Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782707169150
Code sériel : 348
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 364
Format : 125 x 190 mm
L'ennemi intérieur
La généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine
Date de parution : 01/06/2011
Éditeurs :
La Découverte

L'ennemi intérieur

La généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine

Date de parution : 01/06/2011

La France des années 2000, comme de nombreux pays, a vu se confirmer un modèle de contrôle censé protéger la population contre la prolifération, en son sein, de « nouvelles...

La France des années 2000, comme de nombreux pays, a vu se confirmer un modèle de contrôle censé protéger la population contre la prolifération, en son sein, de « nouvelles menaces » : islamisme, terrorisme, immigration clandestine, violences urbaines… Et, pour justifier cet arsenal sécuritaire, un principe s’est imposé :...

La France des années 2000, comme de nombreux pays, a vu se confirmer un modèle de contrôle censé protéger la population contre la prolifération, en son sein, de « nouvelles menaces » : islamisme, terrorisme, immigration clandestine, violences urbaines… Et, pour justifier cet arsenal sécuritaire, un principe s’est imposé : désigner l’« ennemi intérieur ». Cette notion évoque la guerre froide, quand cet ennemi était le communisme. Et surtout les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie, quand l’armée française a conçu la « doctrine de la guerre révolutionnaire » afin d’éradiquer au prix des pires méthodes  la « gangrène subversive pourrissant le corps national ».
Si cette doctrine a depuis été officiellement évacuée par l’État, certains de ses éléments clés auraient-ils contribué à façonner cette grille de lecture sécuritaire qui présente les populations immigrées issues de la colonisation comme les vecteurs intérieurs d’une menace globale ? C’est ce que montre Mathieu Rigouste dans ce livre rigoureusement documenté, en retraçant l’évolution des représentations de l’ennemi intérieur dans la pensée d’État depuis les années 1960. Il révèle l’effrayante transformation du contrôle intérieur, de ses dimensions médiatiques et économiques, ainsi que la fonction de l’idéologie identitaire dans la mise en œuvre du nouvel ordre sécuritaire.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707169150
Code sériel : 348
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 364
Format : 125 x 190 mm

Ils en parlent

« On surprendrait bien des Français, même traditionnellement classés à gauche, en leur disant que le nouvel ordre sécuritaire, dont le président Sarkozy s'est montré le représentant le plus achevé, a pris ses racines... lors de la guerre d'Algérie. C'est pourtant cette démonstration que fait, avec force preuves et citations, Mathieu Rigouste. »
L'HUMANITÉ

« Pour rédiger ce travail sur le retour des principes clés de la contre-subversion dans l'ordre sécuritaire, l'auteur a dépouillé les archives de l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) durant trois ans. Au long des quelque 350 pages, il expose la genèse de l'ordre sécuritaire (1968-1981): discours de la peur, restrictions des libertés publiques au nom de "la sécurité, première des libertés" (Peyrefitte, 11 juin 1981), apparition des "experts". Puis il s'attelle à la période contemporaine, celle de "l'ennemi intérieur global (1995-2008)", celle de "l'exception permanente" (Vigipirate). Son étude revêt alors un caractère effrayant et l'on assiste, effarés, à la litanie de nos défaites et reculs successifs: nouvelles méthodes de contrôle des quartiers populaires empruntées aux techniques militaire de contrôle des foules (drones, hélicoptères, snipers, appels à la délation, bouclage); constitution de 2001 à 2007 d'une énorme machine de contrôle (fichier Stic, peines planchers, Edvige, etc.) à travers lois et décrets. Le règne froid et minutieux du tout-sécuritaire. Un travail lumineux et terrifiant à la fois. »
BARRICATA

« Insécurité, immigration, terrorisme, ce triptyque fondu dans un amalgame spécieux se révèle de plus en plus présent dans la vie publique. Les responsables politiques l'utilisent souvent pour renforcer la sécurité au-delà de la menace. En fait, ce mécanisme qui joue sur les peurs du citoyen est un héritage de l'époque coloniale sans cesse renouvelé depuis un demi-siècle à partir des turbulences du monde. C'est la démonstration à laquelle se livre Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales, en s'appuyant sur des documents officiels le plus souvent confidentiels. Il explique comment, pour inculquer le besoin d'ordre dans l'esprit des Français, l'État façonne la représentation d'un "ennemi intérieur", à savoir les populations immigrées issues de la colonisation, mais aussi les délinquants des quartiers sensibles, désignés comme des boucs émissaires. Cette stigmatisation commode et le plus souvent abusive incite la société à accepter d'elle-même un contrôle de plus en plus rigoureux de son fonctionnement pour faire face à une "menace globale". C'est là tout le mécanisme pernicieux que met à nu l'auteur avec force. Il observe qu'on aboutit ainsi à une "conception du contrôle comme une médecine du corps national" et à une "tendance à ne plus distinguer les domaines classiques du conflit: temps de paix/temps de guerre, intérieur/extérieur, civil/combattant, policier/militaire." Au plus grand profit des tenants du marché de la sécurité. Constat aussi lucide qu'inquiétant ! »
LA DÉPÊCHE DU MIDI

« "Ces trois principes - protéger la population, l'amener à s'immuniser contre la subversion et, pour cela, restreindre ses droits - sont au coeur du "nouvel ordre sécuritaire" mis en oeuvre dans une bonne partie des Etats occidentaux depuis le 11 septembre 2001", écrit Mathieu Rigouste. C'est une histoire des représentations politiques et militaires du "barbare" intérieur qui est proposée dans cet ouvrage. Le chercheur en sciences sociales met en lumière les similitudes entre la machine sécuritaire contemporaine en France et le pouvoir militarisé caractéristique de la domination coloniale. »
REGARDS

« L'auteur analyse à la fois la construction imaginaire de la menace dans l'institution militaire, la production de doctrines de surveillance et de répression et l'évolution des institutions chargées du contrôle intérieur depuis la fin de l'Empire français, avec l'immigré clandestin comme figure de proue de la menace pour la société française. Il souligne comment les institutions politico-militaires ont manoeuvré pour obtenir la validation politique de leurs conceptions de la sécurité et de la guerre. Et quelles influences ces mécanismes ont eu sur l'évolution des méthodes et des pratiques de contrôle... L'utilisation de la peur est un levier majeur du contrôle social, un des engrenages de la mécanique sécuritaire... Résister à l'ordre sécuritaire implique d'en démonter les rouages, de chercher d'où proviennent les logiques qui en régissent le fonctionnement... »
DAMOCLÈS

PRESSE
C’est une très fouillée et méthodique démonstration. En L’Ennemi Intérieur, le chercheur Mathieu Rigouste décrit comment une stratégie militaire totale, cette Doctrine de la guerre révolutionnaire mise en œuvre par la France dans ses guerres coloniales, a progressivement contaminé les champs politique et médiatique, jusqu’à devenir une pratique officieuse de maintien de l’ordre social.
JBB / Article 11

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cacha Posté le 15 Juin 2015
    Etat détaillé de l'évolution sécuritaire de ce pays en partant du colonialisme.
Abonnez-vous à la lettre d'information de la Découverte
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !