Lisez! icon: Search engine
Les Annales du Disque-Monde
Mortimer
Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 24/10/2011
Éditeurs :
Pocket

Les Annales du Disque-Monde

Mortimer

,

Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 24/10/2011

Mortimer court à travers champs, agitant les bras et criant comme une truie qu'on égorge. Et non. Même les oiseaux n'y croient pas.
« Il a du cœur, fait son père...

Mortimer court à travers champs, agitant les bras et criant comme une truie qu'on égorge. Et non. Même les oiseaux n'y croient pas.
« Il a du cœur, fait son père adossé contre un muret.
— Dame, c'est le reste qui lui manque », répond l'oncle Hamesh.
Mais à la foire à l'embauche,...

Mortimer court à travers champs, agitant les bras et criant comme une truie qu'on égorge. Et non. Même les oiseaux n'y croient pas.
« Il a du cœur, fait son père adossé contre un muret.
— Dame, c'est le reste qui lui manque », répond l'oncle Hamesh.
Mais à la foire à l'embauche, la Mort le remarque et l'emporte sur son cheval Bigadin. Il faut la comprendre : elle a décidé de faire la vie ; avec un bon commis, elle pourrait partager le travail quotidien, ce qui lui laisserait des loisirs.
Un grand destin attend donc Mortimer. Mais... est-ce bien raisonnable ?

