Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266296366
Code sériel : 7280
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm
La Couronne du berger
Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 11/02/2021
Éditeurs :
Pocket

La Couronne du berger

Patrick Couton (traduit par)
Date de parution : 11/02/2021
L’ultime aventure de Tiphaine Patraque, la petite sorcière des Annales du Disque-monde et la dernière incursion dans l’univers de Pratchett.
Un trouble s'est emparé du Causse. Les chouettes et les renards le perçoivent, et Tiphaine Patraque aussi à travers ses chaussures. Un vieil ennemi rassemble ses forces. Or, comme le... Un trouble s'est emparé du Causse. Les chouettes et les renards le perçoivent, et Tiphaine Patraque aussi à travers ses chaussures. Un vieil ennemi rassemble ses forces. Or, comme le dit la kelda des Nac mac Feegle, « le vwale est fragile entre les mondes et se daekire facilmaet. »
C'est...
Un trouble s'est emparé du Causse. Les chouettes et les renards le perçoivent, et Tiphaine Patraque aussi à travers ses chaussures. Un vieil ennemi rassemble ses forces. Or, comme le dit la kelda des Nac mac Feegle, « le vwale est fragile entre les mondes et se daekire facilmaet. »
C'est un temps de déclins et de recommencements, d'anciens et de nouveaux amis, et de frontières incertaines. Un temps où le fardeau de la succession s'abat sur une jeune sorcière désormais appelée à se tenir entre la lumière et les ténèbres. La horde des fées prépare son invasion, et Tiphaine devra battre le rappel de toutes les sorcières pour protéger le pays. Son pays. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296366
Code sériel : 7280
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une véritable ode à la vie, dans laquelle on se laisse glisser comme dans une couverture chaude. » Émilie Roy-Brière – Librairie Pantoute (Québec)
Librairie Pantoute (Québec)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Luniver 02/04/2022
    Le dernier livre de Terry Pratchett… ça fait quelque chose ! Et le récit n’était pas terminé au moment de sa mort en plus, mais quand on est fan de l’auteur, on s’accroche au moindre texte supplémentaire. On retrouve donc Tiphaine Patraque, devant lutter une nouvelle fois contre les elfes qui essaient d’envahir son monde. Et si j’ai précisé le contexte de l’écriture, c’est parce qu’il se ressent dans l’ambiance de fin de cycle du livre : des personnages phares de l’univers de l’auteur meurent, de nouveaux doivent combler les vides, comme ils peuvent ; les mœurs évoluent, les relations entre les peuples aussi ; les vérités bien établies d’hier deviennent obsolètes, au grand désarroi de ceux qui les pensaient éternelles. Bref, le monde a changé, et le retour en arrière est impossible : il faut maintenant s’adapter. Même si on reçoit des choses précieuses en héritage, il faut tout de même tracer sa propre route. Ambiance un peu nostalgique donc, avec ce dernier tome. On sent tout de même une volonté de tracer un FIN à toute cette saga qui a duré pendant presque 40 ans, et de rappeler aux lecteurs qu’il est temps, maintenant, d’aller explorer de nouveaux mondes.
  • Phoenicia 21/08/2021
    Ultime tome que je referme non sans un pincement au cœur. Merci Terry Pratchett pour cet incroyable univers, pour cette résolution à nous fournir ce monde empli d'humour et de magie, même tourmenté par la maladie. Tiphaine Patraque est un personnage qui évolue tout au long de la série. Aperçue pour la première fois à 9 ans, elle atteint, dans ce tome, l'âge adulte. Reconnue de ses pairs - et surtout de Mémé Ciredutemps - Tiphaine se voit hériter de l'exploitation de cette dernière à sa mort. Difficile de passer après Esmeralda Ciredutemps, de chausser ses bottines et de s'occuper du royaume de Langre. D'autant qu'elle a également le Causse et qu'une sombre menace, la menace elfique, se profile à l'horizon maintenant qu'une des plus puissantes sorcières n'est plus. C'est un véritable roman d'apprentissage. Tiphaine finit son parcours, se pose des questions sur ses capacités, responsabilités et sur son avenir, comme il en arrive à chacun d'entre nous. Pratchett apprécie profondément ce personnage, on le sent. En arrière-plan, les sorcières, très caricaturales mais dont on ne se lasse pas, à commencer par l'humour quelques peu grivois de Nounou Ogg. Mais également les inimitables Nac Mac Feegle, là aussi bon ressort humoristique.... Ultime tome que je referme non sans un pincement au cœur. Merci Terry Pratchett pour cet incroyable univers, pour cette résolution à nous fournir ce monde empli d'humour et de magie, même tourmenté par la maladie. Tiphaine Patraque est un personnage qui évolue tout au long de la série. Aperçue pour la première fois à 9 ans, elle atteint, dans ce tome, l'âge adulte. Reconnue de ses pairs - et surtout de Mémé Ciredutemps - Tiphaine se voit hériter de l'exploitation de cette dernière à sa mort. Difficile de passer après Esmeralda Ciredutemps, de chausser ses bottines et de s'occuper du royaume de Langre. D'autant qu'elle a également le Causse et qu'une sombre menace, la menace elfique, se profile à l'horizon maintenant qu'une des plus puissantes sorcières n'est plus. C'est un véritable roman d'apprentissage. Tiphaine finit son parcours, se pose des questions sur ses capacités, responsabilités et sur son avenir, comme il en arrive à chacun d'entre nous. Pratchett apprécie profondément ce personnage, on le sent. En arrière-plan, les sorcières, très caricaturales mais dont on ne se lasse pas, à commencer par l'humour quelques peu grivois de Nounou Ogg. Mais également les inimitables Nac Mac Feegle, là aussi bon ressort humoristique. Enfin, un personnage des plus intéressants avec celui de Geoffroy. L'action est bien menée, sans trop d'ennui, ni de chapitres trop capillotractés ( que l'on peut rencontrer dans certains tomes des Annales). Un ultime tome à la hauteur de cette série qui m'a accompagnée pendant presque 3 ans. Là où il est possible de commencer les Annales par n'importe quel tome en général, je déconseille celui-ci cependant. C'est une fin et à ce titre il doit se lire eh bien comme une fin! Challenge Série 2021 Challenge et LC Pratchett Challenge Mauvais Genres 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Torellion 14/05/2021
