Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266287791
Code sériel : 17357
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Les Chants du large

Carole HANNA (Traducteur)
Date de parution : 17/10/2019
Du haut de ses onze ans, Finn compte les bateaux de pêche, de moins en moins nombreux à Big Running, petit village insulaire du Canada. Le poisson se raréfie et, peu à peu, les habitants rejoignent les grandes villes.
Au milieu des caribous, du brouillard et du lichen, Finn se lance...
Du haut de ses onze ans, Finn compte les bateaux de pêche, de moins en moins nombreux à Big Running, petit village insulaire du Canada. Le poisson se raréfie et, peu à peu, les habitants rejoignent les grandes villes.
Au milieu des caribous, du brouillard et du lichen, Finn se lance dans une quête pour sauver son île et son enfance. Mais le monde des adultes entend-il encore les chants du large que Finn veut faire résonner ?

« La magie s’empare des pages salées au vent d’hiver. Le désarroi d’être arraché à ses racines devient fable charmeuse, enluminée de sirène en pull marin. Définitivement ravissant. » Delphine Peras − L’Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287791
Code sériel : 17357
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« La magie s'empare des pages salées au vent d'hiver. Le désarroi d'être arraché à ses racines devient fable charmeuse, enluminée de sirène en pull marin, de chansons voltigeant dans la nuit et de serpents transformés en morues par l'océan. […] Tout peut advenir dans ces Chants du large définitivement ravissants. » Delphine Peras, L’Express

« Un roman qui célèbre la musique, la magie et l’idéalisme de l’enfance. » The Times

« Une fable pleine de charme à la Wes Anderson. » Stylist

« Émouvant, attachant et intelligent. » Sunday Times

« Un souffle et un rythme musical rare en fiction. » Literary Review

 « Avec beaucoup de tendresse, Emma Hooper parvient à nous captiver, à nous envoûter avec Les chants du large, chant de sirène qui nous conduit jusqu'à la fin, émouvante, belle et tendre de ce roman singulier, un brin naïf et pourtant si puissant à travers tout ce qu’il ne dit pas. » Caroline D. – Caro(z)ine

« Une très belle histoire, avec un dépaysement garanti ! » lecture-spectacle.blogspot.com
 
