Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266247238
Code sériel : 15883
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm

Les Accoucheuses

La Fierté

Date de parution : 20/03/2014
1845. Montréal s’étend au rythme des arrivées d’immigrants et des nombreuses naissances.
Léonie, sage-femme, accompagnée de sa fille Flavie, met ses talents et son savoir au service de toutes les mères, riches ou pauvres, mariées ou non. Esprit moderne, elle aspire à changer les mentalités : faire évoluer le statut des femmes,...
1845. Montréal s’étend au rythme des arrivées d’immigrants et des nombreuses naissances.
Léonie, sage-femme, accompagnée de sa fille Flavie, met ses talents et son savoir au service de toutes les mères, riches ou pauvres, mariées ou non. Esprit moderne, elle aspire à changer les mentalités : faire évoluer le statut des femmes, permettre à chacune d’entreprendre les études qu’elle souhaite.
Un nouveau monde se lève. Mais pour que les accoucheuses y obtiennent la reconnaissance qu’elles méritent, il leur faudra lutter avec fierté contre le poids de l’Église conservatrice et l’emprise corporatiste des médecins.

@ Disponible chez 12/21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266247238
Code sériel : 15883
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lilietalia Posté le 5 Août 2020
    Les premiers chapitres j'avoue avoir été sceptique... D'autant qu'avec le nombre de pages de ce livre, je me suis dit qu'il était probable que je n'aille pas au bout... Mais une fois habituée au style, je me suis laissée embarquer par l'histoire de Léonie et Flavie. La conviction que les femmes aussi peuvent contribuer à faire avancer les choses, la conviction qu'elles peuvent et doivent être libres tant sur le plan intellectuel que sexuel. À présent, bien loin de mes premières impressions, j'ai hâte de lire le second tome !
  • AnitaMillot Posté le 17 Juillet 2020
    Montreal (Bas Canada) 1845. Flavie Montreuil (seize ans), commence son apprentissage de sage-femme auprès de sa mère, Léonie. Elle vit avec ses parents, son frère ainé Laurent, et sa jeune soeur Cécile (que le métier rebute). Flavie quitte alors les bancs de l’école de Simon, son instituteur de père. Mais ce n’est pas du goût de tout le monde, notamment du curé et des médecins du quartier … D’autant plus que Léonie a décidé d’ouvrir une école de sage-femmes – ce qui bien entendu est considéré comme un crime de « lèse-majesté » par ces messieurs du corps médical (une rivalité intolérable à l’encontre de l’école de médecine, réservée uniquement à la gent masculine ….) Léonie va se consacrer également, avec sa fille Flavie et son amie d’enfance prénommée Marie-Claire, à la bonne marche d’un refuge pour futures mamans « dans la peine » (La société compatissante) toujours au grand dam de l’église … Les trois femmes courageuses ne se laisseront nullement impressionner par l’opinion publique, ni par leurs proches d’ailleurs ! Flavie, tout en apprenant son métier, découvrira ses premiers émois féminins et finira par trouver l’amour après avoir écouté son coeur. Un premier opus très intéressant sur la pression de l’église... Montreal (Bas Canada) 1845. Flavie Montreuil (seize ans), commence son apprentissage de sage-femme auprès de sa mère, Léonie. Elle vit avec ses parents, son frère ainé Laurent, et sa jeune soeur Cécile (que le métier rebute). Flavie quitte alors les bancs de l’école de Simon, son instituteur de père. Mais ce n’est pas du goût de tout le monde, notamment du curé et des médecins du quartier … D’autant plus que Léonie a décidé d’ouvrir une école de sage-femmes – ce qui bien entendu est considéré comme un crime de « lèse-majesté » par ces messieurs du corps médical (une rivalité intolérable à l’encontre de l’école de médecine, réservée uniquement à la gent masculine ….) Léonie va se consacrer également, avec sa fille Flavie et son amie d’enfance prénommée Marie-Claire, à la bonne marche d’un refuge pour futures mamans « dans la peine » (La société compatissante) toujours au grand dam de l’église … Les trois femmes courageuses ne se laisseront nullement impressionner par l’opinion publique, ni par leurs proches d’ailleurs ! Flavie, tout en apprenant son métier, découvrira ses premiers émois féminins et finira par trouver l’amour après avoir écouté son coeur. Un premier opus très intéressant sur la pression de l’église sur l’état (qui sera de mise jusqu’au XXème siècle) et l’ébauche de l’émancipation de la femme dans une société très prude, où la liberté d’opinion ou d’expression n’est pas la qualité principale … Une écriture agréable, un tempo un peu lent il est vrai, mais soutenu par un récit pertinent. J’entame donc avec plaisir le second opus en refermant ce premier volet.
