En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les brûlures de la ville

            10/18
            EAN : 9782264073174
            Code sériel : 5386
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 528
            Format : 108 x 177 mm
            Nouveauté
            Les brûlures de la ville

            ,

            François ROSSO (Traducteur)
            Collection : Domaine Policier
            Date de parution : 18/10/2018
            Juin 1954, une chaleur oppressante écrase Boston.
            Dans la ville abrutie où plus rien ne respire, un corps est retrouvé, enduit de goudron et de plumes, quelque part sur les docks. Le meurtre porte la signature de l’IRA.
            Dans la sueur et l’ennui du début de l’été, deux hommes, Dante Cooper, ex-héroïnomane,...
            Juin 1954, une chaleur oppressante écrase Boston.
            Dans la ville abrutie où plus rien ne respire, un corps est retrouvé, enduit de goudron et de plumes, quelque part sur les docks. Le meurtre porte la signature de l’IRA.
            Dans la sueur et l’ennui du début de l’été, deux hommes, Dante Cooper, ex-héroïnomane, et son ami d’enfance, Cal O’Brian, ancien flic et alcoolique, vivent, tant bien que mal.
            L’inspecteur Owen, le cousin de Cal chargé de l’enquête, va solliciter leur aide – ils connaissent le quartier irlandais, ses bars lugubres et ses rues glauques, son ultra-violence et ses excès. En
            acceptant cette sombre mission, les deux désaxés espèrent encore, par leur quête toute personnelle de justice, racheter leurs âmes désespérées.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264073174
            Code sériel : 5386
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 528
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.80 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • encoredunoir Posté le 29 Décembre 2017
              C’est durant l’été 1954, trois ans après les événements contés dans Les morsures du froid, que l’on retrouve Dante Cooper et Cal O’Brien, les deux héros brisés de Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy. Dans Boston écrasée par la chaleur d’un été caniculaire, plusieurs petits truands américains d’origine irlandaise plus ou moins en lien avec des réseaux chargés d’approvisionner en armes l’IRA sont abattus. Dante, en délicatesse avec sa sœur tombée amoureuse d’un malfrat italien à la petite semaine et Cal, qui ne se remet pas de la mort de son épouse, sont sollicités par le beau-frère de ce dernier, Owen, chargé d’enquêter sur ces meurtres que sa hiérarchie semble vouloir classer au plus vite. Le duo va donc avoir à charge de laisser traîner ses oreilles dans le Boston irlandais à la recherche d’informations et, ce faisant, attirer l’attention d’un commando venu d’Irlande pour s’assurer qu’aucun obstacle ne viendra gêner le transport d’une précieuse cargaison d’armes à destination de l’armée républicaine irlandaise. C’est sans surprise mais avec un réel plaisir que l’on se plonge de nouveau dans une nouvelle enquête du duo créé par O’Malley et Purdy. Les deux auteurs continuent à creuser l’intimité de leurs personnages principaux et... C’est durant l’été 1954, trois ans après les événements contés dans Les morsures du froid, que l’on retrouve Dante Cooper et Cal O’Brien, les deux héros brisés de Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy. Dans Boston écrasée par la chaleur d’un été caniculaire, plusieurs petits truands américains d’origine irlandaise plus ou moins en lien avec des réseaux chargés d’approvisionner en armes l’IRA sont abattus. Dante, en délicatesse avec sa sœur tombée amoureuse d’un malfrat italien à la petite semaine et Cal, qui ne se remet pas de la mort de son épouse, sont sollicités par le beau-frère de ce dernier, Owen, chargé d’enquêter sur ces meurtres que sa hiérarchie semble vouloir classer au plus vite. Le duo va donc avoir à charge de laisser traîner ses oreilles dans le Boston irlandais à la recherche d’informations et, ce faisant, attirer l’attention d’un commando venu d’Irlande pour s’assurer qu’aucun obstacle ne viendra gêner le transport d’une précieuse cargaison d’armes à destination de