Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264073587
Code sériel : 5399
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Les déraisons

Collection : Domaine Français
Date de parution : 03/01/2019
Dans un premier roman fulgurant où le quotidien le plus ordinaire se transforme en aventure fantasque, Odile d’Oultremont nous entraîne dans l’histoire de Louise, d’Adrien et de leur amour singulier.
Adrien, employé modèle, mène une vie sans surprises, réglée au millimètre. Louise, artiste peintre, traverse le quotidien en le réinventant sans cesse. Leur rencontre métamorphose leur existence. Louise emporte Adrien dans les méandres de ses fantaisies, Adrien comble Louise d’un amour infini. Mais la vie prend parfois des détours inattendus.... Adrien, employé modèle, mène une vie sans surprises, réglée au millimètre. Louise, artiste peintre, traverse le quotidien en le réinventant sans cesse. Leur rencontre métamorphose leur existence. Louise emporte Adrien dans les méandres de ses fantaisies, Adrien comble Louise d’un amour infini. Mais la vie prend parfois des détours inattendus. Lorsque la santé de Louise se dégrade, forte de son imagination et accompagnée d’Adrien, son allié de toujours, elle décide de se battre. De son côté Adrien, pour la première fois, déroge à sa routine : il quitte à l’insu de tous son travail monotone pour accompagner sa femme, et tente, avec elle et par la force d’un souffle créatif puissant, de vaincre la maladie.
 
« Un premier roman lumineux et fantasque, sous le signe de Boris Vian, sur l'absurdité du monde de l'entreprise et la puissance de l'amour. » Le Point
 