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266226172
Code sériel : 5671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266226172
Code sériel : 5671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Litana33 03/01/2024
    Me voici ressortie du 4ème tome du Disque-Monde. Dans celui-ci, nous faisons la connaissance de Mortimer, surnommé aussi Morty, garçon un peu naïf au bon coeur qui ne devient rien de moins que l’apprenti de La Mort. Car, après tout, tous les corps de métiers doivent avoir un étudiant, une personne à qui refilé le bébé lors d’un burn-out. Et bien, c’est ce qui arrive à La Mort dans ce roman à nouveau loufoque que nous propose Terry Pratchett. Je dois dire que j’avais hâte de lire ce quatrième opus où La Mort tient une place centrale. J’ai vraiment adoré ce personnage qui apparaissait de temps en temps dans les précédents romans. Mordant, ironique, cynique et attachant, c’est pour moi l’un des meilleurs personnages de fantasy. Et sur ce point-là, je n’ai pas été déçue. On rigole des malheurs de cette entité qui, au bout du rouleau, abandonne son poste pour essayer de ressentir et de comprendre les hommes qu’il vient chercher à l’heure du jugement dernier. Ce quatrième opus, comme les précédents, est complétement farfelu, absurde et hilarant. Et l’on y retrouve ce que j’aime le plus chez Pratchett : derrière ses bons mots, son ton humoristique, léger et un peu frappadingue, il délaye des idées fortes et nous lance des réflexions : la réalité est-elle ce que l’on voit ou ce que nos yeux veulent bien voir ? Où commence la réalité et où s’arrête l’imagination ? Cependant, contrairement aux autres tomes, que j’avais adoré, je suis un peu plus mitigé concernant d’autres points du roman. D’abord, à cause de certains personnages, notamment la princesse et la fille adoptive de la mort, que j’ai trouvé fades. Ensuite, par le scénario qui m’a un peu laissé sur ma fin, sans que je sache en expliquer la raison. Je pense ne simplement pas avoir adhérer à l’histoire. Enfin, par les notes de bas de page. Ceux qui connaissent le style de Terry Pratchett savent que ses notes de bas de page sont souvent aussi savoureuses que le reste du roman. Ici, en plus d’être peu nombreuses, je les ai trouvé moins percutantes. Pour résumer, un roman qui fera passer un très bon moment, bourré d'humour et de jeux de mots, qui vaut la peine d'être lu rien que pour rencontrer La Mort, mais aussi un roman que j’ai trouvé un peu en-dessous des précédents sur certains points.Me voici ressortie du 4ème tome du Disque-Monde. Dans celui-ci, nous faisons la connaissance de Mortimer, surnommé aussi Morty, garçon un peu naïf au bon coeur qui ne devient rien de moins que l’apprenti de La Mort. Car, après tout, tous les corps de métiers doivent avoir un étudiant, une personne à qui refilé le bébé lors d’un burn-out. Et bien, c’est ce qui arrive à La Mort dans ce roman à nouveau loufoque que nous propose Terry Pratchett. Je dois dire que j’avais hâte de lire ce quatrième opus où La Mort tient une place centrale. J’ai vraiment adoré ce personnage qui apparaissait de temps en temps dans les précédents romans. Mordant, ironique, cynique et attachant, c’est pour moi l’un des meilleurs personnages de fantasy. Et sur ce point-là, je n’ai pas été déçue. On rigole des malheurs de cette entité qui, au bout du rouleau, abandonne son poste pour essayer de ressentir et de comprendre les hommes qu’il vient chercher à l’heure du jugement dernier. Ce quatrième opus, comme les précédents, est complétement farfelu, absurde et hilarant. Et l’on y retrouve ce que j’aime le plus chez Pratchett : derrière ses bons mots, son ton humoristique, léger et un...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Crazynath 09/07/2023
    Avec Mortimer, je me suis enfin plongée (la tête la première) dans l’univers créé par Terry Pratchett. Alors, cela faisait longtemps que j’avais entendu perler de ses annales du Disque-Monde, mais un rien de réticence m’empêchait toujours de franchir le pas. Ce postulat d’un monde plat porté par quatre éléphants, eux –mêmes soutenus par une tortue ….Bref, j’avoue que j’étais clairement frileuse, mais à force de lire des avis positifs, et comme de plus ce livre fait partie du challenge BBC…eh ben, je me suis lancée… J’ai donc découvert le style de Terry Pratchett à travers la lecture de ce roman et je dois reconnaitre que le sourire ne m’a pas trop quitté lors de cette lecture. Comment ne pas sourire, en effet, avec les répliques que se lancent Mortimer et son patron ? Oups ! J’oubliais de préciser qui est le patron de ce jeune apprenti fort maladroit qu’est