Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266276955
Code sériel : 16963
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm

L'Enfant du lac

Anne-Sylvie HOMASSEL (Traducteur)
Date de parution : 04/05/2017
1933, Cornouailles. Un soir de fête chez les Edevane, le petit Théo, adorable poupon de onze mois, disparaît. Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour la famille Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du... 1933, Cornouailles. Un soir de fête chez les Edevane, le petit Théo, adorable poupon de onze mois, disparaît. Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour la famille Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon.
Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne en vacances dans la région, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête et rouvre le dossier, les portes et les plaies, forçant les derniers secrets de la maison du lac…

« Kate Morton tire habilement sur toutes les ficelles du genre – mystère, culpabilité, liaisons secrètes, passé qui fait des croche-pieds. Si vous aimez Daphné du Maurier, vous allez adorer ce roman dont le héros est un manoir. » ELLE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266276955
Code sériel : 16963
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 744
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Dans ce roman, Kate Morton, qui a vendu plus de 10 millions d'exemplaires dans 38 pays, continue d'étonner et de séduire... » Ouest France

« 3 cœurs ! » Femme Actuelle

« Kate Morton tire habilement sur toutes les ficelles du genre - mystère, culpabilité, liaisons secrètes, passé qui fait des croche-pieds. Si vous aimez Daphné du Maurier vous allez adorer ce roman dont le héros est un manoir. » ELLE

« Le livre de la romancière australienne, entremêlant les deux époques, apporte alors le plaisir d’une énigme pleine de rebondissements. » Pèlerin