Prix de la Closerie des lilas 2018.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264073587
Code sériel : 5399
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • GwenBM Posté le 28 Avril 2020
    Petit bijou philosophique, « Les Déraisons » invite à mettre un peu de poésie dans notre quotidien. Il prend la forme de l’histoire d’amour, unique et absolue, entre Adrien et Louise, dont la maladie et l’issue fatale de celle-ci sont annoncées d’emblée. L’écriture est facile, drôle malgré la dureté du propos, et elle-même emplie de douceur. Par ce biais, Odile d’Oultremont aborde tout à la fois les notions de maladie et de mort, mais aussi la différence, la solitude du travail dans les grandes entreprises, le questionnement du sens et la difficulté à trouver sa juste place dans la société. Peu de personnages prennent part à l’histoire, mais la finesse de l’écriture permet de s’attacher à chacun de ceux-ci : Louise et Adrien, évidemment, mais également cet « ange gardien » que l’on va découvrir, ou encore le juge qui apporte un peu d’humanité et d’humour là où l’on ne s’y attend pas forcément. J’ai aimé cette notion d’urgence à vivre et cette recherche de résilience par la joyeuse redéfinition des choses. Ce roman invite en effet à remettre davantage encore de couleurs et réinventer son quotidien en redéfinissant les lignes de sa vie, sans utopisme gratuit. Odile d’Oultremont, malgré la musicalité de ses mots, reconnaît la tristesse et la... Petit bijou philosophique, « Les Déraisons » invite à mettre un peu de poésie dans notre quotidien. Il prend la forme de l’histoire d’amour, unique et absolue, entre Adrien et Louise, dont la maladie et l’issue fatale de celle-ci sont annoncées d’emblée. L’écriture est facile, drôle malgré la dureté du propos, et elle-même emplie de douceur. Par ce biais, Odile d’Oultremont aborde tout à la fois les notions de maladie et de mort, mais aussi la différence, la solitude du travail dans les grandes entreprises, le questionnement du sens et la difficulté à trouver sa juste place dans la société. Peu de personnages prennent part à l’histoire, mais la finesse de l’écriture permet de s’attacher à chacun de ceux-ci : Louise et Adrien, évidemment, mais également cet « ange gardien » que l’on va découvrir, ou encore le juge qui apporte un peu d’humanité et d’humour là où l’on ne s’y attend pas forcément. J’ai aimé cette notion d’urgence à vivre et cette recherche de résilience par la joyeuse redéfinition des choses. Ce roman invite en effet à remettre davantage encore de couleurs et réinventer son quotidien en redéfinissant les lignes de sa vie, sans utopisme gratuit. Odile d’Oultremont, malgré la musicalité de ses mots, reconnaît la tristesse et la dureté qui habitent aussi la vie, et Louise, en dépit de sa fantaisie, sait qu’elle ne gagnera pas le dernier combat. On ressort pourtant des Déraisons le sourire aux lèvres…
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaMoun Posté le 6 Avril 2020
    Je ne parviens pas à définir mon ressenti suite à la lecture de ce roman. Le côté fantasque (trop!) de l'héroïne m'a gêné, désappointé, énervé , par contre leur histoire d'amour peu commune m'a complètement emportée ... Je ne regrette nullement la lecture de ce livre ... Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, c'est un roman qui "marque" , qui ne laisse pas indifférent . La lecture en est très fluide et très rapide .
  • Nowowak Posté le 26 Mars 2020
    Attention livre dangereux. Dangereusement bien écrit. Dangereusement poétique. Dangereusement fou. Dangereusement amoureux. Voilà qui vous laissera un goût de souffrance dans la bouche tout en vous donnant envie de mieux goûter à la vie, de mieux apprécier ces moments gâchés par paresse ou par indifférence. Une histoire d'amour au-delà de la mort au-delà de la vie qui vous en met sur la tronche avec une douceur digne des vapeurs d'un bon vin. La torpeur s'installe au fur et à mesure que l'inéluctable s'élucte. L'imaginaire laisse la place au grand vide et pose la question fatale. Comment s'en sortir après cela ? Les souvenirs ne peuvent tout de même pas remplacer la vie ! Exhumer une liste de personnes qui mériteraient de passer à trépas et de nous rendre les belles personnes parties trop tôt il n'y a qu'un pas que je n'hésite pas à franchir. Ce livre fait assez mal et donne néanmoins envie d'aimer à 1110% de son vivant. Oui, aimez-vous bordel et ne laissez pas les cons toxiques vous faire ciller !
  • decloitrecynthiaz Posté le 22 Mars 2020
    Il y avait L’écume des jours. Maintenant il y a Les déraisons. Claque absolue.
  • Ldo Posté le 29 Février 2020
    Adrien aime Louise. Un jour, Louise tombe malade et, suite à une restructuration, Adrien se retrouve relégué dans un coin perdu de son entreprise où on l’oublie. Lui qui a toujours respecté les règles décide alors de quitter ce travail qui ne lui apporte rien pour s’occuper de la femme qu’il aime. Au début, je l’avoue, j’ai eu du mal avec la « follesse » et les « fantasqueries »de Louise. Puis je me suis laissée envoûter par cette histoire d’amour hors du commun, hors du temps. L’alchimie entre cet homme et cette femme que tout oppose et qui se complètent si bien est un peu magique. Je me suis particulièrement attachée à Adrien qu’on sent tellement perdu sans Louise… J’ai admiré son courage, même inconscient, de dire « merde » au système. De refuser d’être totalement invisible dans un monde qui ne se soucie pas de lui, pour se consacrer à la seule chose qui compte : son amour pour Louise et son combat contre la maladie. Ce livre est triste mais joyeux, tendre et émouvant, loufoque et décalé. Et même si je suis restée un tout petit peu en marge de la créativité de Louise, j’ai beaucoup aimé ce roman. Encore une fois, la plume de l’auteure, poétique et lumineuse, m’a emportée... Adrien aime Louise. Un jour, Louise tombe malade et, suite à une restructuration, Adrien se retrouve relégué dans un coin perdu de son entreprise où on l’oublie. Lui qui a toujours respecté les règles décide alors de quitter ce travail qui ne lui apporte rien pour s’occuper de la femme qu’il aime. Au début, je l’avoue, j’ai eu du mal avec la « follesse » et les « fantasqueries »de Louise. Puis je me suis laissée envoûter par cette histoire d’amour hors du commun, hors du temps. L’alchimie entre cet homme et cette femme que tout oppose et qui se complètent si bien est un peu magique. Je me suis particulièrement attachée à Adrien qu’on sent tellement perdu sans Louise… J’ai admiré son courage, même inconscient, de dire « merde » au système. De refuser d’être totalement invisible dans un monde qui ne se soucie pas de lui, pour se consacrer à la seule chose qui compte : son amour pour Louise et son combat contre la maladie. Ce livre est triste mais joyeux, tendre et émouvant, loufoque et décalé. Et même si je suis restée un tout petit peu en marge de la créativité de Louise, j’ai beaucoup aimé ce roman. Encore une fois, la plume de l’auteure, poétique et lumineuse, m’a emportée dans son histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…