l’armée républicaine irlandaise. C’est sans surprise mais avec un réel plaisir que l’on se plonge de nouveau dans une nouvelle enquête du duo créé par O’Malley et Purdy. Les deux auteurs continuent à creuser l’intimité de leurs personnages principaux et de lever le voile sur leur histoire et, surtout, réussissent une nouvelle fois à donner chair à un lieu et à une époque. Le choix, une nouvelle fois, de s’appuyer sur une saison exceptionnelle d’un point de vue météorologique vient par ailleurs rendre plus palpable encore la sensation d’écrasement sous laquelle semble ployer les personnages du roman. C’est là, ainsi que dans la description de l’organisation souterraine d’une communauté irlandaise qui ne se résout pas à couper les ponts avec son pays d’origine que réside une grande partie de la réussite de ce roman. Là, et aussi dans la manière dont O’Malley et Purdy jouent sans vergogne la carte d’une certaine violence poussée aux limites de la crédibilité – et qui les franchit d’ailleurs parfois allègrement – pour rythmer l’ensemble, assumant ainsi le statut de série B de cette suite de romans. On pourra néanmoins regretter que l’intrigue s’efface derrière le décor et les scènes d’action. De fait, le lecteur, sans pour autant avoir besoin d’être un génie, comprend bien vite ce qui se trame et garde tout au long du roman un temps d’avance sur Dante Cooper et Cal O’Brien. C’est, on en conviendra, quelque peu gênant, dans le sens où les deux héros, malgré leurs failles ne sont pas présentés comme des idiots incapables de comprendre que deux et deux font quatre. Cette prévention faite, on ne peut toutefois qu’admettre que Les brûlures de la ville, comme le volume précédent, est un polar que l’on prend un réel plaisir à lire, porté qu’il est par deux héros attachants, un décor extrêmement vivant et des scènes d’action saisissantes. Il faut juste ne pas vouloir y chercher plus qu’un agréable moment de lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lalitote Posté le 28 Novembre 2017
              Nous sommes à Boston, été 1954, c’est l’époque des gangs de communautés issues de l’immigration. Ici, irlandais contre italiens. C’est sous une canicule infernale que l’inspecteur Owen va demander de l’aide à son cousin Cal et son ami d’enfance Dante dans son enquête. Dante a un passé de toxicomane, mécano, il vivote pour aider sa sœur et sa petite fille. Cal est un ex-flic alcoolique qui ne s’est pas remit de la mort de sa femme, il a fait la seconde guerre mondiale. En avançant dans l’intrigue j’avais le sentiment d’un polar à l’ancienne, l’écriture qui nous dépeint une communauté irlandaise déracinée mais qui n’a jamais été aussi proche des intérêts nationaux y est pour beaucoup. Il faut dire que les deux personnages sont vraiment bien travaillés, leur psychologie, leur blessure tout est fait pour nous les rendre attachants. Cette enquête en sous-main que vont mener les deux hommes nous plongera dans toute la noirceur, la pauvreté et la misère des gangs avec l’IRA pour toile de fond meurtrière. Les auteurs ont parfaitement su rendre l’ambiance étouffante, noire et glauque. J’ai apprécié le rythme parfois lent qui nous pose sans temps mort dans une enquête qui... Nous sommes à Boston, été 1954, c’est l’époque des gangs de communautés issues de l’immigration. Ici, irlandais contre italiens. C’est sous une canicule infernale que l’inspecteur Owen va demander de l’aide à son cousin Cal et son ami d’enfance Dante dans son enquête. Dante a un passé de toxicomane, mécano, il vivote pour aider sa sœur et sa petite fille. Cal est un ex-flic alcoolique qui ne s’est pas remit de la mort de sa femme, il a fait la seconde guerre mondiale. En avançant dans l’intrigue j’avais le sentiment d’un polar à l’ancienne, l’écriture qui nous dépeint une communauté irlandaise déracinée mais qui n’a jamais été aussi proche des intérêts nationaux y est pour beaucoup. Il faut dire que les deux personnages sont vraiment bien travaillés, leur psychologie, leur blessure tout est fait pour nous les rendre attachants. Cette enquête en sous-main que vont mener les deux hommes nous plongera dans toute la noirceur, la pauvreté et la misère des gangs avec l’IRA