Mortimer : La Mort en personne. Il faut reconnaitre à l’auteur qu’il a réussi à me rendre ce personnage plutôt sympathique et que ses répliques et remarques sont fort pittoresques… Une lecture sympathique, il faut le dire, et qui ne sera pas la dernière que j’entreprendrais pour continuer à découvrir l’univers des Annales du Disque-Monde… Challenge Mauvais Genres 2023 Challenge ABC 2022/2023 Challenge BBC Avec Mortimer, je me suis enfin plongée (la tête la première) dans l’univers créé par Terry Pratchett. Alors, cela faisait longtemps que j’avais entendu perler de ses annales du Disque-Monde, mais un rien de réticence m’empêchait toujours de franchir le pas. Ce postulat d’un monde plat porté par quatre éléphants, eux –mêmes soutenus par une tortue ….Bref, j’avoue que j’étais clairement frileuse, mais à force de lire des avis positifs, et comme de plus ce livre fait partie du challenge BBC…eh ben, je me suis lancée… J’ai donc découvert le style de Terry Pratchett à travers la lecture de ce roman et je dois reconnaitre que le sourire ne m’a pas trop quitté lors de cette lecture. Comment ne pas sourire, en effet, avec les répliques que se lancent Mortimer et son patron ? Oups ! J’oubliais de préciser qui est le patron de ce jeune apprenti fort maladroit qu’est Mortimer : La Mort en personne. Il faut reconnaitre à l’auteur qu’il a réussi à me rendre ce personnage plutôt sympathique et que ses répliques et remarques sont fort pittoresques… Une lecture sympathique, il faut le dire, et qui ne sera pas la dernière que j’entreprendrais pour continuer à découvrir l’univers des Annales du...
    Lire la suite
    En lire moins
  • CeluiQuiBaille 27/03/2023
    Avant que je ne lise les premières pages de ce livre, j'étais particulièrement sceptique à l'idée d'un roman humoristique. Pour moi, l'humour se joue à coup de punchlines, de sketchs, c'est minuté et précis, c'est le format court qui lui donne sa toute-puissance. Un long format prend vite le risque de lasser le spectateur et de lui coller une indigestion. En termes purement papier, je voyais la BD comme support d'excellence avec un découpage facile en cases ou en planches. Honte à moi ! Parce que, à l'instar d'excellents films humoristiques, le papier peut aussi jouer la carte de la version longue si l'auteur écrit avec talent. Et c'est exactement ce qu'a fait Terry Pratchett avec son univers du Disque-Monde. C'est du moins le cas de « Mortimer », quatrième tome des Annales, mais porte d'entrée du cycle de La Mort et premier tome qui est passé entre mes mains. Les premières pages ont suffi à m'accrocher, j'ai eu du mal à me sortir le nez de ce livre pour retourner dans le monde réel. Je citerai donc La Mort et sa grosse voix caverneuse : « BEN. BRAVO. ». Il serait ardu de passer en revue tous les points de parodie que ce livre contient. Ça grouille, ça fourmille de partout, on a l'impression qu'un gag se cache derrière chaque virgule. Et pourtant, l'indigestion reste loin, chapeau l'artiste. Le roman a le bon goût d'être court ce qui joue aussi dans l'esquive de la saturation. Une petite pastille de pure rigolade, de la bonne humeur concentrée, du petit pain à savourer tout doucement. Je continuerai l'exploration de cet univers, mais petit à petit, un livre par ci, un par là. Par exemple, là, après avoir galéré sur Le Silmarillion, c'était parfait ! La publication des Annales du Disque-Monde a commencé en 1983 et on peut dire qu'elles ont marqué l'imaginaire collectif ! Qui n'a jamais entendu parler d'une tortue qui porte un monde sur son dos ? Si la racine du concept est religieuse/mythologique, Terry Pratchett l'a ancré sur le plan culturel en s'en servant de base pour son monde parodique. Le Disque-Monde est un monde plat -comme son nom l'indique- il est supporté par quatre éléphants qui sont eux-mêmes montés sur la carapace de la tortue A'Tuin, l'ensemble voguant à travers le cosmos. Sur ce monde, La Mort voudrait bien essayer le concept de Vie pour changer. Il -oui, La Mort est masculin- va donc embaucher un apprenti à la foire de Montmouton. Mortimer, dit Morty, « apportait le genre d'aide brouillonne et enthousiaste que les hommes sérieux apprennent vite à redouter ». Voilà, voilà... Ajoutez une princesse à sauver, quelques magiciens plus ou moins compétent, des Dieux, la Réalité et vous avez une p***** de parodie qui tient la route, savoureuse à souhaits, équilibrée, où chacun en prend pour son grade. Du très, très bon. Avant que je ne lise les premières pages de ce livre, j'étais particulièrement sceptique à l'idée d'un roman humoristique. Pour moi, l'humour se joue à coup de punchlines, de sketchs, c'est