Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266312707
Code sériel : 18057
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

L'Ecume des lames

Date de parution : 04/02/2021
Messieurs, mesdames, trêve de comédie ! Vous brûlez de repartir à l’aventure ? Louis XV a besoin de vous, qui rêve d’accrocher le Sancy, ce diamant qu’on dit maudit, à la couronne royale… Si ce damné caillou du diable appartient à la Cour d’Espagne ? Si fait ! Faudra-t-il le... Messieurs, mesdames, trêve de comédie ! Vous brûlez de repartir à l’aventure ? Louis XV a besoin de vous, qui rêve d’accrocher le Sancy, ce diamant qu’on dit maudit, à la couronne royale… Si ce damné caillou du diable appartient à la Cour d’Espagne ? Si fait ! Faudra-t-il le leur chiper à la barbe, au fin fond des Caraïbes, convoyer du café volé, échapper aux égorgeurs bataves et aux létales espionnes andalouses ? Et comment ! À moi Médeline, Finn, Abiola, Ann Bonny, Mary Read, farouches forbans des mers ! Hardi, compagnons ! Cap à l’Ouest, l’écume n’attend que nous !

« Embarquez pour un voyage au parfum de rhum et d’embruns, dépaysement garanti. » Maxi

« Du grand air, et de l’action à couper le souffle ! » La Manche libre
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312707
Code sériel : 18057
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« On a aimé retrouver ce marin breton et sa petite bande d'aventuriers, découverts dans La République des pirates, premier roman signé d'un grand reporter. »
Femme Actuelle (Jeux Extra)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sorcieredesmers Posté le 2 Août 2021
    Bonne lecture et bonne découverte... attention aux descriptions techniques et au manque de profondeur dans les relations entre personnages et leurs sentiments. L'écume des lames est une bonne histoire d'aventures et de piraterie. Dans un cadre historique plus que réaliste, on retrouve un récit haut en couleurs et en péripéties. L'histoire reste pour moi en surface. On enchaîne davantage les évènements plutôt que de s'attarder sur l'un ou l'autre, d'en supprimer d'autres au profit de certaines scènes qui mériteraient plus d'envergures. Les personnages sont à l'image de l'histoire. Ils manquent de profondeurs. Ils ont tous un potentiel que je trouve assez peu exploité. Je suis également assez réticente à la reprise de personnes ayant réellement existées auxquelles on attribue une histoire inventée. L'écriture est technique. Comme l'ensemble du livre, elle manque de passion sur certaines scènes (sauf celles à la limite de l'érotisme...) et je trouve ça dommage. On ne ressent pas ce que les personnages ressentent. On ne ressent pas le danger ni la joie de la victoire. On sait qu'ils gagnent, on sait qu'ils échouent. Mais c'est tout. Et c'est dommage. Donc c'est une bonne histoire mais avec quelques défauts qui m'empêche de lui attribuer une meilleure note.
  • AlineDehon Posté le 2 Août 2020
    Jean-Marie Quéméner nous plonge en plein XVIIIe siècle, sous le règne de Louis XV, période particulièrement chaude au cours de laquelle les nations européennes se livrent des guerres ininterrompues. Une époque pas moins pire que la nôtre, où tous les coups sont permis pour s’enrichir ou briguer davantage de pouvoir. Yann Kervadec est de retour avec pour mission officielle de convoyer du café volé dans les jardins botaniques du monarque vers la Martinique. Chemin faisant, il sait qu’il devra affronter la flotte hollandaise même si, pour tous, il doit retrouver un diamant passé entre les mains des Espagnols. Ce roman sent l’embrun et le vent du large, avec des combats épiques, du sang et de l’amour. Pour accoster aux Antilles, il aura besoin de tout son équipage, de Médeline son épouse et ancienne esclave, de Finn son meilleur ami et d’Ann Bonny et Mary Read, farouches et sauvages femmes de tête, ainsi que d’Abiola le colosse noir. Ce volume fait naturellement suite à « La république des pirates », paru il y a peu chez le même éditeur. Même si les comparaisons valent ce qu’elles valent, il y a un peu de Robert Louis Stevenson et de Daniel Defoe dans... Jean-Marie Quéméner nous plonge en plein XVIIIe siècle, sous le règne de Louis XV, période particulièrement chaude au cours de laquelle les nations européennes se livrent des guerres ininterrompues. Une époque pas moins pire que la nôtre, où tous les coups sont permis pour s’enrichir ou briguer davantage de pouvoir. Yann Kervadec est de retour avec pour mission officielle de convoyer du café volé dans les jardins botaniques du monarque vers la Martinique. Chemin faisant, il sait qu’il devra affronter la flotte hollandaise même si, pour tous, il doit retrouver un diamant passé entre les mains des Espagnols. Ce roman sent l’embrun et le vent du large, avec des combats épiques, du sang et de l’amour. Pour accoster aux Antilles, il aura besoin de tout son équipage, de Médeline son épouse et ancienne esclave, de Finn son meilleur ami et d’Ann Bonny et Mary Read, farouches et sauvages femmes de tête, ainsi que d’Abiola le colosse noir. Ce volume fait naturellement suite à « La république des pirates », paru il y a peu chez le même éditeur. Même si les comparaisons valent ce qu’elles valent, il y a un peu de Robert Louis Stevenson et de Daniel Defoe dans cette aventure qui jongle à fond avec les codes du genre. La force du récit et la truculence des personnages en font un livre qu’on découvre sans ennui et qui nous propose une vision cinématographique du crépuscule de la piraterie. Assurément, la série télé « Black Sails » n’est pas loin et cela est dû au fait que les protagonistes de « L’écume des lames » passent par les mêmes endroits que ceux traversés par le capitaine Flint et sa bande. Fougue, action et humour sont au rendez-vous !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.