Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266276955
Code sériel : 16963
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm

L'Enfant du lac

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 04/05/2017
1933, Cornouailles. Un soir de fête chez les Edevane, le petit Théo, adorable poupon de onze mois, disparaît. Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour la famille Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du... 1933, Cornouailles. Un soir de fête chez les Edevane, le petit Théo, adorable poupon de onze mois, disparaît. Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour la famille Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon.
Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne en vacances dans la région, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête et rouvre le dossier, les portes et les plaies, forçant les derniers secrets de la maison du lac…

« Kate Morton tire habilement sur toutes les ficelles du genre – mystère, culpabilité, liaisons secrètes, passé qui fait des croche-pieds. Si vous aimez Daphné du Maurier, vous allez adorer ce roman dont le héros est un manoir. » ELLE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266276955
Code sériel : 16963
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Dans ce roman, Kate Morton, qui a vendu plus de 10 millions d'exemplaires dans 38 pays, continue d'étonner et de séduire... » Ouest France

« 3 cœurs ! » Femme Actuelle

« Kate Morton tire habilement sur toutes les ficelles du genre - mystère, culpabilité, liaisons secrètes, passé qui fait des croche-pieds. Si vous aimez Daphné du Maurier vous allez adorer ce roman dont le héros est un manoir. » ELLE

« Le livre de la romancière australienne, entremêlant les deux époques, apporte alors le plaisir d’une énigme pleine de rebondissements. » Pèlerin