pour toile de fond meurtrière. Les auteurs ont parfaitement su rendre l’ambiance étouffante, noire et glauque. J’ai apprécié le rythme parfois lent qui nous pose sans temps mort dans une enquête qui se révélera quasi rédemptrice pour nos deux protagonistes. On vivra avec eux, beaucoup de violence, un combat de boxe épique, un film porno, du jazz et de la musique celtique plein les pubs,des voyous, des mafieux, tout cela nous donne un roman bien construit avec la ville de Boston traitée comme un personnage à part entière. Alors même si cela m’a semblé parfois trop de choses à encaisser, un nombre de personnage secondaire important, l’essentiel est que cela fonctionne et c’est le cas. Bonne lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • JIEMDE Posté le 3 Novembre 2017
              Retrouvailles manquées avec Cal et Dante… Après Les morsures du froid que j’avais particulièrement apprécié, je me faisais un certain plaisir de retrouver l’ex-flic alcoolo et l’ancien camé dans cette atmosphère bostonnienne si noire qu’elle en devenait fascinante. Raté. La chaleur étouffante a remplacé le froid glacial des Morsures, mais cela ne suffit pas à enflammer Les brûlures de la ville. L’attachement de Thomas O’Malley et de Douglas Graham Purdy à leur ville est toujours-là, omniprésent pendant les 400 pages, mais il ne suffit pas à masquer la faiblesse d’une histoire qui souffre à la fois d’une incroyable lenteur et d’agaçantes incohérences. Dommage, car Cal O’Brien et Dante Cooper forment un duo d’efficaces paumés récurrents dont les personnages sont – heureusement – bien creusés. Mais cela ne suffit pas…
            • vero35 Posté le 2 Novembre 2017
              Boston, été 1956. Dante et Cal, les deux amis d'enfance déjà rencontrés dans Les Morsures du froid, tentent de survivre dans la chaleur de plomb qui écrase la ville. Dante vivote, en réparant des voitures, et a trouvé une raison de vivre dans l'éducation de la petite Maria, à sa charge depuis 2 ans. Cal, en revanche, a bien du mal à survivre à la mort de sa compagne. C'est son cousin flic, Owen, qui va le remettre en selle, en l'associant à son enquête sur un trafic d'armes entre l'Irlande et les Etats Unis. Cal et Dante, vont se jeter avec l'énergie du désespoir, dans cette exploration au long cours de la communauté irlandaise de Boston, ses musiciens, ses flics, ses commerçants, ses mafieux, et y laisser, comme dans l'opus précédent, beaucoup d'eux-mêmes. Car la ville de Boston est présentée comme un abîme de misères, de toutes natures, et l'ambiance générale est noire, très noire.... On ne sort pas indemnes de cette lecture, car nos deux enquêteurs amateurs suscitent un fort sentiment d'empathie, et leur avenir semble bien sombre. La ville de Boston compose un personnage magnifique, appréhendée dans ses moindres recoins, avec beaucoup de personnages secondaires, qui... Boston, été 1956. Dante et Cal, les deux amis d'enfance déjà rencontrés dans Les Morsures du froid, tentent de survivre dans la chaleur de plomb qui écrase la ville. Dante vivote, en réparant des voitures, et a trouvé une raison de vivre dans l'éducation de la petite Maria, à sa charge depuis 2 ans. Cal, en revanche, a bien du mal à survivre à la mort de sa compagne. C'est son cousin flic, Owen, qui va le remettre en selle, en l'associant à son enquête sur un trafic d'armes entre l'Irlande et les Etats Unis. Cal et Dante, vont se jeter avec l'énergie du désespoir, dans cette exploration au long cours de la communauté irlandaise de Boston, ses musiciens, ses flics, ses commerçants, ses mafieux, et y laisser, comme dans l'opus précédent, beaucoup d'eux-mêmes. Car la ville de Boston est présentée comme un abîme de misères, de toutes natures, et l'ambiance générale est noire, très noire.... On ne sort pas indemnes de cette lecture, car nos deux enquêteurs amateurs suscitent un fort sentiment d'empathie, et leur avenir semble bien sombre. La ville de Boston compose un personnage magnifique, appréhendée dans ses moindres recoins, avec beaucoup de personnages secondaires, qui la font exister de façon très vivante. Mais l'ensemble est un peu long...
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com