« Dans les sublimes paysages de Cornouailles, une intrigue policière et familiale tient constamment le lecteur en haleine par une virtuose composition romanesque. » La Croix
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • marie8362 Posté le 4 Mai 2020
    1933, Cornouailles. Un enfant, Théo, disparaît lors de la grande fête du solstice organisée par sa famille, dans leur manoir de Loeanneth. Un véritable drame pour la famille Edevane qui décida après cela de quitter définitivement leur maison du lac. 2003, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne, se voit contrainte de prendre des vacances suite à une affaire d'abandon et de disparition qui a mal tourné. Elle décide de rejoindre son grand-père, Bertie, en Cornouailles. Là-bas, elle va, par le plus grand des hasards, tomber sur le manoir et ses mystères... Elle décide donc de reprendre l'enquête sur le petit Théo, prête à tout pour découvrir ce qui s'est réellement passé lors de cette nuit de juin 1933.... La lecture de ce roman me laisse perplexe... D'un côté, je trouve le début long, très long même, l'intrigue n'est pas des plus palpitantes, et le secret une fois dévoilé n'est pas très surprenant... Mais en même temps, les pages se sont tournées très rapidement et ma curiosité a été piquée, me donnant l'envie d'aller jusqu'au bout. De grands thèmes y sont abordés : l'abandon, l'absence, l'infidélité, l'enfance, les relations mère-fille, la dépression, le stress post-traumatique dû à la guerre... Mais le point... 1933, Cornouailles. Un enfant, Théo, disparaît lors de la grande fête du solstice organisée par sa famille, dans leur manoir de Loeanneth. Un véritable drame pour la famille Edevane qui décida après cela de quitter définitivement leur maison du lac. 2003, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne, se voit contrainte de prendre des vacances suite à une affaire d'abandon et de disparition qui a mal tourné. Elle décide de rejoindre son grand-père, Bertie, en Cornouailles. Là-bas, elle va, par le plus grand des hasards, tomber sur le manoir et ses mystères... Elle décide donc de reprendre l'enquête sur le petit Théo, prête à tout pour découvrir ce qui s'est réellement passé lors de cette nuit de juin 1933.... La lecture de ce roman me laisse perplexe... D'un côté, je trouve le début long, très long même, l'intrigue n'est pas des plus palpitantes, et le secret une fois dévoilé n'est pas très surprenant... Mais en même temps, les pages se sont tournées très rapidement et ma curiosité a été piquée, me donnant l'envie d'aller jusqu'au bout. De grands thèmes y sont abordés : l'abandon, l'absence, l'infidélité, l'enfance, les relations mère-fille, la dépression, le stress post-traumatique dû à la guerre... Mais le point fort pour moi de ce roman est le personnage d'Eleanor, la mère de Théo. Un personnage complexe, fouillé, dont on découvre la force et le sens du sacrifice. En revanche, les autres protagonistes sont moins attachants voire parfois agaçants. Alice, la fille d'Eleanor, et grande auteur de roman policier, est tellement tournée vers elle-même qu'elle passera 70 ans de sa vie à être persuadée d'être la seule à détenir la vérité.... Enfin, dernier petit bémol : je n'ai pas été transportée en Cornouailles, alors que le paysage joue un rôle crucial dans la trame... Dommage. Une lecture donc en demi-teinte...
    Lire la suite
    En lire moins
  • celine85 Posté le 27 Avril 2020
    Dans ce roman, le petit Théo disparait lors d’une fête. Malgré l’enquête il n’est jamais retrouvé. 70 ans plus tard, l’inspectrice Sadie Sparrow va s’intéresser à cette mystérieuse disparition. J’ai découverte cette auteure récemment avec « La prisonnière du temps » que j’avais bien aimé (cf. précédent post). J’avais donc décidé de prendre très rapidement  le deuxième livre que j’avais d’elle dans ma PAL « L’enfant du lac ». Je n’ai pas pris les livres dans l’ordre de publication, mais rien de grave car il s’agit d’histoires différentes. En plus j’ai bien fait car j’ai presque eu un coup de cœur avec celui-ci. C’est mon petit chouchou pour l’instant. Les fans de Kate Morton pourront surement me répondre mais j’ai trouvé des similitudes sur les 2 romans. Déjà il s’agit de pavés mais il ne faut pas avoir peur car on  ne voit pas le temps passer  et je n’ai trouvé aucune longueur. Ensuite on fait des sauts entre les époques et on retrouve le thème du secret de famille. Il y a toujours un personnage qui fait le  lien entre les 2 époques.  Mystère, suspense sont au RDV. Je conseille vraiment ce livre aux personnes qui aiment les « enquêtes », les secrets de famille.
  • artemisia02 Posté le 21 Avril 2020
    Un bon pavé qui tombe au bon moment. Une histoire sur 2 époques, la première en 1933 consacrée la disparition de Théo, le bébé d'une famille riche anglaise vivant dans sa splendide demeure en Cornouailles et la deuxième en 2003, l'histoire d'une inspectrice, Saddie, en vacances forcées chez son grand père suite à une affaire qui s'est mal déroulée. Saddie va par hasard se pencher sur cette histoire vieille de 70 ans et remuer pas mal de poussières et de non dits, et se remettre en question elle aussi. Inspecteur un jour, inspecteur toujours. J'ai bien aimé l'histoire et les personnages, l'auteure fait la part belle aux personnages féminins dans ce roman, en mettant en avant leur destin, , leur choix et leurs consequences, leur force et leur détermination. S'agissant d'un long roman, plus de 700 pages, l'histoire gagne en profondeur et permet de bien développer les personnages. L'auteure décrit avec moults détails la vie d'une famille anglaise riche en 1933, leur quotidien, leurs valeurs morales. L'histoire tient en haleine son lecteur, moi en l'occurrence. Et oui, je n'ai mis que 2 jours à lire ce livre. Même si je ne pense pas lire d'autres romans de cette auteure, ce fut un... Un bon pavé qui tombe au bon moment. Une histoire sur 2 époques, la première en 1933 consacrée la disparition de Théo, le bébé d'une famille riche anglaise vivant dans sa splendide demeure en Cornouailles et la deuxième en 2003, l'histoire d'une inspectrice, Saddie, en vacances forcées chez son grand père suite à une affaire qui s'est mal déroulée. Saddie va par hasard se pencher sur cette histoire vieille de 70 ans et remuer pas mal de poussières et de non dits, et se remettre en question elle aussi. Inspecteur un jour, inspecteur toujours. J'ai bien aimé l'histoire et les personnages, l'auteure fait la part belle aux personnages féminins dans ce roman, en mettant en avant leur destin, , leur choix et leurs consequences, leur force et leur détermination. S'agissant d'un long roman, plus de 700 pages, l'histoire gagne en profondeur et permet de bien développer les personnages. L'auteure décrit avec moults détails la vie d'une famille anglaise riche en 1933, leur quotidien, leurs valeurs morales. L'histoire tient en haleine son lecteur, moi en l'occurrence. Et oui, je n'ai mis que 2 jours à lire ce livre. Même si je ne pense pas lire d'autres romans de cette auteure, ce fut un agréable moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pinklychee Posté le 18 Février 2020
    J'avais tellement entendu parler de Kate Morton, et en particulier de ce roman, que j'ai eu envie de le découvrir à mon tour. J'ai passé un très bon moment de lecture. Si vous aimez les sagas familiales, les secrets de famille, les mystères qui ne se résolvent qu'après bien des années, alors pas de doute, ce livre est fait pour vous. Kate Morton a une plume fluide, agréable, ses personnages sont travaillés, et c'est clairement une conteuse très douée. Pourtant, j'ai parfois eu un peu de mal à me remettre dans cette lecture: autant à certains moments je pouvais dévorer une bonne cinquantaine de pages d'affilée, autant à d'autres je trouvais le temps long pour ensuite me rendre compte que je n'avais avancé "que" de vingt pauvres pages. Il y a parfois des longueurs dans ce texte, on insiste un peu trop sur certains détails, il y a quelques répétitions qui alourdissent le récit et qui ont fait qu'il m'arrivait de poser mon livre et d'avoir ensuite peu envie de le reprendre. J'ai aimé le côté un peu "polar" de l'histoire, le fait de suivre deux enquêtes en parallèle sur deux époques et de voir certains liens entre elles. Leur point commun c'est Sadie, l'héroïne attachante... J'avais tellement entendu parler de Kate Morton, et en particulier de ce roman, que j'ai eu envie de le découvrir à mon tour. J'ai passé un très bon moment de lecture. Si vous aimez les sagas familiales, les secrets de famille, les mystères qui ne se résolvent qu'après bien des années, alors pas de doute, ce livre est fait pour vous. Kate Morton a une plume fluide, agréable, ses personnages sont travaillés, et c'est clairement une conteuse très douée. Pourtant, j'ai parfois eu un peu de mal à me remettre dans cette lecture: autant à certains moments je pouvais dévorer une bonne cinquantaine de pages d'affilée, autant à d'autres je trouvais le temps long pour ensuite me rendre compte que je n'avais avancé "que" de vingt pauvres pages. Il y a parfois des longueurs dans ce texte, on insiste un peu trop sur certains détails, il y a quelques répétitions qui alourdissent le récit et qui ont fait qu'il m'arrivait de poser mon livre et d'avoir ensuite peu envie de le reprendre. J'ai aimé le côté un peu "polar" de l'histoire, le fait de suivre deux enquêtes en parallèle sur deux époques et de voir certains liens entre elles. Leur point commun c'est Sadie, l'héroïne attachante et pugnace, celle qui ne lâche pas le morceau et qui est bien décidée à faire la lumière sur les deux affaires. Autre point fort de l'histoire, Loeanneth, la maison de la famille Edervane, qui est presque un personnage à part entière. Je pense que c'est typiquement le genre de maison que j'aurais adoré avoir et dans laquelle j'aurais adoré habiter si j'avais vécu à l'époque de la famille Edervane. Je me suis moins attachée aux soeurs Clemmie et Deborah, sans doute parce qu'on les voit moins qu'Alice. J'ai compris les tourments d'Eleanor, sa souffrance face à son mari perdu, la distance qu'elle s'inflige et qu'elle impose aux autres afin que les secrets de la maisonnée soient gardés, devenant ainsi une sorte de réplique de sa mère si détestée. Nécessité fait loi, Eleanor l'a compris, et elle se barricade derrière les convenances pour cacher sa souffrance. J'ai beaucoup aimé le personnage d'Alice, vieille dame digne aux manières d'un autre temps, j'ai aimé suivre l'adolescente sûre d'elle, la romancière accomplie qu'elle est devenue, sa souffrance durant soixante-dix ans suite à la disparition de son frère qui la rend finalement bien plus humaine qu'elle n'y paraît. Difficile par contre de parler de Theo, pourtant le personnage-clef du livre, tant on le voit peu au final. Heureusement, les scènes le concernant, bien que peu nombreuses, donnent une idée du petit garçon qu'il a été et nous serrent le coeur tant on se demande qui peut bien être à l'origine de sa disparition. Le gros bémol de ce livre, c'est la fin. J'ai été déçue, en lisant les dernières pages, de voir se profiler une situation bien particulière, et j'avoue avoir espéré jusqu'au bout que l'auteure ne se laisserait pas entraîner dans cette direction si facile. Malheureusement, ce que je redoutais est arrivé et je le regrette. J'aurais préféré que cette histoire garde une petite part de mystère au lieu de nous offrir cette révélation au final bien fade et conventionnelle. Pour le coup, j'ai trouvé ça trop facile et limite incohérent, genre "il faut finir cette histoire, il faut un happy ending, oh tiens et si je posais ça là, comme ça l'air de rien?" Sauf qu'à mes yeux ça ne prend pas, ce n'est pas crédible car rien ne le laissait présager. Cet événement tombe comme un cheveu sur la soupe et je n'ai pas trouvé ça très cohérent, la coïncidence pour le coup était trop grosse pour passer l'air de rien. Bref, Kate Morton nous offre là une belle palette de personnages, évoluant des années 1910 jusqu'au début du nouveau siècle en 2003-2004. J'ai globalement apprécié ce roman en dépit de quelques longueurs, et mon ressenti global aurait été bien meilleur s'il n'y avait pas eu cette fin un peu trop tirée par les cheveux pour moi. Je retenterai néanmoins ma chance avec Kate Morton puisque j'ai La scène des souvenirs dans ma PAL, en espérant que les petits défauts rencontrés ici seront atténués dans cet autre roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Booksandcovers Posté le 23 Janvier 2020
    Les personnages sont très bien construits ainsi que l'histoire simple au départ, mais qui va ce révélé enfaîte assez complexe. L'écriture est également très prenante. Un très bon moment, je ne m'attendais pas à cette fin là et j'ai adoré c'est vraiment intelligent, bonne surprise, je pense relire un autre livre de l'auteur pour confirmer mon idée.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.