minuté et précis, c'est le format court qui lui donne sa toute-puissance. Un long format prend vite le risque de lasser le spectateur et de lui coller une indigestion. En termes purement papier, je voyais la BD comme support d'excellence avec un découpage facile en cases ou en planches. Honte à moi ! Parce que, à l'instar d'excellents films humoristiques, le papier peut aussi jouer la carte de la version longue si l'auteur écrit avec talent. Et c'est exactement ce qu'a fait Terry Pratchett avec son univers du Disque-Monde. C'est du moins le cas de « Mortimer », quatrième tome des Annales, mais porte d'entrée du cycle de La Mort et premier tome qui est passé entre mes mains. Les premières pages ont suffi à m'accrocher, j'ai eu du mal à me sortir le nez de ce livre pour retourner dans le monde réel. Je citerai donc La Mort et sa grosse voix caverneuse : « BEN. BRAVO. ». Il serait ardu de passer en revue tous les points de parodie que ce livre contient. Ça...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Romileon 21/10/2022
    Mortimer, Morty, « P’tit gars » juste « Petit » ou même « Gamin » cherche du boulot. Il descend avec son père à Montmouton au marché des apprentis. Et ça tombe bien. Justement La Mort cherche quelqu’un pour le seconder et éventuellement tenir compagnie à Ysabel, sa fille. Ce qui tombe mal, c’est que Mortimer a des états d’âme. Comment donner la mort à un homme bon ? Pourquoi laisser la vie à un homme indiscutablement méchant ? Et que dire d’ôter la vie à une jeune et jolie princesse de 15 ans ? Quand La Mort, qui a besoin de prendre un peu de repos, lui laisse de l’autonomie, trop sans doute, c’est tout l’équilibre du monde qui est mis en péril. Si ce Pratchett là n’est pas à « mourir » de rire, il est tout de même bien plaisant à lire. J’aime décidément le disque-Monde et ses habitants.
  • Raf18 15/06/2022
    Que ce fût laborieux pour moi, cette lecture, ma difficulté n'a rien à voir avec la qualité de roman. J'ai lu Reflex de Maud Mayeras, que j'ai adoré, vraiment ça faisait longtemps que j'avais pas eu un coup de cœur pareil. Est après, Très difficile de me plonger dans un autre livre, grosse panne de lecture, j'ai mis 10 jours pour lire ce Pratchett, ce fût interminable. Mortimer est le tome 4 des annales du disque-monde, l'introduction d'un des personnages emblématique: la mort . La mort, qui a envie de prendre du bon temps et d'expérimenter certaines activités humaines, trouve un apprenti et lui confie son travail pendant qu'elle prend quelques jours de repos. Franchement, ont peut avoir des craintes à l'ouverture de l'ouvrage, comment Pratchett vas conduire l'histoire ? Le sujet est quand même une belle peau de banane. Il nécessite un sacré équilibre, entre des thématiques pas faciles toutes en fessant rires sans tomber dans le ridicule. Franchement, chapeau bas, le grand Terry y arrive haut la main, mortimer est touchant dans le rôle de l'apprenti qui essaye de lutter contre la nature de choses. Le récit reste léger, pas lourd du tout, les passages où la mort teste des activités humaines sont hilarant. La faucheuse chef de cuisine est un grand moment. Ce livre à trouvé un équilibre pas évident avec un thème pas simple, il arrive à nous divertir tout en nous rappelant le caractère éphémère de la vie. Malgré ma panne et mes difficultés de lecture ( qui en disparus vers la moitié de bouquin), ce tome 4 est un bon cru des annales du disque-monde. Que ce fût laborieux pour moi, cette lecture, ma difficulté n'a rien à voir avec la qualité de roman. J'ai lu Reflex de Maud Mayeras, que j'ai adoré, vraiment ça faisait longtemps que j'avais pas eu un coup de cœur pareil. Est après, Très difficile de me plonger dans un autre livre, grosse panne de lecture, j'ai mis 10 jours pour lire ce Pratchett, ce fût interminable. Mortimer est le tome 4 des annales du disque-monde, l'introduction d'un des personnages emblématique: la mort . La mort, qui a envie de prendre du bon temps et d'expérimenter certaines activités humaines, trouve un apprenti et lui confie son travail pendant qu'elle prend quelques jours de repos. Franchement, ont peut avoir des craintes à l'ouverture de l'ouvrage, comment Pratchett vas conduire l'histoire ? Le sujet est quand même une belle peau de banane. Il nécessite un sacré équilibre, entre des thématiques pas faciles toutes en fessant rires sans tomber dans le ridicule. Franchement, chapeau bas, le grand Terry y arrive haut la main, mortimer est touchant dans le rôle de l'apprenti qui essaye de lutter contre la nature de choses. Le récit reste léger,...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.