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • redmary Posté le 18 Mars 2020
    L'histoire est douce amère, jalonnée de découverte d'enfance et de récit de survie dans un monde qui s'éffrite. La mer n'est jamais loin et ses embruns sont venus sur chacune des pages (certaines d'ailleurs illustrées). Les personnages sont fort, beau et l'imagination est mise à l'honneur, faisant revivre contes et légendes. J'ai beaucoup apprécié cette navigation étrange mais passionnante.
  • Norfeuille Posté le 14 Février 2020
    Dans ce roman d'atmosphère empreint de poésie, nous partons à la rencontre de Finn, de Cora et de leurs parents, qui vivent sur une île canadienne désertée par ses habitants faute de poissons, et donc de travail. Du haut de ses dix ans, Finn va tout tenter pour les faire revenir... L'écriture atypique d'Emma Hooper est très belle et j'y ai relevé de très beaux passages. C'est un style épuré, quoiqu'un peu à l'extrême pour moi, il m'a manqué un petit quelque chose par moments. Je ne suis pas arrivée à m'attacher aux personnages, hormis à Finn, qui est vraiment touchant et plein de sincérité. Par ailleurs, la superposition des époques (1972, 1992, 1993, puis retour en 1972...), qui en temps normal ne me gêne absolument pas, m'a ici un peu embrouillée. Je reste néanmoins sous le charme des décors, de l'atmosphère iodée et vibrante de ce récit, qui m'ont marquée durablement. Je l'ai lu en automne et je dois dire que c'est une jolie lecture pour cette saison.
  • ASAI Posté le 26 Janvier 2020
    La forme de ce roman est surprenante, sympathique, agréable. Je reste cependant un peu mitigée, comme sur ma faim. J'ai aimé le cadre, ce grand nord canadien, ces iles de terre-neuve, la glace, le froid, et pourtant comme l'auteur nous le fait habilement partager, cette douceur paradoxale. J'ai aimé la rudesse des habitants, des personnages donc, leur envie de vivre dans un milieu hostile, et pas que climatique (les emplois qui disparaissent, les déménagements rendus obligatoires par l'administration, les séparations en conséquence), j'ai aimé leur âpreté, leur résistance, leur espoir au milieu de la désespérance. J'ai aimé les personnages féminins, des combattantes, des survivantes, des vivantes quoiqu'il arrive, Martha, Mrs Callaghan, Cora, Sophie, toutes des petites mères courage. J'ai aimé le personnage de Finn, ses rêves , ses fantasmagories, ses croyances. J'ai aimé la lutte contre l'oubli, pour la vie, contre le silence, pour la renaissance, contre la mort, pour la lumière. Et pourtant, il m'a manqué quelque chose à la fin. Je ne réussis pas à le formuler, peut être était ce la volonté de l'auteur, de laisser le lecteur au milieu de la mer qui reste noire et silencieuse (il faut alors lire la dernière page), peut être. Mais alors quel pessimisme, quelle noirceur.
  • eblatinyos Posté le 29 Août 2019
    l'abandon d'un village de pecheurs vu des yeux d'un enfant , poétique et fluide, lecture agréable
  • Jeneen Posté le 14 Mars 2019
    Quel beau et doux livre, empreint de tant de finesse et de mélancolie. Il est difficile de décrire l'émotion qu'il procure tout au long de la lecture car celle-ci tient essentiellement à la musique que l'auteur sait créer avec les mots. Elle le faisait déjà si bien dans son premier livre @Etta et Otto (et Russell et James). Dans @Les chants du large, cette jeune auteure nous raconte histoire d'habitants d'une île en perdition car tous l’abandonnent, et où ceux qui ont choisi de rester, dont le jeune héros Finn et sa famille, se battent en vain. Mais Finn a une idée... Par un procédé classique de retours dans la passé mais qui ici prend toute son ampleur, on vogue entre la vie actuelle de Finn et sa famille et celle des parents, qui ont bien du mal a maintenir une vie de famille sur l’île, voire une vie sociale tout court. Le rythme du roman est certes assez lent, s’arrêtant sur ce qui pourrait sembler des détails mais qui permet au lecteur d’être immergé totalement dans la vie sur cette île, de ressentir les petites victoires, les joies, les désillusions aussi, et le découragement des habitants parfois. L’auteure a su,... Quel beau et doux livre, empreint de tant de finesse et de mélancolie. Il est difficile de décrire l'émotion qu'il procure tout au long de la lecture car celle-ci tient essentiellement à la musique que l'auteur sait créer avec les mots. Elle le faisait déjà si bien dans son premier livre @Etta et Otto (et Russell et James). Dans @Les chants du large, cette jeune auteure nous raconte histoire d'habitants d'une île en perdition car tous l’abandonnent, et où ceux qui ont choisi de rester, dont le jeune héros Finn et sa famille, se battent en vain. Mais Finn a une idée... Par un procédé classique de retours dans la passé mais qui ici prend toute son ampleur, on vogue entre la vie actuelle de Finn et sa famille et celle des parents, qui ont bien du mal a maintenir une vie de famille sur l’île, voire une vie sociale tout court. Le rythme du roman est certes assez lent, s’arrêtant sur ce qui pourrait sembler des détails mais qui permet au lecteur d’être immergé totalement dans la vie sur cette île, de ressentir les petites victoires, les joies, les désillusions aussi, et le découragement des habitants parfois. L’auteure a su, par ses mots, nous imprégner de l’atmosphère de l’île. On aurait presqu’envie d’y vivre (presque !). Vous l’aurez compris, il s’agit d’une histoire avec une musicalité propre et de l’optimisme malgré la mélancolie du propos, une sorte de conte moderne, avec des héros humains, et parfois naïfs comme Finn qui tente de sauver son île. Et je me suis souvent dit, lors de ma lecture, que si on pouvait savourer toute cette « musique du langage », c’était aussi grâce à une très belle traduction de Carole Hanna, qui avait déjà traduit le premier avec beaucoup de poésie. Une bien belle découverte à savourer tranquillement, qu’on ne peut quitter avant la dernière page tant on est pris dans l'histoire. Merci aux Editions Les Escales, dont j’ai déjà pu apprécier plusieurs livres, et à Netgalley pour cette lecture. #LesChantsDuLarge #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.