    Attention spoil : C’est avec une certaine émotion que j’ai, comme beaucoup, décidé de lire le dernier tome des annales du Disque-Monde. Acheté le jour de sa sortie en France, il attendait patiemment sur l’étagère depuis tout ce temps. Alors c’est évident, l’ultime roman d’un auteur que l’on pensait immortel comme ses personnages, ça vous pose l’ambiance. La disparition de Terry Pratchett, c’est comme l’ouverture de ce 41ème tome sur la mort de Mémé Ciredutemps : inconcevable, inimaginable, désolant, mais la vie continue et doit continuer de la plus belle des façons. Ce sera tout le sens de cette aventure où Tiphaine Patraque, propulsée héritière de Mémé sera confrontée à une ultime invasion des elfes dans le monde des hommes. Il y a bien sûr peu d’actions dans ce volume, certains passages n’apportent rien (Tiphaine à Ankh par exemple) et on reste sur sa faim avec le personnage de Méphistophélès. Peu de personnages évolue, et Mme Persoreille me direz-vous ? Oui, certes, mais … à la vitesse de la lumière. C’est un peu déroutant. Tout comme de voir, la chtite michante sorcieure jaeyante rire ! Bref, il y a fort à parier, comme l’indique la postface, que l’auteur aurait retouché de nombreux points, développé certaines trames, retiré... Attention spoil : C’est avec une certaine émotion que j’ai, comme beaucoup, décidé de lire le dernier tome des annales du Disque-Monde. Acheté le jour de sa sortie en France, il attendait patiemment sur l’étagère depuis tout ce temps. Alors c’est évident, l’ultime roman d’un auteur que l’on pensait immortel comme ses personnages, ça vous pose l’ambiance. La disparition de Terry Pratchett, c’est comme l’ouverture de ce 41ème tome sur la mort de Mémé Ciredutemps : inconcevable, inimaginable, désolant, mais la vie continue et doit continuer de la plus belle des façons. Ce sera tout le sens de cette aventure où Tiphaine Patraque, propulsée héritière de Mémé sera confrontée à une ultime invasion des elfes dans le monde des hommes. Il y a bien sûr peu d’actions dans ce volume, certains passages n’apportent rien (Tiphaine à Ankh par exemple) et on reste sur sa faim avec le personnage de Méphistophélès. Peu de personnages évolue, et Mme Persoreille me direz-vous ? Oui, certes, mais … à la vitesse de la lumière. C’est un peu déroutant. Tout comme de voir, la chtite michante sorcieure jaeyante rire ! Bref, il y a fort à parier, comme l’indique la postface, que l’auteur aurait retouché de nombreux points, développé certaines trames, retiré ceci ajouté cela, mais ce roman nous permet aussi de mesurer tout le travail auquel se livrait Terry Pratchett. Et je préfère y voir une transmission, une sorte de synthèse où Tiphaine serait le lien entre le monde d’avant et le monde d’après, entre le monde des Rincevent, Cohen le Barbare, et Mémé Ciredutemps, et le monde du fer, des Igor et où les mages se retrouvent pour jouer au foot ! Un dernier tome pour la route, avant de se relire avec émotion la saga toute entière. Myards !!!!
    Lire la suite
    En lire moins
  • profguillermic 16/04/2021
    J'attendais beaucoup de ce dernier tome du Disque-Monde et j'ai quand même été quelque peu déçu. À la lecture on sent qu'il est inabouti, tant dans le style parfois simpliste que dans l'intrigue qui manque parfois de développement. À tel point que de temps en temps j'ai peiné à me dire qu'il s'agissait bien d'un livre de Pratchett. À certains moments j'ai aussi eu du mal à reconnaître les personnages côtoyés dans le passé : Nounou, Mémé et même Tiphaine paraissaient différentes. C'était étrange, car j'avais l'impression de les connaître si bien avant! Ce roman a néanmoins le mérite de clôturer le "cycle Patraque", ce qui était nécessaire.
  • karkarot 02/09/2020
    Et ben moi aussi j'ai versé ma petite larme ! Comme le révèle un autre "critiqueur", il n'y a pas que la mort de Pratchett à pleurer à travers ce livre, le dernier des Annales du Disque Monde. Mais bref, juste quelques lignes pour vous dire ce que j'en pense : Cette Couronne du Berger est moins aboutit que les précédents tomes, puisque l'auteur n'a pas eu le temps de le retoucher aussi longtemps que le reste de son œuvre. On se retrouve donc avec un livre moins chiadé, avec moins de petites intrigues passagères, avec une structure plus classique et un déroulement plus linéaire. Mais c'est toujours du Pratchett, pas de doute, ce sont ses personnages, son univers, sa patte, son humanité. Il me reste bien des livre de cet auteur merveilleux à lire, alors je ne suis pas encore trop triste, mais déjà, après cette clôture des annales, je me dois de dire un grand merci à Terry pour tous ces rires et ces émotions prodigués à travers ses mots, et un grand bravo, encore à Patrick Couton pour ses traductions toujours fabuleuses !
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.