« Dans les sublimes paysages de Cornouailles, une intrigue policière et familiale tient constamment le lecteur en haleine par une virtuose composition romanesque. » La Croix
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MathildeLitteraire Posté le 10 Octobre 2020
    Une nouvelle fois, je me plonge dans l’univers très particulier de Kate Morton, avec ses histoires de famille particulières qui nous entraine sur plusieurs générations et plusieurs époques, ici 1933 et 2003, principalement, et début du XXe siècle. On découvre la très belle histoire d’amour et familiale du couple Eleanor et Anthony et de leurs 4 enfants entre 1913 et 1933, jusqu’à l’arrivée de ce drame terrible : la disparition de Théo, le petit dernier. Pendant 70 ans, personne ne sait ce qui s’est réellement passé. Puis, Sadie Sparrow, détective en vacances forcées en Cornouailles, va tomber sur la Maison du Lac, cette même maison où a vécu la famille Edevane jusqu’à la disparition du petit. Une nouvelle fois, l’auteure nous plonge dans une ambiance familiale particulière, plongé dans la Cornouaille du milieu du XXe siècle et du Londres du XXIe siècle. J’ai été encore une fois accro à l’un de ses livres que j’ai adoré du début jusqu’à la fin, alliant longueur et rapidité. Ce livre reprend vraiment tous les éléments qui représente la plume de Kate Morton : les histoires de famille compliqués, les enquêtes, les générations qui se mélange… tout ce qui fait le charme de ses livres... Une nouvelle fois, je me plonge dans l’univers très particulier de Kate Morton, avec ses histoires de famille particulières qui nous entraine sur plusieurs générations et plusieurs époques, ici 1933 et 2003, principalement, et début du XXe siècle. On découvre la très belle histoire d’amour et familiale du couple Eleanor et Anthony et de leurs 4 enfants entre 1913 et 1933, jusqu’à l’arrivée de ce drame terrible : la disparition de Théo, le petit dernier. Pendant 70 ans, personne ne sait ce qui s’est réellement passé. Puis, Sadie Sparrow, détective en vacances forcées en Cornouailles, va tomber sur la Maison du Lac, cette même maison où a vécu la famille Edevane jusqu’à la disparition du petit. Une nouvelle fois, l’auteure nous plonge dans une ambiance familiale particulière, plongé dans la Cornouaille du milieu du XXe siècle et du Londres du XXIe siècle. J’ai été encore une fois accro à l’un de ses livres que j’ai adoré du début jusqu’à la fin, alliant longueur et rapidité. Ce livre reprend vraiment tous les éléments qui représente la plume de Kate Morton : les histoires de famille compliqués, les enquêtes, les générations qui se mélange… tout ce qui fait le charme de ses livres et elle ne va qu’en s’améliorant. J’aime vraiment ses livres, son écriture et je ne suis pas déçu avec celui-ci ! Les 635 pages se tournent à une vitesse folle et quand la fin arrive, je suis resté sur les fesses, sérieusement. On ne s’y attend vraiment pas, après toutes les hypothèses par lesquelles Kate Morton nous a fait passer ! Waw *_* Coup de cœur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Himerope Posté le 4 Août 2020
    Une disparition, une famille meurtrie et des cicatrices jamais refermées. Un scénario simple et pourtant si bien écrit par l’experte en saga intergénérationelle. 🔍 J’ai été un peu sceptique au début du roman, vous étiez nombreux à me l’avoir conseillé après Un Manoir en Cornouailles d’Eve Chase. Il est vrai que l’on retrouve la même atmosphère oppressante dans les deux romans. Une vielle bâtisse et une étrange disparition sont au cœur de l’intrigue. Avec les fabuleux paysages de Cornouailles comme toile de fond. Les rouages s’imbriquent lentement parfois un peu trop. En ce qui me concerne, j’ai trouvé l’écriture de Kate Morton irrégulière, je me suis ennuyé pendant les premières centaines de pages et à l’inverse j’ai adoré l’autre moitié du roman. C’est un bon roman malgré tout, rempli de fausses pistes dont on discerne la fin assez tôt.
  • Lalivrophile Posté le 21 Juin 2020
    Ce roman m'a beaucoup plu. Comme souvent, je vous conseille de ne pas lire la quatrième de couverture qui, pour moi, en dit trop. Il me semble qu'une chose importante est dite, et qu'on n'apprend cela qu'au chapitre 4. Certes, si le résumé avait été comme le mien, il aurait sûrement été moins attirant, car la curiosité du lecteur serait moins piquée... Kate Morton a usé d'une structure que je n'aime pas: elle alterne le passé et le présent. En plus, ici, ce n'est pas uniquement 2003 et 1933, il y a quelques chapitres qui décrivent des événements arrivés entre 1911 et 1914, un autre se passant en 1941... Malgré mon aversion pour cette façon de faire, je reconnais que dans ce roman, il n'aurait pas pu y avoir de linéarité. J'ai lu des résumés d'autres romans de cette autrice, et apparemment, elle use beaucoup de ce genre de structures. [...] Lire la suite sur:
  • marie8362 Posté le 4 Mai 2020
    1933, Cornouailles. Un enfant, Théo, disparaît lors de la grande fête du solstice organisée par sa famille, dans leur manoir de Loeanneth. Un véritable drame pour la famille Edevane qui décida après cela de quitter définitivement leur maison du lac. 2003, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne, se voit contrainte de prendre des vacances suite à une affaire d'abandon et de disparition qui a mal tourné. Elle décide de rejoindre son grand-père, Bertie, en Cornouailles. Là-bas, elle va, par le plus grand des hasards, tomber sur le manoir et ses mystères... Elle décide donc de reprendre l'enquête sur le petit Théo, prête à tout pour découvrir ce qui s'est réellement passé lors de cette nuit de juin 1933.... La lecture de ce roman me laisse perplexe... D'un côté, je trouve le début long, très long même, l'intrigue n'est pas des plus palpitantes, et le secret une fois dévoilé n'est pas très surprenant... Mais en même temps, les pages se sont tournées très rapidement et ma curiosité a été piquée, me donnant l'envie d'aller jusqu'au bout. De grands thèmes y sont abordés : l'abandon, l'absence, l'infidélité, l'enfance, les relations mère-fille, la dépression, le stress post-traumatique dû à la guerre... Mais le point... 1933, Cornouailles. Un enfant, Théo, disparaît lors de la grande fête du solstice organisée par sa famille, dans leur manoir de Loeanneth. Un véritable drame pour la famille Edevane qui décida après cela de quitter définitivement leur maison du lac. 2003, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne, se voit contrainte de prendre des vacances suite à une affaire d'abandon et de disparition qui a mal tourné. Elle décide de rejoindre son grand-père, Bertie, en Cornouailles. Là-bas, elle va, par le plus grand des hasards, tomber sur le manoir et ses mystères... Elle décide donc de reprendre l'enquête sur le petit Théo, prête à tout pour découvrir ce qui s'est réellement passé lors de cette nuit de juin 1933.... La lecture de ce roman me laisse perplexe... D'un côté, je trouve le début long, très long même, l'intrigue n'est pas des plus palpitantes, et le secret une fois dévoilé n'est pas très surprenant... Mais en même temps, les pages se sont tournées très rapidement et ma curiosité a été piquée, me donnant l'envie d'aller jusqu'au bout. De grands thèmes y sont abordés : l'abandon, l'absence, l'infidélité, l'enfance, les relations mère-fille, la dépression, le stress post-traumatique dû à la guerre... Mais le point fort pour moi de ce roman est le personnage d'Eleanor, la mère de Théo. Un personnage complexe, fouillé, dont on découvre la force et le sens du sacrifice. En revanche, les autres protagonistes sont moins attachants voire parfois agaçants. Alice, la fille d'Eleanor, et grande auteur de roman policier, est tellement tournée vers elle-même qu'elle passera 70 ans de sa vie à être persuadée d'être la seule à détenir la vérité.... Enfin, dernier petit bémol : je n'ai pas été transportée en Cornouailles, alors que le paysage joue un rôle crucial dans la trame... Dommage. Une lecture donc en demi-teinte...
    Lire la suite
    En lire moins
  • celine85 Posté le 27 Avril 2020
    Dans ce roman, le petit Théo disparait lors d’une fête. Malgré l’enquête il n’est jamais retrouvé. 70 ans plus tard, l’inspectrice Sadie Sparrow va s’intéresser à cette mystérieuse disparition. J’ai découverte cette auteure récemment avec « La prisonnière du temps » que j’avais bien aimé (cf. précédent post). J’avais donc décidé de prendre très rapidement  le deuxième livre que j’avais d’elle dans ma PAL « L’enfant du lac ». Je n’ai pas pris les livres dans l’ordre de publication, mais rien de grave car il s’agit d’histoires différentes. En plus j’ai bien fait car j’ai presque eu un coup de cœur avec celui-ci. C’est mon petit chouchou pour l’instant. Les fans de Kate Morton pourront surement me répondre mais j’ai trouvé des similitudes sur les 2 romans. Déjà il s’agit de pavés mais il ne faut pas avoir peur car on  ne voit pas le temps passer  et je n’ai trouvé aucune longueur. Ensuite on fait des sauts entre les époques et on retrouve le thème du secret de famille. Il y a toujours un personnage qui fait le  lien entre les 2 époques.  Mystère, suspense sont au RDV. Je conseille vraiment ce livre aux personnes qui aiment les « enquêtes », les secrets de famille.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.