Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266211826
Code sériel : 5647
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm
Les Annales du Disque-Monde
Le huitième sortilège
Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 28/12/2010
Éditeurs :
Pocket

Les Annales du Disque-Monde

Le huitième sortilège

,

Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 28/12/2010

Octogénaire, borgne, chauve et édenté, Cohen le Barbare, le plus grand héros de tous les temps, réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ?

Question capitale, car...

Octogénaire, borgne, chauve et édenté, Cohen le Barbare, le plus grand héros de tous les temps, réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ?

Question capitale, car le tissu même du temps et de l'espace est sur le point de passer dans l'essoreuse. Une étoile rouge menace...

Octogénaire, borgne, chauve et édenté, Cohen le Barbare, le plus grand héros de tous les temps, réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ?

Question capitale, car le tissu même du temps et de l'espace est sur le point de passer dans l'essoreuse. Une étoile rouge menace de percuter le Disque-Monde et la survie de celui-ci est entre les mains du sorcier calamiteux : dans son esprit (très) brumeux se tapit en effet le... huitième sortilège !

La suite de l'épopée la plus démente de la fantasy, avec, dans les seconds rôles, une distribution prestigieuse : le Bagage, l'In-Octavo, Herrena la harpie, Kwartz le troll, Trymon l'enchanteur maléfique et, naturellement, la Mort...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266211826
Code sériel : 5647
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Didielo 23/04/2022
    J’ai davantage accroché à ce tome qu’au 1er, et pourtant celui-ci est la suite direct de la huitième couleur. Cela est sûrement dû au fait que je m’étais déjà habitué au style particulier de l’auteur et qu’il m’a donc été plus facile de replonger dans son univers (toujours quelque peu décousu). J’ai aimé découvrir la suite des aventures de Rincevent, de Deuxfleurs et du Bagage, les trois étant systématiquement confrontés à des obstacles inattendus, des situations délirantes et a de surprenantes rencontres. De plus, le livre se lit assez rapidement et se montre divertissant. Je pense donc lire d’autres tome de temps en temps.
  • Aetherys 29/03/2022
    Pour l'auteur Terry Pratchett, créateur de l'univers de fantasy le plus barré, le plus absurde, et le plus satirique de l'histoire de la littérature fantasy contemporaine, le genre même avait besoin d'un dépoussiérage. Étouffée par ses codes, par son sérieux et ses quêtes épiques bardées à ras bord de morales, la fantasy avait besoin de Pratchett, d'une certaine manière. Elle avait besoin d'un anti-Tolkien, d'un anti-CS Lewis... D'une œuvre anti-fantasy, en somme. En lui adressant la plus grande et la plus belle des lettres d'amour et de moquerie qu'est le Disque Monde, Pratchett offre en parallèle une immense satire de notre monde moderne via une galerie fabuleuse de personnages hauts en couleurs qui, par certaines facettes de leur personnalité, dévoile aussi celles de notre société. Du féminisme qu'offre la Huitième Fille, en passant par la censure médiatique avec Vérité, l'univers du Disque est, malgré son aspect absurde et barge, bien réaliste par de multiples aspects. Car il est essentiel de comprendre qu'un des éléments clés du génie de Pratchet repose dans sa faculté à rendre intrigant et compréhensif un univers qui est régi par de multiples règles chaotiques. On en redemande en permanence, on dévore chaque cycle avec une contenance... Pour l'auteur Terry Pratchett, créateur de l'univers de fantasy le plus barré, le plus absurde, et le plus satirique de l'histoire de la littérature fantasy contemporaine, le genre même avait besoin d'un dépoussiérage. Étouffée par ses codes, par son sérieux et ses quêtes épiques bardées à ras bord de morales, la fantasy avait besoin de Pratchett, d'une certaine manière. Elle avait besoin d'un anti-Tolkien, d'un anti-CS Lewis... D'une œuvre anti-fantasy, en somme. En lui adressant la plus grande et la plus belle des lettres d'amour et de moquerie qu'est le Disque Monde, Pratchett offre en parallèle une immense satire de notre monde moderne via une galerie fabuleuse de personnages hauts en couleurs qui, par certaines facettes de leur personnalité, dévoile aussi celles de notre société. Du féminisme qu'offre la Huitième Fille, en passant par la censure médiatique avec Vérité, l'univers du Disque est, malgré son aspect absurde et barge, bien réaliste par de multiples aspects. Car il est essentiel de comprendre qu'un des éléments clés du génie de Pratchet repose dans sa faculté à rendre intrigant et compréhensif un univers qui est régi par de multiples règles chaotiques. On en redemande en permanence, on dévore chaque cycle avec une contenance risible, on étouffe de rire à chaque digressions improbables, à chaque jeu de mots... Et on observe un moment de silence en respect au travail monumentale de Patrick Couton, qui rejoint le panthéon des plus grands traducteurs français, et aura permis à un profane comme moi d'accéder à un univers d'une richesse insoupçonné. Si le premier opus offrait plusieurs aventures hautes en couleurs et en humour, sans véritable but pour nos deux protagonistes que d'éviter au maximum les ennuis, cette deuxième partie du dyptique fait beaucoup évoluer le récit en allant jusqu'à amener une seule et unique aventure aux proportions pour le moins titanesque. En effet, c'est tout simplement l'avenir de tout le Disque Monde qui est en péril, et le seul à même de sauver ses habitants est... Rince-Vent. Armé du Huitième Sortilège, logé de force dans son esprit, et de son éternel couardise, il va pourtant devoir se préparer à vivre l'aventure de sa vie, accompagné de Deuxfleurs, le touriste. Et force est de constater avec cet opus, et ce diptyque en fait, que Pratchet montre qu'il est tout à fait capable d'offrir un récit sérieux et épique, tout en posant en parallèle des salves ininterrompu d'humour cynique et de références modernes à se tordre de rire. En plus d'offrir une fin émouvante et joyeuse, ce diptyque est une porte d'entrée extrêmement bien construite pour quiconque désirerait se lancer dans la lecture de l'immense édifice des Annales du Disque-Monde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Readventure 03/10/2021
    Deuxième roman de la série Les Annales du Disque Monde, « Le Huitième sortilège » nous transporte à l’université de l’invisible où nous apprenons que le Disque monde est menacé par une énorme étoile rouge #x2604;. Seul moyen d’éviter cette apocalypse, prononcer l’In-octavo, sortilège lié au destin de Rincevent. Avec une pointe d’humour tordant, les péripéties de nos personnages sont jalonnées de parodies touchantes et incroyablement intelligentes: contes pour enfants, fonctionnement informatique ou délires fanatiques... C’est un véritable plaisir de lire l’écriture de Sir Pratchett et de s’attacher à ces personnages à l’humour décapant.
  • MuchasBenito 27/07/2021
    Rincevent le héros.. Voici le second tome des Annales du Disque-Monde. Nous retrouvons donc les protagonistes du précédent tome, c'est-à-dire Rincevent et Deuxfleurs (toujours accompagné de son Bagage). Nous les retrouvons à la suite directe des précédentes aventures. Dans ce tome, nous allons suivre nos deux héros dans une nouvelle mésaventure directement liée au Sortilège qui est implanté dans la tête de Rincevent. Ce Sortilège va permettre de sauver le Disque-Monde du grave danger qui le menace. Nos chers compagnons vont faire la connaissance de deux nouveaux personnages. Comme dans le précédent tome, Terry Pratchett, ne va pas accorder de répit à nos deux compères et il va leur dessiner un parcours, une nouvelle fois, semé d'embûches. Un humour so british qui me permet de sourire pendant ma lecture et des personnages extraordinaires. Des caricatures exquises ! Cette saga est pur délice. Le tout petit bémol est que l'auteur à pris le parti de ne pas faire de chapitre. Pour faire des coupures ce fut assez compliqué (pour ma part). Bonne lecture à vous.
  • yellowsub 26/05/2021
    J'ai beaucoup aimé le 1er tome et celui-ci ne m'a pas déçue ! Les aventures échevelées de cette bande de bras cassés m'ont fait rire souvent. Quelle imagination ! C'est léger, mais pas tant que ça ! C'est du cinéma, de la bande dessinée, c'est éblouissant de couleurs, d'inventivité, de situations excentriques ! Epatant !
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.