. Ça apporte un coté vraiment attachants aux personnages. En parlant de ceux ci, autant j’ai beaucoup aimé Agatha autant j’ai détesté Sophie. J’ai un détail qui me semble important à souligner et qui m’a gêné : le fait que les beaux soient du côté du bien tandis que les « disgracieux » font le mal… Un élément à revoir selon moi. Dans l’ensemble c’est vraiment un bon roman pour les amateurs de contes pour moi, malgré des situations prévisibles, j’ai été plutôt conquise et je vais continuer l’aventure ! En plus de cela, j’ai cru reconnaître des références à Harry Potter donc forcément : une belle lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.