    Lire la suite
    En lire moins
  • grilloute Posté le 18 Mars 2020
    Une fresque magnifique sur un métier indispensable et vieux comme le monde celui de sage-femme. Avec une vision très juste sur la place de la femme fin 19eme. Des longueurs sur l'histoire canadienne mais un livre magnifique
  • CarPerry Posté le 16 Juillet 2019
    Historiquement c'est très intéressant. Par moment, un peu long, mais on y découvre la vie de ces "accoucheuses" dans les années 1800', des passionnées qui essaient malgré de pauvres moyens à soulager ces femmes qui accouchent.
  • Cricri08 Posté le 9 Juin 2019
    Montréal, au milieu du XIXème siècle. Léonie Montreuil aide les femmes, quelques soient leurs conditions sociales, à accoucher. L’église a, à cette époque, une position dominante et une influence inévitable sur la vie quotidienne. Ainsi, lorsque Flavie, sa fille de 16 ans, veut elle-aussi apprendre ce métier et donc assister à des accouchements, le prêtre et la société voient cela d’un mauvais œil. « Je suis fort étonnée que le curé de votre paroisse soit d’accord avec cette nouveauté ». La femme est destinée à être une épouse et une mère et doit garder un « digne maintien même au plus du creux du lit ». On craint pour la pureté et l’innocence de Flavie, qui aurait dû être préservée des choses de la vie. Mais mariée à Simon, instituteur aux idées libérales, anticléricales, Léonie est une femme libre et c’est ainsi que ces filles Flavie et Cécile, ont été élevées. Hélas, les mentalités n’évoluent que très lentement : les femmes ne peuvent sortir qu’accompagnées de chaperon. Alors lorsque Léonie crée un refuge qui accueillera toutes les femmes puis fonde une école de sages-femmes, c’est un outrage : cela « mettrait en péril la naturelle pudeur féminine ». Hormis la condition féminine, ce... Montréal, au milieu du XIXème siècle. Léonie Montreuil aide les femmes, quelques soient leurs conditions sociales, à accoucher. L’église a, à cette époque, une position dominante et une influence inévitable sur la vie quotidienne. Ainsi, lorsque Flavie, sa fille de 16 ans, veut elle-aussi apprendre ce métier et donc assister à des accouchements, le prêtre et la société voient cela d’un mauvais œil. « Je suis fort étonnée que le curé de votre paroisse soit d’accord avec cette nouveauté ». La femme est destinée à être une épouse et une mère et doit garder un « digne maintien même au plus du creux du lit ». On craint pour la pureté et l’innocence de Flavie, qui aurait dû être préservée des choses de la vie. Mais mariée à Simon, instituteur aux idées libérales, anticléricales, Léonie est une femme libre et c’est ainsi que ces filles Flavie et Cécile, ont été élevées. Hélas, les mentalités n’évoluent que très lentement : les femmes ne peuvent sortir qu’accompagnées de chaperon. Alors lorsque Léonie crée un refuge qui accueillera toutes les femmes puis fonde une école de sages-femmes, c’est un outrage : cela « mettrait en péril la naturelle pudeur féminine ». Hormis la condition féminine, ce roman aborde aussi les difficiles conditions de vie des immigrants irlandais, venus en masse à cette époque de gangrène de la pomme de terre, mais également la situation politique conflictuelle avec les anciens colons anglais, éprouvant un complexe de supériorité, car estimant être « une race plus industrieuse, plus inventive et plus méritante. » Les personnages féminins s’offusquent des différences sociales et des préjugés : on cache le ventre des femmes enceintes, même mariées. Les filles mères sont cachées jusqu’à l’accouchement, cible de la honte mais aucune conséquence pour les séducteurs. Le port du corset, prison au niveau du corps, révolte Flavie. On trouve également les médecins : arrogants et méprisants envers les sages-femmes : « la médecine est une profession qui exige des capacité qui sont hors de portée des femmes ». Roman historique, engagé, passionnant !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.