Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262068127
Code sériel : 675
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 450
Format : 108 x 177 mm

L'Elysée sous l'Occupation

Le palais fantôme

Collection : Tempus
Date de parution : 02/03/2017
L'histoire secrète de l'Élysée entre juin 1940 et janvier 1947.
Abandonné par Albert Lebrun en juin 1940, apparemment vide, l’Elysée reste pourtant un lieu d’intrigues et de jeux de pouvoir pendant toute la durée de la guerre. Entre ses murs débarrassés des objets de valeur et du mobilier déménagés en lieu sûr, on voit défiler Pétain, Thorez, Laval, Darlan, Abetz,... Abandonné par Albert Lebrun en juin 1940, apparemment vide, l’Elysée reste pourtant un lieu d’intrigues et de jeux de pouvoir pendant toute la durée de la guerre. Entre ses murs débarrassés des objets de valeur et du mobilier déménagés en lieu sûr, on voit défiler Pétain, Thorez, Laval, Darlan, Abetz, von Rundstedt… A la Libération, de Gaulle en restera éloigné et c’est Vincent Auriol qui y entrera à nouveau en 1947.
Pour reconstituer cette histoire oubliée, il fallait repartir de fragments d’archives rescapées du désastre, de papiers et de journaux négligés et, surtout, de témoignages ensevelis depuis le naufrage ou inédits, parmi lesquels celui de l’immuable concierge de ces années de guerre.

Dans le cartouche couleur :

« Un récit vif, nerveux… qui regorge de portraits à l’eau-forte… »
Valeurs actuelles

« L’Elysée ressemble au château de Kafka.
On y pense tout le temps, mais on ne s’y rend jamais.
»
Le Nouvel Observateur
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262068127
Code sériel : 675
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 450
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Croisant avec un sens virtuose du récit la grande et la petite histoire, il nous offre au fil d'un livre fourmillant d'anecdotes une histoire politique de la France qui prend une couleur nouvelle du seul fait de l'originalité du point de vue adopté.
figaro histoire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Saint-Luc Posté le 15 Novembre 2012
    L idée était excellente. Que s’est-il passé à l’Elysée pendant la guerre, dès lors que le Président Lebrun l’avait quitté pour se réfugier à Bordeaux devant l’avance des troupes allemandes ? François d’Orcival est un conteur doué, et ce livre se parcourt avec un grand plaisir. Jamais ennuyeux, truffé d’anecdotes, le récit permet de suivre la vie de ce palais de la République dans ses heures les moins glorieuses. Convoité par les allemands mais pas occupé, lieu de résidence un temps envisagé par Pétain, dédaigné par les F.F. I lors de la libération de la capitale, finalement snobé par le général de Gaulle qui lui préféra le ministère de la Guerre lors de son retour à Paris, l’ancien hôtel de la Pompadour n’eut aucune gloire à tirer de ces quelques années d’oubli. Mais les incessants retours en arrière opérés par François d’Orcival sont gênants, et gâchent quelque peu la lecture. Pire (bien pire !) quelques citations tronquées, et qui modifient le sens de la phrase, le rendent suspect : les opinions politiques de l’auteur, connues et respectables, ne l’autorisaient pas à « améliorer » une phrase de Pétain dans le but de le rendre plus patriote.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…